Secrets révélés

La position stratégique de Trump sur le conflit Israël/Hamas

Trump profite de sa position incohérente sur cette guerre.

Un nouveau sondage national du New York Times – Siena College renforce une évolution qui devient chaque jour plus claire : la force de Joe Biden parmi les démocrates et autres anciens partisans est progressivement sapée par un profond mécontentement face à son soutien indéfectible à Israël dans sa guerre contre le Hamas.

Le phénomène est particulièrement évident parmi les jeunes électeurs (de moins de 30 ans), un groupe de gauche qui, étonnamment, favorise Donald Trump par rapport à Biden avec une marge de 49 % à 43 % selon le sondage Times- Sienne.

Bien qu’il existe une variété de facteurs contribuant à la mauvaise réputation de Biden auprès des jeunes électeurs – notamment son âge, ses préoccupations liées au coût de la vie et ses promesses non tenues sur les prêts étudiants et le changement climatique – l’ expert en données du Times , Nate Cohn, voit de nombreuses preuves que la guerre est crucial :


Habituellement, cela ne vaut pas la peine de trop s’attarder sur un sous-échantillon d’un seul sondage, mais cette histoire fondamentale concernant les jeunes électeurs est présente dans presque toutes les grandes enquêtes à ce stade. Nos propres enquêtes sur les États du champ de bataille à l’automne ont montré quelque chose de similaire, avec M. Biden en avance d’un seul point parmi les 18 à 29 ans. L’un ou l’autre chiffre représente un changement important par rapport à l’avance de 21 points de M. Biden dans notre sondage final avant les élections de mi-mandat ou son avance de 10 points lors de notre dernier sondage national en juillet.

Et il y a une explication plausible au changement de ces derniers mois : Israël…

Les [jeunes] électeurs participant à l’enquête ont eu un avis extrêmement négatif sur la conduite récente d’Israël : ils affirment en grande majorité qu’Israël n’en fait pas assez pour éviter les pertes civiles à Gaza, pensent qu’Israël n’est pas intéressé par la paix et pensent qu’Israël devrait arrêter sa campagne militaire. , même si cela signifie que le Hamas n’est pas éliminé.

S’il est vrai que Biden perd des électeurs au profit de Trump parce qu’il penche trop en faveur d’Israël dans cette guerre, alors la question doit être posée : ces électeurs connaissent-ils la position de Trump sur cette guerre ? Imaginent-ils que Trump serait plus bienveillant envers les habitants de Gaza qui souffrent ?

Quiconque connaît la politique du 45e président au Moyen-Orient – ​​et, d’ailleurs, sa politique d’immigration islamophobe – pendant qu’il était au pouvoir rirait à l’idée qu’il soit plus sympathique envers les Palestiniens que Biden.

Son propre « plan de paix » pour la région de janvier 2020, dévoilé avec son allié de longue date Bibi Netanyahu à ses côtés, aurait « donné à Israël l’essentiel de ce qu’il a recherché au fil des décennies de conflit tout en offrant aux Palestiniens la possibilité d’un État, avec une souveraineté limitée », comme le décrit le New York Times :

Le plan de M. Trump garantirait qu’Israël contrôlerait une Jérusalem unifiée comme capitale et ne l’obligerait pas à déraciner les colonies de Cisjordanie qui ont provoqué l’indignation des Palestiniens et aliéné une grande partie du monde…


Le président Mahmoud Abbas de l’Autorité palestinienne a immédiatement dénoncé ce projet, le qualifiant d’« accord de conspiration » indigne d’un examen sérieux, faisant paraître plus lointaine que jamais la poursuite de plusieurs décennies d’une soi-disant solution à deux États. « Nous répétons mille fois : non, non, non », a déclaré M. Abbas mardi à Ramallah, en Cisjordanie.

Alors que le « plan de paix de Trump » est DOA (Dead or alive), l’ancien président peut (et se vante souvent) d’avoir offert à Netanyahu une ambassade américaine à Jérusalem et la reconnaissance de cette ville divisée et contestée comme capitale d’Israël, ce qui constitue en soi un coup dur pour les aspirations palestiniennes.

Il a également fréquemment cité la conviction du méga-donateur républicain (et du Likoud) Sheldon Adelson , selon laquelle un accord de paix entre Israël et les Palestiniens était « impossible » en raison d’un héritage mutuel de haine.

Mais ce qui est intéressant, c’est le peu de choses – quantitativement ou substantiellement – ​​que Trump a eu à dire sur la guerre actuellement en cours entre Israël et le Hamas.

Il a attiré l’attention juste après l’éclatement de l’affaire en qualifiant les alliés du Hamas, le groupe terroriste Hezbollah basé au Liban (dont beaucoup craignaient qu’il ne se joigne à la guerre contre Israël) de « très intelligents », tout en critiquant Netanyahu pour des raisons mesquines qui n’avaient rien à voir avec le conflit. .

Mais alors même que ses rivaux républicains pour l’investiture présidentielle de 2024 rivalisaient entre eux pour montrer qui pourrait être le plus vicieux en encourageant une action militaire israélienne sans entrave à Gaza, les commentaires de Trump tournaient principalement autour de ses affirmations narcissiques selon lesquelles cette guerre – comme la guerre Russie-Ukraine – ne serait jamais arrivé s’il était encore en fonction. Apparemment, il pense que sa redoutable présence à Washington aurait dissuadé le Hamas de mettre en œuvre son plan d’attaque initial, même s’il existe très peu de preuves que les États-Unis, considérés comme un proche allié d’Israël avec Biden au pouvoir, ont joué un rôle important dans la décision. faire la guerre.

Trump a également utilisé la guerre entre Israël et le Hamas pour renforcer ses positions sur d’autres questions éloignées du conflit lui-même, en particulier son hostilité envers les réfugiés musulmans, indiquant clairement que les Gazaouis (et, probablement, les musulmans en général) se verraient empêcher d’entrer aux États-Unis si il est réélu.

Quoi qu’il en soit, rien dans les déclarations égocentriques de Trump sur la guerre ne suggère qu’il pourrait changer la conduite d’Israël ou instaurer un cessez-le-feu, et encore moins une paix durable.

Il faut se demander si, en refusant d’aborder la situation de manière concrète, le candidat républicain à l’investiture de 2024 ne sème délibérément pas l’ambiguïté sur sa position ou même se rend acceptable auprès des électeurs qui fuiraient normalement avec horreur l’idée de ce défenseur de la violence, du chaos et des préjugés étant chargé de la politique étrangère américaine.

Peut-être essaie-t-il simplement de se cacher et, pour une fois, de se tenir à l’écart de l’actualité politique.

Si les jeunes électeurs sont effectivement enclins à punir Biden pour son manque de sympathie envers le peuple palestinien, alors voter pour un candidat indépendant ou tiers, ou ne pas voter du tout, bénéficierait à la campagne de Trump, même s’ils ne peuvent pas se résoudre à voter pour l’ancien président lui-même. Son silence ou son incohérence sur la guerre pourraient bien être stratégiques.


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Aidez Elishean à survivre. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 315 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page