Développement spirituel

Faire une pause dans les différences irréconciliables


par Steve Beckow

C’est une période de troubles et de divisions sans précédent.

Nous voyons nos dirigeants politiques attiser ces divisions – Justin Trudeau, par exemple, qualifiant les non-vaccinés de racistes et de misogynes.

Nous devons être réalistes dans un domaine qui n’est pas confiné: les relations.

À mon avis, briser les liens de l’amour est l’un des objectifs de la Grande Réinitialisation du Nouvel Ordre Mondial, des dictatures fascistes et des mouvements totalitaires en général.

Pourquoi ne pas voir que tout ce qui se passe en ce moment est dur pour les relations et ne pas s’accorder un « temps mort » jusqu’à la fin de la guerre cachée?


Quand je me regarde, je vois que je suis stressé à tellement de niveaux. Il se passe tellement de choses. Il y a tellement de choses à cheval sur ce qui se passe.

De fortes divisions se créent entre les vaccinés et les non-vaccinés les libéraux et les conservateurs, les partisans de Biden et Trump, etc.


Pendant ce temps, dans les coulisses, il y a un processus d’éveil de masse qui se produit et la violence qu’il faut pour le faire est réelle, pas fictive.

Ce n’est pas un film hollywoodien. Cela se passe autour de nous, sous nous et au-dessus de nous.

Nous exécutons nous-mêmes ce que nous considérons comme des traîtres.

Des populations entières, comme les Ouïghours et les Rohingyas, sont discriminées et persécutées. Le temps est en plein pandémonium – une partie des armes de guerre météorologique de la cabale, mais d’autres de Gaia libérant de la négativité.

Il ne semble pas y avoir de terrain solide sur lequel aborder quoi que ce soit avant qu’un problème ne soit dépassé par un autre.

C’est le jeu de la cabale qui consiste à créer un problème et à s’offrir comme solution. Sauf que cette fois, ils ne sont pas la solution, mais sont vus pour ce qu’ils sont – la source du problème.

Mais ce n’est pas ma situation générale sur laquelle je me concentre. C’est son impact sur les relations.

Je perds mon attention dans ces circonstances. Je me retire de certaines relations. Je m’isole. C’est ce que veut l’État profond.


De plus, c’est juste moi. Et les gens qui ont perdu leur emploi? Qu’en est-il des personnes qui luttent pour conserver leur emploi alors qu’elles ne veulent pas se faire vacciner? Et nos enfants?

Le plus grand facteur de stress doit être la prise de conscience que notre gouvernement veut notre mort et nous punira si nous ne coopérons pas.

Tous ces facteurs de stress ont un impact direct ou indirect sur les relations.

Je suis conscient que tout a un bon et un mauvais côté, pour ainsi dire. Je me rends compte que le bon côté ici, c’est qu’on s’arrange.

Je suppose que les gens avec qui nous étions censés aller de l’avant peuvent généralement rester et ceux avec qui nous ne sommes pas destinés à travailler peuvent généralement partir.


Ce processus de tri, qui aurait eu lieu tôt ou tard de toute façon, peut être la doublure argentée.

Mais, avec ces relations où nous nous trouvons divisés et ne voulons pas l’être, pourquoi ne faisons-nous pas une pause? Prendre une pause. Prenez un temps mort jusqu’à ce que les difficultés actuelles soient résolues.

Le monde a déjà vécu ça. Le mal n’a jamais duré. Nous n’avons pas besoin d’Ozymandias* pour nous le dire. (

La Mère a décrit comment les tyrans deviennent décrépits, comme Hitler l’a fait par exemple, incapable de cacher le tremblement de sa main gauche :

« C’est douloureux pour un être qui cherche le pouvoir pour lui-même ou le pouvoir sur un autre, que ce soit un parent sur un enfant, un mari sur une femme, un homme sur une armée. Cela n’a pas d’importance. L’aspiration [pour], l’exercice du contrôle ne donne jamais de joie. La douleur grandit simplement. Et ainsi, les actions deviennent plus grotesques, plus grandes, jusqu’à ce que la panne se produise et se produise. » 

Aucun empire n’a duré – peu importe à quel point ils se considèrent comme nobles.

À mon avis, nous pouvons nous permettre de prendre une pause des différences irréconciliables et de jeter un autre regard sur la relation après le retour de la paix.

Et je suis convaincu que ce sera le cas.

*Ozymandias par Percy Byshe Shelley, 1792-1822, à https://poets.org/poem/ozymandias.

J’ai rencontré un voyageur d’une terre antique
qui a dit : « Deux vastes jambes de pierre sans tronc se
tiennent dans le désert. . . Près d’eux, sur le sable,
À moitié coulé, gît un visage brisé, dont le froncement de sourcils,
Et la lèvre ridée, et le ricanement de froide commande,
Dites que son sculpteur a bien lu ces passions
Qui survivent encore, estampées sur ces choses sans vie,
La main qui s’est moquée eux, et le cœur qui se nourrissait :
Et sur le piédestal ces mots apparaissent :
« Mon nom est Ozymandias, roi des rois :
Regardez mes œuvres, vous puissants, et désespérez !
Il ne reste rien à côté. Autour de la décomposition
De cette épave colossale, illimitée et nue
Les sables solitaires et plats s’étendent au loin.

Source



Que pensez-vous de cet article...? Inscrivez-vous et rejoignez la conversation


Merci de votre soutien

En faisant un don, vous aidez à maintenir ce site en ligne et ainsi, vous contribuez à l'expansion de la conscience planétaire. Amour, Confiance et Gratitude... Miléna



(Vu 140 fois, 1 visites aujourd'hui)

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :

Adblock détecté

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour naviguer sur le site.