Mystères

Shambhala: une terre cachée qui peut exister dans la nôtre

par Arjun Walia

Nous avons déjà évoqué la possibilité d’une vie extra-dimensionnelle et de mondes pouvant exister dans le nôtre.

Examen de la vie extra-dimensionnelle et des mondes qui peuvent exister dans le nôtre

Dans cet article précédent, nous avons commencé par expliquer que la possibilité d’univers multiples et de dimensions multiples a été décrite dans presque toutes les cultures que nous connaissons. La tradition s’étend sur tous les siècles tout au long de l’existence humaine, et la tendance ne s’est pas arrêtée aujourd’hui, en particulier lorsque l’on plonge profondément dans le domaine de la mécanique quantique .

Aujourd’hui, nous allons parler de la légende de Shambhala.

On dit que Shambhala est un lieu physique autant que spirituel. Le concept de cette terre « cachée » vient de la philosophie bouddhiste. Apparemment, il a même une situation géographique quelque part au plus profond ou autour de l’Himalaya, peut-être plus près du Tibet. Il est devenu connu comme une «terre pure» bouddhiste qui existe dans la nôtre mais dans une autre dimension, et on dit qu’elle est habitée par des êtres très avancés et «illuminés». Sa capitale s’appelle Kalapa, qui est située au centre de Shambhala.


Selon le Dalaï Lama lors d’un discours qu’il a prononcé en 1985 lors des Initiations du Kalachakra :

« Bien que ceux qui ont une affiliation spéciale puissent effectivement y aller grâce à leur connexion karmique, ce n’est néanmoins pas un endroit physique que nous pouvons réellement trouver. Nous pouvons seulement dire que c’est une terre pure, une terre pure dans le domaine humain. Et à moins d’avoir le mérite et l’association karmique réelle, on ne peut pas réellement y arriver.

Selon la Société Théosophique,

« Shambhala, cependant, bien qu’aucun orientaliste érudit n’ait encore réussi à le localiser géographiquement, est une terre ou un district réel, le siège de la plus grande confrérie d’adeptes spirituels et de leurs chefs sur terre aujourd’hui. De Shambhala, à certains moments de l’histoire du monde, ou plus précisément de notre cinquième race-racine, sont sortis les messagers ou envoyés du travail spirituel et intellectuel parmi les hommes.

Edwin Bernbaum, Ph.D., est conférencier, auteur et spécialiste de la religion comparée et de la mythologie. Il a travaillé pendant de nombreuses années en mettant l’accent sur le bouddhisme et l’hindouisme et les applications du mythe à divers domaines de la vie moderne, allant de la science aux affaires et au gouvernement.

Selon lui, Shambhala est rond, mais représenté comme une fleur de lotus à huit pétales, qui est un symbole du chakra du cœur. Il précise également dans son livre, The Way To Shambhala, que le chemin n’est pas clair.


Son travail fournit de multiples enregistrements de Shambhala de plusieurs siècles et royaumes qui ont régné dans toutes les régions d’Asie à travers l’histoire.

Il existe de nombreux documents historiques, écrits et œuvres d’art représentant Shambhala. Bernbaum a accompli un exploit majeur en produisant ce livre informatif. Il a apporté une clarté considérable à la question de Shambhala et de l’eschatologie bouddhiste, combinant des recherches universitaires avec des rapports approfondis d’informateurs vivants, y compris un certain nombre de lamas distingués.

C’est ce qu’expriment également de nombreux chercheurs dans le domaine,

« L’histoire du royaume de Shambhala quelque part au nord du Tibet, où le Kālacakra enseignements sont préservés et enseignés, jouissent d’une grande popularité au Tibet et dans les régions mongoles (Kollmar-Paulenz 1992-1993). Au Tibet, les premiers ouvrages (hormis le Kālacakratantra et ses commentaires) faisant référence ou traitant explicitement de Shambhala remontent aux XIIIe et XIVe siècles. Au cours de cette période, les premiers guides du royaume ont également été produits. Certaines des chroniques historiques tibétaines les plus connues traitent du royaume.

– Karénina Kollmar-Paulenz, Université de Berne, « Visualiser l’Autre non bouddhiste : une analyse historique du mythe Shambhala en Mongolie au tournant du XXe siècle »

Voici une description de l’ Encyclopédie bouddhiste tibétaine , qui est également en corrélation avec diverses autres sources qui ont exploré ce sujet,

« Quelque part loin dans le Nord, raconte une légende tibétaine, se trouve le royaume de Shambhala, protégé du monde extérieur par des sommets montagneux aussi hauts que les cieux et acérés comme les dents d’un tigre. Cette terre a la forme d’un lotus géant à huit pétales. Ceux qui ont la chance d’atteindre cet endroit merveilleux sont impressionnés par ses beaux et nombreux lacs, étangs, prairies, forêts et bosquets. Au milieu de Shambhala se dresse sa capitale, Kalapa, dont les palais sont tous faits d’or pur, d’argent, de turquoise, de corail, de perle, d’émeraude, de cristal de lune et d’autres pierres précieuses. Au lieu de plafonds, ces palais ont des sphères de cristal grossissantes circulaires spéciales à travers lesquelles les gens peuvent contempler les dieux, le soleil, la lune et les étoiles, si proches qu’ils semblent à portée de main.

Les moustiquaires des fenêtres sont en bois de santal et les trônes sont tous en or pur. Au sud de Kalapa, le chercheur trouvera un bosquet d’agrément spécial, et à l’ouest on aperçoit le magnifique lac où les humains et les dieux profitent ensemble de promenades en bateau.

Les habitants de Shambhala ne deviennent jamais malades ou vieux, et ils sont bénis avec de beaux et beaux corps. Les lois du pays sont douces et douces, et les passages à tabac ainsi que les emprisonnements sont totalement inconnus. Enfin, les habitants de Shambhala n’ont jamais faim. Dans l’ensemble, les habitants du royaume sont bons, vertueux et intelligents, et capables d’atteindre le Nirvana au cours de leur vie. Les prêtres de Shambhala sont très fidèles et humbles. Ils rejettent les possessions matérielles et marchent pieds nus et tête nue, vêtus uniquement de robes blanches.

Michael Wood, un ancien journaliste de la BBC, le décrit comme un royaume perdu enterré quelque part dans l’Himalaya, et écrit sur la façon dont le nom Shambhala apparaît pour la première fois dans un texte connu sous le nom de tantra Kalachakra – ou enseignement de la roue du temps. Cette doctrine Kalachakra appartient au plus haut niveau de l’enseignement bouddhiste Mahayana.

Il écrit qu’à Shambhala, les gens vivent dans la paix et l’harmonie et sont fidèles aux principes du bouddhisme. Dans ce pays, la guerre, le chagrin et la douleur étaient complètement inconnus.

Une prophétie

Selon Michael, un commentateur du tantra Kalachakra le décrit comme suit :

« Le pays de Shambhala se trouve dans une vallée. Il n’est accessible que par un anneau de pics enneigés comme les pétales d’un lotus… Au centre se trouve une montagne de cristal de neuf étages qui se dresse au-dessus d’un lac sacré, et un palais orné de lapis, de corail, de pierres précieuses et de perles. Shambala est un royaume où la sagesse de l’humanité est épargnée des destructions et des corruptions du temps et de l’histoire, prête à sauver le monde en cas de besoin.

La prophétie de Shambala déclare que chacun de ses 32 rois régnera pendant 100 ans. Au fur et à mesure que leurs règnes passeront, les conditions dans le monde extérieur se détérioreront. Les hommes deviendront obsédés par la guerre et poursuivront le pouvoir pour lui-même et le matérialisme triomphera de toute vie spirituelle. Finalement, un tyran maléfique émergera pour opprimer la terre dans un règne despotique de terreur. Mais juste au moment où le monde semble au bord de la chute et de la destruction totales, les brumes se lèveront pour révéler les montagnes glacées de Shambala. Ensuite, le 32e roi de Shambala, Rudra Cakrin, dirigera une puissante armée contre le tyran et ses partisans et dans une dernière grande bataille, ils seront détruits et la paix restaurée.

– Shangri-La, de Michael Wood

Nicholas Roerich (1874-1947), un explorateur russe bien connu, écrit également que Shambhala est situé dans le Nord. Il a voyagé à travers la Mongolie et la Chine jusqu’aux frontières du Tibet, et dit que lors d’une conversation avec un Lama, on lui a dit que le grand « Shabmhala est bien au-delà de l’océan. C’est le puissant domaine céleste. Cela n’a rien à voir avec notre Terre. Ce n’est qu’en certains endroits, dans le Grand Nord, que vous pouvez discerner les rayons resplendissants de Shambhala. Il a affirmé que l’entrée était profonde dans les hautes montagnes. Le Lama a également dit à Roerich que le roi de Shambhala est :

« Toujours vigilant pour la cause de l’humanité : il voit tous les événements de la terre dans son « miroir magique » et la puissance de sa pensée pénètre dans les terres lointaines. Innombrables sont les habitants de Shambhala. Nombreuses sont les splendides nouvelles forces et réalisations qui y sont préparées pour l’humanité.

– Nicholas Roerich, Shambhala : A la recherche de la nouvelle ère, Rochester, VE : Inner Traditions, 1990

Un « Armageddon bouddhiste »

Dans certaines prophéties bouddhistes, l’équivalent d’un «Armageddon» est également appelé Shambhala, dans lequel le bien triomphe du mal. Grâce à Shambhala, la planète est restaurée plutôt que détruite afin que les gens puissent poursuivre l’illumination après que cela se soit produit. C’est peut-être ce qui est en train d’être préparé pour l’humanité à Shambhala, comme Roerich l’a mentionné ci-dessus.

La classe la plus élevée de tantra bouddhiste, l’anuttarayoga, enseigne des méthodes de méditation parallèles au processus de mort et de renaissance afin d’accéder au niveau d’esprit le plus subtil, qui se manifeste apparemment naturellement au moment de la mort. En utilisant ce niveau d’esprit unique pour acquérir un type de conscience heureuse non conceptuelle de la vacuité, les pratiquants débarrassent à jamais leurs facultés mentales de l’inconscience, des émotions perturbatrices, des forces karmiques et des tendances et habitudes de tout cela et plus encore.

Ce faisant, ils arrêtent les forces qui causent les cycles de leurs morts et renaissances ordinaires, et atteignent ainsi la libération et l’illumination afin qu’ils puissent bénéficier au mieux à tout le monde, et peut-être aller au-delà du cycle de réincarnation dans tout ce qui se trouve après.

Ces types d’enseignements de la philosophie bouddhiste font référence aux cycles que les univers subissent périodiquement, avec une dissolution récurrente, des périodes vides, une évolution et une durée, similaires à ce que les «êtres limités» subissent avec une mort, une renaissance et une durée de vie récurrentes. Les pratiques de méditation débarrassent le pratiquant d’être sous le contrôle non seulement de ces cycles internes récurrents de mort et de renaissance, mais aussi des cycles externes parallèles de l’univers.

Tout est lié. Ce que les êtres traversent à l’intérieur est un miroir et un parallèle à ce que le monde physique expérimente aussi en tant que collectif, semble-t-il, selon cette doctrine. Cela donne plus de sens à l’idée que le changement vient de l’intérieur et que se changer de l’intérieur est la clé pour changer le monde que nous voyons à l’extérieur de nous.

C’est, d’après ce que j’ai compris, l’idée fondamentale de « la fin » dans la philosophie bouddhiste, mais ce n’est en réalité qu’un nouveau départ.

C’est un peu difficile pour moi de comprendre, mais cela est en corrélation avec d’autres religions qui semblent prêcher sur les cycles de l’humanité. Ceux-ci se trouvent également dans les traditions védiques et indigènes, par exemple.

Le Dr Alexander Berzin, un érudit renommé, traducteur et enseignant du bouddhisme tibétain explique, dans son article, Kalachakra ne prédit pas un Armageddon réel ,

« Le système Kalachakra ou « Cycles du temps » du tantra anuttarayoga ajoute encore d’autres parallélismes externes et internes. Afin de rendre le processus de purification aussi complet que possible, ce système présente un modèle de cycles astronomiques et astrologiques externes, ainsi que des cycles de respiration interne et d’énergie subtile, qui non seulement sont parallèles les uns aux autres, mais également parallèles à ses pratiques de méditation spéciales. Dans le même but d’inclusivité, le système présente également une image spécialement conçue de l’histoire, de la géographie et de la physiologie qui est similaire à cette structure, mais qui, en raison de sa conception consciente, diffère de l’image dessinée dans d’autres textes bouddhistes. En comprenant que toutes ces structures macro et microcosmiques correspondantes se produisent sous l’influence du karma individuel et collectif, les pratiquants entreprennent une méditation Kalachakra analogue afin de purifier leurs continuums mentaux de ce karma et d’atteindre la libération et l’illumination. Ainsi, le but ultime de la pratique du Kalachakra n’est pas différent de celui des autres systèmes de tantra anuttarayoga.

Afin de faire sa présentation des méditations pour surmonter l’ignorance et les émotions barbares perturbatrices qui amènent le karma qui doit être purifié, les textes du Kalachakra ajoutent à l’image qu’il dresse des cycles de l’histoire des descriptions de faux et vrais messies, des invasions de Shambhala , batailles apocalyptiques et nouvel âge d’or. Cette représentation historique s’inspire des caractéristiques de la politique, des événements et des croyances et préoccupations pan-religieuses populaires de l’époque et du lieu où la littérature de Kalachakra a émergé, à savoir le début du Xe siècle de notre ère dans la région située entre l’est de l’Afghanistan et le Cachemire.

Il y a un grand shambhala thangka (peinture bouddhiste tibétaine) conservé à la Galerie nationale de Prague, en République tchèque. Il serait d’origine tibétaine et daterait du XIXe siècle. La thangka de Prague dépeint le royaume mythique de Shambhala et la bataille «apocalyptique» qui s’ensuit à la «fin des temps» entre l’armée de Shambhala et l’armée des soi-disant ennemis du dharma. Cette bataille semble avoir lieu en 2424, mais qui sait si cette interprétation est réellement exacte.

Les collections asiatiques de la Galerie nationale de Prague l’ont acheté d’un propriétaire privé, qui ne pouvait pas – ou ne voulait pas – fournir d’informations sur ses origines.

D’après ce que je comprends, comme indiqué ci-dessus, il est prophétisé que lorsque le monde sombrera dans la guerre, le matérialisme, la cupidité et que tout sera perdu, le roi de Shambhala à l’époque émergera avec une armée, vaincra les forces obscures et inaugurera une âge d’or mondial. C’est peut-être la bataille qui est décrite dans le thangka mentionné ci-dessus.

Encore une fois, je suis confus si cette représentation représente une bataille réelle, ou simplement une bataille contre les «forces obscures» du matérialisme, de la cupidité et de l’égoïsme qui résident chez les humains.

Vous trouverez ci-dessous quelques images du thangka, la première représentant la capitale de Shambhala, comme mentionné précédemment.

« Kalápa, la capitale de Shambhala, est entourée de yourtes ; de telles représentations sont rares et impliquent une origine mongole pour le thangka . Selon des textes bouddhiques, comme la Description de la route vers Kalápa (voir Newman 1996), Kalápa est un palais splendide, un paradis sur Terre, où tout le monde est heureux, où les gens ne connaissent pas le mal, la haine et l’ignorance, et où ils vivent jusqu’à l’âge de cent ans. On dit que Kalápa possède un pouvoir spirituel spécial, qui se manifeste en permettant à un pèlerin avancé d’atteindre toutes les perfections naturelles et surnaturelles ( siddhi ) en rendant hommage aux saints souverains; un pèlerin moins avancé reçoit des conseils spirituels, qui l’aideront à mener à bien son voyage spirituel.

-Newman, John. 1996. « Itinéraires vers Shambhala. » In Tibetan Literature: Studies in Genre , édité par José Ignazio Cabezón et Roger R. Jackson, 485–499. Ithaca, NY : Publications du Lion des Neiges.

Ci-dessous se trouve la représentation visuelle des mythes, Kālacakra. La divinité de la roue du temps / Kālacakra en sanskrit, est considérée comme la principale divinité Shambhala par les bouddhistes tibétains.

« L’aspect pratique des rituels dans les temples de Kālacakra consistait en des prières pour la renaissance dans le royaume de Shambhala, l’avènement du maître de la doctrine bouddhiste et la libération dans la lutte contre les ennemis du bouddhisme, qui se produira sous le règne du vingt-et-un cinquième roi Rigden Dragpo (Tib. Rigs ldan grags po ), c’est-à-dire Raudracakrin. Un type spécial de bâtiment sacré – un temple pour la Roue du Temps (Tib. dus ‘khor grwa tshang ) – a été érigé dans les monastères tibétains. Les rituels qui se déroulaient au sein de ces structures se concentraient principalement sur l’astrologie et le mythe Shambhala. Kālacakra est représenté ici embrassant son partenaire tantrique Shakti.

– Belka, Luboš. 2019. « Shambhala et le Thangka de Prague : la représentation visuelle du mythe. » Cross-Currents: East Asian History and Culture Review (revue électronique) 31 : 257–262.

Ci-dessous représente le commandant ennemi dans un palais entouré de ses soldats en uniformes bleu foncé; son visage est noir et son armure n’est pas visible, mais ses vêtements ressemblent à ceux de Raudracakrin (le roi de Shambhala à l’époque). C’est la scène finale, qui est liée à la scène où Raudracakrin tue le commandant ennemi avec une lance. C’est une représentation visuelle de la lutte victorieuse entre les bouddhistes et leurs ennemis, qui sont parfois décrits comme islamiques, ce qui serait encore une fois en contradiction avec ce que les experts décrivent comme Shambhala et leurs manières.

Encore une fois, ces images proviennent d’une source inconnue, et au cours des deux cents dernières années, les mythes de Shambhala ont été, dans certains cas, politisés, militarisés et modifiés, et peuvent ne pas représenter quelque chose de précis du tout.

En tombant sur ce thangka, l’idée qu’il y aurait une sorte de bataille, avec la mort, la destruction et une guerre sainte entre le bouddhisme et d’autres écoles de foi, n’a tout simplement pas trouvé de résonance avec les autres écrits que j’ai lus sur Shambhala. C’est, apparemment, une terre qui ne connaît rien de ce type d’expérience. Compte tenu de cela, et couplé avec le fait que la source de ce thangka est complètement inconnue, je suis très sceptique quant à sa validité/interprétation.

Pour moi, le mythe représente simplement les cycles du temps que traverse l’humanité et la bataille intérieure à laquelle nous sommes tous confrontés pour vaincre la cupidité, le matérialisme et les parties de l’ego qui ne nous servent pas. Mais encore une fois, je ne le vois pas comme un mythe, je vois Shambhala comme un lieu où résident des êtres qui ont surmonté les problèmes avec lesquels de nombreux êtres humains luttent encore, à tel point que nous, en tant que collectif, ne sommes toujours pas conscients qu’ils sont même un problème.

Le Dr Alexander Berzin explique ,

« Le dialogue et la compréhension interreligieux, plutôt que la suspicion et la méfiance mal informées, sont nécessaires pour favoriser la paix dans le monde. L’octroi d’une initiation au Kalachakra est une contribution bouddhiste à ce processus d’une importance vitale et certainement pas une procédure de recrutement pour une guerre sainte bouddhiste. Il rassemble des personnes de différentes confessions et croyances laïques dans une atmosphère pacifique pour une réaffirmation de leur engagement moral à contrer l’ignorance et les préjugés avec une compréhension et un respect mutuels.

Les adeptes de cette doctrine et la «terre pure» décrite comme Shambhala participant à un type réel et physique de guerre contre d’autres religions, comme le décrit l’œuvre d’art référencée ci-dessus, encore une fois, n’ont tout simplement aucun sens pour moi. Cela étant dit, j’ai pensé qu’il était important d’inclure l’œuvre d’art simplement parce que c’est une partie importante de l’histoire qui semble être populaire lorsqu’on discute de la légende de Shambhala.

Le thème commun

Le thème commun que je semble trouver lors de mes recherches sur cette terre cachée est essentiellement un appel à l’humanité, ce que Bernbaum (mentionné ci-dessus) dans son travail a appelé la nécessité de découvrir «l’intérieur du mythe du progrès».

C’est, selon lui, ce qui est nécessaire en ce moment pour équilibrer l’élan matérialiste et le « progrès » qui poussent l’humanité vers sa propre fin.

En ce moment, nous abusons des personnes, des objets et de toute vie sur terre. Nous sommes complètement en décalage avec la nature sacrée qui nous entoure et comment nous pouvons créer un mode de vie très avancé où toute vie peut prospérer. L’humanité a tellement de potentiel.

Nous avons le potentiel de créer cette expérience humaine, une expérience dans laquelle le service aux autres, la compassion, l’empathie et le respect régissent notre existence, et non la compétition et une attitude de « survie du plus fort » qui est ancrée dans notre culture. S’il y a un message à venir du pays de Shambhala, c’est celui-ci.

Ce type de message est également en corrélation avec celui de l’ancienne prophétie indigène, selon laquelle notre expérience humaine devrait être guidée par l’amour, le respect, le courage, l’honnêteté, la sagesse, l’humilité et la vérité.

Imaginez, si nous avions des gouvernements et des gens ancrés dans ces enseignements, peut-être que la Terre se transformerait en un Shambhala à part entière, devenant une civilisation très avancée où une technologie très avancée est libérée et utilisée pour aider les autres, au lieu d’être militarisée et utilisée pour nuire aux autres.


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Aidez Elishean à survivre. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 368 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page

En savoir plus sur Elishean 777

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading