Nouveau paradigme

Pourquoi il n’y aura pas de crash apocalyptique

par Paul Rosenberg

Il y a un grand nombre de personnes qui attendent un crash apocalyptique à spectre complet du système occidental. Ce que je maintiens, c’est que cela n’arrivera pas. Et j’espère vous convaincre que j’ai raison.

Le risque de ce moment est un déclin long et régulier de la qualité de vie, pas une apocalypse.

Non pas qu’une apocalypse n’ait pas un grand attrait dramatique, bien sûr…


Pendant l’apocalypse, toutes les choses dégénèrent, tous les secrets sont exposés, la vérité n’est plus cachée et nous avons fini par avoir raison. Comme je l’ai dit, c’est une belle intrigue de film dramatique, mais cela ne se passera pas de cette façon dans le monde moderne.

Rien de tout cela ne veut dire que le statu quo actuel reste, car il ne le sera pas. Comme le puissant Pharaon et la Rome éternelle, il passera dans l’histoire, pleuré pour une saison au mieux.

Raisons et preuves

Les raisons pour lesquelles nous n’aurons pas de crash à spectre complet (au-delà des zones de guerre actives) sont simplement que…

♦ Il y a beaucoup trop de gens productifs.


♦ Il y a beaucoup trop de documentation sur la façon de tout faire, du creusement de trous à la fabrication de camions en passant par la confection de combinaisons spatiales.

♦ Il existe trop de systèmes et de processus entièrement développés, prêts à être exploités par peut-être le souhaite.

♦ Nous avons des systèmes de communication multiples et redondants : Courrier, courriel, messagers (voiture et vélo) messages texte, plusieurs réseaux téléphoniques, radioamateur, radio CB, réseaux de téléavertisseurs et plus encore.

♦ Nous avons une croyance justifiée que tout ce dont nous avons besoin est possible. Plus que cela, nous savons qu’ils ont été approuvés, pendant plusieurs décennies, par des gens ordinaires : par nos amis, notre famille et nos voisins. Nous ne doutons pas que tout ce dont nous avons besoin peut être reconstruit.

Si je sortais une carte et dessinais un arc de trente milles autour de la maison de mon enfance, cette zone contiendrait littéralement des millions de personnes qui, collectivement, savaient faire presque tout et tout ce dont nous avons vraiment besoin : fabriquer des réfrigérateurs, faire fonctionner des générateurs électriques, corder des lignes électriques, enrouler des transformateurs, raffiner du pétrole, mélanger des alliages métalliques, fabriquer de tout, de l’acier au polystyrène, faire pousser des cultures, construire des silos, etc., à l’infini .

Je ne dis pas que rien de mal n’arrivera jamais, mais je dis ceci, avec force :

  • Une fois que les choses tournent mal, nous saurons précisément comment les remettre en état.

Maintenant, passons à une preuve du monde réel. Et on peut commencer par la catastrophe du Covid.

Pensez-y de cette façon : d’énormes pans de l’activité économique mondiale ont tout simplement été arrêtés. Cela s’est produit sur des continents entiers, et en fait sur tous les continents habités. Je ne sais pas exactement combien de producteurs dans le monde ont été assignés à résidence, mais c’était des milliards à coup sûr.

Comme je l’ai dit, des continents entiers ont été fermés, en un instant. Des églises, des écoles, des parcs, un grand nombre d’entreprises et bien plus encore. Cela correspond au niveau de nombreux scénarios d’apocalypse. Et encore…

Et pourtant, nous n’avons eu que des pénuries et de l’inflation. Je ne suis pas fan non plus, bien sûr, mais les années post-Covid pourraient difficilement être qualifiées de friche Mad Max.

Donc, j’appellerai cela une première preuve, et je pense qu’elle est solide. Mais je vais le suivre avec un autre. Voici un extrait du Monde d’ hier de Stephan Zeig. Il y décrit sa vie en Autriche et en Allemagne au lendemain de la Première Guerre mondiale, avec sa chute sauvage des monnaies :

La volonté de continuer à vivre s’est révélée plus forte que l’instabilité de la monnaie. Au milieu du chaos financier, la vie quotidienne continuait presque de la même manière…. Indépendamment des destins individuels, le volant d’inertie du mécanisme continuait de tourner au même vieux rythme. Rien n’était immobile.

Le boulanger faisait du pain, le cordonnier fabriquait des chaussures, l’écrivain écrivait des livres, le fermier cultivait la terre, les trains circulaient régulièrement, le journal était devant votre porte tous les matins à l’heure habituelle, et les lieux de divertissement en particulier, les bars et les théâtres, étaient pleins à craquer. Car avec la perte quotidienne de valeur de l’argent, autrefois l’aspect le plus stable de la vie, les gens en sont venus à apprécier d’autant plus la vraie valeur, comme le travail, l’amour, l’amitié, l’art et la nature, et au milieu aigu du désastre, la nation en tant que l’ensemble vécu plus intensément que jamais, tendu vers un son plus.

N’oubliez pas que ce récit nous vient d’un homme intelligent et observateur qui l’a vécu. On y voit que les gens s’adaptent et trouvent des moyens d’obtenir les choses dont ils ont besoin. Et à cela, nous pouvons ajouter que nous sommes en avance d’un siècle et que nous savons beaucoup plus comment accomplir les choses.

Le dernier argument sérieux en faveur de l’apocalypse que je vois implique que les humains sont tellement dégradés qu’ils sont incapables de se lever de leurs canapés et d’agir de leur propre initiative.

Principalement, je ne crois pas que : chaque génération voit celle qui suit comme un désastre (cela fait probablement partie de l’atteinte de la maturité) ; J’ai des citations à ce sujet remontant à 1750 av. JC. Si c’était vrai, nous serions désormais passés à des formes de vie inférieures.

Et au-delà de cela, il existe un mécanisme d’autocorrection intégré aux humains : cela s’appelle la faim. Donc, si les choses vont si mal qu’il y a de véritables pénuries alimentaires, la motivation explosera et les décrets seront complètement ignorés.

Donc…

J’espère vous avoir convaincu de regarder au-delà du drame de l’apocalypse et de voir que la réalité ne sera pas si dure. Oui, si suffisamment de personnes se conforment à leurs seigneurs, d’horribles abus peuvent se produire, mais il n’y a pas d’apocalypse de « retour à l’âge de pierre » dans notre avenir.

Source


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Aidez Elishean à survivre. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 605 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page

En savoir plus sur Elishean 777

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading