Cas de conscience

La guerre silencieuse que nous subissons de l’intérieur

Poussée mondiale en faveur du communisme : un programme totalitaire par JB Shurk .

Il est important de comprendre que la censure ne se produit pas en vase clos. C’est le symptôme d’une maladie qui s’aggrave. C’est un premier indicateur de la répression politique à venir.

Comme un canari dans une mine de charbon, la criminalisation de la parole prévient que le terrorisme et les meurtres parrainés par l’État ne sont pas loin. d’abord, certains mots et certaines pensées sont interdits.

Ensuite, certaines personnes sont arrêtées et emprisonnées. Enfin, certains « ennemis de l’État » sont exécutés de manière très publique. L’imposition de la peur remplace l’État de droit. Le terrorisme est le fondement de l’ordre social. L’oppression remplace le soutien populaire.


Ce qui se passe aujourd’hui en Occident est une poussée concentrée en faveur du communisme mondial.

Nous précisons nous chamailler sur des définitions précises – que nous soyons attaqués par des marxistes, des socialistes, des léninistes, des trotskistes, des maoïstes ou d’autres « révolutionnaires » – mais l’objectif final est clair. Un petit groupe d’« élites » mondiales cherche à utiliser leur levier idéologique et économique pour centraliser le pouvoir politique et diriger toute l’activité humaine.

Ils réclament l’abolition de la propriété privée. Ils recherchent un contrôle absolu sur la vie des individus et des communautés locales. Ils reconstruisent le totalitarisme du XXe siècle avec les technologies de surveillance destructrices de la vie privée du XXIe siècle.

La plupart des pays occidentaux travaillent ensemble pour promouvoir une vision publique qui permette d’atteindre leurs objectifs totalitaires privés.


Les gouvernements ne se soucient pas du « discours de haine » ; ils se consacrent à prendre le contrôle de la presse, à punir la dissidence, à censurer l’opposition politique et à réguler le débat public.

Les gouvernements ne se soucient pas du « changement climatique » ; ils se consacrent à prendre le contrôle de toute l’activité économique en réalisant d’abord un monopole sur l’énergie disponible.

Les gouvernements ne se soucient pas du « racisme systémique », de la « justice sociale » ou des « inégalités de revenus » ; ils s’efforcent de maximiser les divisions sociales et de déformer le sens des droits fondamentaux, afin qu’ils puissent porter atteinte aux libertés individuelles longtemps chéries.

Les gouvernements ne se soucient pas de la « violence armée » ; ils se consacrent à désarmer leurs populations et à rendre impossible la lutte contre la tyrannie. Les gouvernements ne se soucient pas de minimiser les guerres vicieuses et coûteuses ; ils se consacrent à distraire leurs citoyens avec de fausses menaces à leur sécurité personnelle.

Les gouvernements ne se soucient pas du maintien de l’intégrité et de la valeur de leurs monnaies monétaires ; ils se consacrent à imprimer et à dépenser de l’argent qui gonfle les coûts des ménages, taxe l’épargne de la classe moyenne, maximise les profits de Wall Street et augmente la dépendance à l’aide sociale.

Les gouvernements n’ont pas besoin de créer des monnaies numériques de banque centrale pour éviter un désastre économique ; ils se consacrent à créer des désastres économiques, afin de pouvoir justifier un futur système communiste qui fonctionne sur des CBDC destructrices de la vie privée.

Nous sommes actuellement en pleine guerre.

Elle constitue une menace aussi menaçante pour la civilisation humaine que la guerre froide. Cependant, on en parle rarement, sauf dans les pages des médias d’information alternatifs. En l’ignorant, notre presse institutionnelle, compromis, s’efforce de garder la guerre secrète et de désorienter le public.

La guerre la plus lourde de conséquences aujourd’hui n’éclate pas en Europe de l’Est, au Moyen-Orient ou en Asie-Pacifique. Il s’agit d‘une guerre silencieuse et effrayante qui fait rage entre des États qui cherchent à contrôler absolument la société et des citoyens qui insistent pour défendre leurs droits constitutionnels et leurs libertés personnelles.

Tout ce que font les gouvernements occidentaux doivent être vus à travers le prisme de ce conflit plus large.

Pendant deux siècles, les marxistes ont débattu et se sont battus sur un point essentiel : devraient-ils patiemment attendre que les prétendues contradictions du capitalisme de marché libre inaugurent naturellement leur utopie communiste ? Ou devraient-ils promouvoir activement des conditions sociétales qui accélèrent la « révolution » et leur chère « transformation fondamentale » ?

Très sûrs de la conception marxiste du matérialisme historique et de son impact déterminant sur l’avenir de l’humanité, de nombreux intellectuels des XIXe et XXe siècles ont exhorté à une retenue constante. Ils ont utilisé des élections démocratiques pour élever les socialistes marxistes aux postes politiques, mais ils ont mis en garde contre le recours à la violence pour accélérer un processus qu’ils considéraient comme prédéfini.

L’utopie, communiste, n’est pas cependant prévue, et plus les disciples de Marx attendaient leur « révolution », plus ils devenaient anxieux. La patience s’est évaporée parce que Marx a toujours été un faux prophète. Afin de créer un avenir marxiste totalement contre nature, ses partisans ont finalement réalisé que la coercition et la violence étaient essentielles à leur vision.

Tout comme le massacre de Jonestown en Guyane, le marxisme exige que chacun « boive le Kool-Aid ». Et tout comme l’étonnant culte de Jim Jones, le marxisme mène toujours au « suicide révolutionnaire ».

Les marxistes ne peuvent pas concilier leurs échecs pratiques avec les promesses théoriques de Marx, mais refusant obstinément de tirer les leçons de cette contradiction. Les idéologues ratés qui prônent de fausses visions de l’avenir deviennent inévitablement plus coercitifs et violents à mesure que les échecs s’accumulent. C’est là la marque durable du marxisme dans l’histoire : des taches sanglantes et des charniers partout où il a été imposé.

Certains des plus ardents défenseurs du marxisme ont reconnu cette vérité à contrecœur au siècle dernier. Karl Kautsky – fervent marxiste, collègue de Friedrich Engels et théoricien influent du Parti social-démocrate allemand – a fustigé la révolution socialiste de Vladimir Lénine en Russie :

« Parmi les phénomènes dont le bolchevisme est responsable, le terrorisme, qui commence par l’abolition de toutes les formes de la liberté de la presse, et à propos d’un système d’exécutions massives, est certainement la plus frappante et la plus répugnante de toutes. »

Incapable d’accepter que la violence soit inextricablement liée au marxisme, Kautsky a fait écho à la plainte naïve selon laquelle l’histoire ne peut être « précipitée ».

La « vitesse » de l’Histoire n’a cependant jamais été la source de la violence du marxisme. Les erreurs internes du marxisme, le mépris de la liberté personnelle et l’imposition de relations humaines contre nature créent les conditions nécessaires à la terreur, à l’effusion de sang, à la pauvreté, à l’agonie et à l’angoisse.

Ce qu’il est important de comprendre, c’est que les différents projets occidentaux actifs aujourd’hui impliquent tous ce long conflit entre marxistes sur la meilleure façon de réaliser leur « révolution ». Bien sûr, il reste encore quelques pacifistes dans la salle des professeurs qui croient – ​​​​comme Kautsky – que les sociétés humaines évolueront naturellement vers des utopies marxistes et des communes « équitables » à partir des pures forces déterministes du matérialisme historique.

Cependant, nombreux sont ceux qui croient que la répression politique, la terreur et la violence sont essentielles au succès. Quelque part entre les deux – du moins pour le moment – ​​​​se trouve la grande majorité des forces gouvernementales et non gouvernementales qui prônent des formes démontrables de socialisme marxiste sous couvert de politiques publiques ostensiblement destinées à faire progresser l’environnementalisme, les migrations de masse, la préparation aux pandémies, la lutte contre les minorités. droits humains, ou développement économique « durable » dans les communautés pauvres.

Nous connaissons leurs nombreux noms : la « Grande Réinitialisation » du Forum Économique Mondial, « l’Agenda 2030 » des Nations Unies, le « New Deal Vert », les initiatives « Reconstruire en Mieux », les « Fondations pour une Société Ouverte » de George Soros, et le « Traité sur la pandémie » de l’Organisation mondiale de la santé.

Il y a un bien d’autres bien sûr. Chaque problème mondial perçu offre aux socialistes marxistes une opportunité de « résoudre » ce problème en construisant des institutions financières et gouvernementales qui font avancer leur « révolution ». Ils croient qu’ils peuvent « accélérer » la « progression » de l’histoire humaine en créant des conditions douloureuses qui justifient l’architecture du communisme.

La grande majorité des mondialistes qui dirigent les banques centrales, les rédactions, les agences de renseignement, les services administratifs, les assemblées législatives, les organisations religieuses à but non lucratif et de trop nombreux conseils d’administration d’entreprises sont tous de « vrais » croyants ».

Ne vous y trompez pas, lorsque ces marxistes mondialistes concluent qu’une force de résistance de plus en plus populaire au sein de la société occidentale menace leur « longue marche » vers la domination, ils ne baisseront pas les bras en signe de défaite, ne hausseront pas les épaules et n’admettront pas : « Eh bien, c’est ça la démocratie ».

Dans leurs esprits totalitaires tordus, seuls les alliés idéologiques méritent le respect « démocratique » ou la protection des droits civiques ; les ennemis idéologiques méritent une force dictatoriale et un despotisme sanglant.

Tout comme Lénine justifiait la « révolution violente » et défendait « un pouvoir illimité, basé sur la force et non sur la loi », les mondialistes d’aujourd’hui nous ont montré qu’ils sont pendant le « règne de la tyrannie du COVID » . En quelques semaines, ils ont jeté par la fenêtre la liberté d’expression, l’intégrité physique, la liberté religieuse, la procédure régulière et la liberté économique.

Dans son petit livre, La Défense du Terrorisme , Léon Trotsky soutient que la violence organisée contre les opposants à la « révolution » est moralement juste.

Les otages politiques du J6 d’aujourd’hui constituent un témoignage tragique que DC accepte ignominieusement.

Source Penseur américain avril 2024


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Aidez Elishean à survivre. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 134 fois, 1 visites aujourd'hui)
Bouton retour en haut de la page

En savoir plus sur Elishean 777

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading