Nouveau paradigme

Les « Marie Antoinette » du Forum Économique Mondial

par JB Shurk

Lors d’une séance de conseil en deuil pour les censeurs professionnels et les propagandistes, le rédacteur en chef du Wall Street Journal s’est plaint aux aspirants tyrans du Forum économique mondial :

« Si vous reveniez à il n’y a vraiment pas si longtemps… l’information nous appartenait. Nous étions les gardiens et nous étions également très propriétaires des faits. Si cela avait été dit dans le Wall Street Journal et le New York Times, alors c’était un fait. »

À la grande consternation de ceux qui croient que c’est leur noble prérogative de manipuler le public en contrôlant le récit, les gens ordinaires s’interrogent désormais « beaucoup plus » sur ce qui est présenté comme étant la vérité.

Le discernement croissant du public trouble la « classe dirigeante ».


C’est peut-être la raison pour laquelle les écoles publiques s’abstiennent aujourd’hui de perfectionner les capacités de réflexion critique des élèves. L’autoritarisme prospère au milieu de l’ignorance de l’esprit de ruche.

Désolé, dictateurs de Davos, nous, citoyens ordinaires, prenons rapidement conscience de l’amère selon la réalité où les spécialistes de l’information des grandes entreprises sont tout aussi coupables du chaos civilisationnel actuel que les imprimeurs malveillants des banques centrales, les agences d’espionnage incontrôlables et les sociétés multinationales de géants qui travaillent depuis longtemps ensemble pour manipuler les événements mondiaux. Nous avons ouvert les yeux et vous voyons pour les monstres que vous êtes vraiment.

C’est probablement la raison pour laquelle les deux niveaux des « élites » américaines (et sûrement une part encore plus importante de leurs camarades internationaux) pensent que les Américains ordinaires jouissent de trop de libertés individuelles (vous vous souvenez quand le futur ex-mari de Meghan, Harry, a qualifié le Premier Amendement de « dingue » ?).

Le « réveil » du public explique sûrement aussi pourquoi une série de despotes internationaux sont montés sur l’estrade de Davos pour dire aux maîtres avides de pouvoir du Forum économique mondial que la plus grande menace à son contrôle mondial continue est… la liberté d’expression.


Oubliez la Troisième Guerre mondiale, les pandémies mortelles, les cyberattaques, une bombe de dette qui promet de faire s’effondrer le système financier, ou même les impulsions électromagnétiques venant de l’espace et détruisant les infrastructures. Pour les dirigeants du FEM qui gouvernent et attendent que les impuissants de la planète obéissent, il n’y a rien de plus effrayant que la dissidence intellectuelle et le débat public.

Il est intéressant de noter que cette même enquête documentant le mépris des « élites » pour la liberté personnelle (au-delà des privilèges durables de leur propre clique, bien sûr) révèle également qu’environ les deux niveaux des non-« élites » pensent que le contrôle gouvernemental centralisé est devenu une menace sérieuse.

Ainsi, l’aristocratie féodale insiste sur le fait que les paysans ont trop de liberté, alors que les paysans sont déjà occupés à transformer leurs socs de charrue en épées et leurs serpes en lances. Qu’est-ce qui pourrait aller mal ?

Depuis longtemps, il est évident que le conflit crucial pour l’avenir de l’humanité ne sera pas mené entre de simples États-nations mais plutôt entre des êtres humains aspirant à la liberté et des institutions internationales en quête d’un contrôle totalitaire.

Lorsque Klaus Schwab affirme que les élections démocratiques seront bientôt remplacées par l’intelligence artificielle, les défenseurs prudents de la liberté se préparent. Alors que les membres du WEF sont si désespérés de promouvoir le communisme du « changement climatique » qu’ils exigent que la pêche et l’agriculture soient traitées comme des « crimes graves » équivalents à un « génocide », les gens rationnels savent qu’une nouvelle ère de tyrannie est là.

Aux États-Unis, où la « liberté » est un cri de guerre chéri pour les guerriers prêts à sacrifier leur vie pour les principes fondateurs de l’Amérique, les signes de quelque chose d’infâme et de contraire à ces principes sont devenus plus visibles.

L’imposant complexe du Pentagone, une armée permanente sur le sol américain et un budget de défense qui éclipse celui du reste du monde se profile à l’ombre d’une Constitution américaine prévoyant un gouvernement civil limité et auto-équilibré.

La formation du FBI, de la CIA et de la NSA (et de dizaines d’autres agences, organisations, sous-traitants extérieurs et sous-groupes invisibles dont l’expertise comprend l’espionnage des citoyens américains) a créé de toutes pièces une branche entièrement nouvelle du gouvernement, libre de responsabilité toute législative, contrainte judiciaire ou contrôle public.

La Réserve fédérale – une banque privée dotée du formidable pouvoir d’imprimer et de prêter des dollars – a transformé la monnaie commune américaine en un instrument de dépréciation permettant de manipuler et de surveiller les transactions privées et de transférer l’épargne de la classe moyenne vers les comptes des plus richesses de la planète.

Le ministère de la Justice (de nom seulement) protège les amis permanents de l’État profond tout en ciblant ses ennemis (c’est pourquoi les clients pédophiles de Jeffrey Epstein restent aussi libres que les terroristes nationaux d’Antifa qui incendient de petites entreprises et attaquent des civils, tandis que Mary McCord et d’autres mercenaires bureaucratiques d’Obama-Biden persécutent les conservateurs, emprisonnent les otages politiques du J6 et tourmentent le président Trump).

Alors que la loi fédérale et une immense majorité de citoyens américains exigent depuis des décennies que les autorités mettent fin à l’immigration clandestine de masse, ces mêmes autorités conspirent avec les entreprises et les « élites » de la classe supérieure dépendantes d’une main-d’œuvre bon marché pour ignorer la loi et faciliter les pires types d’immigration clandestine. un mal lié aux frontières – crime organisé, terrorisme transnational, meurtres de masse liés aux stupéfiants et trafic d’esclaves sexuels.

Et tandis que toutes ces menaces contre les libertés naturelles et les droits constitutionnels des Américains se sont métastasées comme un cancer virulent qui ronge la société, les politiciens ont exacerbé la douleur et la souffrance des Américains en concluant des accords de « libre-échange » qui ont enrichi les conglomérats internationaux et les sociétés d’investissement tout en détruisant l’autosuffisance industrielle et manufacturière autrefois enviable de l’Amérique et appauvrissant la classe moyenne du pays.

Tout observateur honnête examinant attentivement cette « longue suite d’abus » contre le peuple américain n’aurait aucun mal à conclure qu’une confrontation atteint rapidement son paroxysme.

Le président fantoche Biden (dont l’irritabilité, le comportement erratique et l’incapacité à formuler des phrases complètes continuant de suggérer qu’il souffre d’une certaine forme de démence débilitante qui le rend inapte à exercer ses fonctions) a récemment menacé une fois de plus les propriétaires d’armes américains en impressionnant que leurs AR-15 ne sont pas à la hauteur des avions de combat militaires F-16.

Si l’on met de côté l’hostilité du président américain à l’égard du deuxième amendement et son zèle psychotique à utiliser à la force militaire contre le peuple américain, son argument selon lequel la possession d’armes par des civils est insuffisante pour contrecarrer la tyrannie du gouvernement crée un trou plutôt accablant dans ses proclamations simultanées selon lesquelles le J6 non armé les manifestants au Capitole faisaient partie d’une « insurrection » qui a presque « renversé » le gouvernement américain.

Comment des patriotes pour la plupart pacifiques et sans armes pourraient-ils constituer une telle menace pour un gouvernement si sûr de sa domination militaire qu’il se moque régulièrement de l’autodéfense civile ? La réponse est simple : les manifestations du J6 n’étaient pas une « insurrection », mais la « classe dirigeante » cherche désespérément à désarmer les Américains avant que le rempart du Deuxième amendement contre la tyrannie ne fournisse un « moment propice à l’apprentissage ». » pour ceux qui n’ont pas reçu d’éducation civique de base.

Lorsqu’il ne tente pas de priver les Américains de leur droit à l’autodéfense, le régime allergique à la Déclaration des droits de Biden reste également déterminé à diminuer les droits des Américains aux premier et quatrième amendements.

Le FBI et le DOJ ciblent de manière inconstitutionnelle les Américains en raison de leurs convictions politiques, effectuent des recherches sans mandat dans leurs communications et transactions financières et les placent sur les listes des « ennemis intérieurs » pour leur patriotisme, leur soutien aux politiques de MAGA. , leur vote pour Trump ou simplement leur lecture d’une Bible chrétienne.

Le gouvernement fédéral a même réorienté les fonds destinés à lutter contre le terrorisme vers un effort de propagande visant le président Trump et ses électeurs. Après avoir créé un tribunal secret de surveillance d’Internet avec Eric Holder comme membre et créé plusieurs itérations d’un conseil de censure national pour contrôler ce que les Américains peuvent dire et entendre, Biden et ses gangsters allégués au WEF sont les nazis qu’ils accusent de manière absurde les partisans de la Déclaration des droits.

Question : Face à la réaction croissante de l’opinion publique aux États-Unis et dans tout l’Occident, n’est-il pas dans l’intérêt de la « classe dirigeante » de tempérer son obsession de construire par la force un « nouvel ordre mondial » dans les mêmes vieux moules destructeurs d’Hitler ? Lénine et Mao ?

Nous ne les saurons peut-être jamais avec certitude, car la collection de « Marie-Antoinette » du Forum économique mondial semble déterminée à faire taire ses opposants tout en imposant leur dernière version de la tyrannie technocratique.

Ce que nous savons avec certitude – parce que l’histoire est extrêmement claire – c’est qu’un grand nombre de tyrans accèdent au pouvoir pour ensuite perdre la tête.

Source American Thinker Jan 2024


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Aidez Elishean à survivre. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 327 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page