Conscience

Le pays merveilleux des gnomes, des elfes, des fées et des lutins

« Je peux vous dire, sur la base de ma propre expérience, qu’une fois que vous êtes entré dans la présence de ces esprits sylvestres, vous commencez à reconnaître certaines structures et caractéristiques qu’ils laissent derrière eux, qu’ils construisent à l’aide de matériaux naturels. Ils ont une relation de travail fondamentale et indispensable avec la Nature – et avec nous – étant donné que nous faisons également partie de la Nature, que nous reconnaissions ou admettions ce fait essentiel ou non. – Richard Sauder

Nous vivons dans un monde de mystère transcendant

C’est la réalité primordiale de cette planète. Je me rends compte que beaucoup de gens ne comprennent pas cela, mais c’est parce qu’une sorte de fausse réalité, un simulacre de réalité artificiel, a été réprimé sur cette planète.

D’où vient le simulacre? D’où vient la tromperie de l’esprit, du corps et de l’âme?

Ah, c’est la source de beaucoup de discorde.

Certains disent que les Archontes dont John Lash a tant parlé et écrit en sont la cause. D’autres soutiennent que les espèces ET néfastes sont en faute. Ceux qui ont un penchant fondamentaliste et religieux rejetteront la faute sur Satan (qui que ce soit ou quoi que ce soit de « Satan »).

Je ne présume pas avoir de réponse définitive à cette question, bien que l’ayahuasca m’ait montré à plusieurs reprises certains aspects de ce simulacre de réalité. Il est subtil, séduisant, trompeur, insidieux, persistant, implacable, presque omniprésent, calculateur, connivence et profondément malveillant.

²

Cette planète est sous son charme ruineux.

Et c’est l’un des mystères de ce monde – comment une planète entière a-t-elle pu être capturée par ce simulacre de réalité astucieusement trompeur, insidieusement rusé et rusé qui promet tout ce qui est désirable et pourtant ne livre rien de moins que le chaos total et la ruine?

Ici, nous sommes au bord d’un effondrement financier mondial, d’une aggravation de l’épidémie d’Ebola, de la menace d’une guerre nucléaire, d’un océan Pacifique en train de mourir rapidement, grâce à la catastrophe nucléaire de Fukushima, au Japon, d’un événement d’extinction mondial déchaîné qui déchire le l’écologie partout sur la planète, une population mondiale en plein essor qui est de plus en plus difficile à nourrir, et bien plus encore.

Comment sommes-nous jamais tombés dans une situation aussi désespérée?

La question de la fausse conscience

A vrai dire, nous avons tout zigouillé quand nous aurions dû préserver. Nous avons laissé échapper notre véritable conscience, notre précieuse Perle du Grand Prix, et nous l’avons remplacée par une bagatelle, un rien criard qui brille et scintille, mais qui n’a aucune valeur intrinsèque ou durable.

En utilisant l’expression fausse conscience, je ne fais pas une analogie marxiste.

Non, ce que je veux dire, c’est que nous avons perdu notre connexion avec la Nature, avec la racine cosmique de la réalité, le courant universel d’une énergie incroyablement consciente, créant et soutenant la vie qui coule directement du Cœur de Tout Ce Qui Est.

Dans notre cas, ce courant universel d’énergie incroyablement consciente, créant et entretenant la vie circule à travers notre ADN.

Cela vient directement de notre ADN hyper-dimensionnel, (théoriquement) hyper-conscient, le modem cosmique universel qui est une partie indispensable de notre être humain, ainsi que de tous les autres organismes biologiques sur cette planète.

Grâce à notre ADN, nous sommes câblés dans le Mainframe (unité centrale) Universel de la Réalité Cosmique.

Excepté ….

Le seul problème est que le simulacre artificiel de la réalité qui détruit cette planète, détruit la race humaine et détruit un grand nombre d’autres formes de vie biologiques, s’en prend aux organismes biologiques qui contiennent de l’ADN.

Alors ça les tue; le fait que nous soyons une grande partie d' »eux » signifie que cela nous tue aussi. Maintenant, il n’est pas si facile de tuer une planète entière, mais c’est ce qui se passe. C’est la raison de toutes les centrales nucléaires, la myriade de milliers d’armes nucléaires, les agents de guerre biologique – Ebola, par exemple, l’utilisation effrénée d’insecticides, de fongicides et d’herbicides, la contamination chimique galopante de la biosphère, la pulvérisation généralisée de chemtrails , la déforestation galopante des grandes forêts tropicales du monde, etc.

Encore plus insidieuse est la modification généralisée ou l’ingénierie du code génétique de la vie biologique elle-même. Le génie génétique est devenu monnaie courante. De plus en plus d’espèces transgéniques sont créées chaque année. De plus en plus de cultures vivrières et de bétail agricole sont génétiquement modifiés.

Cela a des implications nécessaires pour le code génétique de la race humaine. Nous sommes ce que nous mangeons. Et si la nourriture que nous mangeons est génétiquement modifiée, cela affecte nécessairement notre propre corps.

Il y a une attaque malveillante contre le code génétique de l’humanité.

Je crois pleinement que c’est sombrement intentionnel, de dégrader notre code génétique, de dégrader notre connexion ADN hyper-dimensionnelle avec la source de Tout Ce Qui Est, et de détruire ou d’asservir l’humanité, à un niveau génétique fondamental.

C’est le moteur de la technologie nucléaire, de son combustible radioactif et de ses contaminants. La radioactivité est bien connue pour attaquer la molécule d’ADN et provoquer des mutations nocives. C’est aussi la force motrice derrière la saturation de l’écologie mondiale avec des dizaines de milliers de produits chimiques toxiques qui ont également des propriétés mutagènes.

Comment sortir de cet enfer artificiel?

L’un des moyens les plus efficaces que j’ai découvert pour contourner le simulacre duplicité de la réalité consiste à utiliser les plantes hyper-conscientes utilisées par les chamans traditionnels depuis des milliers d’années. Les deux que j’ai le plus utilisé sont l’ayahuasca et le malicagua . Je ne dirais pas que l’un ou l’autre est facile.

Bien sûr, il y en a d’autres – peyotl, salvia divinorum, San Pedro, Iboga et plus encore. Tous sont utiles pour pénétrer le faux voile, pour ainsi dire, et entrer dans une conscience élargie qui est plus en phase avec la fréquence consciente de oh-si-vivant ! La nature.

Cela dit, comme me l’a mentionné une de mes connaissances sud-américaines, probablement 98% des gens ne devraient pas s’approcher des soi-disant centrales électriques qu’utilisent les chamans.

Pourquoi?

Tout simplement parce que la plupart des gens sont tellement encombrés de produits chimiques, et si profondément préoccupés et si profondément ancrés dans la fausseté du simulacre de réalité, que lorsque les plantes chamaniques lèvent le voile sur la réalité authentique et sous-jacente, elles s’effondrent. Ou alors, ils traitent l’expérience comme une expérience de drogue récréative de plus, dévalorisant et banalisant ainsi une opportunité d’entrer en communion consciente avec la Nature.

Mais à un niveau profond, ils ne peuvent pas gérer la réalité. Ils sont tellement ancrés dans le simulacre de la réalité qu’ils ne peuvent pas gérer le Cosmos tel qu’il est.

Et c’est pourquoi nous avons des problèmes. Tant d’humains se sont volontairement retournés contre la nature et ont embrassé le simulacre, le simulacre froid, dur, astucieux et finalement trompeur que nous sommes en train de dégrader.

Il ne doit pas en être ainsi

Pour ceux qui sont ouverts à la « réalité réelle », pour ainsi dire, les plantes chamaniques sont un moyen de communiquer avec la nature consciente, par opposition au simulacre vampirique sans cœur, sans âme, calculateur.

La vérité est que la nature est vibrante de vie, incroyablement vivante et profondément spirituelle. L’un des aspects les plus sympathiques de malicagua pour moi a été la découverte d’une si grande variété d’esprits, tout autour.

Esprits des plantes, esprits des arbres, esprits des insectes, esprits des animaux, esprits humains. Nous sommes entourés d’esprits de toutes sortes.

Ils sont aussi réels que possible. En fait, ils sont si réels qu’ils sont indiscernables des êtres de chair et de sang. Nous sommes plongés dans un pays des merveilles spirituel.

C’est la vérité littérale. Nos ancêtres d’il y a des siècles l’ont bien mieux compris que nous aujourd’hui. Autrefois, les gens avaient une relation beaucoup plus étroite avec la nature. Ils étaient souvent dans les champs, les prairies, les fens, les marais, les marécages, les rivières, les ruisseaux, les forêts, les bois et même en mer, ou le long du littoral.

Et ils voyaient des fées, des lutins, des lutins, des elfes, des gnomes, des kobolds, des nains, des trolls, etc. moderne, universitaire, citadin.

Eh bien, laissez-moi vous dire que l’un des grands avantages pour moi de consommer des plantes chamaniques, c’est que j’ai mis à mal la  » sophistication urbaine du citadin moderne, diplômé d’université « .

La forêt est pleine de toutes sortes d’esprits. Je les ai vus. Un jour, je me suis assis et j’ai regardé l’esprit d’un bananier mâle adulte ramper lentement et essayer d’aider une bananière femelle adulte qui était malade. La tendresse, l’attention et la gentillesse qu’il lui a témoignées lui ont fait chaud au cœur.

Auparavant, je n’avais pas considéré que les bananiers avaient un sexe, ou qu’ils avaient une relation spirituelle ou sociale avec d’autres bananiers, mais c’est le cas. Il s’est lentement approché d’elle et a essayé de lui mettre des feuilles saines, pour remplacer ses feuilles malades, mortes et mourantes. Hélas, ses efforts n’ont finalement servi à rien, car elle est décédée de toute façon quelques semaines plus tard.

Comme je le dis, j’ai vu et interagi avec de nombreux autres esprits de la forêt. Ils sont légion. Mais qu’advient-il d’eux lorsque nous détruisons les forêts ? Qu’arrive-t-il aux esprits de la mer lorsque nous détruisons l’océan Pacifique ? Ou le golfe du Mexique ? Qu’arrive-t-il au côté spirituel de la Nature ? L’aspect physique et l’aspect spirituel vont de pair.

Que faisons-nous de cette planète ? Que faisons-nous au(x) Esprit(s) de cette planète ? Que faisons-nous de notre propre Esprit ?

J’aime ces images que Linda Moulton Howe a publiées sur son site Web, apparemment prises par une caméra de chasse dans l’État de Pennsylvanie, aux États-Unis. Y a-t-il vraiment des gnomes dans les bois? Eh bien, les images et le récit suggèrent qu’il y en a.

Je peux vous dire, sur la base de ma propre expérience, qu’une fois que vous êtes entré dans la présence de ces esprits sylvestres, vous commencez à reconnaître certaines structures et caractéristiques qu’ils laissent derrière eux, qu’ils construisent à l’aide de matériaux naturels. Ils ont une relation de travail fondamentale et indispensable avec la Nature – et avec nous – étant donné que nous faisons également partie de la Nature, que nous reconnaissions ou admettions ce fait essentiel ou non.

Les plantes chamaniques sont un moyen pour l’homme moderne de commencer à rétablir une relation saine et un dialogue mutuellement bénéfique avec la Nature Vivante ; le seul problème est que si peu d’humains modernes sont prêts à le faire, et encore moins sont réellement prêts et capables de le faire.

Je me souviens de deux jeunes femmes que j’ai rencontrées dans la région amazonienne. Elles étaient là pour boire de l’ayahuasca . Si je me souviens bien, elles venaient de Soho, ou de Berkeley, ou peut-être de Boston. Une citadelle de sophistication urbaine yuppifiée, raréfiée et haut de gamme.

La veille au soir, elles avaient eu une discussion sérieuse sur des tons très appropriés sur le fait qu’ils n’y avait pas de saumon à manger, alors peut-être qu’elles pourraient remplacer par du thon. Elles n’avaient pas non plus d’huile d’olive pour la salade, elles devraient donc remplacer l’huile de tournesol. Il n’y avait pas de fettuccinis, alors elles se sont contentées de macaronis. elles ont décidé de faire des macaronis et du thon. Et puis, le pire, c’est qu’il n’y avait pas de vin blanc pour accompagner le thon ! Oh, l’horreur de tout ça. Alors elles ont décidé de boire du vin rouge à la place, juste cette fois-là. Elles étaient dans une cabane en Amazonie. J’ai tout vu….

Puis le lendemain soir, ils ont bu de l’ayahuasca – et rien ne s’est passé. Elles n’avaient aucune vision, aucun aperçu de quoi que ce soit, elles n’ont même pas vomi (comme c’est souvent le cas). Il n’y avait aucun effet perceptible, que ce soit spirituel ou physique.

Un commentaire est-il vraiment  nécessaire?

Richard Sauder

Source


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.


Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci



ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 724 fois, 3 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour naviguer sur le site.