Nous traversons une nuit noire planétaire de l’âme, faisant l’expérience de l’obscurité la plus profonde avant de nous réveiller à l’aube dorée de l’ascension !

Les prophéties d’ascension des cultures anciennes

Les nombreuses prophéties anciennes qui indiquent ces temps-ci : Les prophéties de nombreuses cultures anciennes ont parlé de ces temps. Sous le chaos public, l’incertitude, la peur et la dissolution de l’ancien, il y a quelque chose de profond qui se prépare. Ce sont des temps sans précédent, des temps passionnants pour être en vie.


Bien que les eaux à la surface puissent être agitées, il y a un courant sous-jacent de calme profond. Quelque chose de galactique, de cosmique, est sous nos pieds. Le peuple Hopi parlait des Temps de la Purification, les Cherokee l’appelaient la Prophétie de l’Arc-en-ciel, et les textes sacrés de la culture hindoue, les Vedas, l’appelaient la Grande Année et le Cycle de l’Ascension.

Il y a mille ans, les anciens Mayas ont prédit la fin d’une ère : au solstice d’hiver 2012, le soleil, la terre et le centre de la Voie lactée seraient parfaitement alignés pour la première fois depuis 26 000 ans, mettant ainsi fin à la « cinquième ère du soleil ».

La fin d’un monde et l’ascension d’un nouveau monde

Leur prédiction sur la position du soleil était juste, mais l’interprétation moderne, selon laquelle cela signalait la « fin du monde », n’était peut-être pas ce que la prophétie maya voulait dire. C’est en effet la fin d’un vieux monde, mais à un niveau plus profond, c’est la renaissance, l’ascension d’un nouveau.

D’un point de vue humain, tout cela peut sûrement sembler apocalyptique : une pandémie, un changement climatique, un effondrement économique. Cependant, d’un point de vue spirituel, des yeux de l’âme, tout semble bien différent. Nous avons tous entendu parler de la fin des temps et de la fin du monde tel que nous le connaissons, voire d’une apocalypse.

Mais de nombreuses prophéties anciennes, ainsi que l’intuition actuelle dans de nombreux cœurs, indiquent que l’humanité va s’élever vers un plus grand état de conscience. Nous traversons une nuit noire planétaire de l’âme, faisant l’expérience de l’obscurité la plus profonde avant de nous réveiller à l’aube dorée.

La question est de savoir si l’humanité choisira l’amour ou la peur. Je crois que nous avons déjà choisi. Nous avons choisi l’amour. Il y a un proverbe Sioux : « Ils sont entrés dans la terre, et rien ne les fera sortir sauf les gens qui dansent », et une prophétie Hopi : « Nous sommes ceux que nous attendions ».

Nous nous élevons à qui nous sommes vraiment

Le temps est venu pour nous de nous élever, et nous nous élevons. Ce changement se produit maintenant ; tant de gens s’éveillent à qui ils sont. La conscience s’étend vers la connaissance que nous sommes tous des étincelles individuelles de divinité, que nos cœurs sont les plus puissants transducteurs d’énergie de l’univers connu, et que la capacité humaine d’aimer est ce qui fait le paradis sur Terre.

Comme l’explique le Dr Stéphanie Red Feather dans son article « La Grande Année et le cycle de l’Ascension » : Plus de 30 cultures anciennes ont enregistré l’essor et le déclin de la civilisation humaine dans un vaste cycle de temps qui prend environ 24 000 ans (certaines sources disent 26 000 ans) pour s’achever.

Dans ce grand cycle, l’humanité s’élève en conscience pendant 12 000 ans et descend en conscience pendant les 12 000 autres années. Cette séquence de temps a été appelée la Grande Année, un terme inventé par Platon. La tradition Pachakuti Mesa, comme de nombreuses traditions indigènes, s’adresse à la partie de nous qui se souvient (se re-souvient) de qui nous sommes.


Pendant l’âge du fer, l’homme a oublié qu’il était un être spirituel et s’est concentré sur une existence matérielle. La pratique du mesa nous aide à revenir à une relation juste avec tout ce qui est et à reconnaître et interagir à nouveau avec les royaumes plus subtils de l’énergie et de la conscience.

Au fur et à mesure que l’humanité mûrit dans l’âge du bronze, nous réalisons que la domination n’est pas la seule stratégie. Il existe un moyen de vivre en relation sacrée avec la Terre et tous ses habitants sensibles. Cette « promenade de beauté » harmonieuse nous aide à pratiquer une vie où nous reconnaissons la Terre comme une ressource abondante, un partenaire volontaire.

En tant que porteurs de cette médecine chamanique, nous contribuons collectivement à l’ascension de l’espèce humaine. Revenir à la Terre, c’est en fait aller de l’avant. Noam Chomsky a parlé de l’espoir pour l’avenir résidant dans un retour à la sagesse indigène, vers une sagesse qui sait comment vivre en harmonie avec la terre.

La sagesse de la Mère Terre

Cette sagesse abonde sur Terre, juste sous notre nez. Un exemple de cette sagesse indigène se trouve dans l’ancienne Irlande. Durant les jours anciens sur l’île d’émeraude, il existait le concept d’un droit de royauté. Le souverain devait contracter un mariage cérémoniel avec la déesse de la terre, et ce n’est qu’à cette condition qu’elle garantissait la fertilité et l’abondance au peuple.

Ce n’est que s’il respectait la déesse de la souveraineté, représentée comme la terre elle-même, qu’il était considéré comme apte à régner. C’est la déesse qui lui donnait son droit de royauté. Le corps de la femme était la terre, et les droits féminins et les droits environnementaux étaient liés philosophiquement en un seul.

On retrouve un fil similaire dans la constitution de la Confédération iroquoise originelle : les femmes choisissaient les dirigeants. C’est le masculin qui dirigeait dans le monde extérieur, mais c’est le féminin qui avait la sagesse de conférer ce leadership, sur la base d’une sagesse qui venait du cœur.

La fin est en fait une renaissance, et la renaissance est en fait un souvenir. La Mère Terre est en train de donner naissance à un nouveau paradigme grâce aux principes féminins divins d’unité, d’interconnexion et d’amour. La seconde venue du Christ pourrait être perçue comme la venue de la conscience du Christ en chacun de nous, ce qui inclut la conscience divine féminine du Christ.

Le Divin Féminin

L’aspect féminin oublié de la divinité à l’intérieur de chacun de nos cœurs ; le modèle de conscience Sophia-Christos, où le masculin et le féminin sont unis pour ne faire qu’un. Cela se produira lorsque nous laisserons la déesse mère, le principe féminin de la déité, entrer dans notre conscience, lui permettant de s’épanouir dans notre cœur.

Elle donne naissance au nouveau paradigme par le biais de l’utérus transformateur du divin féminin. C’est pourquoi c’est si révolutionnaire, pourquoi les douleurs de l’accouchement sont si désorientantes ; parce que la civilisation humaine l’a oubliée.


Elle a été dans l’ombre, derrière le voile, pendant si longtemps que nous avons presque oublié qui elle était et ce qu’elle pouvait faire. Mais les civilisations jusqu’à 6 000 ans avant J.-C. voyaient la divinité principalement comme féminine, le principe masculin étant un modèle ultérieur qui a fini par éteindre le Divin Féminin.

Jusque-là, les cultures anciennes considéraient la nature dans toute sa féroce majesté comme féminine et les femmes comme ses incarnations. Nos ancêtres connaissaient le lien entre eux et les cycles d’abondance de la terre. Les communautés anciennes honoraient le divin féminin et vénéraient les femmes comme des incarnations de l’aspect féminin de Dieu, la Grande Mère qui englobe tout.

La domination, la conquête et le contrôle de la Terre Mère et du féminin sont des illusions nées de la peur. Nous sommes un avec la Terre. Dans la nouvelle ère, la conscience d’unité prévaudra, et l’humilité et le respect face à la Terre Mère reviendront. Ce virus n’est rien d’autre que de l’humilité.

Une partie de l’avènement de cet âge d’or signifie que beaucoup d’entre nous vont sortir du placard, pour ainsi dire, et sans craindre d’être persécutés pour leur guérison énergétique et spirituelle, nous pouvons dire nos vérités, parce que le nouveau monde aura besoin de nos dons de guérison, pour sonner le nouvel âge, après l’ascension.

Ascension et co-création

Les travailleurs de la lumière, les chamans, les anciennes âmes, ceux qui se souviennent, qui sont en contact avec les guides spirituels, les animaux et les êtres galactiques, s’élèvent vers la conscience cosmique, ascension d’un cœur sacré à la fois. En écoutant les animaux, la sagesse des arbres, des plantes, des élémentaires, la guérison et l’expansion peuvent se produire.

Nous sommes tous capables de la magie de la co-création. Co-créer avec le monde, lui donner notre bénédiction et recevoir des bénédictions en retour élève notre vibration. Le champ du torus du cœur humain peut s’étendre sur des kilomètres si vous envoyez de l’amour et des bénédictions, ce qui affecte le champ bioénergétique de la terre.

L’amour, la paix, la joie et la liberté peuvent être la réalité de chacun. Nous créons notre réalité ; nous sommes les rêveurs de ce rêve. La conscience humaine, lorsqu’elle est purifiée, agit de manière très similaire. L’Amrita, appelé élixir des dieux, la pierre philosophale, est disponible pour nous tous.

Nous sommes tous des alchimistes, avec des cœurs puissants, et la capacité de transformer le poids de plomb de notre passé en une aube dorée. John Black écrit dans son article Les guerriers de la prophétie Arc-en-ciel : « La prophétie de l’Arc-en-ciel, comme on l’a appelée, fait référence aux gardiens des légendes, rituels et autres mythes qui seront nécessaires lorsque le moment sera venu de rétablir la santé sur Terre.

On pense que ces êtres légendaires reviendront le jour du réveil, lorsque tous les peuples s’uniront pour créer un nouveau monde de justice, de paix et de liberté, et qu’ils seront appelés les « guerriers de l’arc-en-ciel ». Ils réapprendront les valeurs et les connaissances qui ont été perdues au fil du temps, en montrant comment avoir de la sagesse et de l’extra perception, et comment l’unité, l’harmonie et l’amour sont la seule voie à suivre ».

Le Nouvel Humain

Le Nouvel Humain, issu de l’ascension, peut et va guérir et restaurer la Terre dans sa splendeur légitime. L’élévation de la conscience signifie une participation profonde à l’harmonie de toutes choses. Nous nettoierons l’eau, l’air, les animaux seront fiers et reconnaissants de partager leur maison avec nous.

Nous verrons un million de projets naître du génie créatif né de l’amour, un million d’arbres plantés, un million de cœurs enflammés par la gratitude. Nous nous souviendrons que nous avons à la fois le dieu et la déesse dans nos cœurs, nous nous souviendrons que nous sommes souverains et libres, et que notre Terre est le joyau vert de la galaxie.

Toutes les tribus du monde se réuniront en une seule tribu de la Terre. Pour la protéger, pour l’aimer. Cela pourrait prendre un certain temps, et au début, cela pourrait ressembler à de la destruction, car nous sommes arrivés à une époque de ténèbres, sans aucun doute.

Mais il y a une vérité métaphysique qui a été oubliée : il y a toujours une destruction, un anéantissement, avant une grande renaissance. Tout est énergétique et a un sens plus profond que ce que l’on voit. C’est le moment d’accepter l’incertitude, de s’abandonner au flux, de faire émerger les qualités du divin féminin qui sont en fait des qualités de grande résilience.

La Déesse est en fin de compte un esprit guerrier, non pas de guerre, mais de survie à la vie, à la mort et à la renaissance des cycles cosmiques, tout en restant connecté à ce qui est éternel : l’amour de la création. La conscience divine féminine est en pleine ascension, poussée par des forces cosmiques bien plus grandes que la politique ou le passé connu.

La montée de ses valeurs va tout changer. Nous saurons que le chant de notre petite âme n’est qu’une riche note dans un vaste orchestre cosmique, et qu’il est seul dans sa beauté, mais qu’il contribue aussi à l’harmonie de l’ensemble ; la musique des sphères.

Presque comme un orchestre qui s’accorde avant un concert. Au début, c’est un vacarme dissonant de voix différentes, mais au fur et à mesure qu’elles s’accordent entre elles, dans les derniers instants avant l’ouverture du rideau, les instruments résonnent ensemble de façon spectaculaire.

Soudain, il n’y aura plus de notes fausses jouées. Pas de meurtre, pas de discorde, pas de séparation. L’amour, la liberté et la joie seront l’expérience de la réalité de chacun dans cet Âge d’Or, qu’il soit humain ou non. Une grande harmonie nous englobera tous.

Elle sera plus belle que tout ce que l’on peut imaginer. Si nous restons calmes dans la tempête et restons dans nos puissants cœurs sacrés, alors, une fois la poussière retombée, nous nous réveillerons dans une nouvelle ère, et ce qui compte vraiment sera tout ce qui restera : l’amour.


Jennifer Tarnacki
pour Etre souverain : www.etresouverain.com

Que pensez-vous de cet article ? Inscrivez-vous et rejoignez la conversation


Merci à tous pour votre soutien.

Beaucoup d'entre vous sont avec moi, par le coeur et la pensée, et je vous transmet ma gratitude... Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières... En partageant les articles que vous avez aimé... En achetant vos livres et vos produits préférés sur Amazon via ce site... En faisant un don sécurisé sur Paypal... Ou les trois en même temps... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...


Même 1€ est important !





Tags:

0 Commentaires

Laisser une réponse

Imaginer un Nouveau Monde © Elishean 2009 - 2021

CONTACT

Vous pouvez nous envoyer un e-mail et nous vous répondrons dès que possible.

En cours d’envoi
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

%d blogueurs aiment cette page :