Secrets révélés

Ce qu’on ne vous dit pas sur la politique de Trump envers la Russie

Contrairement à ce qu'on veut vous faire croire, la victoire de Trump sera une très mauvaise nouvelle pour Poutine et la Russie

Les quatre années Trump ont apporté à la Russie des sanctions que les médias cachaient – ils voulaient donner à croire que Trump avait volé les élections avec l’aide de Poutine – souvenez-vous des accusations et de l’enquête pour collusion. Maintenant, il y a une très bonne chance que Trump s’installe de nouveau à la Maison-Blanche.

Donald Trump a employé les recettes qui font le succès des entreprises, et inventé une doctrine de relations internationales que même les plus habiles politiciens ne pourront reproduire que s’ils sont passés par la case créateur d’entreprise.

«La dissuasion par la démonstration de notre force» était le maître mot de la politique étrangère de Trump face aux pays autoritaires aux velléités agressives.


Pour rappel :

  • La Russie a envahi la Géorgie en 2008, alors que George W. Bush était président.
  • La Russie a pris la Crimée en 2014 alors que Barack Obama était président.
  • La Russie a envahi l’Ukraine avec Joe Biden comme président.
  • Cependant, lorsque Donald Trump était président, la Russie n’a saisi de territoire à aucun de ses voisins.
  • Trump a lancé des missiles en Syrie au début de 2017 – sans que Poutine, l’Iran ou évidemment Assad n’osent réagir.
  • Il a fourni une aide d’armes létales à l’Ukraine tout en maintenant un dialogue ouvert avec Poutine.

Ainsi, et aucun commentateur ne le comprenait, c’est en affichant son respect pour Poutine, en le qualifiant d’intelligent, en saluant le fait qu’il s’intéresse à son pays avant tout, “qu’il s’est toujours bien entendu avec lui”, et qu’il vaut mieux vivre en harmonie avec la Russie qu’être en guerre, que Donald Trump a, parallèlement, imposé aux Russes des sanctions très dures.

Sanctions sans précédent contre la Russie

Pendant qu’il faisait des remarques amicales et les tweets disant qu’il avait de bons rapports avec Vladimir Poutine, l’administration Trump a appliqué les sanctions suivantes :

  1. En août 2019, l’administration Trump a annoncé qu’elle limiterait les sources restantes d’aide étrangère et de ventes d’armes à la Russie, et qu’elle refuserait tout crédit américain à la Russie, notamment par l’intermédiaire de la Banque d’import-export. Les restrictions interdiraient également l’exportation de biens et de technologies sensibles en matière de sécurité.
  2. En mars 2019, Donald Trump a réimposé des interdictions de voyage et un gel des avoirs contre les personnes impliquées dans la saisie de la péninsule ukrainienne, sanctions décidées par le président Barack Obama en mars 2014.
  3. Quatre entités et sept individus, dont le financier russe Evgueni Prigozhin, ont été sanctionnés pour tentative d’ingérence dans les élections de mi-mandat américaines de 2018.
  4. En mars 2018, l’Administration Trump imposait de nouvelles sanctions économiques contre une vingtaine d’individus et entités russes responsables de cyberattaques aux États-Unis et ingérence dans les élections de 2016.
  5. En mars 2018 toujours, l’Administration Trump décidait d’expulser 60 diplomates russes, en réponse à l’empoisonnement de l’espion russe Sergei Skripal en Grande-Bretagne.
  6. 12 agents des renseignements russes ont été sanctionnés en juillet 2018 pour leur implication dans le piratage du Comité national démocrate et dans la campagne présidentielle de Clinton.
  7. Une femme russe a été inculpée en 2018 pour son rôle dans un complot visant à s’ingérer dans le système politique américain, notamment lors des élections de mi-mandat de 2018.
  8. Douze agents des renseignements russes de la mission russe auprès des Nations Unies à New York ont ​​été expulsés pour des actions considérées comme des abus de leur privilège de résidence.
  9. 5 entités et 19 individus russes – tous étroitement liés au Service fédéral de sécurité (FSB) russe – ont été sanctionnés en juin 2018.
  10. Sept officiers du service de renseignement militaire russe (GRU) ont été inculpés pour leur implication dans le piratage d’athlètes olympiques, d’organisations antidopage et de contrôleurs d’armes chimiques.
  11. 33 personnes et entités russes ont été sanctionnées en septembre 2018 pour leur rôle dans l’ingérence électorale américaine et leur implication dans le soutien aux opérations militaires en Syrie et en Ukraine.
  12. Une entité chinoise et son directeur ont également été sanctionnés pour avoir acheté des chasseurs à réaction et des missiles à la Russie.
  13. Sept oligarques russes et les entreprises qu’ils possédaient ou contrôlaient, 17 hauts responsables du gouvernement russe et une société publique russe de commerce d’armes (et une banque qu’elle possède) ont été sanctionnés pour leur rôle dans la promotion des activités malveillantes de la Russie, y compris l’occupation continue de la Crimée. , se livrant à des cyberattaques et soutenant le régime d’Assad.
  14. Le Bureau de contrôle des avoirs étrangers du Département du Trésor a identifié et sanctionné Maritime Assistance LLC, basée à Moscou, comme étant à la tête d’un «plan d’évasion des sanctions» visant à livrer du carburéacteur à la Syrie.
  15. Deux individus russes, une entreprise russe et une entreprise slovaque ont été sanctionnés en août 2018 pour avoir aidé une autre entreprise russe à éviter les sanctions liées aux activités malveillantes liées à la cybersécurité du pays.
  16. Trois individus russes ont été inculpés pour le piratage de Yahoo en 2014, dont deux agents du Service fédéral de sécurité (FSB) russe.
  17. En décembre 2017, le ministère du Commerce de Trump a annoncé de nouvelles restrictions en matière de licences et d’exportation pour les sociétés russes Novator et Titan-Barrikady concernant la production d’un missile de croisière interdit par le Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (INF).
  18. Durant l’été 2017, l’Administration Trump ordonnait à la Russie de fermer trois de ses installations diplomatiques aux États-Unis, dont son consulat à San Francisco, et deux annexes à Washington DC et à New York, et ce après l’approbation par le Congrès de sanctions liées à la Russie, et l’expulsion de la Russie de 755 diplomates américains.
  19. Toujours durant l’été 2017, Le président Trump a promulgué la loi CAATSA (Countering America’s Adversaries Through Sanctions Act), promulguant de nouvelles sanctions contre la Russie, l’Iran et la Corée du Nord.
  20. Un groupe tchétchène et cinq individus russes ont été sanctionnés en vertu de la loi Magnitski pour des allégations de violations des droits humains, notamment d’exécutions extrajudiciaires et de torture sur des homosexuels.
  21. Le réseau de lutte contre la criminalité financière du ministère du Trésor a proposé une nouvelle règle visant à interdire ABLV Bank AS, la troisième plus grande banque de Lettonie, pour son implication dans des activités illicites liées à la Russie.
  22. Trump a annulé une réunion avec Poutine au sommet du Groupe des Vingt suite à la saisie par la Russie de navires de la marine ukrainienne.
  23. Il a annoncé le retrait de l’Amérique de ses obligations au titre du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (INF) de 1987 parce que la Russie ne le respectait pas.
  24. Trump a imposé des sanctions en réponse au mépris persistant de la Russie pour les normes internationales, y compris l’opposition aux prêts et à l’assistance des institutions financières internationales et les restrictions à l’exportation de biens et de technologies.
  25. Les États-Unis ont sanctionné Evrofinance Mosnarbank, une banque basée à Moscou et détenue conjointement par des sociétés publiques russes et vénézuéliennes, pour avoir tenté de contourner les sanctions américaines contre le Venezuela.
  26. Sur l’occupation russe de la Crimée, le secrétaire d’État Mike Pompeo a publié une déclaration condamnant les actions illégales de la Russie en Crimée et son agression continue contre l’Ukraine.

Mesures sans précédent en faveur de l’Ukraine

  1. En réponse à l’attaque russe contre la souveraineté de l’Ukraine, le Département d’État américain a condamné la décision de la Russie d’accorder la citoyenneté accélérée aux résidents de l’est de l’Ukraine sous contrôle russe.
  2. En réponse à l’agression continue de la Russie en Ukraine, six individus et huit entités russes ont été sanctionnés en 2019 pour leur implication dans des attaques contre des navires de guerre ukrainiens dans le détroit de Kertch, l’annexion de la Crimée et leur soutien aux élections gouvernementales séparatistes dans l’est de l’Ukraine.
  3. Le président Trump a annoncé la prolongation pour un an de l’état d’urgence nationale en ce qui concerne l’Ukraine.
  4. 21 personnes et 9 entités ont été sanctionnées en janvier 2018 en relation avec le conflit en Ukraine et l’occupation de la Crimée par la Russie.
  5. En décembre 2017, Trump annonçait son soutien à la vente de munitions létales au gouvernement ukrainien dans sa lutte contre les séparatistes soutenus par la Russie dans la région du Donbas, une décision qui a fortement irrité la Russie, qui n’a pas réagi par peur des réactions du président Trump.
  6. En décembre 2018, Le Département d’État américain a annoncé qu’il fournirait 10 millions de dollars supplémentaires en financement militaire étranger pour renforcer les capacités navales de l’Ukraine en réponse aux attaques russes près du détroit de Kertch.
  7. Puis le département d’État de l’administration Trump a officiellement approuvé la vente d’armes à l’Ukraine d’une valeur de 47 millions de dollars au début mars 2018. Il comprenait des lanceurs javelots et des missiles antichars.

Récemment, Trump a promis de mettre fin au conflit en Ukraine dans les 24 heures :


“Je veux que les gens arrêtent de mourir. Les Russes et les Ukrainiens meurent là-bas.”

Ce qui alimente la frénésie impatiente des Pro-Poutine, c’est l’hystérie ouverte que Trump défend la civilisation contre le progressisme, le wokisme, le nationalisme contre l’UE, et détruit les non-sens de la gauche dont souffrent les citoyens de droite engagés – en oubliant l’active opposition de Trump à la Russie.

Lorsque les médias titrent : “L’UE doit-elle craindre le retour de Trump à la Maison-Blanche ?” (Euronews), les patriotes salivent.

La douche froide

Dans le contexte du narcissisme politique des pro-Trump-pro-Poutine, les déclarations du ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, sont comme un réveil brutal.

Lors d’une interview accordée à CBS, Lavrov s’est exprimé en nette dissonance avec les avis d’experts qui sont persuadés que le retour de Trump serait un bien incontestable pour la Russie.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, s’est exprimé dans le même sens, affirmant que “la Russie ne comprend pas comment les promesses de campagne de l’ancien président américain Donald Trump sur un règlement rapide du conflit en Ukraine peuvent être réalisées”.

Il y a deux possibilités : soit Lavrov et Peskov n’ont pas oublié les sanctions, et ont bien compris les déclarations de Trump envers la Russie en général et Poutine en particulier, soit les partisans des États-Unis et de la Russie savent quelque chose que les dirigeants russes ignorent.

Malgré les déclarations amicales de Trump sur la Russie lors de son premier mandat, il n’a rien accompli durant sa présidence en termes d’amélioration des relations avec la Russie. Non seulement cela, mais les politiques antirusses des États-Unis s’étaient durcies – et Poutine n’avait pas encore déclenché la guerre contre l’Ukraine. Je vous laisse imaginer ce que sera la réaction de Trump.

C’est sous Trump, et sans l’argument de la guerre en Ukraine, que des sanctions “perpétuelles” ont été imposées à la Russie, que des livraisons massives d’armes létales comme le Javelin (ralenties par Obama) ont commencé vers l’Ukraine, que la promesse de reconnaître la Crimée russe a été retirée, et que les républicains dirigés par Trump ont soutenu à bras-le-corps le projet de loi bipartisan visant à simplifier les procédures de confiscation d’actifs pour les Russes.

Mettre fin au conflit “en un jour”

Les pro-Trump savent deux choses que les autres ignorent, ou contestent.

  1. Donald Trump ne ment pas, il enjolive façon Marseillais, mais ne fait pas de mensonge.
  2. Autre chose que savent ses partisans : il tient ses promesses. Il ne fait pas de promesses dans le vide, façon démagogue.

Si nous examinons la promesse de Trump de mettre fin au conflit en Ukraine en un jour, il est certes un peu trop optimiste sur le calendrier, mais il sait de quoi il parle. Et le fait est que Trump n’a pas dit un mot sur la manière exacte dont il souhaite mettre fin au conflit ou sur les conditions d’un “accord” à proposer à la Russie est conforme à sa doctrine : souvenez-vous, il se moquait d’Obama qui annonçait à l’avance aux ennemis ce qu’il allait faire, quand il allait le faire, et comment. Donald Trump a toujours dit qu’il n’allait certainement pas dévoiler à ses ennemis quand et comment il allait frapper.

Et il ne demandera pas l’avis de la Russie.

Trump a déclaré lors d’une interview avec Tucker Carlson :

“Je dirais à Poutine, si vous ne passez pas un accord, nous allons donner beaucoup à Zelensky, et s’il le faut, nous allons leur donner plus que ce qu’ils n’ont jamais eu”.

Cela signifie que tout “accord” que Trump proposera à la Russie sera en fait un ultimatum.

C’est du pur Trump.

En outre, la fixation négative de Trump sur la Chine qui cannibalise l’économie des pays occidentaux n’est pas secrète. Cela signifie qu’avec une probabilité de 100 %, une partie de l’”accord” réclamé par Trump sera l’obligation pour la Russie de prendre sérieusement ses distances avec ce partenaire.

Et Trump a la force, le caractère et la puissance pour se transformer de russo-tolérant à russophobe en chef en une seconde.

Il faut comprendre que Trump 2.0 prônera toujours la paix par la force, et comme pour son premier mandat, il n’agira pas dans l’intérêt des élites américaines et du grand capital – ce que craignent les grandes entreprises pétrolières et gazières qui sont entièrement satisfaites du statu quo actuel où les cours sont très élevés mais dans l’intérêt des citoyens américains. Les États-Unis ne quitteront pas l’OTAN, il n’y aura pas de bouton “reset” façon Hillary Clinton.

La secrétaire d’État Hillary Clinton et le ministre russe des Affaires étrangères Sergey Lavrov appuient ensuite sur le bouton “reset”.

Si vous pouvez faire abstraction de la propagande médiatique contre Trump, voici la brutale réalité :

  1. ni les États-Unis ni la Russie ne changeront leurs évaluations initiales des causes du conflit en Ukraine et, par conséquent, un compromis est impossible.
  2. le financement occidental de l’Ukraine se poursuivra, mais celui des Etats-Unis augmentera fortement – sans limite : Trump ne perd pas.
  3. la Russie et les États-Unis ont des intérêts géostratégiques radicalement opposés.

Si l’Occident, pour reprendre les termes de M. Lavrov, “a un complexe de supériorité et un complexe d’impunité qui s’aggravent”, que dire de l’Amérique de Trump. Il négociera en exploitant les faiblesses de la Russie.

Trump sera toujours “amical” dans son approche, mais cela ne conduira qu’à la défaite de la Russie.

Cela signifie que les patriotes occidentaux de Poutine ne devraient pas se réjouir des victoires de Donald Trump, ni agiter des drapeaux à l’effigie de Trump, mais commencer leur deuil de la “Grande-Russie”, ou choisir leur camp.

© Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Aidez Elishean à survivre. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 447 fois, 2 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page