Développement spirituel

Vous êtes une synapse dans l’esprit de Dieu

Un message de Jésus

Bien-aimé, et saint et unique enfant de notre Père céleste, enfant de la Source unique, enfant de la Lumière divine. C’est ce que vous êtes.

Prends-le profondément dans ta conscience et contemple ce que cela signifie – enfant de lumière – en te permettant maintenant d’entrer dans la lumière de ton être.

Vous avez longtemps vécu dans l’obscurité, vous avez longtemps crié vers moi et dit :  » Où es-tu ? Où suis-je ? Que faisons-nous ? » Parce que vous avez senti ma présence, et vous avez cherché en haut et en bas, pour me trouver. Et tout le temps, bien-aimés, j’ai été juste avec vous, en vous, à droite, à gauche, derrière vous et devant vous.

Toujours, mon bien-aimé, nous ne faisons qu’un. Permets-toi de te sentir à l’aise. Permettez à votre corps de respirer. Une respiration profonde, une respiration profonde, relaxante, car dans cet espace de paix, nous connaissons la présence de l’Un, la présence du divin saint Enfant, de la Mère/Père/Dieu, de tout ce qui est. Pas de séparation – mais Un.

Ainsi, ce soir, mes bien-aimés, nous allons parler d’un sujet très profond. Nous allons parler de l’Unique, véritablement l’Unique que nous sommes, que nous avons été et que nous serons toujours – l’essence de l’amour, l’essence de la paix. C’est pourquoi je vous encourage souvent à respirer profondément et à ressentir l’amour que vous êtes, à être capable de regarder dehors, même sur le monde avec tous ses problèmes, et à savoir que l’Amour marche comme vous, comme vos amis. L’amour attend que l’on reconnaisse qu’il est là. Donc, quand vous prenez cette profonde respiration, il y a l’opportunité de sentir l’Amour que vous êtes et de guérir toutes les blessures, toutes les idées erronées, toutes les idées séparées, et avec la profonde respiration de venir en paix à l’Amour.

J’aime ce que tu es car Je sais Ce que tu es. Le monde te suggérera toutes sortes de portions, toutes sortes de questions. Et pourtant, lorsque vous prenez une profonde respiration, vous pouvez retourner à la Maison ; vous pouvez retourner à l’endroit de la paix intérieure. Et dans ce lieu de paix, il y a le sentiment, la connaissance que JE SUIS… point final, JE SUIS n’a pas besoin d’être divisé en aspects séparés. Mais de savoir – JE SUIS.

²

Ainsi, mes bien-aimés, nous allons parler du JE SUIS de vous. Parce qu’en Vérité, vous vous déplacez, vivez et avez votre être dans l’espace de  » l’être « , dans l’espace que j’ai appelé l’amour. Et lorsque vous regardez quelqu’un d’autre, vous contemplez tout d’abord l’humanité, puis il y a la radiance autour de l’humain – le visage, le visage – et il y a une connaissance de l’unité qui se joint. C’est un sentiment qui s’étend et dit : « Je veux te connaître. Je veux te sentir. Je veux connaître l’unité du Divin Saint Enfant qui s’avance pour faire l’expérience et se sentir comme Un. Savoir qu’en vérité, lorsque vous mettez le sourire sur le visage, cela guérit toutes les énergies dans cette pièce et au-delà, car en Vérité il n’y a pas de séparation.

Je vous l’ai dit au fil des ans : il n’y a pas de séparation. Ce que vous pensez d’une personne – peut-être à des kilomètres comme vous mesurez les kilomètres, un être cher peut-être – quand vous pensez à elle, l’amour que vous lui envoyez, il se répand très rapidement, très rapidement. Et s’ils le demandent, s’ils sont ouverts, ils ressentiront et se demanderont :  » Que vient-il de se passer ? « .

Et comme vous utilisez votre téléphone comme on l’appelle – le téléphone, oui, le son lointain. Votre langage est très intéressant lorsqu’il est assemblé, et vous l’analyserez morceau par morceau. Le télé – téléphone, ok, le son lointain. Et vous le portez à votre oreille, ou vous le tenez maintenant que vous avez fait un long chemin jusqu’à ce que vous ayez le téléphone plat appelé  » cellulaire « , et vous le mettez dans votre poche.

Et la première chose à faire le matin, c’est de l’enlever de votre table de nuit si vous l’avez sur la table de nuit. Je sais qu’il y en a parmi vous qui l’ont sous l’oreiller, pour pouvoir savoir immédiatement ce qui se passe à distance. Et vous le regardez. Et vous appelez dans votre esprit celui ou celle à qui vous voulez parler. Et, magie des magies, vous en mettez un peu et les voilà. Ils se brossent les dents, ou autre.

C’est un miracle que vous faites. Parce que, en vérité, vous apportez la Vérité de votre être juste là devant vous. Et vous dites :  » N’est-ce pas merveilleux que je puisse parler à celui qui est dans un autre pays ? Très loin, quelque part. » Oui. Mais cela vient directement ici, le Christ de votre être. Aucune séparation – même lorsque vous pensez à cette personne, elle est instantanément avec vous. Et il se peut qu’il ressente :  » Oh, qu’est-ce que c’était ? Je ressens quelque chose. Je me demande si… » et ensuite ils passent par une liste de « Je me demande si c’est celui-ci ou celui-là ou celui-là ? Oh, c’est probablement celui-là. Ok. »

Et c’est un miracle ; vous dites que « je suis en contact avec quelqu’un qui semble être à beaucoup, beaucoup de kilomètres de distance. » Mais comme vous avez la pensée, vous les amenez à vous dans cette pensée. Puis vous utilisez votre technologie pour vous prouver que vous les avez fait entrer dans votre conscience.

Vous faites des miracles à chaque instant. Et vous ne les appelez pas toujours des miracles. Parfois, vous ne vous arrêtez pas assez longtemps pour reconnaître ce que vous faites comme le miracle que vous accomplissez. Vous prenez tout cela pour acquis. Et c’est bien ainsi, car vous venez d’un endroit où vous voyez des morceaux, des morceaux séparés, des personnes séparées, vous savez, à une certaine distance de vous. Et puis tout d’un coup, ils sont juste là devant vous sur cette petite chose carrée que vous tenez dans votre main.

Et c’est vraiment un miracle que vous les fassiez entrer dans votre conscience de cette façon. Il n’y a pas de séparation. Même votre technologie vous le prouve. Tous les messages que vous recevez et les données de la technologie vous disent :  » Oui, il n’y en a qu’un seul « . Donc, vous pouvez être tranquille.

Ce soir, je voudrais vous parler de l’Esprit de Dieu. Il y a eu beaucoup de choses dites et écrites sur l’Esprit de Dieu dans divers tomes de livres d’histoire où vous avez étudié et où certains ont dit :  » Dieu est…  » et ensuite il y a une longue définition qui dépend de la personne qui l’écrit, de ce qu’elle ressent ensemble ou séparément. Et vous avez dit : « Dieu doit être vénéré quelque part.

Il doit y avoir une présence qui supervise et qui a rassemblé tout ça. » « Je ne sais certainement pas comment réunir tout cela », dites-vous, « il doit donc s’agir d’un Dieu extérieur à moi que je peux prier et implorer — que peut-être ce Dieu, tout puissant, me regarde avec faveur et me rende la vie facile. Si j’ai mal au corps, peut-être que ce Dieu tout-puissant s’en occupera. Ou si j’ai mal dans mes affaires, je peux peut-être prier ce Dieu et il arrangera les choses.

Maintenant, en vérité, mes bien-aimés, c’est déjà très bien. Vous amenez tout devant vous pour voir : « Que pensez-vous de ceci ? ». Et je vous ai dit à maintes reprises au fil des ans, considérez tout comme bon. Tout ce qui vous vient à l’esprit, considérez-le comme une bénédiction. Sachez que, vraiment, vous marcherez dans la faveur de votre Dieu. Cela doit être le cas – parce qu’il n’y a pas de séparation, parce que vous êtes le favori de votre Père/Mère/Dieu/Tout ce qui est.

Alors, arrêtez-vous un instant si vous éprouvez un certain sentiment d’agitation – peut-être que tout semble aller mal dans la journée. Arrêtez-vous, respirez, reconnaissez que l’amour est à l’œuvre, juste là où vous êtes. Vous êtes l’Amour. Permettez-vous de l’étendre, tout d’abord à tous ceux que vous voyez, tous ceux avec qui vous interagissez, même les quadrupèdes, surtout les quadrupèdes. Et les bipèdes, les ailés, ceux qui nagent dans l’eau, tous vos exemples de vie, toutes les formes auxquelles vous pouvez penser, et elles sont innombrables, beaucoup, beaucoup de formes. Considérez-les comme des bénédictions, des extensions de l’Unique que vous êtes, de l’Unique/du « O » majuscule.

Sachez qu’en réalité, tout ce que vous voyez est là parce que vous avez prédestiné son arrivée dans votre conscience. Et il y a beaucoup de choses qui n’entrent pas dans votre conscience. Mais ce qui le fait, bénissez-le. Appelez-le bon parce qu’il est, appelez-le utile parce qu’il est, appelez-le une bénédiction parce qu’il est.

« Mais Jeshua, quand j’étais avec cette amie l’autre jour, et qu’elle était vraiment de mauvaise humeur, et qu’elle m’a vraiment dit toutes ces choses qui étaient si blessantes – c’était soi-disant bon ? ». C’était bon. Elle savait, en son âme et conscience, que tu l’aimerais toujours. Vous l’accepteriez toujours en sachant qu’elle traversait une période où elle devait se débarrasser de l’extérieur pour arriver à l’endroit du véritable amour intérieur. Parfois, il y a de nombreuses couches, et il faut un certain temps pour que vous, ou un frère ou une sœur, traversiez toutes les couches. Et parfois, il leur faudra un certain temps, peut-être des vies entières, pour traverser ce qu’ils considèrent comme les couches de l’humanité. Mais vous les aimez quand même, car vous savez qu’ils sont sur le chemin.

Tous, aussi terribles que soient leurs choix, ils cherchent et reviennent à la maison. Alors, vous les bénissez dans leur voyage. Et s’ils se trouvent dans un endroit qui n’est pas paisible, vous n’avez pas à y rester. Vous pouvez les bénir à distance. « Oh, vous voulez dire que je n’ai pas à tout arranger ? » Non. Regardez plus profondément et voyez que tout va bien. Voyez que tout ce qui semble être si blessant est un appel à l’aide. Voyez que chaque fois qu’il y a de la colère, c’est parce que c’est une vision limitée de ce qui se passe.

Cherchez l’amour, donnez-lui de l’amour et s’il ne semble pas être accepté, continuez à l’aimer. Et vous pouvez vous éloigner. Vous n’êtes pas obligé de rester là et d’avoir toute la pluie de colère qui vous tombe dessus. Vous pouvez vous éloigner et les aimer à distance. Il n’y a rien de mal à cela. Permettez-vous d’être en paix. Car, comme vous le comprendrez, il n’est pas bon de rester là, d’être en colère et blessant et de le renvoyer à quelqu’un qui, apparemment, vous donne un morceau de son esprit qui n’est pas heureux. Cela n’aide pas à guérir de lui renvoyer la balle. Alors, aimez-les, respirez profondément, et avancez.

Envoyez-lui une bénédiction pendant que vous marchez. Et avec le temps – et cela peut être une autre vie – même eux arriveront à comprendre que « Hé, tout m’a amené à cet endroit où je connais l’unité de l’amour ». Maintenant, il se peut que ce ne soit pas dans cette vie ; parfois, certains sont très créatifs, et ils veulent tout expérimenter. Vous en avez entendu certains dire cela. Et donc, ils vont se plonger dans ceci, et ils vont se plonger dans cela, et ils vont crier dans les cieux. Et après s’être fatigués de crier, ils s’arrêtent un moment pour respirer profondément, et la paix s’installe. Considérez tout comme bon parce que tout mène à cet endroit, cet endroit qui dit JE SUIS. Point final. JE SUIS.

Vous avez vu des personnes qui devaient passer en revue toute une litanie de choses qui n’allaient pas avec vous, avec le monde, avec tout ce que leurs yeux rencontraient. Et vous avez pensé : « Celui-là ne trouvera jamais la paix ». Et pourtant, dans cette vie ou dans une autre, ils arriveront à l’endroit où ils ont parcouru toute la liste. Et ils sont arrivés à l’endroit où ils respirent profondément. Bénissez-les. Bénissez-vous.

Parce que je sais que chacun d’entre nous – oui, j’ai connu un peu de colère. Vous avez cette histoire des changeurs de monnaie dans le temple. Est-ce que j’y suis allé et j’ai dit :  » Hé, vous savez que vous ne faites pas les choses correctement ? Vous devriez aimer tout le monde. Vous devriez être pacifiques. » Non. J’étais là, plein d’énergie, à renverser les tables et à attirer leur attention. Parce que parfois il faut un peu d’énergie pour attirer votre attention et celle des autres.

Donc, il y a des endroits, des moments où vous pouvez être la reine du drame et le roi du drame pour prouver un point. Et l’instant d’après, vous prenez une profonde respiration et souriez, « C’est fait ».

« Mais Jeshua, si tu as ressenti quelque chose de si profond, c’est normal de changer si vite ? » Lorsque, comme on dit, le centime tombe et que vous réalisez que vous rendez réel dans votre conscience ce qui s’est passé et la vérité de votre être, vous n’avez pas à rester là et à ressentir l’énergie qui n’est pas bonne. À ce moment-là, tu peux faire un nouveau choix.

Vous êtes, bien-aimés, l’extension de l’Esprit de Dieu. « Uh-oh. Jeshua, si je suis le prolongement de l’Esprit de Dieu, les gens feraient mieux de se méfier de moi parce qu’il y a des fois où je perds mon sang-froid et où je dis des choses que je ne pense pas vraiment et où je fais des choses… ». Mais sais-tu, mon cher, que tout ce que tu fais et dis, le Grand Tisserand l’utilise pour te ramener à la maison.

Vous avez ce qu’on appelle le Saint-Esprit. Et quel est le travail de l’Esprit Saint – rassembler ce qui semblait être des pièces séparées en un tout, en un seul : rendre réel dans la conscience ce que vous recherchez et la réalisation que ce que vous recherchez, vous l’avez déjà.

« Oh, je ne le savais pas, Jeshua. Je pensais que c’était probablement dans une vie entière. Je veux dire, j’ai fait de très mauvais jugements sur mes amis et s’ils savaient ce que j’ai pensé d’eux, ils ne m’aimeraient pas. Donc, tu sais, je dois garder ça pour moi. »

Quel est le revers de la médaille ? L’autre côté, c’est combien vous les aimez, combien vous vous sentez dans leur amour. Car en effet, bien-aimés, il n’y a pas de séparation. Et même si vous pensez qu’en allant dans votre placard et en criant aussi fort que vous le pouvez, vous allez apporter la paix que vous voulez. Oui, vous le pensez – mais il n’est pas nécessaire que vous suiviez cette voie.

Ce que vous voulez savoir, ressentir, expérimenter n’est qu’à un souffle de vous. Permettez-vous de vous sentir en paix et de respirer profondément. Maintenant, si vous voulez être le roi du drame et la reine du drame, ok. Faites-le. Et puis après, respirez la paix. Il n’y a en vérité, aucun jugement. « Wow, vraiment ? » En vérité, ce que vous avez imaginé, et ce que vous avez fait passe. Ce n’est pas pour toujours. Ce n’est pas toujours. Avec la prochaine respiration profonde et, comme vous demandez l’amour, demandez le pardon, et l’amour se précipite. Et vous vous demandez : « Comment est-ce arrivé ? Je ne sais pas comment c’est arrivé. Pardonne-moi. » Et voilà, vous êtes pardonné. L’amour se précipite et guérit.

L’amour attend que vous l’accueilliez. Lorsque vous vous arrêtez un instant, dites :  » S’il vous plaît, je veux ressentir l’amour.  » Tant de vos frères et sœurs qui marchent sur la Terre en ce moment appellent à l’amour, au pardon, parce qu’ils ont le sentiment d’être nés dans le péché. Vous avez même un enseignement qui dit que ce qui provoque l’union du sperme et de l’ovule, comme vous comprenez la physiologie, est un péché. En tant qu’homme, vous avez pris cette femme et vous lui avez fait quelque chose, et maintenant elle doit faire face à cela. En vérité, c’est un cadeau que vous faites tous les deux. Permettez-vous de respirer profondément et de dire merci. C’est un miracle ce qui arrive.

Ainsi, lorsque vous entrez dans l’espace de l’amour, dans l’espace de l’appréciation – une grande, grande appréciation – il y a une connaissance de Dieu qui travaille à travers vous. Il travaille en vous bien plus que ce que vous avez reconnu être. Votre morceau de compréhension de qui et de ce que vous êtes est de cette taille – minuscule. Et tout le reste, c’est vous. Chaque parcelle de tout ce que vous expérimentez est juste là, vous disant :  » Voici, je fais toutes choses nouvelles. Voici, je rends les choses comme elles sont saintes. Regardez et venez à la maison ».


« Mais Jeshua, si j’ai vécu, disons, 50.000 vies, où j’ai été le guerrier qui a coupé les têtes d’un seul, comment puis-je être pardonné pour tout cela ? » En premier lieu, vous ne pouviez pas le faire à moins qu’ils ne vous le permettent. Tout le monde est l’extension de l’énergie divine. Et tous ceux qui ont « apparemment » eu la tête coupée, et qui ont ensuite dit : « Eh bien, nous allons déposer le corps », sont Dieu qui se prolonge Lui-même – vivant. Sinon, il ne serait pas possible pour eux d’exhiber la vie comme on l’appelle, ou la forme humaine, ou la forme à quatre pattes, s’ils ont choisi cela.

Bien-aimés, vous avez pris pendant longtemps, longtemps, un morceau d’ici, et un morceau de là, et un morceau de là.

de là, et un morceau de là. Et vous avez dit, « mais ce ne sont que des morceaux ». D’où, de quoi avez-vous pris ces morceaux ? De l’intégralité de votre personne.

« Désolé, Jeshua, je ne peux pas, je ne peux pas comprendre tout ça. » Permettez vous de vous étendre. Approfondissez. En d’autres termes, crois. Et oui, « aide mon incrédulité ». Lorsque vous priez cette prière, et que vous vous asseyez dans un lieu d’ouverture et d’accueil, des miracles se produisent. Essayez. Essayez avec quelque chose de petit – ou de grand. Et je vous garantis que vous serez surpris.

Permettez-vous de célébrer Ce que vous êtes. Pendant si longtemps, vous n’avez accepté qu’une toute petite partie de la totalité de vous-même. Mais vous êtes bien plus que ces morceaux, mettez-les tous ensemble. Respirez. Sachez. Aimez. Aime-toi toi-même. Et dans cet espace, vous rentrerez à la maison et vous vous surprendrez vous-même.

Je sais ce que vous êtes. Je savais qu’en tant que petit dans cette vie, il y avait beaucoup plus en moi que juste cette partie qui était ostensible. Et je l’ai testé, tu peux le faire aussi. Et j’ai demandé, « Montre-moi. » J’ai dit cela à la totalité dont je croyais avoir fait mon existence, mon rôle dans cette existence. Je savais qu’il y avait vraiment un miracle qui se produisait, que je pouvais être sur la Terre, que je pouvais activer la forme.

Si vous avez une forme, n’est-ce pas un miracle ? Et même si vous n’avez pas de forme, vous avez une conscience. « Hmm, je n’ai jamais pensé à cette partie de la question, Jeshua. Vous voulez dire que quelque chose que nous identifions comme étant seulement de l’esprit est toujours un miracle ? » Oui. « Je vais devoir y réfléchir. » Eh bien, j’espère que vous le ferez.

Réalisez, rendez réel dans votre conscience, la totalité de vous. Sachez que vous êtes vraiment un miracle qui marche, qui bouge, qui respire et qui pense. Et d’où cela vient-il ? C’est le Dieu en vous qui va au-delà de la forme humaine, et vous pouvez y puiser à tout moment. Peu importe que vous ayez vécu 1001 vies. Peu importe si vous n’avez vécu qu’une seule vie. Peu importe que vous ayez une forme athlétique ou que vous ayez un corps qui fonctionne à peine. Vous, l’essence de vous, c’est l’esprit du Christ. Entrez en contact avec lui.

Je suggère que ce qui pourrait parfois fonctionner pour vous, c’est d’entrer en contact avec les tonalités de la musique. Vous avez de la musique qui est jouée dans vos temples sacrés à un volume élevé. Elle commence peut-être lentement, et elle gagne en intensité. Elle gagne de plus en plus en force jusqu’à atteindre un CRESCENDO – et vous ne faites qu’un avec ce crescendo. Vous disposez maintenant de la technologie qui vous permet de jouer encore et encore la musique qui vous transportera. Jouez la musique et entrez vraiment dedans. Et réalisez, rendez réel dans votre conscience, que si vous ressentez – et vous ressentirez quelque chose – c’est le Dieu en vous qui veut être reconnu, qui veut être ressenti.

Ce grand crescendo, fais-en un avec toi. Mettez de la musique un jour. De la musique qui remue le coeur, et entrez dans le vif du sujet. D’où vient cette énergie ? Elle vient du Dieu qui est en vous. C’est vous dans votre véritable essence. « Oh, vraiment ? Cela signifie que je suis un peu plus que ce que j’ai pensé être ? » Oui ! Acceptez-le s’il vous plaît. Mettez la musique. Sentez vous ne faire qu’un avec elle. Et quand elle atteint ce crescendo, autorisez-vous à chanter !

« Oh, je ne peux pas faire ça. Et si quelqu’un m’entendait ? » Essayez. Vous allez aimer ça. Puis on frappera à la porte et quelqu’un dira : « Vous pouvez baisser un peu le son ? » Et vous direz, « Non, je ne peux pas. C’est le Dieu de moi. » Vous allez vous amuser avec ça.

Permettez vous d’abandonner les limites. Permettez vous de vous réveiller réellement en tant que

l’esprit qui active le corps, l’esprit qui active les pensées, les sentiments qui sont vous. Permettez-vous de savoir que vous êtes bien plus que ce que l’on vous a enseigné, bien plus que ce que vous avez lu dans un livre quelque part. Vous êtes tout cela et plus encore.

Oui. Sachez que vous êtes vraiment l’énergie divine qui active une forme qui entend ces mots, qui permet à l’énergie de l’émotion de s’élever en vous et de dire :  » Hé, peut-être, peut-être que je suis plus que ce que j’ai pensé être. Si Jeshua peut m’aimer, il doit y avoir quelque chose ici. » Et c’est vrai.

S’il vous plaît, j’aime ce que vous êtes. Prends ça à coeur. Sache qu’en vérité, je te vois tel que tu es – le Divin, l’énergie qui va toujours de l’avant, qui exprime toujours l’énergie divine, même lorsque tu es en train d’en faire partie.

exprimant l’énergie divine même lorsque tu es dans l’humeur la plus contrariante. Oui, tu es toujours et tu seras toujours, tu as toujours été le Soi Divin.

Sachez-le vraiment. Vous allez marcher, même le miracle que vous pouvez marcher, même le miracle que vous respirez. Oui, prenez cette profonde respiration, la respiration énergisante, la respiration de guérison. Permettez-vous de rentrer à la maison dans cette seule respiration. C’est aussi simple que cela. Sachez que vous exprimez votre divinité dans chaque pensée, chaque mouvement, chaque connaissance. Voilà à quel point vous êtes puissant et divin.

Pendant des éons de temps, vous avez pensé que vous étiez un miroir – rien, un petit bout qui, « Peut-être que si je dis les bons mots, et que je prie la bonne prière, peut-être que Dieu – quelque part à l’extérieur – m’aimera. Eh bien, c’est vrai. Mais vous avez un dicton dans votre monde : « Et il y a plus. »

Si souvent, des messages vous parviennent, de manière apparemment modeste, sur votre boîte carrée. « Et il y a plus ? » Eh bien, oui. D’où pensez-vous que vienne cette pensée ? Vous êtes l’expression de Dieu, l’Énergie, même sur un plan physique, qui vous permet de faire apparaître les molécules du corps, et de marcher vers l’avant comme un mouvement physique, mais aussi comme un mouvement qui reconnaît :  » Je vais de l’avant dans ma pensée, ma croyance, ma compréhension ; j’ai cherché « . Et de temps en temps, j’obtiens une réponse, et ça fait du bien… du bien ». Je vous donne la note maximale pour cela, mais il y a plus.

Permettez-vous de rentrer à la maison, dans le plus-que-vous. Sachez que la forme que vous êtes, est une forme que vous avez vraiment et que vous apportez à chaque instant. A chaque instant, vous revitalisez cette forme. Et si l’instant d’après, vous ne reconnaissez pas la forme, elle n’existera pas. Où irait-elle ? Dans le néant d’où vous l’avez amenée dans votre conscience – le nuage de la connaissance, le nuage de l’inconnaissance très souvent.

Vous êtes dans le flux de l’énergie divine, tout le temps. Vous êtes les connexions de l’énergie, l’amenant dans votre conscience, dans la forme si elle doit être dans la forme. Vous êtes comme on l’appelle la synapse, la connexion de l’énergie divine. Vous faites cela sans savoir que vous le faites. Et pourtant, cela ne serait pas, vous ne seriez pas, si vous n’étiez pas déjà Divin, apportant l’énergie de l’intégralité, de la Totalité, de la divinité.

Permettez vous de revenir à la maison dans cette énergie. Je vous suggère de mettre de la musique très émouvante et de vous laisser aller à ce sentiment, à la montée de l’énergie de la musique et à la montée de l’énergie en vous. Vous aimez tous ce sentiment, au moins pour un moment, d’être libre, d’être expressif. Être la synapse dans l’esprit de Dieu, la synapse qui réunit le « AHA ! Je vais bien ».

Essayez cela pour commencer. Vous pouvez le faire dans un groupe de personnes. Et vous pouvez le faire dans le calme de votre propre chambre. Tout ce qui vous semble le mieux pour commencer. Mais je partage avec vous qu’il y aura une telle exultation d’énergie que vous vous sentirez tellement

transporté, élevé, que vous allez être juste là — » C’est moi ! Je, je suis tout ! Tout ce que je perçois, tout ce que je vois. Je suis le soleil. Je suis la lune. Je suis le commencement. Oh mon dieu ! » Vous avez appelé ?

Et voilà. Saupoudrez-le d’un peu d’humour. Vous êtes l’esprit divin qui va de l’avant, pour exprimer et expérimenter. Permettez vous l’exultation de, « Wow, je ne savais pas que je pouvais être si heureux. » Permettez vous de ressentir cela. « Je ne savais pas que je pouvais être si heureux. »


Oui. Vous êtes du Père, vous êtes fait de l’étoffe de Dieu. Sinon, vous ne le seriez pas. Permettez-vous de ressentir cette énergie et d’être guéri, amené dans le lieu de plénitude où vous réalisez, vous rendez réel dans votre conscience, ce que vous êtes.

Bien-aimés, vous êtes tellement aimés. Car Dieu vous a tant aimé qu’il vous a amené à ce lieu de reconnaissance :  » Je suis dans l’esprit de Dieu. Sinon, je ne le serais pas et je le suis certainement. Peut-être que je suis plus que ce que j’ai jamais pensé être. Je suis dans le flux de l’esprit de Dieu. Je suis la synapse de Dieu. »

Emportez cela chez vous. Viens à la maison, mon amour. Assieds-toi à table avec moi. Parle-moi. Aime-moi. Ressens-moi. Marche avec moi. Tu es le Bien-aimé du Père.

Ainsi soit-il.

Canalisé par Judith Coates

oakbridgeuniversity.org.


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci



ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 124 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page