TranshumanismeTV

Des mangeurs inutiles – Les priorités inversées et leurs conséquences

par John Carter

Qu’allons-nous faire de tous ces mangeurs inutiles ?

C’est une question que les architectes autoproclamés du futur se posent de plus en plus ouvertement ces derniers temps, alors qu’ils tracent notre trajectoire vers un futur cyborg post-humain dans laquelle l’intelligence des machines accomplira les fonctions économiques autrefois remplies par le travail physique et mental des humains.

Lorsque les usines seront entièrement automatisées, que les véhicules se conduiront eux-mêmes, que les fermes seront encastrées dans des tours hydroponiques entretenues par des drones insectiles, que les bâtiments seront construits par des serviteurs nécrobiotiques1, que le texte des publicités, des articles de presse et des rapports scientifiques sera composé par des systèmes linguistiques d’apprentissage profond et que les graphiques qui les accompagnent seront développés par leurs équivalents visuels, et que même les logiciels s’écriront d’eux-mêmes… lorsque tout cela sera devenu réalité, à quoi serviront les humains?

La réponse à laquelle est parvenu le bouffon de la cour du WEF, qui se transforme en philosophe de la cour, le schizo-autiste Yuval Harari, est qu’il n’y a aucune utilité – d’où les mangeurs inutiles.


L’écrasante majorité des espèces n’a aucune fonction dans leur système. La meilleure chose qu’ils puissent faire avec nous, c’est de nous permettre de quitter tranquillement et sans douleur la scène de l’évolution, notre disparition de la vie du monde étant facilitée par les drogues et la réalité virtuelle. Ils nous fourniront une capsule, du soja et des insectes à manger, et suffisamment d’UBI pour obtenir le crédit nécessaire à la subsistance de base, distribué via une monnaie numérique programmable de la banque centrale qui garantit que nous ne pouvons dépenser la pitance qui nous est allouée que pour les services de consommation par abonnement que notre crédit social nous permet.

Si vous voulez une image de l’avenir, imaginez des entrepôts caverneux et sans lumière et empilés de cercueils en plastique lisse renfermant des formes émaciées sans graisse ni tissu musculaire entre la peau grise et les os fragiles, les yeux jaunes retournés dans leur tête, des couronnes d’induction neuronale enveloppant leurs tempes, la chair percée de tubes d’IV, les sections médianes enveloppées de cathéters, les tuyaux d’aspiration aspirant la bave de leurs lèvres souriantes.

L’horreur sera hors de vue et hors de l’esprit, elle ne sera pas vécue comme une horreur par les victimes et, de toute façon, elle sera terminée bien assez tôt. Une génération ou deux et la population s’effondrera jusqu’à atteindre des niveaux durables, quelques centaines de millions de personnes, les descendants des oligarques et de leur bétail qu’ils trouveront marginalement utiles, amusants ou sexuellement distrayants pour les préserver, qui vivront alors dans une utopie robotisée, soignée par des machines pleines de grâce, tandis qu’ils se fondront dans l’esprit de ruche cyborg et s’élèveront vers l’apothéose numérique.

L’hypothèse centrale qui sous-tend ce crime de guerre en attente est que le but des êtres humains est de servir l’économie, plutôt que l’inverse – que nous vivons pour travailler, plutôt que de travailler pour vivre, comme le dit le dicton. Comme pour tous les mensonges les plus dangereux, il y a une part de vérité dans cette affirmation. Les humains trouvent un sens dans le service qu’ils rendent aux autres humains. Rien ne pourrit l’âme plus rapidement que la prise de conscience que l’on n’est fondamentalement d’aucune utilité pour ceux qui nous entourent. C’est pourquoi les États-providence mènent invariablement à la démoralisation spirituelle, une déchéance que l’on peut voir clairement inscrite dans la chair négligée de ces parties de la population qui deviennent dépendantes de l’aide sociale. Une existence sans but mène rapidement à l’inexistence.

Compte tenu de cela, il est certainement logique d’essayer d’épargner aux mangeurs inutiles l’ignominie de leur obsolescence à venir. Les altruistes efficaces seraient certainement d’accord pour dire que, tout bien considéré, si la majeure partie de l’humanité n’est plus nécessaire, la meilleure façon de minimiser la souffrance et de maximiser le plaisir est de gaver la population excédentaire de médicaments pendant qu’elle pourrit à mort. Les altruistes efficaces pourraient bien aller plus loin : même si cette tactique est de mauvais goût, le gain est après tout une Terre transformée en un jardin de plaisir indéfiniment durable. La vie de billions d’humains vivant dans l’utopie pendant les prochains millions d’années ne vaut-elle pas l’euthanasie évolutionnaire indolore de quelques milliards d’humains ? Surtout si l’on tient compte des capacités infinies de l’intelligence des machines et des humains augmentés par des machines – les hauteurs et les subtilités de l’expérience que ces entités peuvent atteindre rendent les sensations offertes à l’Humanité v1.0 aussi significatives en comparaison que celles d’un humain à une fourmi.

Cependant, voici le problème. La civilisation industrielle est essentiellement une vaste machine que les humains ont construite afin d’améliorer les vies humaines. Elle n’a d’utilité que dans la mesure où elle permet l’épanouissement de l’homme. Les fins de la civilisation industrielle, son telos, l’alpha et l’oméga de toute son existence, consistent uniquement et exclusivement à améliorer la vie des humains – que ce soit en nous donnant des capacités que nous n’avions pas auparavant, ou en augmentant notre capacité à faire des choses que nous pouvions déjà faire. Si elle cesse de faire ces choses, si au contraire on commence à envisager le sacrifice de l’écrasante majorité de l’espèce sur l’autel de la machine… eh bien, vos priorités sont devenues parfaitement inversées par rapport à leur orientation correcte.


Cette récente divagation de Morgoth soulève un point intéressant : Localisme ou goulag numérique ? (vidéo ci-dessus)

En raison de la pénurie d’énergie auto-infligée par l’Eurocrate, un PUB dans la région de Morgoth risque de fermer définitivement. L’établissement en question est ouvert depuis avant la bataille de Waterloo… bien avant que l’électricité ou le gaz naturel ne fassent partie du répertoire technologique. L’endroit a bien fonctionné pendant plus de deux siècles, servant de la bière chaude et des saucisses et de la purée cuites sur un poêle à charbon. Et maintenant, il va fermer, parce que le système dans lequel nous vivons n’est plus capable de maintenir des fonctions de base comme une pièce confortable dans laquelle vous pouvez siroter la bière locale en compagnie de vos amis.

Les milléniaux ne fondent pas de famille ou n’achètent pas de maison, parce que le marché des rencontres est devenu si toxique qu’ils ne trouvent pas de partenaires pour faire les premières choses, et les secondes sont devenues si chères que l’accession à la propriété est un rêve impossible pour quiconque ne gagne pas un revenu à six chiffres. Sans parler des coûts exorbitants liés à la naissance d’un enfant, sans parler des frais de garde, de l’éducation de l’enfant, etc. Encore une fois, ce sont des fonctions de base de toute société humaine. Nous fournissons un abri, une romance et des services de garde d’enfants depuis que nous expulsons les ours des cavernes pour les mettre à l’abri du vent d’hiver.

Ici, au Canada, si vous voulez un chien, vous devez être prêt à débourser des milliers de dollars. Il n’y a pas si longtemps, on pouvait obtenir un bâtard pour 50 $, ou même gratuitement si quelqu’un en bas de la rue avait une portée de chiots à offrir après que sa chienne soit sortie pendant ses chaleurs. Ma famille a fait ça une fois quand j’étais enfant. C’était des chiots mignons, et ils sont partis en un mois… ce n’était pas du tout difficile de leur trouver une maison. Les gens aiment les chiens. Les chiens aiment les gens. Les chiens font plus de chiens très facilement et sont plus qu’heureux de le faire.

Et pourtant, pour la première fois depuis qu’ils sont devenus nos compagnons d’évolution il y a vingt millénaires, le cadre réglementaire du libéralisme managérial2 a réussi à rendre rare et cher ce qui était jusqu’à très récemment si abondant qu’il était presque gratuit.

Les exemples semblent proliférer à l’infini. Nous voici, bien avancés dans le XXIe siècle, dotés d’une technologie qui nous donne des pouvoirs que les dieux païens d’autrefois auraient enviés, entourés de richesses matérielles sur lesquelles Crésus n’aurait pu que fantasmer, s’il avait eu l’imagination pour le faire… et notre ordre social ne peut pas remplir les fonctions biologiques et sociales les plus élémentaires que c’est la tâche première et la plus fondamentale de tout ordre social de remplir.

Ce gobelin bancaire Macron s’est récemment levé devant les caméras pour pleurnicher devant ses sujets que l’ère de l’abondance est terminée. Mais pourquoi cela ? Ce n’est pas parce qu’il n’y a pas assez d’énergie, ou de nourriture, ou de terre… les composants matériels pour satisfaire nos besoins sont tous là. Non, c’est parce que lui, et les limpides financiers qu’il représente, en ont décidé ainsi. Ils se sont consultés et sont arrivés à la conclusion qu’il est temps de concrétiser les prédictions malthusiennes de Paul Ehrlich.

Peu importe que l’esprit humain créatif ait constamment fait de Malthus un clown, que les progrès technologiques aient permis de trouver de nouvelles sources d’anciennes ressources, de développer des moyens plus efficaces d’utiliser les ressources et de découvrir des catégories entièrement nouvelles de ressources qui ont rendu les anciennes obsolètes.

Nos supérieurs se sont concertés et ont décidé que, puisque nous continuons à être plus malins que Malthus, nous ne serons tout simplement plus autorisés à utiliser notre intelligence. Au lieu de cela, on nous dira quelles technologies nous pouvons utiliser pour produire de la nourriture et de l’énergie, et les options qui s’offrent à nous ne seront que les pires options… non pas parce que d’autres options n’existent pas, mais simplement parce qu’ils ont décidé que nous ne serons pas autorisés à les utiliser.

Si l’effondrement malthusien ne se produit pas de lui-même, alors ils n’auront qu’à le provoquer. Le Club de Rome est le club avec lequel ils vont nous frapper.

Tout dans le superorganisme humain a une fonction. La fonction des élites est de coordonner le superorganisme, d’en assurer le bon fonctionnement, de telle sorte que les cellules qui le composent – les êtres humains qui le constituent – soient pourvues. Nos élites sont possédées par une folie noire, dans laquelle elles s’imaginent que ce n’est pas leur fonction de servir le superorganisme, mais l’inverse… de la même manière qu’elles s’imaginent que c’est la fonction des humains de servir l’économie, plutôt que l’économie de servir les humains… car elles ont décidé que la finalité de l’économie est de servir les appétits des élites. C’est une inversion parfaite du bon ordre des choses.

En ne servant qu’eux-mêmes, ils ont cessé de servir leur fonction.

En cessant de servir leur fonction, ils sont devenus inutiles.

L’Europe fait face à un hiver sombre et froid. Non pas parce qu’il n’y a plus assez de gaz naturel dans la Terre pour chauffer leurs villes, mais parce que leurs dirigeants ont fermé les pipelines tout en paralysant leur industrie énergétique nationale au nom de la déesse verte de la mort. Les Européens le savent. Les protestations ont déjà commencé, en République tchèque, en Allemagne. On soupçonne les Gilets jaunes français, qui se sont révoltés pendant plusieurs mois contre les taxes inutiles sur le carburant imposées par leur contrôleur financier, d’aiguiser les lames de la guillotine après l’intermède de quiétisme induit par le COVID.

La technologie moderne a depuis longtemps fait du père HIVER, l’ennemi primordial de l’homme européen, une personne âgée inoffensive, impuissante à les atteindre dans leurs bâtiments chauffés et isolés. Privé de cet ennemi, l’homme européen est devenu chaud, gras, confortable, mou et complaisant. Cette lassitude est la raison pour laquelle un peuple autrefois dirigé par des lions est passé sous l’emprise de sangsues, de tics et de vers. Les parasites ne sont ni sages ni forts, mais simplement rusés ; ils ne se rendent peut-être pas compte que l’hiver n’est pas favorable à leur forme de vie… qu’ils prospèrent mieux dans les marécages humides et puants des tropiques étouffants.

Le choc froid de l’hiver peut tuer l’âme européenne. C’est sans doute le but recherché.

Mais il peut aussi la réveiller.


C’est en hiver que la Chasse Sauvage se déplace.


Cet hiver, peut-être, Wotan sortira-t-il de son long sommeil dans l’ADN culturel et rassemblera-t-il à nouveau son peuple. Les hurlements des loups perceront la nuit gelée, les corbeaux excités se rassembleront dans l’attente du festin à venir. Wotan lèvera la main, arrêtant pour un moment le tourbillon frénétique des cavaliers aériens de la Chasse, et jettera son œil maléfique et impitoyable sur les hauts lieux de Londres, et Paris, et Berlin, et Bruxelles, et Davos.

« Que », demandera-t-il à son peuple, « qu’allons-nous faire de tous ces mangeurs inutiles ? »

Notes

1 C’est une chose réelle, en particulier, des pinces créées à partir d’araignées mortes .

2 Pour être précis, cela rendait illégales les «  usines à chiots  », au motif qu’elles étaient cruelles, rendant ainsi impossible l’achat de chiots à l’animalerie, ce qui a ensuite conduit les gens à gérer essentiellement des opérations d’élevage qui sont des usines à chiots dans tous les cas, sauf Nom. Même la fourrière facture plusieurs centaines de dollars pour un chien, maintenant.

Source



Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.


Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 362 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire