MystèresTV

Le mystère des dieux « mi-poissons » venus de l’espace

Ils sont venus de Sirius.

L’un des mystères les plus importants de l’Antiquité est celui de la tribu des Dogons, un peuple qui a conservé pendant des siècles une connaissance complexe de l’univers et en particulier de l’existence de l’étoile Sirius, d’où une civilisation très développée serait venue les contacter dans le passé.

Le peuple ou tribu Dogon habite la République du Mali, un pays africain situé à la frontière du Sahara et des savanes d’Afrique de l’Ouest, à environ 1 500 kilomètres de l’océan Atlantique, plus précisément sur le plateau de Bandiagara et dans les monts Homburí.

Selon la tradition orale, ils sont arrivés au Mali il y a environ 600 ans et ont construit leurs maisons sur les falaises pour se protéger des attaques des tribus qui habitaient déjà la région.


Les zones pratiquement incultivables s’élèvent dans un secteur rocheux où vivent quelque 450 000 Dogons, et chaque famille est particulièrement attentive à l’approche des étrangers, car ils ne sont généralement pas acceptés.

Pour eux, la vie a un caractère sacré, de sorte que tout conflit est résolu pacifiquement.

Les connaissances de la culture dogon ont été traduites en pictogrammes sur des plaques, mais les archives les plus importantes sont encore cultivées oralement, en essayant de ne pas déformer leur histoire et en veillant à la conserver aussi pure que possible.

Selon la tradition du peuple dogon, il y a environ mille ans, une étoile très brillante, qu’ils appelaient « ie-pelu-tolo », l’étoile de la dixième lune, atteignit en plein jour la région du plateau de Youga Dogurou.


Cet objet était recouvert d’une lumière très rougeâtre qu’ils associèrent à du sang. Puis de cette grande étoile en est sortie une seconde qui tournait sur elle-même, était très grande et émettait un bruit assourdissant.

Ce qui est curieux, c’est que lorsqu’elle a atterri, cette étoile n’était plus de forme circulaire, mais ressemblait à un grand panier ou à une pyramide à base carrée, et sur chacune de ses faces se trouvait un escalier à six marches.

Sa couleur est passée du rouge au blanc éclatant. Les gens – comme le racontent les Dogon – s’enfuirent car le débarquement de cette « arche » avait suscité chez eux une grande peur.

De ie-pelu-tolo descendirent huit Nommos « di-tigi » qui avaient le corps d’un poisson, bien que certaines traditions mentionnent des caractéristiques de serpent. Ils avaient 40 dents très pointues, ce qui explique pourquoi les Dogon avaient l’habitude de les aiguiser.

Le contact avec ces êtres prétendument sacrés a rapproché le peuple dogon d’une grande connaissance de l’univers qui, à ce jour, ne peut être expliquée de manière rationnelle.

Selon cette croyance, les Nommos étaient descendus sur terre pour évangéliser le peuple, l’aider et lui enseigner les techniques pour cultiver la savane, pêcher, brasser de la bière et faciliter la fructification des arbres.

Cependant, certains rapports décrivent les Nommos comme des meurtriers et non comme des enseignants de bonne volonté, et l’on pense même que des centaines de Dogons ont péri à cause de la méchanceté de cette race prétendument venue de l’espace.

Il est important de garder à l’esprit que les récits oraux sont toujours déformés au fil du temps.

Parmi les informations données par les Nommos aux tribus Dogon figure l’existence de l’étoile Sirius, dont ils sont originaires. « Sigi Tolo » est le nom qu’ils ont donné au corps le plus brillant du firmament et, selon ces êtres, il s’agissait de l’étoile fondatrice.

Ce qui est curieux, c’est qu’ils ne la présentaient pas seule, puisqu’ils affirmaient qu’elle était triple, c’est-à-dire composée de trois étoiles éloignées l’une de l’autre. L’astronomie de l’époque n’avait aucune notion d’une deuxième étoile dans Sirius, et encore moins d’une troisième.

En 1995, les Français Diventy et Benest ont découvert un troisième corps dans le système de Sirius. Selon les Dogons, les hommes-poissons leur ont parlé de Sirius B comme « po tolo » et ont affirmé qu’il s’agissait d’une petite étoile mais d’une masse très lourde appelée « sagala ».

Pour la première fois, en 1862, l’astronome américain Alvan Clark a pu voir non pas une, mais deux étoiles dans l’étoile Sirius. Avec une lentille de 47 cm de diamètre, il a pu distinguer ce que l’on a appelé Sirius B à partir de ce moment-là.

On sait aujourd’hui que ce corps est une naine blanche beaucoup plus petite que Sirius et qu’un mètre cube peut peser plus de soixante-dix mille tonnes.

Ensuite, il y a l’étoile Sirius C qui est connue sous le nom de « emme ya » et qui serait quatre fois plus légère que Sirius B, elle aurait un satellite tournant autour d’elle qu’ils appellent « nyan tolo » : l’étoile des femmes.

Leur orbite est de 50 ans, ce qui coïncide avec la fête de « Sigui », célébrée pour rappeler l’arrivée des dieux de Sirius (selon la science officielle, leurs calculs sont actuellement estimés à 50 040 ans).

Malgré l’isolement dans lequel vit ce peuple et le peu de culture qu’il reçoit de la civilisation, les informations qu’il possède sur certains sujets cosmiques sont vraiment incroyables, surtout si l’on considère qu’il les a dominées pendant de nombreux siècles, ce qui a sans doute mis en échec la science la plus orthodoxe, qui ne peut expliquer comment cela est possible, si ce n’est par la manifestation réelle de certains êtres extraterrestres qui ont contacté cette culture africaine dans le passé.

Les Dogons connaissaient la structure en spirale de la Voie lactée et affirment qu’il existe plus d’un milliard de systèmes solaires comme le nôtre dans l’univers.

Ils connaissaient également, il y a de nombreux siècles, Jupiter et ses quatre satellites intérieurs, Saturne et ses anneaux. Ils parlent même avec beaucoup d’autorité de la lune, qu’ils présentent comme un astre mort, contrairement au soleil, qui est la manifestation la plus importante de la vie dans notre système.

Ils affirment que notre système ne compte pas neuf planètes, mais onze, ainsi que l’existence d’un Dieu unique et omniprésent qu’ils appellent « Amma ».

Il faut souligner que les étranges arches et leurs principales caractéristiques, ont beaucoup de rapport avec ce que nous connaissons aujourd’hui du phénomène OVNI, puisque les changements de couleur et les formes utilisées font partie des observations continues de ce phénomène si frappant.

Aujourd’hui, d’importantes recherches sont en cours qui permettraient d’élucider d’autres données relatives à la présence des Nommos dans l’histoire du peuple Dogon, ce qui confirmerait qu’il y a eu dans le passé une manifestation extraterrestre sur Terre, et pas seulement avec cette tribu africaine, mais aussi avec beaucoup d’autres cultures dans le monde.


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Aidez Elishean à survivre. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 390 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page