Secrets révélés

Qu’est-ce qui se cache derrière la mort des 22 adolescents en Afrique du Sud?

Ils sont morts étouffés ou gazés, dans une boîte de nuit, sans raison apparente.

On se croirait dans un épisode de la série « Blacklist » où des actes horribles sont menés en tant qu’expériences par une sordide cabale de riches milliardaires. Pourtant, cette histoire est plus que vraie, bien qu’incompréhensible.

Selon les informations locales, les victimes étaient « étrangement allongées, comme si elles s’étaient soudainement effondrées au sol pendant une danse ou au milieu d’une conversation ».

Les autorités enquêtent sur la mort de 22 jeunes dans une taverne à East London, en Afrique du Sud. Vers 4 heures du matin dimanche, des résidents locaux ont signalé la mort de clients de la taverne Enyobeni, dont l’un aurait 13 ans.

Le ministre de la police, Beka Chele, a déclaré que les victimes, toutes âgées de moins de 17 ans, fêtaient la fin de leurs examens scolaires lorsqu’un incident encore inexpliqué s’est produit.

Vers 1 heure du matin, la discothèque était pleine à craquer, a déclaré à l’AFP le propriétaire de la taverne Siyahangela Ndevu. Cependant, Unati Binkose, un responsable de la sécurité gouvernementale qui s’est rendu sur les lieux tôt le lendemain matin, a déclaré qu’une bousculade était exclue car il n’y avait « aucune blessure ouverte visible » sur les victimes.

Le journal local Dispatch Live a rapporté que lorsqu’ils se sont rendus sur les lieux, ils ont trouvé « des corps allongés étrangement, comme s’ils s’étaient soudainement effondrés au sol pendant une danse ou au milieu d’une conversation ».

Des équipes médico-légales enquêtent actuellement sur les causes du décès, notamment en vérifiant les corps pour détecter d’éventuels poisons, a déclaré Binkose à l’AFP.

²

Un témoin oculaire de l’incident, une jeune femme, a déclaré à Al Jazeera que les gens avaient l’impression d’étouffer.

« L’homme à la porte, je pense que c’était le videur, il a fermé la porte et nous ne pouvions plus respirer. Nous avons haleté pendant longtemps et [poussé] les uns les autres, mais c’était inutile parce que certaines personnes étaient en train de mourir », a-t-elle dit, ajoutant que la pièce sentait une sorte de gaz.

« Je ne sais pas si c’était des gaz lacrymogènes ou du gaz poivré », a-t-elle déclaré. « Ensuite, plusieurs personnes sont mortes et je me suis également endormi pendant trois heures. Puis quand ils nous ont réveillés, ils ont cru que j’étais mort.

La police demande des informations sur ce qui est arrivé aux clients mineurs du club.

« Nous avons une équipe expérimentée qui complète l’équipe provinciale pour s’assurer que nous allons au fond de ce qui a conduit à la mort de ces jeunes », a déclaré dimanche le ministre de la Police, le général BekiChele.

L’enquête sur le mystérieux incident se poursuit.

De nouveaux détails sont apparus alors que les survivants parlaient d’une odeur forte et suffocante dans le bâtiment à deux étages bondé.

“Ils sont morts en dansant”, a déclaré le ministre de la Police, Bheki Cele. “Ils dansent, tombent et meurent. Littéralement.”

Le ministre de la sécurité, a déclaré que des échantillons médico-légaux étaient envoyés à un laboratoire de toxicologie avancé au Cap, indiquant que la police examinait la possibilité qu’un poison ou une toxine soit impliqué.

Un parallèle avec les « piqures en boîtes de nuit »?

Il est impossible de ne pas faire un parallèle avec une autre sordide histoire de jeunes piqués à leur insus dans les boîtes de nuit. Encore une expérience incompréhensible où aucune agression sexuelle n’a été constatée. Les victimes se sentent subitement étourdies.

Témoignage : Une victime raconte s’être sentie mal et avoir « complètement perdu la vision » et perdu la force de tenir sur ses jambes.

« À partir de là, j’entendais ce qu’il se passait autour de moi mais ne je voyais pas, je ne pouvais pas parler. »

« Sur le coup, je n’ai rien senti, poursuit la jeune femme à propos de la piqûre. J’ai même rejoint une copine, elle a regardé mes bras et mes jambes pour savoir si on trouvait quelque chose mais on ne voyait rien. C’est en allant aux urgences, j’ai commencé à avoir un point douloureux sur la fesse droite et c’est le lendemain qu’on a constaté la trace de la piqûre avec mon médecin. »

Qu’est-ce qui se cache derrière ces expérience ?


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.


Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci



ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 586 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour naviguer sur le site.