Aller à la barre d’outils

Dans les parties précédentes de cette série sur les Tall Whites, nous avons parlé du rapport de Corey Goode qui décrit l’annonce de l’existence de ces extraterrestres grands Blancs comme une option pouvant déboucher sur une initiative de divulgation limitée.

Partie 1 : L’annonce de l’existence des Tall Whites comme initiative de divulgation limitée

Partie 2 : 

Motivations des Tall Whites et leur importance exopolitique

Ce qui suit est le troisième article de la série. Ceci est basé sur une correspondance récente avec Charles Hall du 5 au 14 décembre 2004 où il répond à un certain nombre de questions, concernant l’existence d’extraterrestres «grands blancs» qu’il a rencontrés alors qu’il servait à Nellis Air Force base en tant qu’observateur météorologique de service de 1965 à 1967.

Dans cette correspondance, j’ai posé une série de questions le 5 décembre, auxquelles il a répondu par e-mail le 12 décembre. J’ai ensuite envoyé quelques questions complémentaires auxquelles il a répondu le 14 décembre. Mon objectif dans cette correspondance était de concentrer les activités des Tall Whites et leurs interactions avec l’US Air Force (USAF) pour mieux comprendre les détails de leurs échanges commerciaux et technologiques. Les questions et réponses de cette correspondance ont été organisées par thème et des corrections grammaticales ont été apportées. Je commence cet article par les questions et réponses fournies par Charles Hall. Je termine cet article par mon évaluation de sa correspondance qui, à mon avis, est d’une importance vitale pour avoir une meilleure idée des implications politiques des accords commerciaux et technologiques secrets du grand blanc avec les autorités militaires / gouvernementales américaines.


Michael E. Salla, PhD

****************
MS Michael Salla
CH Charles Hall

MS : Vous décrivez les grands blancs comme opérant la construction de vaisseaux en utilisant des matériaux trouvés sur Terre. Pouvez-vous expliquer comment vous en êtes venu à connaître ces informations?

CH : Ces informations sont basées sur mes observations personnelles. Dans le livre deux, je décris l’après-midi où ils me montraient l’intérieur de l’un des vaisseaux. De nombreux éléments tels que les sièges et les compartiments supérieurs, portaient encore les marques de moulage placées dessus par diverses industries américaines telles que Boeing Aircraft et Lockheed Corporation. Les compartiments supérieurs étaient évidemment des éléments «prêts à l’emploi» de sociétés telles qu’Airstream Corporation. Bon nombre des articles vestimentaires que les grands blancs portaient étaient évidemment achetés directement dans les catalogues des quartiers Sears et Montgomery.

MS : Pouvez-vous citer certains des matériaux utilisés par les grands blancs, et quel rôle les militaires américains ont-ils joué dans la fourniture de ces matériaux?

CH : Un des gros lots était les vêtements pour enfants. Au milieu des années 1960, à au moins une occasion, l’USAF a acheté pour plus de 600000 $ de vêtements pour enfants dans les magasins et l’entrepôt Sears de Los Angeles, en Californie, les a récupérés dans des camions gouvernementaux et les a expédiés à Indian Springs Auxiliary Field, Nevada. Les camions ont livré les vêtements à la grande base Tall Whites principale à l’extrémité nord de Indian Springs Valley.

MS : Avez-vous déjà vu les grands blancs manger et quel genre de nourriture mangeaient- ils?

CH  :Je n’ai jamais vu personnellement les grands blancs manger de la nourriture, même si je suis tout à fait certain qu’ils mangeaient de la nourriture comme nous les humains. Par exemple, comme décrit dans mes livres, j’ai vu le grand garde blanc dans le restaurant de l’ancien casino Aladdin (avant qu’il ne soit rénové) assis à la table derrière moi, déguisé en humain vêtu d’un costume formel noir et portant des lunettes de soleil même si c’était la nuit (pas inhabituel à Las Vegas, à l’époque). Il avait commandé un dîner complet avec de l’eau et du cola à boire. C’était sur la table devant lui. Cependant, il ne semblait pas en avoir mangé.

Mes amis qui s’occupent de l’entretien des parcours m’ont dit qu’à l’automne, ils voyaient fréquemment les grands blancs dans les montagnes ramasser des graines d’herbe et d’autres plantes comestibles apparemment dans le but de manger.

La nourriture que j’ai vue emballée et scellée dans des sacs en plastique sur un de leurs engins ressemblait à un pudding aux champignons épais. Il avait évidemment été préparé par les grands blancs eux-mêmes, dans leurs quartiers d’habitation et était destiné aux collations et aux repas lorsqu’ils étaient en randonnée, etc.

Le Maître a déclaré à l’époque que la nourriture était destinée aux enfants mais parfois les adultes en mangeaient s’ils avaient faim. Le Maître faisait une plaisanterie agréable sur le petit garçon que j’appelais le petit gros astronaute. Il avait l’habitude de dire en riant que c’était lui qui aimait la nourriture, alors peut-être pensaient-ils que la nourriture ici sur terre n’était pas aussi savoureuse que la nourriture à laquelle ils étaient habitués sur leur planète d’origine.

À une autre occasion, le Maître a déclaré avec plaisir que ce ne serait pas une bonne idée pour moi de manger tous les aliments qu’ils mangeaient. Il a laissé entendre que deux de leurs aliments préférés auraient des effets néfastes sur moi. J’avais cru comprendre que cela pouvait prendre à mon corps autant de temps que 5 ans pour qu’il s’y habitue. J’ai cru comprendre que manger ces aliments faisait qu’une personne se sentait très «ÉLEVÉE», un peu comme si elle buvait diverses quantités d’alcool.

Je note de mes études de chimie organique que la molécule chimique qui donne l’odeur et la saveur aux fraises est une molécule chimiquement si simple qu’elle pourrait être facilement créée par les plantes et les chimistes sur des planètes semblables à la Terre dans toute la galaxie. Par exemple, on me dit qu’un certain nombre de plantes ici sur terre produisent des fruits qui ont un goût similaire à celui des fraises.

De même d’après mes études de chimie organique, les molécules de sucre et d’amidon sont à la base des aliments énergétiques et doivent certainement être des sources d’énergie importantes sur chaque planète semblable à la Terre de notre galaxie. Par conséquent, je suppose que l’un des types d’aliments que les grands blancs apprécieraient serait les puddings à la fraise riches en sucres naturels et en amidons. Si je me souviens bien, le grand garde blanc assis dans l’ancien restaurant Alladin avait commandé un morceau de tarte aux fraises aromatisée artificiellement bien qu’il ne semblait pas en avoir mangé.

MS : Quel type de nourriture a été fourni par l’USAF aux grands blancs?

CH : Je n’en ai aucune idée. Cependant, l’US Air Force leur fournissait certainement autant de nourriture de tout type qu’ils le demandaient. Comme je le dis dans le premier livre, les Tall Whites inspectaient les salles de stockage des aliments dans la salle de restauration d’Indian Springs AAF. J’ai cru comprendre que quelques-uns des grands aliments Tall Whites sont fabriqués à partir de plantes qui ne poussent pas ici sur cette terre. Je crois comprendre que leur planète d’origine est plus grande (peut-être deux fois plus grande) beaucoup plus sèche et beaucoup plus chaude que la Terre. Il serait donc naturel que certaines de leurs plantes ne puissent pas pousser ici sur terre.

MS : La nourriture donnée aux grands blancs dépassait-elle leurs besoins locaux et était-elle destinée au commerce interstellaire?

CH  : L’USAF était manifestement disposée à leur donner autant de produits alimentaires qu’ils en demandaient, sans poser de questions, et des vêtements d’origine non-animale (coton, nylon, etc.) sans limite d’utilisation comme matériel commercial.

MS  : Les États-Unis ont-ils joué un rôle dans la construction proprement dite du grand vaisseau éclaireur Tall White?

CH  : Je ne suis pas sûr. D’après ce que j’ai vu, les grands blancs ont effectué toutes les activités de construction eux-mêmes. Je suis certain que les grands blancs ont effectué tous les travaux sur les systèmes de propulsion et sur les enroulements de fibre optique eux-mêmes.

MS :  Les militaires ont-ils demandé au personnel d’observer les grands blancs dans le processus de construction ou d’observer leurs installations de construction?

CH  : Je suis certain que les grands blancs n’ont permis à aucun membre du personnel de l’US Air Force d’observer le processus de construction. Dans le deuxième livre, dans le chapitre intitulé «Deux jeux sur une seule planche», je décris le jour où j’ai pu observer leurs activités de réparation à courte distance. Au meilleur de ma connaissance, je suis le seul humain à avoir été autorisé à voir ces activités d’aussi près.

MS :  Vous avez décrit le hangar qui a servi de base au plus gros vaisseau spatial interstellaire utilisé par les grands blancs. Cela a-t-il été construit uniquement par les grands blancs ou est-ce que l’armée américaine a joué un rôle à cet égard?

CH :  Le cintre semble avoir été entièrement construit par l’USAF pour être utilisé par les grands blancs. Par exemple, l’intérieur du cintre ressemblait à n’importe quel autre cintre d’avion ordinaire. Il comprenait des extincteurs ordinaires, des flèches marquant les sorties, etc. En plus de l’écriture et des panneaux sur les murs en anglais, il comprend également des hiéroglyphes et des icônes utilisés par les extraterrestres. L’écriture extraterrestre a été réalisée en peinture rose sur fond blanc.


MS :  Quand, à votre avis, le hangar fourni par l’USAF a-t-il été construit pour les grands blancs?

CH  : Je n’en ai aucune idée. Cependant, je suis certain que les légendes de Range Four Harry remontent au moins à 1954. La construction du cintre (c’est-à-dire ses supports en acier, ses autres matériaux, ses conceptions d’éclairage, ses portes en béton qui se soulevaient en sections étroites en étant soulevées du haut, etc.) étaient conformes aux techniques de construction utilisées à la fin des années 40 et au début des années 50.

Je note que le président Harry Truman croyait avoir vu un fantôme dans la maison blanche à la fin des années 40 et au début des années 50 lorsqu’il était président.

Dans sa description, il a spécifiquement déclaré que les gardes de la maison blanche «s’endormiraient» avant l’arrivée du fantôme. Sa description du fantôme correspond très étroitement à l’apparence et au comportement réels d’un grand garde blanc plus âgé.

Le président Truman a cru à tort qu’il avait vu le fantôme du président Abraham Lincoln. Ma suggestion est que vous recherchiez les histoires du «fantôme» de Lincoln à la Maison Blanche, le «fantôme» du comté de DONNA ANNA à Las Cruces au Nouveau-Mexique et à White Sands au Nouveau-Mexique (1947?). Je crois que vous serez surpris de voir que les descriptions de ces «fantômes» et de leur comportement correspondent très étroitement à l’apparence et au comportement réels des grands blancs.

MS : Toutes les bases utilisées par les grands blancs aux États-Unis sont-elles fournies et construites par l’USAF?

CH : Je n’en ai aucune idée. Je suppose que la réponse est oui parce que je n’ai vu que des généraux et du personnel de l’USAF sur les Nellis Ranges.

MS :  Vous comparez la propulsion nucléaire à la technologie élémentaire des grands blancs qu’ils ont fournis à l’armée américaine. Vous comparez cela avec une propulsion anti-gravité qu’ils ne fournissaient pas. S’agit-il des deux seuls systèmes de propulsion dont les grands blancs discutent ouvertement ou font connaître aux autorités américaines ou à vous?

CH :  Oui, pour autant que je sache.

MS :  Vous mentionnez que les grands blancs ont fourni le savoir-faire pour les petits vaisseaux à propulsion nucléaire. Les grands blancs ont-ils réellement piloté des engins de reconnaissance à propulsion nucléaire lorsqu’ils étaient sur Terre ou ont-ils utilisé une propulsion anti-gravité dans leur vaisseau de reconnaissance?

CH :  Les grands blancs utilisaient toujours les vaisseaux spatiaux et les « scouts » à propulsion anti-gravité. Les engins à propulsion nucléaire n’étaient destinés qu’à l’US Air Force.

MS :  De quel type de vitesse le vaisseau de reconnaissance à propulsion nucléaire était-il capable, par rapport à l’engin de reconnaissance à propulsion anti-gravité?

CH :  Beaucoup plus lent. Les engins anti-gravité étaient capables de vitesses supérieures à la vitesse de la lumière alors que les propulseurs nucléaires étaient capables de vitesses propulsées par des fusées ordinaires.

MS :  Pourquoi pensez-vous que les grands blancs ont emmené des officiers de l’USAF pour de courts voyages sur la lune?

CH :  En raison du nombre important de fois où j’ai personnellement vu les Tall Whites utiliser leur engin de reconnaissance (avec des groupes de généraux de l’USAF à bord) décoller plus ou moins directement de la vallée d’Indian Springs juste après le lever du soleil lorsque la lune était au quatrième quartier. L’engin éclaireur se dirigeait toujours vers la lune. Puis plus tard le même jour, je voyais personnellement le même engin de reconnaissance revenir juste avant midi dans la vallée d’Indian Springs et atterrir. Lorsque les généraux de l’USAF sont descendus de l’engin, ils riaient comme s’ils venaient de rentrer du meilleur parc d’attractions du monde.

MS :  Les grands blancs ont-ils des bases sur la lune ou sur d’autres planètes proches?

CH :  Je n’en ai aucune idée. Cependant, comme décrit dans mes écrits, le jour (dans le livre deux) où on m’a montré l’intérieur de l’un des vaisseaux scouts Range Four, Harry a déclaré, dans ce qu’il considérait comme une histoire humoristique sur les généraux américains, que la raison des grands blancs d’avoir emmené un petit groupe de généraux américains pour un court trajet dans l’engin, était de discuter de la demande américaine d’aide à la construction de bases au sein du système solaire.

Harry déclara que les grands blancs croyaient que la terre elle-même était le seul endroit raisonnable pour les bases de ce système solaire parce que tous les autres endroits étaient froids et inhabitables.

MS :  Savez-vous si les grands blancs ont contribué à la construction des installations lunaires pour l’USAF?

CH :  Je n’en ai aucune idée. Cependant, je ne peux pas imaginer que l’USAF entreprendrait une telle construction sans demander d’abord l’aide des grands blancs.

MS :  Avez-vous déjà entendu parler des grands blancs emmenant des officiers sur Mars ou sur toute autre planète sur l’une de leurs navettes?

CH :  Oui. Une occasion a été décrite dans ma réponse ci-dessus. Il y a eu un certain nombre d’autres occasions que je ne suis pas en mesure de décrire dans les courriels.

MS :  Diriez-vous qu’au cours des presque 40 années écoulées depuis votre dernière communication / interaction avec des grands blancs, ils ont peut-être fourni le savoir-faire pour de plus gros navires à l’armée américaine dans le cadre d’accords d’échange de technologie plus récents?

CH :  Je ne peux que deviner. Je ne pense pas que les grands blancs auraient changé leur politique. Ils vivent environ 10 fois plus longtemps que les humains. Quarante ans, ce n’est pas beaucoup de temps pour eux.


MS :  Vous mentionnez que les grands blancs utilisaient régulièrement la Terre comme port d’escale pour leurs grands navires interstellaires. Avez-vous une idée de la cargaison de ces navires qui étaient vraisemblablement engagés dans une sorte de commerce?

CH :  Je suis convaincu que les vêtements pour enfants et les vêtements pour adultes et les produits alimentaires étaient de gros lots d’articles. Je suis également convaincu que les métaux purs raffinés tels que l’aluminium et le titane ont également été inclus dans le commerce.

MS :  Une estimation du nombre total de grands blancs sur Terre?

CH :  Dans le livre trois du chapitre intitulé «La fin de l’innocence», je décris personnellement avoir vu plus de 200 à 300 individus alignés le long de la base des montagnes à l’est du rang trois. Chaque grand vaisseau spatial pourrait probablement contenir environ le même nombre d’individus qu’un navire de croisière typique.

MS : Est-il juste de dire que l’armée américaine limite le nombre de grands blancs sur Terre par crainte qu’ils colonisent la Terre?

CH :  Je ne peux que deviner. Cependant, je doute très sérieusement que le gouvernement américain ait la capacité d’imposer des limites de ce type aux grands blancs. Les grands blancs sont très indépendants. Comme je le décris dans mes livres, je ne pense pas qu’aucun gouvernement humain, américain ou autre oserait leur dire «non» ou essayer de les limiter contre leur volonté. Ce serait un suicide d’essayer. Tout accord de ce type devrait être négocié très soigneusement.

Évaluation (Michael Salla)

La construction des navettes scouts par les grands blancs à l’aide de matériaux fournis par l’US Air Force semble immédiatement significative. Pourquoi une race interstellaire dotée de capacités technologiques avancées nécessiterait-elle du matériel local à moins que ces grands blancs sur Terre ne se débrouillent seuls en utilisant le matériel local disponible?

Les grands blancs sont vraisemblablement dans une position très analogue aux premiers colons du Nouveau Monde qui avaient besoin de matériel local en attendant d’être réapprovisionnés par la colonie mère. En échange de matériaux locaux et d’une base construite par l’USAF, les grands blancs donnent en échange le savoir-faire technologique pour la construction de navettes scouts à propulsion nucléaire pour visiter les planètes du système solaire. Cela suggère que les États-Unis ont des capacités de vol spatial qui dépassent de loin ce qui est connu du grand public.

La déclaration selon laquelle les grands blancs embarquent à bord de leurs grands navires interstellaires des matériaux tels que l’aluminium, le titane, la nourriture ainsi que des vêtements pour enfants et adultes suggèrent qu’un commerce interstellaire actif est en cours.

Les grands blancs agissent comme des marchands interstellaires identifiant et acquérant la possession des ressources terrestres qui sont utilisées par les grands blancs à des fins non divulguées ailleurs dans la galaxie.

Charles Hall explique que les États-Unis fourniraient de la nourriture aux grands blancs sans aucune question, et que cela serait utilisé dans le cadre du commerce dans lequel les grands blancs étaient engagés. Maintenant, la question à se poser ici est de savoir quelle est l’ampleur de cela? Quelle quantité de nourriture les grands blancs consomment-ils et est-ce exclusivement pour leur usage? Pourrait-elle être utilisé pour approvisionner, par exemple, des populations sur d’autres planètes qui sont en pénurie alimentaire?

Maintenant, ce qui semble assez étrange, c’est la dépendance  des grands blancs à l’égard des vêtements humains et de la nourriture. Il est étrange que les grands blancs aient besoin de vêtements humains en plus de leurs besoins locaux, s’il existe vraiment un besoin local de vêtements humains comme Charles Hall a été amené à le croire. Pourquoi les grands blancs ne préféreraient-ils pas leurs propres produits vestimentaires sur Terre et ailleurs?

Après tout, le colonialisme a été historiquement distingué par les dirigeants coloniaux imposant leurs propres codes vestimentaires et coutumes aux populations locales. Les grands blancs n’apparaissent guère comme de profonds admirateurs de l’humanité et de sa civilisation, comme Hall le révèle dans sa description de leur attitude méprisante envers les militaires de l’USAF, et de la façon dont ils considéraient l’abondance de formes de vie moins intelligentes sur Terre comme très primitive.

En effet, les grands blancs ont déclaré que «sur la plupart des planètes, une fois que les gens deviennent intelligents, ils ne veulent rien avoir à faire avec les animaux qui sont beaucoup moins intelligents qu’eux, alors ils les tuent. (Millennial Hospitality II, p. 349).

Une telle race extraterrestre, avec une attitude méprisante pour les formes de vie moins intelligentes, porterait-elle volontairement les vêtements de ce qu’elle considère comme une espèce moins intelligente?

Il est difficile d’accepter que les grands blancs aient une préférence pour les vêtements humains car ce n’est pas un comportement décrit par d’autres individus qui ont eu des contacts avec des races extraterrestres d’apparence humaine en général. Il est plus probable que les vêtements fournis aux grands blancs par l’USAF devaient être utilisés à des fins autres que l’habillement des grands blancs sur Terre ou ailleurs. Un objectif plausible est le commerce interstellaire. Cela impliquerait que les grands blancs font du commerce avec des races humanoïdes qui peuvent trouver les vêtements humains exotiques et attrayants de la même manière que les Européens modernes pourraient trouver les vêtements traditionnels chinois attrayants.

Une autre utilisation possible est que les grands blancs utilisent les vêtements pour fournir les humains de la Terre qui ont été déplacés vers d’autres mondes visités ou contrôlés par les grands blancs.

Comme dans le cas de la nourriture, était-ce que le vrai but des vêtements fournis aux grands blancs était destiné aux humains qui étaient secrètement déplacés par les grands blancs? L’utilisation de vêtements humains par les grands blancs décrits par Charles Hall aurait-elle pu être une couverture pour l’utilisation réelle des vêtements, pour habiller des humains expédiés vers des lieux interstellaires dans le cadre d’un programme d’échange de ressources?

Peut-être, plus inquiétant encore, la nourriture et les vêtements fournis aux grands blancs pourraient-ils faire partie d’un programme d’échange de ressources dont l’armée américaine est consciente mais se sent impuissante à arrêter?


Toutes ces questions nécessitent une enquête plus approfondie de la part de ceux qui se sont engagés à rendre public exactement quelles ressources de la Terre sont données aux grands blancs, et à quelles fins.

Cela m’amène à la dernière question qui concerne la réponse de Charles selon laquelle les grands blancs ne peuvent en aucun cas être limités par l’USAF. Il pense qu’il est suicidaire d’essayer de restreindre les grands blancs et que seuls des accords soigneusement négociés peuvent être conclus avec eux.

Cela rappelle les commentaires du colonel Phillip Corso selon lesquels les États-Unis avaient conclu une sorte de « reddition négociée » avec une race extraterrestre:

« Nous avions négocié une sorte de reddition avec eux [les extraterrestres] tant que nous ne pouvions pas les combattre. Ils ont dicté les conditions parce qu’ils savaient que ce que nous craignions le plus était la divulgation »( The Day After Roswell , p. 292).

Hall croit certainement, avec l’armée américaine, que la supériorité technologique du grand blanc oblige l’armée américaine à conclure des accords qui peuvent ne pas refléter des conditions très favorables.

Dans l’hospitalité millénaire, un passage révélateur décrit à quel point les grands blancs veulent inculquer à Charles le sentiment de la supériorité technologique des grands blancs et de l’inefficacité de toute mesure offensive (vol II, pp. 274-75).

On dit à Charles de lancer une pierre sur un grand garde blanc et ne se conforme à contrecœur que pour le voir être arrêté en plein vol, avec d’autres pierres qui ont été lancées. Cette démonstration de supériorité technologique a été conçue pour démontrer à Charles, et vraisemblablement à l’USAF, l’échec de toute sorte d’attaque contre les grands blancs. Cependant, plutôt que de démontrer la supériorité technologique des grands blancs, cet acte de bravade n’aboutit-il pas exactement au contraire?

Cela ne révèle-t-il pas que les grands blancs sont peut-être trop désireux d’imprimer à Charles et à l’USAF la futilité de toute sorte d’attaque contre les grands blancs? Cet empressement ne vient probablement pas d’un sentiment d’invulnérabilité, mais d’une faiblesse perçue qu’ils ont l’intention de cacher.

Des téléspectateurs distants tels qu’Ingo Swann ont émis l’hypothèse que les races extraterrestres dotées de technologies avancées sont en fait assez vulnérables aux capacités psychiques avancées des humains ( Penetration: The Question of Extraterrestrial and Human Telepathy , 1998).

S’il est exact que les grands blancs se sentent vulnérables à un potentiel humain qui pourrait les menacer, alors il se peut que les capacités psychiques soient ce que les grands blancs craignent, plutôt que la technologie militaire américaine. Si tel est le cas, cela pourrait expliquer pourquoi Charles Hall a été autorisé à se manifester et à révéler au grand public ses remarquables expériences de contact lorsqu’il servait dans l’US Air Force.

Si les grands blancs se livrent à l’extraction des ressources de la Terre à des conditions que l’armée américaine et/ou le « gouvernement fantôme » sont mécontents mais se sentent incapables de changer, alors l’armée américaine/ le gouvernement fantôme, peuvent rechercher un moyen de changer la situation et les termes de leurs accords.

Si Swann et d’autres ont raison sur les capacités psychiques humaines et le potentiel de la conscience humaine, alors la divulgation de ces informations au grand public peut être un moyen d’introduire la conscience globale comme un facteur de ce qui s’est produit secrètement.

En conclusion, Charles Hall révèle des détails importants sur la nature des accords entre le gouvernement américain / les autorités militaires et les grands blancs. L’extraction de ressources qui se produit n’est peut-être rien de plus qu’un échange bénin de nourriture, de vêtements et de métaux contre une technologie de pointe fournie par les grands blancs.

D’un autre côté, une extraction plus sinistre des ressources de la Terre est en train de se produire, qui pourrait impliquer le déplacement des humains qui sont nourris et vêtus de matériaux fournis aux grands blancs par l’USAF, qui se sentent impuissants à empêcher cela.


Quelle que soit la vérité concernant l’extraction de ressources qui se produit, il est important que le grand public soit informé de ce qui se passe dans ces accords commerciaux secrets et veille à ce que ces transactions soient marquées par la transparence, responsabilité et processus décisionnel démocratique.

Non seulement ces processus politiques souhaitables sont une réponse éthique aux accords commerciaux avec les grands blancs, mais ces processus peuvent s’avérer être un mouvement stratégique très judicieux face à une race extraterrestre plus avancée sur le plan technologique.

© Michael E. Salla, PhD
https://exopolitics.org/


Que pensez-vous de cet article ? Inscrivez-vous et rejoignez la conversation





Merci à tous pour votre soutien.

Beaucoup d'entre vous sont avec moi, par le coeur et la pensée, et je vous transmet ma gratitude.

Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières : En partageant les articles que vous avez aimé. En achetant vos livres et vos produits préférés sur Amazon via ce site. Ou, si vous en avez la possibilité, en faisant un don (si minime soit-il). Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...


Votre aide est importante pour continuer...




ELISHEAN777 Communauté pour un Nouveau Monde  © Elishean/2009-2020


Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Imaginer un Nouveau Monde © Elishean 2009 - 2020

CONTACT

Vous pouvez nous envoyer un e-mail et nous vous répondrons dès que possible.

En cours d’envoi
Praesent ut libero lectus Donec sit
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

%d blogueurs aiment cette page :