Secrets révélés

Une crise mondiale fabriquée

Peu de gens aujourd’hui posent la question la plus importante sur le conflit entre la Russie et l’Ukraine. Beaucoup de gens veulent que l’Amérique reste en dehors du combat, mais même eux ne posent pas la question vitale.

Pourquoi le monde est-il confronté à une crise aujourd’hui? Pourquoi le conflit frontalier entre la Russie et l’Ukraine a-t-il dégénéré au point que les gens craignent une guerre nucléaire?

La réponse est simple. L’Amérique, sous le « leadership » de Biden, en état de mort cérébrale, et des forces qui le contrôlent, a fait cela et, ce faisant, a amené le monde au bord du désastre. Comme toujours, le grand Dr Ron Paul a raison :

Trois semaines après le début de cette terrible guerre, les États-Unis ne poursuivent pas les pourparlers avec la Russie. Comme Antiwar.com l’a récemment rapporté, au lieu de soutenir les négociations entre l’Ukraine et la Russie qui pourraient conduire à un cessez-le-feu et à la fin de l’effusion de sang, le gouvernement américain est en train d’aggraver la situation, ce qui ne peut qu’accroître l’effusion de sang.

L’afflux constant d’armes américaines et alliées en Ukraine et les discussions sur le soutien à une insurrection prolongée ne semblent pas destinés à donner à l’Ukraine une victoire sur le champ de bataille, mais plutôt à infliger à la Russie ce que le secrétaire d’État Blinken a appelé « une défaite stratégique ».

On dirait bien que l’administration Biden a l’intention de combattre la Russie jusqu’au dernier Ukrainien. La seule solution pour les États-Unis est de se retirer. Laisser les Russes et les Ukrainiens trouver un accord. Cela signifie pas d’OTAN pour l’Ukraine et pas de missiles américains aux frontières de la Russie? Et alors ! Mettez fin à la guerre puis mettez fin à l’OTAN.

Prenons une analogie qui nous aidera à comprendre le point de vue du Dr Paul. Pendant des années, le gouvernement ukrainien a attaqué une zone de la région de Donbas qui s’est séparée de l’Ukraine et a formé une république indépendante, pro-russe. Juste avant que Poutine n’intervienne contre l’Ukraine, les Ukrainiens ont augmenté l’échelle et la portée de leur attaque. Rick Rozoff décrit ce qu’ils ont fait :

« Deux tiers des militaires de l’armée ukrainienne ont été amassés le long de la ligne de contact de Donbas, a déclaré jeudi Eduard Basurin, porte-parole de la milice autoproclamée de la République populaire de Donetsk (RPD).

« Trois autres brigades sont en route [vers Donbas], ce qui représente 20 000 à 25 000 soldats de plus. Le nombre total atteindra 150 000, sans compter les nationalistes. Cela représente environ deux tiers des effectifs des forces armées ukrainiennes », a déclaré M. Basurin sur la chaîne de télévision Rossiya 1 (VGTRK) jeudi.

Les troupes ukrainiennes sont stationnées le long de la ligne de front de 320 kilomètres, a-t-il précisé. »


Contrairement à ce qui vient de se passer, l’attaque ukrainienne n’a pas entraîné de sanctions américaines contre l’Ukraine. Il n’y a pas eu de réunions de l’ONU pour condamner l’agression ukrainienne. Il n’a pas été question de guerre mondiale. Au contraire, le gouvernement ukrainien a utilisé des armes américaines dans son attaque et a demandé à l’Amérique plus d’armes pour continuer leur attaque. Écoutons à nouveau Rick Rozoff :

Les forces armées ukrainiennes ont utilisé le système de missiles antichars américain Javelin dans les hostilités à Donbas. C’est ce qu’a annoncé le chef de la Direction principale du renseignement du ministère de la Défense de l’Ukraine, Kirill Budanov, dans une interview…..

M. Budanov a déclaré qu’idéalement, les États-Unis contribueraient à dissuader toute incursion russe, par le biais d’une aide militaire supplémentaire et d’une pression diplomatique et économique accrue, y compris davantage de sanctions contre la Russie et la saisie et le blocage des comptes bancaires russes.

En outre, en plus de l’aide américaine déjà promise et fournie, notamment des patrouilleurs Mark VI, des systèmes antiblindés Javelin et des systèmes radar légers de contre-feu AN/TPQ-53, l’Ukraine cherche à obtenir des systèmes de défense aérienne, antimissile et anti-drones supplémentaires ainsi que des dispositifs de brouillage électronique, a déclaré M. Budonov. Les batteries de missiles Patriot et les systèmes de contre-roquettes, d’artillerie et de mortier figurent sur la liste des souhaits de l’Ukraine.

Les systèmes AN/TPQ-53 ont été utilisés avec beaucoup d’efficacité, selon des responsables militaires ukrainiens. M. Budanov a déclaré que les systèmes Javelin ont également été utilisés contre les forces russes. Ces systèmes, ainsi que les drones de fabrication turque, utilisés contre les troupes d’artillerie séparatistes alignées sur la Russie, ont une valeur de dissuasion psychologique importante, a déclaré M. Budanov.

Pourquoi cette différence? Nous pensons que les États-Unis n’auraient pas dû envoyer d’armes en Ukraine. En faisant cela, ils ont aggravé la situation. Mais pour ce que nous disons maintenant, ce que vous pensez de cette politique n’a pas d’importance.

L’essentiel est qu’en l’absence de tollé international et de sanctions, l’affaire serait restée un combat local. Si Biden, en état de mort cérébrale, et sa bande avaient réagi de la même manière à la soi-disant « invasion » russe, l’affaire serait restée une querelle locale. La Russie et l’Ukraine auraient conclu un accord et le tour serait joué.

Les bellicistes néoconservateurs et autres défenseurs de la « démocratie », parmi lesquels figurent malheureusement certains « libertariens » trompés, s’y opposent. N’avons-nous pas le devoir de résister à une « agression »? La réponse est claire : non, nous ne l’avons pas.


Nous n’avons pas le devoir d’évaluer chaque querelle étrangère et de déterminer qui est en faute. Nous n’avons pas le devoir d’exiger des dirigeants des régimes que nous, ou plutôt nos maîtres à Washington, n’aimons pas qu’ils acceptent les frontières existantes des pays comme étant immuables. Nous devons rejeter la fausse doctrine de la « sécurité collective », qui fait de chaque conflit frontalier une guerre mondiale.

Le grand historien américain Charles Beard a reconnu ce qui n’allait pas avec la « sécurité collective » dans les années 30. Dans son article intitulé « Giddy Minds and Foreign Quarrels » (« Esprits étourdis et querelles étrangères »), il s’interrogeait :

Sur quoi … devrait se baser la politique étrangère des États-Unis? Voici une réponse, qui n’est pas évoquée dans les études d’un professeur ou fournie par des agitateurs politiques. Il s’agit de la doctrine formulée par George Washington, complétée par James Monroe, et suivie par le gouvernement des États-Unis jusqu’à la fin du XIXe siècle, lorsque la frénésie d’aventurisme étranger a éclaté dans le pays. Cette doctrine est simple. L’Europe a un ensemble d' »intérêts primaires » qui n’ont que peu ou pas de rapport avec nous, et est constamment contrariée par « l’ambition, la rivalité, l’intérêt, l’humour ou le caprice ».

Les États-Unis sont une puissance continentale séparée de l’Europe par un vaste océan qui, malgré tous les changements intervenus dans la guerre, constitue toujours un puissant atout de défense. Dans les vicissitudes ordinaires ou régulières de la politique européenne, les États-Unis ne devraient pas être impliqués par des liens permanents. Nous devons promouvoir le commerce, mais ne rien imposer. Nous devons nous tenir à l’écart des haines et des amours. Nous devrions entretenir des relations correctes et officielles avec tous les gouvernements établis, sans tenir compte de leurs formes ou de leurs religions, qu’elles soient chrétiennes, mahométanes, shintoïstes ou autres.


Charles Beard a ensuite répondu à ceux qui voulaient remplacer notre politique traditionnelle de non-intervention par la « sécurité collective » :

« Dans le reste du monde, en dehors de cet hémisphère, nos intérêts sont éloignés et notre pouvoir de faire respecter notre volonté est relativement faible. Rien de ce que nous pouvons faire pour les Européens n’augmentera substantiellement notre commerce ou n’ajoutera à notre, ou à leur, bien-être. Rien de ce que nous pouvons faire pour les Asiatiques n’augmentera matériellement notre commerce ou n’ajoutera à notre, ou à leur, bien-être. Avec tous les pays d’Europe et d’Asie, nos relations doivent être formelles et correctes. En tant qu’individus, nous pouvons nous laisser aller à la haine et à l’amour, mais le gouvernement des États-Unis s’embarque sur une mer houleuse lorsqu’il commence à aimer une puissance et à en détester une autre officiellement. »

Nous devrions tenir compte de la sagesse de Charles Beard aujourd’hui. Sinon, le monde risque de s’embraser.

llewellyn h. rockwell, jr. pour Ron Paul Institute



Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.


Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 684 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire