Andy Pero, est un survivant d’un projet secret de contrôle mental visant à créer des super soldats avec des capacités psioniques.

Nous présentons ici, son témoignage.


Voir les épisodes précédents

Le financement

Puis vint une nuit que je n’oublierai pas de sitôt. C’était la même situation que lorsqu’ils m’ont jeté de l’avion. Mais cette fois, c’était le crépuscule. Je me souviens d’un homme qui me jetait hors de l’avion. Je tombe, je ne sais pas où je suis, je ne vois pas le sol. Tout devient noir. Je me retrouve en flash dans « ma chambre ». Dans mon esprit, je suis gravement blessé. Mes jambes ne fonctionnent pas, je ne peux pas aller dans la piscine. J’ai du mal à respirer. J’arrive à me hisser dans la piscine. J’ai très mal. J’attrape la « formule verte super top secrète » qui est collée sur le panneau d’affichage.

Si je la casse, la piscine de guérison deviendra cent millions de fois plus puissante qu’elle ne l’est déjà. Je l’attrape avec mon dernier souffle et l’ouvre. La piscine passe instantanément du jaune au vert et commence à bouillonner violemment. Guéris, guéris, guéris, je me dis. Tout devient noir. Je vois mon corps, je flotte au-dessus de lui. Mes yeux et ma bouche sont ouverts et sans expression. Mon dos est tordu comme un point d’interrogation. « NOOOOOOO » je crie. Tout est de nouveau noir.

J’entends des voix, elles disent « Je l’ai vu bouger » puis une autre voix dit « Ne sois pas ridicule, il est aussi mort qu’eux ». Puis la première voix encore « Je vous dis que je l’ai vu bouger ». Tout est calme et noir pendant un long moment. J’ouvre les yeux, tout est noir, mais pas tout à fait aussi noir qu’avant. Un peu de lumière vient des côtés. Quelque chose est sur moi, et il fait très froid. Avec mon bras gauche, j’essaie de déplacer cette chose qui est sur moi. Je l’attrape, elle est en plastique.

Je me souviens de la texture du plastique qui s’est à moitié déformé sous l’effet du froid. C’est un plastique fin, mais il n’est pas fragile. Il était fait de plastique foncé. Ils avaient posé une sorte de sac mortuaire sur moi, pour me couvrir. Je le repousse facilement. Je ne peux pas bouger mais je regarde vers le ciel. Je me souviens que c’était une nuit claire comme du cristal et que les étoiles étaient magnifiques. Puis j’ai essayé de bouger, j’ai réussi à me retourner sur le côté gauche. Puis j’ai posé ma main droite sur le sol et j’ai essayé de me soulever.

À CE MOMENT-LÀ, J’AI ENTENDU ET SENTI TOUS LES OS DE MON DOS ET DE MON CORPS CRAQUER ET ÉCLATER COMME SI UN CHIROPRACTEUR VENAIT DE FAIRE UN AJUSTEMENT COMPLET DU CORPS EN UNE SEULE FOIS.

Après que les craquements et les claquements aient cessé, je me suis arrêté un moment dans la position dans laquelle j’étais. Ce moment m’a semblé durer une éternité, et j’ai eu l’impression d’être à un « carrefour » de ma vie. Je me souviens avoir pensé « Lève-toi ! LÈVE-TOI, ESPÈCE DE MERDE ! DEBOUT ! » et je me suis levé. J’allais bien, j’allais bien d’une certaine manière, je ne sais pas comment ni pourquoi mais j’allais bien. J’ai regardé autour de moi, c’était la nuit. Je me trouvais au milieu d’un champ, tout comme celui dans lequel j’avais déjà sauté pendant la journée. Je suis debout mais ma vision est très floue.

Il est très difficile de distinguer les objets. Tout à fait à ma droite et en haut d’une légère pente se trouve un groupe d’hommes. Tout ce que je peux voir, ce sont leurs ombres car ils sont debout en cercle et il y a une lanterne au milieu d’eux. J’estime qu’il y a 10 à 15 hommes en tout. Je commence à marcher vers le groupe.

Dans l’obscurité, je croise deux hommes qui s’éloignent du groupe. En les croisant, je leur dis négligemment « Quoi de neuf » et ils me répondent de la même façon. Lorsque j’arrive au groupe, je me tiens à environ un pied et demi derrière et entre deux hommes. Comme un enfant curieux, je passe ma tête pour essayer d’écouter.


Je vois Adolph se faire engueuler par un autre homme que je n’avais jamais vu auparavant.

Ce type était habillé de façon implacable dans un beau costume et un pardessus. Il hurle à l’homme avec Adolph : «  VOUS appelez ça une démonstration ! VOUS ME TRAÎNEZ ICI POUR VOUS REGARDER COMMETTRE UN MEURTRE SUR UN ÉTUDIANT ! Vous avez perdu la tête ? » et il n’arrêtait pas de hurler.

Juste à ce moment-là, l’homme directement à ma gauche me regarde. Son visage devient aussi blanc qu’un fantôme. Il a la bouche ouverte avec une cigarette collée à sa lèvre. Je le regarde et je demande: « Qu’est-ce qui se passe ? » Il frappe à son tour l’homme à sa gauche. L’homme à sa gauche l’ignore, alors il le frappe à nouveau. Finalement, il attire son attention et se tourne vers l’homme qui le frappe et dit « QUOI » et le premier homme me montre du doigt. Le deuxième homme me voit et son visage devient aussi blanc qu’un fantôme.

Le deuxième homme crie alors à Adolph, et il répète jusqu’à ce qu’il obtienne son attention. Le deuxième homme me montre alors du doigt. Adolph devient alors aussi blanc qu’un fantôme. À ce moment-là, tout le monde me regarde et toutes les conversations ont cessé. Tout le monde me regarde alors je me retourne pour voir ce qu’ils regardent, mais tout ce que je vois, c’est l’obscurité. Alors je me retourne et je dis « Mais qu’est-ce que tout le monde regarde ? » L’Adolphe s’approche de moi et attrape la lanterne en passant. Il me fait tourner sur moi-même pour examiner mon dos. Il voit que je vais bien et il me demande « Qu’est-ce qui s’est passé » et je lui réponds avec toute ma sincérité « Je vais vous dire ce qui s’est passé ! UN TROU DU CUL M’A POUSSÉ D’UN PUTAIN D’AVION ». Mon ton se déride alors et je dis « Je ne voyais pas le sol, et j’ai fait l’épave, j’ai failli ne pas m’en sortir. »

À ce moment-là, les deux hommes que j’avais croisés dans l’obscurité reviennent vers le cercle et commencent à crier « OK, QUI A TRAÎNÉ LE CORPS ». Ils me voient alors et leurs bouches sont grandes ouvertes. Adolph me dit qu’il veut me présenter à quelqu’un. Il m’amène à l’homme bien habillé et, comme un père fier de lui, il me présente.

L’homme était soit un sénateur soit un membre du Congrès, je ne peux pas en être certain mais je suis sûr à 90% qu’il était sénateur.

J’ai été présenté mais je ne me souviens pas de son nom. Je l’ai sur le bout de la langue, mais je n’arrive pas à me souvenir de son nom. Quoi qu’il en soit, il se tourne vers Adolph et lui demande « Tout cela faisait-il partie de la manifestation ? » et Adolph secoue la tête pour dire non. Le sénateur dit alors : « Si je ne l’avais pas vu de mes propres yeux, je ne l’aurais pas cru. PAS QUESTION !!!! JESUS CHRIST, c’était incroyable !!!! J’interviens et je dis : « Je sais que ce n’est pas à moi de le faire, mais vous pensez qu’on pourrait avoir cette merde de vision nocturne ? Je ne voyais pas le sol et ça a failli me tuer ! » et un chœur de rires nerveux éclate.

L’homme bien habillé met son bras sur mon épaule et dit « Tout ce que vous voulez de moi, vous l’avez, putain. »

Je pense que ce qui vient de se passer, c’est qu’ils ont obtenu un financement illimité. Un chéquier ouvert, c’est à ce moment que les choses ont radicalement changé. Alors qu’on remballait pour partir, un des hommes m’a demandé « Rhino, qu’est-ce que tu veux ? tu le dis et tu l’as. »

Je dis « OK… je veux une glace ». Il commence à rire nerveusement « tu veux une glace ? » me demande-t-il. « Oui, je veux une glace », et il dit « tu l’as, putain ». On monte dans la voiture et on rentre en ville, je sais qu’il était tard parce que tous les magasins étaient fermés. Mais bon sang, il allait me chercher ma glace. Il finit par contourner l’alarme et entre par effraction dans un magasin de glaces « Baskin Robins 31 parfums ». Et il dit « quel parfum veux-tu ». J’ai dit « chocolat ». Il s’est énervé parce qu’il aurait pu aller au magasin d’alimentation local au lieu d’entrer par effraction, mais j’ai dit « merci » et j’ai mangé ma glace, ils m’ont ramené à la maison et je suis allé me coucher.

Le laboratoire « militaire »

C’est au grand laboratoire que les choses ont changé. C’est là que les militaires ont été directement impliqués et voici ce qui s’est passé.

Tout d’abord, le grand labo était un endroit plutôt stérile (c’était une énorme pièce à l’intérieur d’une sorte d’installation). Avec quelques trucs là-dedans (le rack à squat etc..). MAIS MAINTENANT, il y a toutes sortes de choses, un énorme réservoir d’eau, ce carré de frappe électronique, et TOUTES sortes d’équipements de chocs électroniques. C’était comme un endroit différent. C’était plein. Je me tiens là et j’entends des discussions.

Je vois M. Green (l’homme en uniforme militaire), il se dispute avec l’homme aux cheveux blancs (Adolph, le fasciste allemand). D’après ce que j’ai pu comprendre, il s’agissait de savoir qui avait le contrôle de ce projet. M. Green dit qu’il s’agit d’une « affaire militaire » et Adolph lui dit d’aller se faire voir, qu’ils ne peuvent pas venir ici et le mettre dehors.

Ce qui s’est passé, je pense, c’est que les militaires ont « officiellement » pris en charge le projet à ce moment-là, mais il s’est avéré qu’ils avaient besoin d’Adolph parce qu’il était le seul à pouvoir me contrôler, car c’est lui qui avait effectué la programmation initiale

(je me souviens de lui dès l’âge de 5 ans, lorsque je vivais à Munich avec ma famille).

Il connaissait tous les mots déclencheurs et savait comment mon esprit était programmé. En conséquence, les militaires l’ont nommé « directeur » du projet. Il était donc impliqué et avait encore un certain pouvoir (ou du moins il le pensait). Voici ce qui s’est passé : l’armée a fait venir son propre groupe de médecins de laboratoire. Il s’agissait d’un groupe de 5 ou 6 hommes (tous des hommes) portant tous des blouses de laboratoire bleu layette.

L’instructeur en chef (il était juste de supposer qu’il était l’instructeur en chef par ses manières et son attitude envers tous les autres) m’ordonne de « me déshabiller jusqu’à mes sous-vêtements », je ne bouge pas.

Il me crie à nouveau « fais-le, MAINTENANT », je ne bouge toujours pas. Il s’énerve et commence à fulminer « qu’est-ce qui se passe ici, etc… ». Adolph s’approche et me dit de me « déshabiller », ce que je fais immédiatement. Cela fait vraiment chier le chef des blouses de laboratoire, et en même temps, cela fait vraiment plaisir à Adolph. Non seulement Adolph est ainsi « dans le coup », mais il devient un élément très important du projet (l’homme à la blouse bleue a essayé plusieurs fois de « défaire » cette partie de ma programmation et l’homme aux cheveux blancs l’a découvert et l’a presque tué).

Je me souviens m’être déshabillé jusqu’à mes sous-vêtements, puis j’ai parlé. Cela a choqué tout le monde, car je ne parlais jamais à moins qu’on me le demande. J’ai dit : « Je dois garder mon épingle de bizutage sur moi à tout moment, même sous la douche, je dois l’avoir sur la serviette« . J’étais très contrariée. Je m’engageais dans la Fraternité Delta Kappa Epsilon et en tant que bizut, vous DEVEZ TOUJOURS porter votre insigne de bizut. C’était un pin’s en forme de triangle dont les trois côtés étaient colorés en rouge, bleu et or.

De nouveau, le chef de laboratoire en blouse bleue commence à crier à l’homme aux cheveux blancs et à la blouse en cuir noire : « Quel genre de spectacle faites-vous ici, je pensais que vous aviez dit qu’il était soigneusement préparé, etc. etc. Pendant ce temps, l’un des autres gars du laboratoire ramasse mes vêtements et commence à s’éloigner avec eux. Il s’éloigne de trois ou quatre pas et comme un tigre, je bondis sur lui. Je l’attrape par la gorge avec ma main droite et lui arrache ma chemise avec ma main gauche.

Tout à coup, 5 ou 6 types nous sautent dessus et lui arrachent le cou de ma main. L’homme aux cheveux blancs intervient immédiatement et me dit de me lever et de ne pas bouger, putain. Ils recommencent à se disputer, et tout d’un coup, l’un des hommes avec l’homme aux cheveux blancs du groupe initial de l’arrière crie « TENEZ-LE » et il s’avance, ramasse ma chemise, enlève l’épingle de ma chemise et l’épingle sur l’élastique de mon sous-vêtement.

« MAINTENANT, ES-TU HEUREUX », me dit-il. « NON », je réponds. Pourquoi il demande ? « C’est pas bien », je dis. « Qu’est-ce qui ne va pas ? », demande-t-il. Je regarde la broche sur ma hanche, et je la tourne pour que le côté doré soit à plat sur le dessus. « Là », je dis. « QU’EST-CE QUE C’ÉTAIT ? » Il demande. je répond :« IL FAUT TOUJOURS QUE CE SOIT LE CÔTÉ SOLEIL EN HAUT ! »

« Es-tu heureux maintenant ? » demande-t-il. Je réponds « JE SUIS TRES HEUREUX MAINTENANT », tandis qu’un chœur de rires éclate alors que je reste là sans pouvoir bouger. Ils m’ont ensuite fait faire quelques tests de force simples (serrer des objets, le rack à squats, etc.). C’était ma première visite au laboratoire avec les médecins militaires présents. J’ai toujours supposé qu’il s’agissait de  » médecins  » militaires (et j’utilise le terme  » médecin  » de façon très vague, car je n’ai aucune idée de ce qu’était un  » médecin  » pour ces gars-là).

Je pouvais voir du coin de l’œil les conversations qui se déroulaient. D’après les tons et les manières, je pouvais dire que l’instructeur principal du laboratoire était l’homme qui dirigeait le spectacle, l’expert en la matière. Adolph s’est avéré être mon « coach », si vous voulez. Mais il était très évident que l’homme en vert était l’autorité dans la pièce. Il se tenait tout le temps à l’écart avec Adolph. Mais quand quelque chose allait mal ou qu’il voulait faire répéter quelque chose, je ne pouvais pas le voir, mais j’entendais sa voix venant de quelque part dans la pièce. Et quand il parlait, tout le monde réagissait.

Ce que cela m’apporte, cependant, c’est que nous pouvons maintenant dater cet événement. J’étais un bizut dans ma fraternité, en première année, d’octobre 1988 à février 1989.

Donc ces événements ont dû se produire quelque part dans ce laps de temps !

En tant que rat de laboratoire

Après cela, quand je suis entré dans le laboratoire, l’homme en chef avec la blouse bleu layette était celui que je détestais, je veux dire que je voulais tuer ce type. Il faisait environ 5′-8″ ou 5′-9″ avec des cheveux bruns ondulés, des yeux bruns et d’épaisses lunettes cerclées de brun. Il avait une carrure moyenne et semblait uniquement concentré sur « les résultats ». Il ne se souciait pas de l’intensité de la douleur ou si je mourais sur place. Je crois qu’il s’agissait d’un scientifique SS facho qui faisait son travail de la manière la plus élémentaire et la plus horrible qui soit dans un camp de concentration. Tout ce qui l’intéressait, c’était les données.

Ce type était le fils de pute le plus inhumainement cruel qui, je pense, ait jamais foulé la surface de la terre. D’après les choses qu’il m’a faites, les expériences qui ont suivi, j’ai eu l’impression qu’il était si éloigné de toute émotion ou de toute pitié dans son travail qu’il ne voyait en moi rien de plus qu’un morceau de merde, littéralement. Sans plus de considération pour ma vie que celle que l’on donne à un rat de laboratoire.

« Le jus »

Maintenant avec le nouveau chef, les expériences semblaient avoir augmenté dans leur méchanceté.

Maintenant c’était retour à la table où ils m’attachaient et recommençaient à me donner des traitements de choc. Ils me branchaient à des électrodes et me donnaient du « jus ». Ils me donnaient des chocs sur les organes génitaux, ou une aiguille dans l’oreille. Ils étaient sur, dans, et partout sur mon corps.

L’homme en blouse bleue m’a demandé de « désactiver » toutes mes terminaisons nerveuses au niveau de la boîte de jonction principale dans la pièce bleue de mon esprit. Je me souviens avoir regardé le plafond, puis cette sorte de chatouillement ou d’engourdissement m’a envahi. Alors qu’elle continue à augmenter, je commence à « switcher ». « Je me dis : « Retiens-toi », jusqu’à ce que je n’y arrive plus et que je me mette à crier, alors que je tremble violemment sur la table. Tout est noir pendant un moment, puis je vois mon corps.

Je flotte vers le haut et je me vois avec des gens autour de moi qui essaient de redémarrer mon cœur. Puis tout redevient noir et je me retrouve dans la pièce bleue de mon esprit. Je me traîne vers la piscine de guérison, car je suis gravement blessé, je me débats avec le petit mur et je tombe dans la piscine. Dans mon esprit, je ferme les yeux et m’immerge dans l’eau verte bouillonnante en pensant simplement : « Guéris-toi ! Guéris-toi ! » Quand je rouvre les yeux, je suis de retour dans le laboratoire. Allongé sur le dos sur la table, je regarde à nouveau le plafond. Je lutte pour m’asseoir, mais le laboratoire est maintenant vide et je retombe sur le dos.

J’essaie de faire passer mes jambes par-dessus le bord, je le fais et je tombe de la table pour toucher le sol. J’essaie de me relever mais mes jambes ne peuvent pas me soutenir et je retombe sur le sol. « Lève-toi », je me dis à moi-même « Lève-toi !!! C’était comme être frappé à la tête avec une batte de baseball quand on est extrêmement ivre. Le monde tourne, mais votre instinct prend le dessus et tout ce que vous voulez, c’est vous enfuir.

Je me dirige vers la porte aussi vite que je peux. Ce n’est pas très rapide car j’essaie de marcher mais je n’y arrive pas, je rampe plutôt. J’arrive à la porte, et je tourne dans le couloir, en quelques instants ils sont tous autour de moi. Étonnés que je sois d’abord en vie et ensuite que j’aie bougé comme si j’étais moins qu’un rat de laboratoire, ils se tiennent autour de moi et commencent à discuter, alors que j’essaie de ramper avec toutes mes forces. Je suis effondré en boule sur le sol avec mon visage coincé dans la fissure où le mur rencontre le sol. Et comme je les entends parler, je ne peux pas m’en empêcher et je commence à pleurer de façon incontrôlable « S’IL VOUS PLAÎT ! S’IL VOUS PLAÎT ! Laissez-moi tranquille », je vous en supplie.

Et le bâtard en blouse bleue dit « ramenez-le dans le labo maintenant ! ». Et ils me prennent et me ramènent, et m’attachent à nouveau sur la table. Mais je ne me souviens de rien après ça.

Une autre fois, ils m’ont mis dans un réservoir d’eau et ont fermé le couvercle, pour voir si je pouvais respirer sous l’eau. Les premières fois, j’ai réussi à m’échapper avant de mourir noyé. Mais ils ont finalement obtenu un réservoir que je ne pouvais pas briser et dont le couvercle était scellé.

Je me souviens avoir violemment essayé de sortir, mais je n’y arrivais pas. Je me suis noyé et j’ai perdu connaissance, je revois mon corps, alors que je flotte à nouveau au-dessus de lui. Cette fois, on me pompe la poitrine pour essayer d’évacuer l’eau de mes poumons.


Je vois mon visage, mes yeux et ma bouche sont ouverts. Et de nouveau, je me précipite vers la piscine de guérison et je m’y jette (à un moment donné, je ne sais pas exactement quand, j’ai ajouté une petite rampe pour handicapés à la piscine pour que je n’aie pas autant de difficultés à entrer dans la piscine), mais de nouveau, lorsque j’ouvre les yeux, je regarde le plafond.

J’essayais toujours de me lever et de courir dans le couloir, mais ils me plaquaient toujours avant que je puisse m’échapper. Les dimensions de la distance que je parcourais réellement n’étaient pas claires. Très floues et brumeuses sur les bords. Cela semblait prendre une éternité pour arriver quelque part, et ils semblaient se déplacer beaucoup plus vite que moi.

Mais à chaque fois, j’allais un peu plus loin dans le couloir et j’étais un peu plus fort quand j’en sortais. Je me souviens que cela s’est produit plusieurs fois. Avec le réservoir d’eau et les expériences d’électrochocs. La mort et le retour à la vie. Comme avec les avions pour obtenir des fonds. Je voyais mon corps et j’allais automatiquement vers la piscine de guérison. Et la piscine de guérison me ramenait toujours d’une manière ou d’une autre.


Ils essayaient de voir ce que j’étais capable de faire. Ils étaient obsédés par le fait de me demander si je pouvais déplacer un objet avec mon esprit.

Si je pouvais flotter dans l’air. Si je pouvais faire flotter des objets dans l’air. Ce qu’ils essayaient de faire, c’était de placer une suggestion dans mon subconscient et ensuite de voir si je pouvais le faire. Pour voir si je croyais vraiment que je pouvais le faire. C’est comme si on me disait que je pouvais respirer sous l’eau et qu’on m’enfermait dans une cuve jusqu’à ce que je me noie pour ensuite me ranimer. Me dire que je pouvais voler, puis me pousser du haut d’une corniche.

Des choses comme ça. Voici les limites de ce que je pouvais faire et de ce que je ne pouvais pas faire, du mieux que je peux imaginer. Vous voyez, j’avais déjà appris, enfant, que les humains ne peuvent pas physiquement respirer sous l’eau et que les humains ne peuvent pas physiquement voler. Je le savais déjà et c’était ancré trop profondément dans mon processus de pensée pour être retiré. Donc, même avec leur hypnose et leur conditionnement, quelque part au fond de moi, je savais que je ne pouvais pas faire ces choses. Donc naturellement, je ne pouvais pas les faire quand ils me le demandaient. Cependant, ce qu’ils pouvaient faire, c’était « tromper » mon esprit.

Me dire des choses comme que j’avais un œuf dans la main et que je devais l’écraser alors qu’en réalité il s’agissait d’une balle de tennis ou d’une canette de soda. Tromper mon esprit en lui faisant croire que tout ce sur quoi je sautais n’était pas plus haut qu’un pouf. Tromper mon esprit en lui faisant croire que je pouvais courir aussi vite qu’un guépard et être aussi agile qu’une gazelle. Je me suis trompé en croyant que lorsque je tirais avec un fusil, j’étais un robot informatisé qui tirait avec une précision extrême. Il est plus difficile pour un adulte d’apprendre une langue étrangère que pour un enfant, car l’esprit de l’adulte est déjà « structuré » à bien des égards.

Les adultes semblent déjà connaître les limites de leurs capacités et de leur potentiel, et la plupart ne cherchent JAMAIS à être autre chose que ce que les paramètres de la société à laquelle ils appartiennent et dans laquelle ils ont grandi leur imposent.

Prenez par exemple les Noirs des quartiers défavorisés, la plupart d’entre eux croient vraiment qu’ils n’échapperont jamais à l’emprise du ghetto, donc la plupart acceptent cela comme un fait et n’essaient même pas de s’échapper par d’autres moyens. Par exemple, en essayant de bien réussir au lycée et en essayant d’une manière ou d’une autre d’entrer à l’université, ou en apprenant un métier ou une compétence bien rémunérée, ou par une autre voie « légale ».

Ils entrent simplement dans un gang où les chances de se faire tirer dessus et tuer sont beaucoup plus élevées que partout ailleurs. Ils font cela parce qu’ils CROIENT VRAIMENT que c’est leur destin. Si vous demandez à un adulte moyen de 40 ou 50 ans s’il a atteint ses objectifs dans la vie et ce qu’il rêvait de devenir dans son enfance, 95 % répondront « non ». Et alors vous leur demandez « pourquoi pas ? Qu’est-ce qui vous en empêche ? » La plupart donneraient une raison économique ou diraient « je suis trop vieux »... ou « j’ai raté ma chance ! ».

« POURQUOI NE POUVEZ-VOUS PAS ALLER AU BOUT DE VOTRE RÊVE !… QUI DIT… QUE VOUS NE POUVEZ PAS LE FAIRE ! VOUS N’ÊTES JAMAIS TROP VIEUX ET IL N’EST JAMAIS TROP TARD ! » Je dis et je crois.

La vie se résume à la peur, et au fait d’avoir ou non le courage de découvrir ce dont on est vraiment capable !

C’est pourquoi la plupart des adultes se retrouvent dans un emploi qui ne les satisfait vraiment pas et pourtant ils ne s’orientent pas vers autre chose, ou ils restent dans un mariage malheureux pendant des années et des années. Pourquoi ? À cause de la peur ! La peur d’être seul, la peur de faire des changements, la peur de prendre des risques, la peur d’échouer. Plus tôt, j’avais parlé de la façon dont les entraîneurs me disaient que je ne courais pas aussi vite que les 40 temps l’indiquaient, et après un certain temps, j’ai commencé à les croire, et par conséquent, j’ai inconsciemment ralenti.

C’est ce que je veux dire. Lorsqu’une personne devient adulte, elle a déjà commencé à « ralentir ». La société a déjà fixé les paramètres de son destin, et il l’a accepté mentalement. Mais en tant qu’enfant, aucun de ces paramètres restrictifs ne s’applique. Un jeune esprit est comme une éponge humide prête à absorber n’importe quelle information que vous déposez sur elle.

J’avais déjà absorbé le fait que je ne pouvais pas respirer sous l’eau, et ce fait ne pouvait pas être « défait », par conséquent, quand ils m’ont mis dans le réservoir et ont fermé le couvercle, je me suis noyé.

Il serait toutefois très intéressant de voir ce qui se passerait si vous preniez un enfant et l’éleviez dans un monde où il n’apprendrait jamais les « paramètres » de ce monde.

Les restrictions et les lois de la physique. Comment deviendraient-ils? C’est en gros ce qu’ils font, avec la petite différence qu’ils le font avec la jeunesse américaine, AVEC le consentement écrit de l’armée et du gouvernement des États-Unis.

Après chaque épisode de choc, lorsque je reprenais conscience, j’essayais de m’échapper. Chaque fois, j’allais un peu plus loin dans le couloir, et après chaque fois, je semblais être un peu plus fort.

Une fois, alors que des hommes m’attrapaient, j’en ai jeté quelques-uns hors de moi et Adolph m’a attrapé. Je n’ai pas pu me défaire de son emprise et nous sommes tombés au sol. Alors qu’il me tenait, il a dit : « Rhino, c’est moi, tu es en sécurité, Rhino, je suis ton père ! »

Je me souviens spécifiquement avoir dit : « Tu n’es pas mon père, mon père vit dans le Connecticut et enlève tes mains de moi, espèce de trou du cul » et j’ai craché en plein dans son œil gauche. Alors qu’on se battait, quelqu’un m’a planté une seringue dans le cul et je me suis évanoui. Une fois, je me souviens que je me suis réveillé et qu’il y avait plusieurs hommes dans le laboratoire. Je me lève de la table et je suis debout.

Ils essaient de me forcer à m’asseoir sur le sol. Je crie « NON » et tout à coup, c’est comme si j’avais la force de dix hommes. J’ai jeté ces deux-là au sol, puis trois autres m’ont attrapé et je me suis battu avec eux, trois autres m’ont attrapé. Certains autour de ma taille, d’autres autour de mon corps, et ils essaient de me faire tomber au sol. Je panique et je me défends de toutes mes forces. Je les repoussais comme s’ils avaient la taille d’enfants de 5 ans, mais comme des fourmis, ils continuaient à se précipiter sur moi et peu importe combien j’en repoussais, il y en avait toujours plus sur moi.

Il y avait au moins six gars sur moi et ils pensaient que j’étais épuisé, mais j’avais fait une pause pour cette raison précise.

Puis, d’un seul coup, j’ai foncé de toutes mes forces vers l’homme à la blouse bleue. Je n’étais plus qu’à quelques mètres lorsqu’ils m’ont plaqué au sol et m’ont à nouveau enfoncé la seringue dans le cul. Juste avant qu’ils ne me piquent, puis après, mais avant que je ne perde à nouveau connaissance. Je me souviens des hommes qui criaient « Dépêchez-vous… et plantez-le n’importe où ».

Puis, alors que les drogues m’empêchaient de bouger, je pouvais encore les entendre pendant une minute ou deux. C’était noir mais je pouvais encore les entendre parler et un gars a dit « Jésus ! c’était comme essayer de lutter contre un taureau pour l’amour de Dieu » et l’autre gars a dit « Je ne sais pas pour un taureau mais pourquoi pas un rhinocéros ». Et ils ont tous commencé à se moquer de moi.

La fois suivante, alors que je revenais à moi, ils m’ont planté l’aiguille dans les cinq secondes qui ont suivi l’ouverture de mes yeux, mais j’ai tout de même réussi à maîtriser trois ou quatre gars et à projeter M. Green lui-même contre le mur du couloir. Je suis arrivé dans le couloir et j’ai couru vers la porte. Ils m’ont plaqué à environ 20 mètres de la porte vers l’extérieur, puis se sont empilés sur moi jusqu’à ce qu’ils puissent m’administrer une autre injection.

Une fois, au lieu d’essayer de courir dans le couloir, j’ai décidé de me cacher. J’ai réussi à placer une chaise sur la table et à faire tomber le panneau du plafond de sa place. J’ai réussi à m’accrocher à la poutre en « I », à me hisser et à m’enrouler autour de certains des supports. Tout était recouvert d’environ un pouce de poussière, mais je m’en fichais, je me suis accroché à la crasse avec tout ce que j’avais. J’ai entendu l’alarme se déclencher et comme ils ne pouvaient pas me trouver. Finalement, après un long moment et alors qu’ils ne me trouvaient pas, ils ont revu la bande vidéo car la caméra me regardait toujours.

Dans le film, ils m’ont vu grimper au plafond et ils sont venus me chercher. J’ai commencé à crier « PLUS JAMAIS ! S’il vous plaît, PLUS JAMAIS » et ils m’ont raccroché aux électrodes et m’ont donné plus de jus et plus de torture. Lorsque je me suis réveillé, il y avait déjà six gars qui me maintenaient au sol et l’aiguille était déjà dans mon bras. J’ai paniqué comme jamais et j’ai encore réussi à sortir de la table, mais l’empilement de dix hommes a commencé et ils m’ont encore planté. Finalement, ils sont devenus intelligents et après l’échec de tous leurs efforts de réanimation, ils m’attachaient de nouveau à la table parce qu’ils savaient que je reviendrais tôt ou tard.

Quand je me suis réveillé, j’avais ces « sangles » sur moi et je paniquais. Tout ce dont je me souviens, c’est des lumières brillantes au plafond, puis des ombres qui me recouvraient et je m’évanouissais à nouveau. Je ne sais pas combien de fois cela s’est produit, si c’était dans la même nuit ou si c’était pendant des nuits différentes. Comme je devenais de plus en plus fort, j’ai fini par me libérer des sangles. Je n’ai pas arraché les sangles en cuir épais elles-mêmes, je les ai arrachées de l’endroit où elles étaient reliées à la table.

Puis, une fois mon bras gauche libéré, j’ai détaché le droit, puis j’ai défait mes jambes. J’étais hors de la table, le laboratoire était vide à l’exception de ce fils de pute en blouse bleue et de son assistant. Il me tourne le dos et je m’approche de lui sans bruit. Je veux voir l’expression de son visage quand il me verra libre. Je marche derrière lui, et quand ce fils de pute se retourne et me voit, tout ce qu’il dit, sans changement d’expression faciale, c’est « Qu’est-ce que tu veux ? ». Je l’attrape instantanément par la gorge avec ma main gauche et avec mon bras qui est comme un « étau hydraulique » je lui écrase la gorge aussi facilement et avec autant d’effort qu’il faut pour écraser une canette de bière vide. Puis je le laisse partir.

Il se débat pendant un moment comme un poisson hors de l’eau, cherchant de l’air en tenant sa gorge. En quelques secondes, il ne bouge plus. Je me tourne vers ma droite et regarde le laborantin. Il voit que je le regarde et laisse tomber son presse-papiers. Le regard de peur dans ses yeux est inoubliable. Il a des cheveux bruns courts et des yeux marron. Il mesure environ 5′-9″ avec une carrure mince. Je commence à m’avancer vers lui. Il recule aussi loin et aussi vite qu’il le peut, lorsqu’il atteint le mur, il détourne son regard de moi alors qu’il presse son corps aussi plat qu’il le peut.

Il commence à crier « NON ! S’il vous plaît, NON » et je l’attrape par la chemise. Il s’évanouit et je le laisse tomber sur le sol car je n’avais rien contre lui personnellement car il n’était que l’assistant, et je le laisse vivre. Je me dirige vers la porte et tourne à droite dans le couloir. Je commence à courir vers les portes extérieures et je suis à peu près à mi-chemin dans le couloir quand six ou sept types surgissent de nulle part depuis un couloir adjacent et me plaquent.

Je me bats avec eux, j’en jette certains et d’autres sautent sur le tas. Ils me piquent à nouveau avec l’aiguille, et encore, et encore, jusqu’à ce que je sois maîtrisé. Quand je me réveille, je suis debout devant le corps. L’homme aux cheveux blancs me crie dessus. J’avais l’impression d’être un chiot qui venait d’aller faire ses besoins sur le bon tapis pour la première fois. « Qu’est-ce que c’est ? », il hurle. « QU’EST-CE QUE TU AS FAIT ? REGARDE CE QUE TU AS FAIT ! » Alors qu’il me criait dessus, je ne me sentais pas mal à l’aise et je n’éprouvais aucune honte.

Tout ce que je pouvais penser, c’était « T’es le prochain, espèce de merde, et si je pouvais bouger, je te tuerais ici même, espèce de trou du cul ». Ils contrôlaient mon corps, mais quelque part à l’intérieur, mon esprit essayait encore de se battre. Même si je ne pouvais pas bouger mon corps, « Andy » était toujours à l’intérieur, quelque part.


La clôture électrique

Alors que les chocs électriques, la torture et les coups continuaient, une fois que je me suis échappé.

Je me suis réveillé après avoir vu mon corps et « flashé » dans la piscine verte de guérison dans mon esprit. J’ai fait semblant d’être blessé (comme un canard boiteux) en entrant dans le couloir. Les hommes ont d’abord couru, mais quand ils m’ont vu ramper, ils ont ralenti pour marcher. Quand ils étaient presque au-dessus de moi, avec une explosion de toute l’énergie que j’avais, j’ai explosé sur eux en faisant tomber quelques-uns d’entre eux et je me suis libéré et j’étais par eux. J’ai couru en sous-vêtements jusqu’à la porte donnant sur l’extérieur. Je suis sorti et j’ai commencé à courir autour du bâtiment à la recherche d’une sortie.

Je savais qu’il faisait très froid dehors car je pouvais voir ma respiration. Il neigeait et il y avait déjà de grandes plaques de neige sur le sol. Alors que je faisais le tour du complexe, il y avait une grande clôture tout autour de l’extérieur avec de grands panneaux métalliques tous les 15 mètres environ avec une tête de mort dessus et les mots « Avertissement Clôture électrique ». J’étais piégé, la clôture était devant moi et dans mon dos, lorsque je me suis retourné, il y avait environ 10 hommes en demi-cercle qui se rapprochaient de moi. Je recule de la clôture et je vais essayer de la sauter.

Adolph est au milieu du demi-cercle et crie « Rhino ! NON ! NE LE FAIS PAS ! » Mais je n’écoutais pas car j’étais comme un animal acculé, je ne pensais pas, je cherchais juste à m’échapper. J’ai donc reculé et couru vers la barrière. J’entends l’homme aux cheveux blancs crier « NON ! NE FAIS PAS ÇA ! » mais je saute quand même sur la barrière. La seule partie de mon corps qui a touché la clôture est la paume de mes mains, car j’ai sauté et attrapé le haut de la clôture (la rangée supérieure de barbelés) et j’ai fait une sorte de saut périlleux par-dessus la clôture. Mais cela a suffi car j’ai été instantanément électrocuté.

Je me souviens être resté allongé dans la neige pendant un moment, avec de la fumée ou de la vapeur se dégageant de mon corps et l’odeur de cheveux brûlés dans l’air. J’entends derrière moi les hommes crier « MERDE ! POURQUOI A-T-IL FAIT ÇA ? », ils exprimaient en fait un certain chagrin du fait que j’étais mort. Je les entends parler et je regarde devant moi. Il n’y a rien d’autre que des bois ouverts devant moi. Quelque chose en moi me dit « Lève-toi ! LÈVE-TOI, FILS DE PUTE, ET COURS, LÈVE TON CUL ET COURS ! COURS ESPÈCE DE MERDE !!! » J’ai réussi à me lever, mais je suis retombé sur mon visage. Les hommes derrière la barrière m’ont vu bouger et maintenant avec une nouvelle puissance ont couru autour du bâtiment et se sont dirigés vers la porte.

Je n’avais pas l’intention de les attendre. J’ai réussi à me relever et j’ai couru de toutes mes forces vers les bois. Je les ai entendus derrière moi mais pas très longtemps. La seule chose dont je me souvienne ensuite, c’est d’avoir couru sur les bords du campus. Je n’ai aucune idée de comment je suis arrivé là, comment j’ai su où j’allais, ou combien de temps j’ai couru en sous-vêtements dans la neige. Tout ce dont je me souviens, c’est d’avoir couru et de m’être dit : « Tu peux y arriver ! Tu es presque à la maison ! Tu peux y arriver ! Je me souviens que les gens me regardaient alors que je traversais le campus en courant. J’avais des points de repère, je savais où j’étais, presque à la maison.

J’ai réussi à retourner au dortoir. J’arrive à l’ascenseur et un groupe de filles se moque de moi. Elles commencent à se moquer de moi et je m’effondre dans le coin de l’ascenseur. J’ai dit : « S’il vous plaît ! S’il vous plaît, appuyez sur le 4 pour moi. » J’arrive à sortir au 4ème étage et je cours vers ma chambre. Ma chambre est, bien sûr, tout au bout du couloir. L’avant-dernière chambre située près de la porte coupe-feu à sens unique qui mène aux escaliers. Je prie pour que Brian soit là et que la porte soit ouverte. La poignée de la porte tourne et je tombe littéralement dans la pièce.

Brian est au téléphone, alors que je tombe devant lui, il dit « Il est là, rappelle-moi » et raccroche le téléphone. Brian me regarde, prend la couette de son lit et l’enroule autour de moi, ma peau est rouge vif et je tremble violemment à cause du froid. Il enlève mes sous-vêtements, met mon peignoir sur mes épaules et m’accompagne jusqu’aux douches. Il me met sous la douche et fait couler l’eau chaude. Je peux voir la vapeur qui s’élève de l’eau chaude mais je ne sens rien sur ma peau. Il m’a crié « NE BOUGE PAS » et il est parti.

J’ai dû rester debout dans cette douche pendant des heures jusqu’à ce que finalement, je retrouve un peu de sensation sur ma peau et mes doigts devenus chétifs. Encore sous le choc, j’enfile mon peignoir et me dirige vers ma chambre. Quand j’arrive à ma porte, j’entends une dispute à l’intérieur. J’entends Brian crier « QU’EST-CE QUE T’AS FAIT DE LUI » et ensuite j’entends la voix de M. Green répondre « C’EST PAS TES AFFAIRES » et j’ouvre la porte et je vois Brian, M. Green, Adolph, et quelques autres gars dans ma chambre, et je m’évanouis.

Je me réveille et je suis dans mon lit superposé, je regarde sur le côté et Brian est à la porte en train de parler à M. Green, il me voit et me crie « Rendors-toi ! Tout ceci n’est qu’un mauvais rêve », il dit ensuite quelques mots de plus à M. Green et ferme la porte.

Je suis toujours en train de le regarder et il hurle à nouveau « J’AI DIT RETOURNE DORMIR ! TOUT CECI N’EST QU’UN MAUVAIS RÊVE ! »

Je m’endors et me réveille le lendemain matin en ayant fait un horrible cauchemar. Mais je peux à peine bouger car j’ai un très mauvais rhume. Les symptômes ressemblent à ceux de la grippe, mais cette nuit-là, ils avaient disparu et je me sentais bien.

par Branton


Voir tous les articles de la sous-catégorie Projet Superman


Que pensez-vous de cet article ? Inscrivez-vous et rejoignez la conversation


Merci à tous pour votre soutien.

Beaucoup d'entre vous sont avec moi, par le coeur et la pensée, et je vous transmet ma gratitude... Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières... En partageant les articles que vous avez aimé... En achetant vos livres et vos produits préférés sur Amazon via ce site... En faisant un don sécurisé sur Paypal... Ou les trois en même temps... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...


Même 1€ est important !





Tags:

0 Commentaires

Laisser une réponse

Imaginer un Nouveau Monde © Elishean 2009 - 2021

CONTACT

Vous pouvez nous envoyer un e-mail et nous vous répondrons dès que possible.

En cours d’envoi
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

%d blogueurs aiment cette page :