Secrets révélés

Évolution à l’envers: l’histoire est cyclique et non linéaire

par GUIDO MINA DI SOSPIRO

Charles Darwin possédait certaines caractéristiques qui me l’ont beaucoup fait aimer. C’était un « amateur », pas un professionnel, ce qui expliquait clairement qu’une soif dévorante de connaissances est une manie, pas une profession, avec ses connotations cléricales et bureaucratiques.

Et il y a quelque chose d’immensément fringant dans son voyage sur le Beagle. Certes, il cherchait des exemples confirmant sa théorie préétablie ; également vrai, il a semblé négliger toute preuve qu’il a trouvée par hasard qui allait à l’encontre.

Mais le syndrome du biais de confirmation semble être ancré dans la nature humaine. L’objectivité est impossible.

Quoi qu’il en soit, lorsqu’il publie ses ouvrages phares Origin of Species (1859) et The Descent of Man (1871), il se trouve qu’il a les bonnes idées au bon moment. C’était l’âge du positivisme, ce descendant fier et le plus légitime des Lumières. Et c’était l’aube de l’âge le plus matérialiste et déterministe de l’histoire enregistrée.

La théorie de Darwin sur l’évolution biologique par la sélection naturelle a été reprise avec enthousiasme par Herbert Spencer et l’intelligentsia, et appliquée à la société dans son ensemble.

Le dogme de l’évolution est désormais enseigné dans toutes les écoles du monde occidental et se retrouve dans tous les manuels, et pas seulement de science, mais aussi d’histoire, d’éducation civique, etc. mythe matérialiste de l’évolution et du progrès.

Le vaste concept d’« évolution » a donc été un allié inestimable pour les sociétés modernes. Implicitement, mais souvent aussi explicitement, ceux-ci soutiennent qu’en se trouvant au sommet du processus d’évolution sociétale, la cosmologie qu’ils incarnent ne peut être que la meilleure. C’est un argument d’une puissance machiavélique.

²

Pourquoi, nous étions des singes; puis, des humains qui pouvaient à peine, disons, allumer un feu; finalement, nous avons maîtrisé la nature (et comment !) ; et maintenant, en tant que représentants des démocraties modernes dans le monde libre, laïc et éclairé, nous répandons la bonne nouvelle à nos semblables dans les pays moins privilégiés, ou plutôt les pays «en développement» et, sûrement, par les lois de l’évolution.

(Parmi de nombreuses « anomalies », Göbekli Tepe, le site archéologique d’Anatolie, démystifie une explication aussi simpliste, mais cela ne semble pas avoir d’importance pour l’establishment.) En effet…

En conséquence, une Pensée Unique est imposée au monde, ainsi qu’un Comportement Unique.

La même façon de raisonner, les mêmes « valeurs », la même façon de parler, de s’habiller, voire de manger. Un point de vue subjectif complètement arbitraire a été déguisé en objectif et est imposé à l’échelle mondiale à travers les lobbies culturels et les médias de masse.

Gloire à la suprématie intrinsèque du dogme évolutionniste, et à ses ramifications : le libéralisme et le marché libre, ce dernier étant, en effet, le résultat d’une sélection naturelle impitoyable.

Leibnitz, et bien plus récemment Popper, ont postulé que nous vivons dans « le meilleur des mondes possibles ». C’est le principe de raison suffisante. Alors que Leibnitz soutenait que Dieu n’aurait pu créer que le meilleur des mondes possibles, un monde qui subit constamment des changements pour le mieux, Popper affirmait que les sociétés occidentales contemporaines, et leur système socio-économique, représentent le meilleur système qui puisse être conçu comme opposé. à d’anciennes organisations sociales et culturelles.

Maintenant, cher lecteur, si vous êtes d’accord avec Leibnitz et Popper, ne lisez pas plus loin. Vous êtes un spécimen humain bien adapté, le résultat d’un endoctrinement culturel omniprésent ou d’un pur lavage de cerveau. Un vrai fils/fille de votre époque. Si vous n’êtes pas d’accord, lisez la suite – à vos risques et périls.

Quand j’étais adolescent, un groupe de rock progressif italien a sorti un album intitulé Darwin . L’une de ses chansons encourageait l’auditeur à « penser un peu différemment ». Il continuait en expliquant que rien n’avait été créé par Dieu, mais que toute la création s’était créée d’elle-même, puis s’était constamment améliorée grâce aux lois de l’évolution. Même le spaghetti rock cooptait sa propre version déformée du darwinisme ! Eh bien, je vous demande maintenant de « penser un peu différemment ».

Car voyez-vous – je ne crois pas que l’homme dérive du singe par évolution, mais que le singe dérive de l’homme par involution.

Joseph de Maistre a expliqué que les peuples sauvages ne sont pas des peuples primitifs au sens de peuples originels, mais plutôt les restes dégénérés de peuples anciens disparus.

Je me rebelle contre le dogme évolutionniste et affirme que les espèces animales montrent clairement la dégénérescence du potentiel primordial de l’homme. En un mot, le « philosophe interdit » Julius Evola a écrit :

« Ces potentiels insatisfaits ou déviants se manifestent comme des sous-produits du véritable processus évolutif que l’homme a mené depuis le début. Pour cette raison, l’ontogenèse, l’histoire biologique de l’individu, ne répète en aucune façon le processus de la phylogenèse, l’histoire évolutive présumée de l’espèce, mais repasse par des possibilités éliminées. Il s’arrête pour les décrire grossièrement, puis se déplace au-delà,

Assez anticonformiste ? Cela a un sens merveilleux, bien que non linéaire. Mais le scientifique aurait besoin de preuves. (La science institutionnelle, d’ailleurs, a tendance à jouer un jeu fixe, car elle établit ses propres règles, et écarte implicitement tout ce qui ne s’y conforme pas tout à fait.)

Imaginez, par exemple, un centaure, un cheval à quatre pattes surmonté par un torse humain à deux bras avec tête. Cette charmante créature, si elle était découverte quelque part, mettrait à genoux la théorie de l’évolution, car il n’y a tout simplement pas d’ancêtres dont les centaures auraient pu descendre.

D’un autre côté, le monde ésotérique pourrait bien nous considérer, humains à deux pattes, comme les bâtards dégénérés et mutilés d’un centaure.

Représentation d’artiste d’un Centaure qui apparaît dans l’œuvre littéraire Centaure du poète français Maurice de Guérin.

Les poètes recherchent la vérité, pas les scientifiques. Le poète français Maurice de Guérin dans son Centaure fait rencontrer la créature Pan, descendant des montagnes dans la vallée, pour y boire à une rivière. Il fait nuit. La rivière scintille, une traînée argentée sous la lune. Il s’agit de l’archaïque Pan, un être appartenant immédiatement à la Terre, pas du tout un dieu, bien que plus tard il sera promu à ce rang.

Et c’est Pan que le Centaure de De Guérin aperçoit cette nuit-là de l’autre côté de la rivière, ou… le premier homme. Le Centaure est submergé par le dégoût. Et par tristesse. En lui, le Centaure voit un individu mutilé. Cet être de l’autre côté du fleuve annonce, en outre, sa propre disparition, et la fin de l’âge d’or. Ce n’est pas par hasard que la rivière semble, dans la nuit, une traînée argentée. L’âge d’argent a commencé.

Le monde a dû être en deuil quand l’homme s’est détaché de cette partie de son être. L’âge d’or fait place à l’âge d’argent. Le sort reviendra à Hérodote, au Ve siècle avant notre ère, de passer de l’âge d’argent à l’âge de bronze. Il se situe à la croisée des deux époques et inaugure l’histoire. La Renaissance, puis les Lumières, inaugureront l’âge du fer, dans lequel nous vivons actuellement.

Le scientifique ne peut que rejeter cela. Il doit. Bien sûr, si des paléontologues ou des archéologues découvraient les restes d’un centaure, ce ne serait pas seulement un coup fatal à la théorie de l’évolution, mais à la science dans son ensemble. Aussi, trouver de véritables anachronismes serait utile. Comme des êtres humains fossilisés dans l’estomac, disons, d’un allosaure ; ou un trilobite dans les strates cénézoïques («récentes», jusqu’à 65 millions d’années).

Mais encore une fois, la science et les sociétés occidentales, dans l’ensemble, ont tendance à rejeter ou même à dissimuler les preuves susceptibles de nuire au statu quo. Cette censure est une tactique de survie, en aucun cas choquante ou originale.

Mais apparemment, des traces de nicotine ont été récemment trouvées à l’intérieur d’un ancien sarcophage égyptien. Le tabac étant une plante du Nouveau Monde, une telle découverte aurait dû changer au moins notre perception de l’histoire. En effet, cela signifierait tellement plus. Sans surprise, très peu a été dit ou fait à ce sujet.

Pourquoi, les études atlantes, c’est-à-dire l’idée de la possibilité qu’il y ait eu une civilisation avancée à l’époque préhistorique, sont profondément subversives. Elles tournent en dérision Darwin, Marx et Freud, et agacent grandement les « experts » du corps professoral. Elles questionnent la cosmologie du Big Bang. Ils n’inspirent aucune croyance dans le progrès ou l’ingénierie sociale. Et finalement ouvrir la porte à la «marée noire de boue», comme Freud appelait l’occultisme (en réalité l’ésotérisme) dans sa célèbre querelle avec Jung.

Il y a quelques années, j’ai passé pas mal d’après-midi et de soirées à interviewer le chaman, ou plutôt le « porteur de paquets », de la tribu Miccosukee, dans les Everglades du sud de la Floride.

Après quelques séances, j’ai réalisé que l’homme était capable de lire ma question suivante telle que je la formulais dans mon esprit et qu’il y répondrait sans que je la pose oralement.

Comme on pouvait s’y attendre, j’étais totalement incapable de lire dans ses pensées, ni dans celles de qui que ce soit. Finalement, une vision très étrange de l’histoire a émergé de ses paroles.

Lorsque les Espagnols chassèrent le dernier Maure, réalisant ainsi leur Reconquista d’époque après huit siècles d’occupation musulmane, cette même année 1492, Christophe Colomb découvrit officiellement et ostensiblement l’Amérique (par erreur ?). Ce n’est guère une coïncidence.

Certes, la métahistoire n’est enseignée dans aucune école, donc les gens en sont au mieux perplexes. Qu’il y ait des pouvoirs impliqués dans les changements d’époque qui vont bien au-delà de la mesquinerie de la cupidité humaine et des bouleversements sociaux semblerait une vérité évidente, mais au contraire niée catégoriquement comme totalement impensable par les hérauts du dogme historique évolutionniste. Et qu’ont fait les hommes blancs quand ils sont venus en Amérique, a demandé le porteur de paquets?

Ils ont trouvé l’âge d’or, je m’en rends compte maintenant, rétrospectivement. Ce n’était pas le Nouveau Monde ; c’était le Vieux Monde, plus ancien que l’histoire, plus ancien que le mythe.

Oui, l’Amérique était encore en état de grâce. Seules les céréales macroscopiques poussaient ici : le maïs, Zea mays , portant des grains sur de très grands épis qui ne nécessitaient aucune mouture. C’était la nourriture des géants, des Titans. Cacao, Theobroma cacao , le Fruit des Dieux, que ‘theo-broma’ signifie en grec. L’origine de cet arbre de sous-étage tropical était le cours supérieur de l’Amazone d’où il s’est déplacé vers l’Amérique centrale. La culture du cacao a commencé par les tribus mayas d’Amérique centrale, vers 1500 avant notre ère. Les Mayas et les Aztèques attribuaient une origine divine au cacaoyer, apporté par le dieu Quetzacoatl. La boisson sacrée appelée «chocolatl» était consommée dans des coupes en or. Et la liste continue.

Tabac, c’est-à-dire Nicotiana tabacum. Plante herbacée, le tabac a d’abord été utilisé par les peuples des Amériques précolombiennes. Les Amérindiens cultivaient la plante et la fumaient dans des pipes à des fins médicinales et cérémonielles. La variété rustica était utilisée par les chamans pour entrer dans des états de transe et provoquer des hallucinations.

Tomate, Lycopersicon esculentum, était un autre cadeau de l’âge d’or. Un fruit qui ne pousse pas facilement à partir d’un arbre et qui peut être cultivé n’importe où, à condition qu’il y ait suffisamment de chaleur. Ses fruits comestibles, charnus et généralement rouges sont devenus un aliment de base pour les cuisines du monde entier. Que serait la cuisine italienne sans elle ? Pas de pizzas ? Pas de pâtes ?

Et qu’en est-il des autres dons divins suivants : vanille ; les pommes de terre (qui, ironiquement, ont rendu possible la révolution industrielle) ; d’immenses troupeaux de bisons paissant et errant librement dans les plaines du Nord? Qu’en est-il de la dinde, qui est devenue un animal si symbolique aux États-Unis, et qui est élevée et consommée dans le monde entier ? Aucune volaille de cette taille n’a poussé en Europe et, encore une fois, avec raison, car l’Europe avait quitté l’âge d’or, puis l’âge d’argent, et quittait même l’âge du bronze.

J’ai une estampe d’Eanger Irving Couse que j’ai achetée à Taos, au Nouveau-Mexique. Peinte il y a une centaine d’années, elle représente une scène sylvestre. Un Amérindien, vêtu seulement d’un pagne, et accroupi sur ses genoux, se cache derrière un bouquet d’arbres, observant attentivement, sans être vu, des dindes dans une clairière, à quelques pas de lui. De sa main droite, il serre ce qui semble à première vue être une lance. En y regardant de plus près, on se rend compte qu’il tient simplement un jeune arbre sans branches, qui peut être confondu avec une lance, mais qui est en fait un jeune arbre élancé enraciné dans le sol. Cette image, d’ailleurs très bien exécutée, en dit long. L’amérindien, mince mais visiblement pas affamé, n’a pas l’intention de tuer les dindes, mais prend plaisir à les observer.

Photo de l’estampe Eanger Irving Couse de l’auteur.

Ces gens, des gens primitifs et originaux, méritaient l’âge d’or dans lequel ils vivaient encore.

Ils n’avaient pas besoin d’eschatologie. En effet, des dessins ont été trouvés dans des grottes représentant des chasseurs primitifs chassant également dans leur vie après la mort. Il n’y avait vraiment pas d’au-delà, pas de démarcation entre la vie ici et la vie ailleurs. L’âge d’or était le jardin des délices terrestres, et l’or lui-même, paradoxalement, n’était pas nécessaire.

L’homme blanc a apporté non seulement une multitude de maladies exotiques, mais aussi la banque, la plus grande de toutes.

En effet, l’Église catholique avait interdit pendant des siècles la perception d’intérêts, car elle la percevait comme une usure, avec des opérations bancaires et des prêts, devenant une pratique acceptée seulement au début de la Renaissance.

« Quoi », a demandé mon ami, le transporteur de paquets Miccosukee, « pour quoi les hommes blancs avaient-ils besoin de services bancaires en Amérique ? » En fait, ils possédaient tout : terres, arbres, rivières, poissons, volailles, gibier. Tout ce qu’ils ont vu. Pourtant, ils ont introduit cet artifice suprême : la banque.

Nous savons ce qu’il est advenu depuis des millions de bisons qui parcouraient les prairies, aux mains de l’homme blanc, chassant pour le sport avec des carabines à levier. Nous savons ce qui est arrivé aux Amérindiens. Pourtant, nous continuons à déguiser nos sociétés en résultat logique de l’évolution et du progrès.

Frederic Edwin Church, le peintre de la Hudson River School, s’est fait un devoir d’enregistrer les derniers vestiges de l’âge d’or sur ce continent. Il n’a épargné aucun effort pour atteindre les endroits les plus reculés afin d’en dépeindre leur Golden Grandeur. Bien plus que Turner ou Caspar David Friedrich, respectivement d’Angleterre et d’Allemagne ; précisément parce qu’il a parcouru les Amériques, il a eu la dernière chance de chanter sa gloire dorée.

Cet article a été publié dans New Dawn Special Issue Vol 12 No 3 .


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.


Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci



ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 225 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour naviguer sur le site.