TVConscience

Terriens, unissez-vous !

par Avi Loeb

Les politiciens et les algorithmes des médias sociaux ont tendance à séparer les groupes de personnes les uns des autres. La polarisation qui en résulte se nourrit des différences de nationalité, de milieu socio-économique, d’éducation religieuse, d’éducation, de sexe, de couleur de peau ou d’ethnie.

Mais la vérité sous-jacente est que tous les humains sont presque identiques, constitués d’éléments produits lors du Big Bang et de l’intérieur des étoiles, avec des empreintes génétiques issues d’une ascendance biologique commune. 

Comme Martin Luther King Jr. l’a si bien expliqué dans son discours de 1963 :


« Je rêve que mes quatre petits enfants vivront un jour dans une nation où ils ne seront pas jugés sur la couleur de leur peau mais sur le contenu de leur caractère. … Juifs et Gentils, protestants et catholiques pourront se donner la main… »

Pourquoi la réalité est-elle encore si différente soixante ans plus tard ?

La tendance à se rassembler doit être profondément enracinée dans la nature humaine.

Tout comme les troupeaux d’animaux dans la jungle, les groupes amplifient le pouvoir d’un individu. Mais pour préserver leur appartenance ils font une caricature d’humains appartenant à des groupes concurrents, ce qui conduit à des conflits dans un monde décrit par un jeu à somme nulle de ressources limitées.

La plupart des gens choisissent leur alliance en fonction de leur nationalité, de leur origine géographique ou socio-économique, de leur éducation religieuse, de leur sexe, de leur couleur de peau ou de leur origine ethnique. Cela alimente la polarisation basée sur les mêmes traits.


Mais nous naissons avec un véritable émerveillement du monde. Les enfants sont heureux de faire des erreurs et d’apprendre sur le monde de manière agnostique et collaborative. L’âge adulte s’accompagne de la prétention de rafistoler notre ignorance en croyant à des histoires qui n’ont aucune preuve à l’appui. Ces histoires sont différentes pour différents groupes. Les contusions infligées par des histoires différentes éloignent notre esprit de notre tendance d’enfance à collaborer.

L’antidote à la polarisation est évident.

La réalité physique que nous partageons tous est universelle et ne nous laisse pas d’autre choix que de nous concentrer sur un récit universel pour lui donner un sens. Nous avons déjà développé ce récit : la méthode scientifique d’acquisition de connaissances par des expériences. La science nous permet de nous concentrer sur ce qui nous unit plutôt que sur ce qui nous sépare, puisque nous partageons tous la même réalité physique.

La compréhension de la gravité comme courbure de l’espace-temps permet un système de positionnement global (GPS) que tous les humains peuvent utiliser pour la navigation.

La mécanique quantique a été découverte il y a un siècle grâce à la recherche sur le ciel bleu et a jeté les bases des ordinateurs, des téléphones portables et d’Internet, accessibles à tous. De même, le vaccin contre le COVID-19 favorise la santé de tous les êtres humains, quels que soient leur nationalité, leur origine socio-économique, leur éducation religieuse, leur éducation, leur sexe, leur couleur de peau ou leur origine ethnique.

Le ciment qui maintient l’humanité unie est la connaissance scientifique. Pourquoi la méthode scientifique est-elle si puissante ? Parce qu’il se concentre sur ce qui est universel. Parce que son esprit suit la curiosité et l’émerveillement de notre enfance, nous permettant de prendre des risques et de faire des erreurs au fur et à mesure que nous découvrons le monde. Les connaissances scientifiques universelles peuvent être partagées et convenues, et ainsi elles favorisent la collaboration au lieu de la séparation. En tant qu’astronome, je peux me rendre dans n’importe quel pays du monde et profiter de l’aimable hospitalité de mes collègues scientifiques.

Même si les connaissances fondées sur des preuves fournissent des fruits qui profitent à tous, leur esprit est menacé même dans les couloirs du monde universitaire. La réalité que nous partageons tous est parfois frustrante parce qu’elle n’est pas la meilleure que nous aurions pu espérer. Cela conduit à des communautés qui sont détachées de la vérification expérimentale et axées sur des réalités imaginaires – conçues pour satisfaire un besoin émotionnel. Les réalités imaginaires de dimensions supplémentaires, le multivers ou les dogmes privilégiant la croyance aux données expérimentales, gagnent du terrain auprès des abonnés.

Tant que nous résisterons aux tentations de ces réalités imaginaires, notre intelligence sera renforcée par des preuves empiriques. Les conflits étaient la marque de fabrique de l’histoire ancienne avec des ressources limitées en nourriture, en eau et en terres fertiles. Mais la science et la technologie nous permettent d’augmenter indéfiniment nos ressources. La science fait le monde un jeu à somme infinie.

D’un point de vue cosmique, les conflits n’ont guère de sens.

Dans la compétition au sein des civilisations intelligentes de la galaxie de la Voie lactée, la survie du plus apte implique d’éviter les catastrophes existentielles. La science nous permet d’apprendre sur la réalité réelle que nous partageons tous par essais et erreurs, de nous adapter à ses limites ou d’optimiser nos gains. En explorant l’espace, nous pouvons accéder à de nouvelles ressources, non disponibles sur notre planète natale.

L’appel au réveil peut arriver sous la forme d’un gadget technologique avancé d’une autre civilisation qui portera un message pour notre salut.

Un paquet sophistiqué dans notre boîte aux lettres peut nous donner un indice sur la prospérité qui attend une culture scientifique vraiment intelligente, un avant-goût interstellaire du jardin d’Eden vécu par les expéditeurs.

Le projet Galileo recherche dans notre arrière-cour cosmique des colis interstellaires. Espérons que sa prochaine expédition océanique récupérera des fragments du premier météore interstellaire en Papouasie-Nouvelle-Guinée pour déterminer si sa composition était d’origine naturelle ou artificielle.

La preuve de l’intelligence extraterrestre ne se trouve pas nécessairement loin sous la forme de signaux radio provenant de civilisations lointaines, mais plutôt sous la forme de colis qui se sont accumulés au fil du temps dans notre voisinage cosmique, car leur propulsion chimique a entraîné des vitesses terminales qui sont de l’ordre de magnitude inférieure à la vitesse d’échappement locale de la gravité de la Voie lactée, 500 kilomètres par seconde, comme je l’ai soutenu dans un nouvel article avec mon élève Carson Ezell. Au cours de plusieurs forums publics au cours des dernières semaines, j’ai rencontré des personnes du monde entier qui m’ont dit à quel point elles étaient inspirées par l’initiative du projet Galileo.

Les terriens doivent s’unir pour rêver de voyages interstellaires.

Pour paraphraser le discours de John F. Kennedy en 1962 à l’Université Rice : nous choisissons d’aller dans l’espace interstellaire et de faire les autres choses, non pas parce qu’elles sont faciles, mais parce qu’elles sont difficiles, parce que cet objectif servira à organiser et à mesurer le meilleur de notre vie. énergies et compétences.

Avi Loeb


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 213 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page