Secrets révélés

Père Noël et Satan

par James Howard Kunstler

« Au milieu de l’appel général au bonheur, de l’agitation des esprits et du mouvement des affections qui règnent à cette époque, quel sein peut rester insensible ? – Washington Irving (1783–1859) à Noël

Santa (père Noël)… Satan… ? Remarquez, ils s’écrivent de la même façon. Bizarre, un peu….

Le Père Noël que nous connaissons est issu d’un mélange d’anciennes figures folkloriques teutonnes et nordiques pré-chrétiennes (Wotan, Odin) et de l’évêque grec du IVe siècle, Saint-Nicolas, un humble donateur de cadeaux aux enfants. Ce personnage a évolué au XIXe siècle en Amérique latine, avec l’aide de Washington Irving, Charles Dickens et Clement Moore, pour devenir le gros bonhomme en manteau de fourrure, gloussant joyeusement au milieu des plateaux d’oie rôtie et des paniers de dragées.

Et puis, bien sûr, le personnage du Père Noël a été remanié et stylisé par les grandes agences de publicité de Madison Avenue au milieu du 20e siècle pour devenir l’icône en costume rouge qui fait office de livreur cosmique dans les maisons de banlieue où vivent les petits, distribuant efficacement des pistolets à air comprimé Red Ryder et des poupées Barbie d’un océan à l’autre à bord de son véhicule express propulsé par des rennes, faisant le tour du monde en une seule nuit haletante de neige scintillante et d’étoiles brillantes, imprégnée des innombrables souhaits des petits cœurs.

Curieusement, dans certains coins d’Europe, St. Nick a acquis un compagnon de voyage nommé Krampus. Tous deux allaient de maison en maison aux heures sombres du jour de la Saint Nicolas (6 décembre) pour interroger les enfants sur leur conduite. Sombre et hirsute, doté de cornes, de sabots fendus et d’une langue rouge vive, ce monstre jouait le rôle du « méchant flic » du duo itinérant, harcelant les enfants sur leurs mauvaises ou bonnes actions, et les frappant avec une baguette de bouleau si leurs réponses ne lui plaisaient pas. S’il était particulièrement mécontent, il fourrait les enfants dans un panier pour les transporter en enfer.


Un personnage semblable au Krampus est réapparu en Amérique cette semaine de pré-Noël sous la forme de Volodymyr Zelenskyy, président de l’Ukraine, qui a traversé la moitié du monde dans un traîneau magique fourni par le gouvernement américain pour rencontrer son copain, le nouveau Père Noël, « Joe Biden », prétendu président actuel de notre pays.

M. Z, toujours affublé de ses vêtements de guerre vert olive et de sa barbe miteuse, est venu faire la leçon aux garçons et aux filles du Congrès sur le fait d’être méchant ou gentil vis-à-vis de la « démocratie » dans son pays lointain, récemment assiégé par des ours en colère.

L’Ukraine n’a rien fait pour « mettre les ours en colère », vous comprenez. Ils ont simplement débarqué de la forêt un jour et ont commencé à tout casser, comme le font les ours.


L’Ukraine a déjà reçu de nombreux cadeaux de l’atelier du Père Noël, anciennement connu sous le nom de États-Unis, des jouets bien plus impressionnants que n’importe quel pistolet à billes Red Ryder, c’est certain : obusiers, missiles Javelin, missiles Stinger, systèmes de roquettes d’artillerie à haute mobilité (HIMARS), drones tactiques Phoenix Ghost, drones tactiques Switchblade, drones de surveillance Puma, systèmes anti-drones Vampire, hélicoptères Mi-17, systèmes de défense côtière Harpoon, et bien plus encore. (Comment le Père Noël a-t-il pu faire rentrer tout cela dans son sac ?)

M. Z et ses collègues officiels du pays assiégé par les ours ont également reçu beaucoup d’argent « ambulant », dont une grande partie s’est promenée si loin dans le monde qu’elle s’est garée sur divers comptes bancaires obscurs, dans des investissements immobiliers, ou s’est tout simplement évanouie dans la nature. Ce n’était pas assez, M. Z s’est plaint en arrivant ici. Vous devez être plus généreux… ou sinon ! Et vous devez punir les ours plus durement !

« Joe Biden » a promis cinquante milliards de dollars supplémentaires au projet d’extermination des ours de M. Z, avec pour objectif supplémentaire de détrôner le roi de tous les ours, le méchant Poutine, qui regarde le monde depuis la bouche de sa lointaine grotte du Kremlin.

Puis, mercredi soir, au Congrès, devant les téléspectateurs de tout le pays, M. Z a mis au diapason nos élus dans la grande salle de la Chambre, la langue fourchue, pour raconter des histoires déchirantes de terreur provoquée par les ours. Il a joué avec eux comme avec les touches d’un clavecin – un tour qu’il a déjà réalisé avec une tournure intéressante à la télévision ukrainienne.


Les élus de notre pays se sont levés et ont applaudi, prêts à proclamer l’Ukraine le cinquante-et-unième État. M. Z a volé une bise à la dirigeante du Congrès, la charmante Mme Pelosi, puis a disparu dans une bouffée de fumée qui a laissé une odeur de soufre dans l’air vicié.

Pour souligner son sérieux, et en utilisant ses pouvoirs secrets, M. Z a fait en sorte qu’une tempête de cyclones bombardés sorte du pôle Nord quelques jours après son départ pour donner aux Américains un petit avant-goût de ce que c’est que d’être assis dans le froid et l’obscurité à Noël – parce que les États-Unis sont un pays tellement béni qu’il n’a pas de problèmes propres et qu’il a besoin qu’on lui rappelle les souffrances des moins fortunés.

Et c’est ainsi que se déroulent les fêtes de fin d’année 2022 dans notre pays exceptionnel et charmant.

Les lutins de Clusterfuck Nation vous souhaitent à tous un joyeux petit Noël !

James Howard Kunstler


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 273 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire