Secrets révélés

Quel secret se cache derrière les anciennes Pétrosphères?

Les boules de pierre sculptées restent une énigme et ouvrent une porte sur une nouvelle réalité historique.

Il existe plusieurs exemples de boules de pierre sculptées dans les cultures préhistoriques dont les significations originales ne peuvent plus être que devinées.

Les pétrosphères de l’Écosse néolithique semblent montrer un lien inattendu avec les solides platoniciens, tandis que les centaines de pierres sculptées sur la côte pacifique du Costa Rica suggèrent quelque chose de tout à fait différent.

Peut-être que tout ce que nous regardons avec ces boules de pierre sculptées est une tentative d’exprimer notre affinité avec la géométrie, mais quelle que soit l’incitation culturelle, il n’y a aucun doute sur la beauté d’une sphère parfaite lorsqu’elle rencontre l’œil.

Il existe deux types de pétrosphères – celles façonnées par les humains et celles formées par la nature.


Il y a eu plusieurs suggestions pour tenter d’expliquer pourquoi les gens ont été poussés à produire des boules de pierre à une si grande échelle (comme dans le cas de l’Écosse et du Costa Rica), allant des symboles de richesse ou de statut aux aides géométriques ou en raison de leur serein, beauté harmonique, mais il y a plus qu’assez d’exemples pour montrer que la pierre elle-même a reçu une forme de révérence dans la préhistoire, et était probablement considérée comme étant dotée de qualités « spéciales » (comme le montrent la sélection et le transport spécifiques de la pierre aux mégalithes).

Il est certain que d’autres cultures semblent être devenues « épris » de la sculpture sur pierre, comme les habitants de l’île de Pâques, les Égyptiens, les Mayas, et c’est peut-être tout ce que nous voyons avec les pétrosphères sculptées.

Les boules de pierre écossaises

La majorité des boules ont été découvertes dans l’Aberdeenshire, une zone également associée à une forte concentration de cercles de pierres couchées . La plupart des boules de pierre sont conformes à une taille standard et plus de la moitié ont six boutons géométriques en relief gravés dessus, bien que certaines aient jusqu’à 160 fossettes gravées dessus.

Plus de 400 de ces petites pierres géométriques sculptées ont été découvertes en Écosse. Curieusement, elles semblent avoir été fabriquées avec une compréhension des « solides platoniques », car la majorité d’entre elles ont été conçues pour se conformer à l’un des cinq solides géométriques.


Ces petites boules de pierre sculptées sont des objets distinctement écossais, avec plus de 425 connus. Elles sont de taille similaire et quelques-unes sont décorés de spirales et de motifs courbes.

Alors que la plupart des boules sculptées sont des objets écossais, plusieurs ont été découvertes dans les Orcades et quelques-unes ont été trouvées à Skye, Iona, Lewis, Harris et Uist. De plus, certaines ont été découvertes en Irlande et en Angleterre.

Les mathématiciens s’intéressent aux boules de pierre sculptées en raison de leur beauté esthétique car elles ont parmi elles toutes les formes symétriques des cinq solides platoniciens. Des boules de pierre sculptées ont été trouvées avec jusqu’à 160 boutons, mais six est le nombre le plus courant.

Elles ont commencé à apparaître vers 1850, tous les exemplaires étant en pierre à l’exception d’un seul spécimen en bronze du Lanarkshire.

Très peu ont été trouvés dans des contextes archéologiques sécurisés et leur datation a été vivement débattue pendant de nombreuses années – il a déjà été suggéré qu’elles étaient saxonnes. Cependant, des exemples ont été trouvés lors de fouilles dans la colonie néolithique ultérieure de Skara Brae, dans les Orcades. La décoration de nombreuses boules est similaire à celle d’autres artefacts de l’époque, tels que la poterie Grooved Ware et l’art des tombes à couloir.

Les boules peuvent être assez élaborées; les plus courantes sont celles à six boutons en saillie, qui peuvent être simples ou décorés. Elles sont généralement de taille très similaire. Sur 387 boules connues au moment de l’étude exhaustive de Marshal, 375 étaient « à peu près de la même taille, avec un diamètre de 70 mm, 12 grosses boules de 90-114 mm et 7 boules ovales ». L’uniformité de la taille est l’une des caractéristiques les plus remarquables des boules, bien qu’elles présentent une grande variété de traitements.

Boules de pierre sculptées comme objets de prestige

Si nous regardons le registre des sépultures pour la préhistoire ultérieure, nous constatons que les sépultures dans les monuments ne représentent qu’un petit pourcentage de la population. Bien que nous trouvions parfois ce que l’on pourrait qualifier d’objets de «haut statut» enterrés avec le corps du défunt (la tête de masse en pierre avec manche décoré d’os de Bush Barrow par exemple), pas une seule boule de pierre sculptée n’a été trouvée dans ce contexte.

Elles sont invariablement révélés comme des trouvailles errantes dans les champs des agriculteurs (à quelques exceptions près), et jamais dans un contexte qui indiquerait un statut élevé.

Les boules de pierre géantes du Costa Rica

Avec plus de 300 des boules de pierre sculptées ayant été découvertes jusqu’à présent, dont la taille varie de quelques centimètres à plus de 2 mètres (6,6 pieds) de diamètre et pesant jusqu’à 16 tonnes courtes (15 t), le Costa Rica offre à la fois le plus grand et les réserves les plus riches du monde de sphères de pierre sculptées, qui auraient été sculptées entre 200 avant JC et 1500 après JC, leur origine et leur but sont encore inconnus.

Photo : L’archéologue Samuel Lothrop photographié avec sa femme Eleanor lors de leur enquête sur les sites du delta du Disquis en 1948.

le Costa Rica est décrit par Christophe Colomb comme étant la « Côte Riche ». Plus de 300 des boules de pierre sculptées ont jusqu’à présent été découvertes.

On pense que les pierres ont été sculptées entre 200 avant JC et 1500 après JC. Cependant, la seule méthode disponible pour dater les pierres sculptées est la stratigraphie, et la plupart des pierres ne sont plus à leur emplacement d’origine. La plupart sont sculptés dans du gabbro, l’équivalent grossier du basalte. Il y en a une douzaine environ en calcaire riche en coquillages et une autre douzaine en grès.

Le premier témoignage qui décrit les pétrosphères est celui du conquistador espagnol Francisco Pizarro en 1547 :

« J’ai entendu dire que les anciens du royaume se rassemblent autour des sphères de pierre, où ils reçoivent des conseils des sages.

Le Dr Stone (1943), Verneau et Rivet (1912-1922) et d’autres ont discuté de la distribution des boules de pierre, grandes et petites, à travers le Nouveau Monde. Ils ont conclu que les sphères remplissaient différentes fonctions dans différents domaines. Les grands exemples en dehors de la zone du delta sont rares.

Des spécimens isolés atteignant 3 pieds de diamètre sont connus dans les sites olmèques de Vera Cruz au Mexique. Ils ont également été signalés à Zaculeu dans les hautes terres guatémaltèques (le plus grand 15 1/2 pouces de diamètre), se produisant au premier niveau d’occupation dans ce qui est considéré comme le Maya classique précoce.

À l’heure actuelle, on ne peut donc dire que très peu de choses sur l’origine ou le but des boules de pierre du Costa Rica. Il ne fait aucun doute qu’ils ont été fabriqués par l’homme, et chacun aurait nécessité d’énormes investissements en temps et en main-d’œuvre pour le transport et la mise en forme. S’il est fort probable qu’ils aient servi de symboles de rituel ou de statut, leur valeur artistique ne doit pas être ignorée. La simplicité de ces pierres sphériques de grande taille sur le paysage est à la fois agréable à l’œil et réconfortante dans son contraste avec un fond naturel. Peut-être était-ce en soi la raison de leur existence


Les anthropologues Ivar Zapp et George Erikson affirment que les sphères sont la preuve que dans le delta des Diquis, une civilisation autrefois grande s’est installée près de la mer.

Dans leur travail sur l’Atlantide en Amérique, ils soutiennent que les pétro-sphères indiquaient des routes marines, et étaient utilisées comme instruments de navigation, et que leurs alignements pointaient vers des sites mégalithiques comme les colonnes d’Hercule (Gibraltar), les pyramides d’Egypte, Stonehenge ou Pâques. Island, suggérant que les Atlantes étaient liés à d’autres civilisations, et des preuves de leur existence sont présentes au Costa Rica.

Les têtes en pierre olmèques du Mexique

Il est à noter qu’il n’y a pas de «têtes de pierre» au Costa Rica, mais qu’il y en a plusieurs dans les sites olmèques mexicains, de sorte que les deux cultures n’étaient probablement pas liées.

Les proportions énormes des têtes suggèrent qu’ils (les personnes représentées par les têtes) étaient des personnes importantes, et leur association avec la culture olmèque vers (800-600 avant JC) les place bien avant l’arrivée des Mayas, des Incas ou de Christophe Colomb en Amérique.

Les têtes en pierre ont été trouvées sur les trois sites olmèques les plus importants du Mexique (La Venta, San Lorenzo et Tres Zapotez). Elles ont été sculptées dans d’énormes rochers de basalte, certains extraits des montagnes de Tuxtlas ; certains du basalte de Cerro Cintepec; d’autres de basalte trouvé sur le volcan San Martin.

Il a longtemps été suggéré que les têtes en pierre représentent des guerriers ou des chefs de clan, ou peut-être une dynastie régnante.

On a dit que la prévalence évidente des traits faciaux négroïdes (et orientaux) sur les têtes en pierre était la preuve d’une «fusion» des races africaines et précolombiennes américaines. D’autres preuves vont de la linguistique, de la géographie végétale, des squelettes, des figures en terre cuite et même des inscriptions nord-africaines « tifinag » sur les îles Vierges.

Les chefs de La Venta

Les têtes de La Venta présentaient plusieurs similitudes avec les têtes de Tres Zapotes, et il est apparu grâce à l’archéologie qu’elles dominaient la place cérémonielle, une caractéristique qui suggère qu’elles étaient en quelque sorte «vénérées».

Quatre têtes ont été trouvées à La Venta, toutes face à l’Atlantique, et la plus grande à 9 pieds de haut avait son sommet en forme de dôme aplati afin qu’elle puisse fonctionner comme un autel. Un tube parlant a été trouvé entrant par l’oreille et sortant par la bouche; un possible oracle ou dieu parlant. Les datations au radiocarbone du site ont été publiées en 1957 et elles donnent une lecture moyenne de 814 avant JC +/- 134 ans. Ces figures étaient parmi les plus anciennes du site de La Venta.

La Venta n’était pas la seule à représenter des visages négroïdes dans la pierre. Outre les quatre trouvés là-bas, deux ont été fouillés à Tres Zapotes et cinq autres à San Lorenzo à Vera Cruz, dont l’un, le plus grand connu, mesure neuf pieds quatre pouces de haut et pèse environ 40 tonnes.

On pense que les têtes de La Venta ont été sculptées vers 700 avant notre ère, mais peut-être dès 850 avant notre ère, tandis que les têtes de San Lorenzo sont attribuées à une période antérieure. Les têtes colossales peuvent mesurer jusqu’à 9 pieds 4 pouces de hauteur et peser plusieurs tonnes. La taille même des pierres suscite de nombreuses spéculations sur la manière dont les Olmèques ont pu les déplacer. La principale carrière de basalte pour les têtes colossales de La Venta a été découverte à Cerro Cintepec dans les montagnes de Tuxtla, à plus de 80 km.

Monument 1 : 3 m de haut. Emplacement actuel, parc-musée La Venta, Villahermosa.
Monument 2 : Hauteur 1,63 m (5,34 pi). Emplacement actuel, Musée régional d’anthropologie Carlos Pellicer. Notez l’absence de grimace redoutable.
Monument 3 : Hauteur 1,98 m (6,49 pi). Emplacement actuel, Parc-Musée La Venta, Villahermosa.
Monument 4 : Hauteur 2,26 m (7,41 pi). Avec le découvreur Dr Mathew Stirling en 1939. Emplacement actuel, La Venta Park-Museum, Villahermosa.

Origines des dieux olmèques

Les proportions énormes des têtes démontrent que les chefs représentés étaient des personnes influentes, et leur association avec la culture olmèque vers (1200-600 av. J.-C.) les place bien avant l’arrivée des Mayas, des Incas ou de Christophe Colomb en Amérique. Van Sertima a conclu que ces personnes étaient originaires d’Égypte et du Moyen-Orient.

L’empire du Mali : peut-être plus que par coïncidence, des sources nord-africaines décrivent ce que certains considèrent comme des visites dans le Nouveau Monde par une flotte malienne en 1311.

Selon ces sources, 400 navires de l’empire du Mali ont découvert une terre de l’autre côté de l’océan à l’ouest après avoir été emportés par les courants océaniques. Un seul navire est revenu et le capitaine a signalé la découverte d’un courant occidental au prince Abubakari II; la flotte malienne hors route de 400 navires aurait mené à la fois le commerce et la guerre avec les peuples des terres occidentales.

On prétend qu’Abubakari II a abdiqué son trône et est parti explorer ces terres occidentales. En 1324, le roi du Mali Mansa Musa aurait déclaré à l’historien arabe Al-Umari que « ses prédécesseurs avaient lancé deux expéditions depuis l’Afrique de l’Ouest pour découvrir les limites de l’océan Atlantique ».

Le mystère des ‘momies de la cocaïne’.

En 1976 une scientifique allemande, le Dr Svetla Balabanova, fit une découverte qui devait déconcerter les égyptologues, et remettre en question des pans entiers de la science et de l’archéologie jusqu’à la chimie et la botanique.

Elle a découvert que le corps de Henut Taui contenait de grandes quantités de cocaïne et de nicotine.

La surprise n’était pas seulement que les anciens Égyptiens aient pris des drogues, mais que ces drogues proviennent du tabac et de la coca, des plantes complètement inconnues en dehors des Amériques, inconnues jusqu’à ce que Sir Walter Raleigh introduise le tabagisme du Nouveau Monde, ou jusqu’à ce que la cocaïne soit importée dans le monde. (Époque victorienne).

Suite à cette découverte, d’autres experts ont commencé à tester les momies et ont découvert le tabac, par exemple la substance a été trouvée dans les momies du British Musuem par leur gardienne, le Dr Rosalie David. Il y en a même eu sur les pansements du grand Ramsès II lui-même par le docteur Michèle Lescaux. Une autre découverte dans la momie de Ramsès II a également conduit à des suggestions de contact précoce. Il s’agissait d’un Lasioderma serricorne adulte, un coléoptère également connu sous le nom de « coléoptère du tabac ». Il a été décrit pour la première fois dans des plantes séchées américaines en 1798 mais n’a été enregistré en tant qu’espèce qu’en 1886. Il peut être d’origine tropicale et a été trouvé dans la tombe de Toutankhamon, à l’âge du bronze d’Akrotiri et d’Amarna.


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Aidez Elishean à survivre. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 386 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page