Nouveau paradigme

La bonne nouvelle, c’est que l’humanité se porte bien

L'humanité va beaucoup mieux que ses ennemis ne voudraient vous le faire croire ! - Matt Ridley

Bonne nouvelle, tout le monde. La couche d’ozone va probablement guérir. Et ce n’est pas tout,  lorsque mes (futurs) petits-enfants grandiront à la fin des années 2050, le monde pourrait être plus vert, plus sain, plus propre, plus gentil, plus paisible et plus égalitaire – si nous le permettons.

Pourquoi est-ce que je pense cela, alors que les militants nous disent de paniquer à propos du changement climatique et que de nombreux jeunes sont si pessimistes qu’ils refusent d’avoir des enfants ? Parce que c’est ce que les données montrent clairement.

La plupart des indicateurs de santé planétaire et humaine vont en fait dans la bonne direction.


Le nouveau rapport des Nations Unies sur la couche d’ozone est en effet une bonne nouvelle, mais pas de la manière dont la plupart des médias l’ont rapporté. Il est un peu trompeur de dire, comme le fait l’ONU, que le trou d’ozone au-dessus de l’Antarctique « s’améliore lentement » : 2021 a vu le troisième pire trou d’ozone à ce jour.

Mais l’optimisme qu’il guérira d’ici les années 2050 vient du fait que les produits chimiques qui nuisent à l’ozone diminuent enfin rapidement. La raison pour laquelle ils ne l’étaient pas jusqu’à présent : en 2018, les écologistes ont révélé la production illicite continue de ces produits chimiques en Chine et ont fait honte au gouvernement chinois de sévir.

Étrangement, ce fait n’a pas été mentionné dans le communiqué de presse de l’ONU, probablement de peur d’ennuyer Xi Jinping.

L’ONU aime à créditer un accord international conclu à Montréal en 1987 pour la prévision de bonnes nouvelles sur l’ozone, mais l’autre leçon que cet épisode enseigne est l’importance de l’innovation. Sans de nouveaux produits chimiques pour remplacer les chlorofluorocarbures utilisés dans les réfrigérateurs et les aérosols, il aurait été impossible de parvenir à un accord sur leur suppression progressive.


Je suis donc convaincu que nous résoudrons le changement climatique en trouvant des moyens abordables et fiables de produire de l’énergie sans émission, et non en disant aux gens d’arrêter de voler ou de chauffer leurs maisons.

L’innovation, et non l’austérité, est le moyen de résoudre les problèmes.

(En attendant, notez que malgré ce que les militants insinuent,  le nombre de personnes tuées dans les inondations, les sécheresses et les tempêtes continue de baisser chaque décennie. )

Heureusement, le ralentissement du changement climatique semble de plus en plus possible grâce au développement de versions plus efficaces et plus sûres de l’énergie nucléaire à court terme. À plus long terme, la fusion semble désormais très susceptible de fonctionner à l’échelle d’une grille d’ici une décennie ou deux. Il promet une énergie illimitée à partir de quantités relativement faibles d’eau et de lithium.

Imaginez ce que nous pourrions réaliser avec une énergie bon marché illimitée : de l’eau dessalée pour irriguer le désert, un éclairage LED pour cultiver des aliments à l’intérieur sans produits chimiques, des transports sans émissions, des logements et un chauffage moins chers.

Autre bonne nouvelle : la population humaine croît de plus en plus lentement et cessera complètement de croître vers 2080. Même avec huit milliards d’habitants sur la planète, la  amine de masse a été largement éradiquée grâce aux améliorations spectaculaires de l’agriculture. 

Nous nourrissons le monde de mieux en mieux, mais à partir d’une superficie de plus en plus petite chaque année : nous avons dépassé le « pic des terres agricoles » il y a quelques années et sommes sur la bonne voie pour rendre à la nature une superficie de la taille de l’Inde d’ici les années 2050, selon Jesse Ausubel de l’Université Rockefeller. Les réserves naturelles ne cessent de s’étendre.

Ce n’est en aucun cas la fin des bonnes nouvelles pour l’humanité. . .

. . . Le jour où nous pourrons guérir ou prévenir la maladie d’Alzheimer n’est peut-être pas loin après les récents développements dans le domaine des médicaments. La mortalité due au paludisme, fléau de l’Afrique, est en forte baisse grâce aux moustiquaires imprégnées d’insecticide.

De nouveaux problèmes médicaux apparaîtront bien sûr, comme nous le rappelle covid, mais si nous arrêtons de jouer avec les virus des chauves-souris dans les laboratoires du centre-ville, ils ne doivent pas se produire si souvent.

Il y a aussi des tonnes de bonnes nouvelles sur l’environnement. 

Les loups, les aigles de mer, les castors, les loutres, les balbuzards pêcheurs, les pèlerins et les milans rouges sont maintenant beaucoup plus abondants que lorsque j’étais jeune, en partie parce que nous nous sommes débarrassés du DDT, en partie parce que nous avons commencé à les conserver.

Les tigres se défendent enfin, les pandas se rétablissent et les éléphants d’Afrique sont actuellement en augmentation, le braconnage de l’ivoire pour le marché chinois ayant largement cessé – pour l’instant.

Les morses prospèrent dans l’Arctique, c’est pourquoi ils commencent à apparaître régulièrement en Grande-Bretagne. . Il en va de même pour les ours polaires et les baleines à bosse.

Il y a six ans, j’ai visité la Géorgie du Sud dans l’océan Antarctique pour trouver des populations en plein essor de baleines, d’otaries à fourrure, d’éléphants de mer, de manchots royaux et d’autres oiseaux, qui avaient tous été poussés au bord de l’extinction locale il y a un siècle.

Bien sûr, il y a aussi beaucoup de déclins inquiétants de la faune, et pour la plupart des militants, les bonnes nouvelles ne sont pas des nouvelles, mais essayons au moins de mentionner les améliorations que les écologistes réalisent, ne serait-ce que pour inspirer les jeunes à aider.

À l’échelle mondiale, la couverture forestière nette est en train de croître à nouveau après avoir diminué pendant des siècles.

Même des pays comme le Bangladesh reboisent rapidement. Seuls les pays les plus pauvres abattent encore plus de forêts qu’ils n’en régénèrent.

Les satellites ont montré qu’il y a plus de végétation verte sur la planète chaque année. 

Une zone supplémentaire de feuillage vert équivalant à deux fois la taille des États-Unis a été ajoutée depuis les années 1980.

Ce n’est qu’en partie à cause du reboisement, et principalement parce que  le dioxyde de carbone supplémentaire dans l’air permet aux plantes de pousser plus rapidement et de mieux résister à la sécheresse.

Cet effet de fertilisation par le CO2 est le plus visible dans les zones arides où il est le plus nécessaire, comme la région du Sahel en Afrique, qui s’est nettement verdie.

Ensuite, il y a l’extinction des espèces. Il y a eu deux terribles vagues d’extinction, à la fin du XIXe et au milieu du XXe siècle, principalement causées par des espèces envahissantes sur les îles, mais ces dernières années, le rythme de l’extinction a ralenti. Les défenseurs de l’environnement ont découvert comment éradiquer les rats et les chats des îles (y compris la Géorgie du Sud) et comment protéger les oiseaux et les mammifères les plus rares.

Prenez le merle noir des îles Chatham au large de la Nouvelle-Zélande. En 1976, sa population était tombée à sept oiseaux sur un petit îlot. Ils ont été déplacés vers une île plus grande où la forêt avait été replantée et les rats et les chats enlevés, mais en 1980, deux étaient morts et aucun ne s’était reproduit. Une seule femelle a survécu, Old Blue. Heureusement, elle a été persuadée de pondre deux couvées en un an. Aujourd’hui, grâce au travail des défenseurs de l’environnement, il y a 300 petits oiseaux, tous descendants de Old Blue.

Des histoires de conservation héroïques similaires sont de plus en plus courantes : le condor de Californie, l’ibis chauve, le kakapo, le phasme de l’île Lord Howe – toutes des espèces sauvées du bord de l’extinction. Cela fait plus de 150 ans qu’une espèce d’oiseau nicheur européen a disparu : le grand pingouin.

Pouvons-nous faire mieux et faire revivre des espèces disparues comme le grand pingouin et le mammouth ? Pas encore, mais la technologie pour y parvenir se rapproche. Nous avons déjà réussi à séquencer les génomes de nombreuses espèces disparues, dont le grand pingouin. Nous avons développé des techniques d’édition de génomes qui pourraient bientôt être suffisamment précises pour permettre l’implantation d’une cellule contenant le génome d’une espèce disparue dans les ovaires d’un oiseau domestique. Une oie pourrait pondre un œuf de grand pingouin de mon vivant. Voici donc mon message à mes petits-enfants, pas que j’en ai encore.

Dans les années 2050, vous pourriez vivre dans un monde plus vert, plus propre, moins pollué et plus riche en faune tout en bénéficiant d’une énergie abondante pour soutenir un mode de vie confortable et avec un accès à des vaccins et des médicaments qui préviennent ou guérissent de nombreuses maladies d’aujourd’hui.

Qu’est-ce qui pourrait empêcher cela ? La folie humaine, c’est la principale menace.

Qu’il s’agisse d’autocrates belliqueux comme Vladimir Poutine, de prophètes de malheur comme Greta Thunberg, d’opposants égarés à l’innovation biotechnologique comme Greenpeace ou des nombreux ennemis bureaucratiques complaisants de la croissance : il y a beaucoup de gens qui essaient d’aggraver l’avenir. Ne les laissez pas faire !

Source : https://www.mattridley.co.uk/


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Aidez Elishean à survivre. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 247 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page

En savoir plus sur Elishean 777

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading