Nouveau paradigme

Organiser des cours de vérité

En Autriche, l’imam et le rabbin main dans la main, s'adressent aux élèves.

Plutôt que d’inviter des Drag Queens pour des cours à tendance perverse, l’Autriche choisit d’inviter un imam et un rabbin pour répondre sans tabou aux élèves, offrant ainsi une leçon d’amitié que le conflit au Proche-Orient n’a pas ébranlée.

Comment prient les musulmans ? Comment devient-on juif ?

Les questions fusent car leur visite fait sensation dans cet établissement de la rue Franklin, dans la périphérie de Vienne, où ceux qui voulaient participer étaient tellement nombreux qu’il a fallu retransmettre en direct l’événement dans les classes.


Plus de 150 élèves âgés de 16 à 18 ans font face à ces deux barbus souriants habillés de noir qui ont pris place deux heures durant dans le grand hall bleu ciel, l’un coiffé d’un kufi et l’autre d’un borsalino.

Le rabbin Schlomo Hofmeister, 48 ans, a fait la connaissance de l’imam Ramazan Demir, 38 ans, il y a 10 ans lors d’un projet de dialogue interreligieux et intervient depuis avec lui auprès des adolescents.

Leur duo bénévole, qui a déjà voyagé ensemble en Turquie, en Israël et dans les Territoires palestiniens, est très demandé par les équipes pédagogiques parce qu’ »à elle seule, notre amitié peut démentir les lieux communs », détaille l’imam à la bonne humeur communicative.

Halal et Casher

« La semaine dernière, Schlomo dînait à la maison avec ma femme et mes enfants », explique-t-il aux élèves, en affirmant que « l’antisémitisme n’a pas sa place » dans l’islam et qu’il y a aussi « beaucoup de bêtises qui sont dites sur les musulmans ».

Le catholicisme est la principale religion des 9,1 millions d’habitants de l’Autriche, devant l’islam, tandis que le judaïsme ne compte que 5 400 pratiquants.


Mais l’auditoire est beaucoup plus varié dans ce lycée d’un quartier populaire accueillant 1 200 élèves de 63 nationalités différentes.

Certains n’ont jamais rencontré un juif, l’établissement n’en scolarisant pas à sa connaissance. D’autres sont agnostiques ou veulent en savoir plus sur les pratiques religieuses. Comme Karim El Gazal, qui veut « absolument savoir quelle est la différence entre halal et casher ».

A chaque fois, les curieux reçoivent une explication, même quand le débat s’aventure sur un terrain plus politique.

Depuis le début du conflit entre Israël et le mouvement islamiste palestinien Hamas, ces ambassadeurs de la paix sont encore plus sollicités, dans un contexte de recrudescence des actes antisémites et antimusulmans en Autriche.

Une trentaine de visites sont prévues jusqu’en juin, sous le parrainage de la ville de Vienne.

Contre les «prêcheurs de haine»

Un élève demande si leur amitié a été affectée par la guerre.

« Il faut séparer le religieux du politique », tranche Schlomo Hofmeister. « Ce n’est pas une guerre religieuse, c’est un conflit politique, un terrible conflit qui ne doit pas se répercuter sur nos communautés dans d’autres pays », dit-il, refusant « un monde en noir et blanc ».

Un discours qui passe bien et suscite des applaudissements, le rabbin comme l’imam insistant sur les nombreuses raisons d’une « coexistence heureuse » et maniant volontiers l’humour pour détendre l’atmosphère.

« C’est intéressant de voir à quel point les religions se ressemblent », réagit dans l’assistance Estella Dolas.

Mission réussie pour l’imam, qui cherche à « briser les préjugés, surtout auprès des jeunes car on peut encore les marquer ».

Selon la proviseure Inge Jöbstl, cette rencontre « d’égal à égal » favorise « la tolérance » et permet de transmettre « beaucoup d’informations » en complément des cours de religion, obligatoires en Autriche.

D’autant que les élèves vont sinon chercher des réponses sur les réseaux sociaux où des « experts autoproclamés récemment convertis, des prêcheurs de haine leur expliquent ce qu’est l’islam », rappelle Ramazan Demir.

« Après notre départ, les élèves ne se souviendront peut-être pas de tout ce qu’on leur a dit », admet Schlomo Hofmeister. « Mais ils se rappelleront qu’un imam et un rabbin étaient venus dans leur école et qu’ils s’entendaient bien ».


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Aidez Elishean à survivre. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 46 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page

En savoir plus sur Elishean 777

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading