Aller à la barre d’outils

Cela ajoute une caractéristique technique de plus aux engins observés, ils ne se contentent pas de voler à des vitesses extraordinaires mais il peuvent aussi explorer les océans. Cela peut également suggérer que ces ovnis aient des bases sous marines ce qui expliquerai les observations fréquentes et les disparitions inexpliqués de navires.

Les O.A.N.I. signifient à la fois Objets Aériens Non Identifiés et Objets Aquatiques non Identifiés sont (a) des objets et (b) non identifiés. les dits objets se comportent d’après les témoins d’une manière ‘’intelligente’, c’est- à- dire comme le font des machines construites, téléguidées ou pilotées par des entités vivantes ou robotisées.

Ces objets manifestement solides entrent dans les mers et les océans et en émergent sans parler des lacs et des cours d’eau.

Ces objets qui sortent de l’eau et y plongent peuvent également sortir de notre atmosphère pour évoluer dans ce que nous appelons l’espace ou le cosmos.

Ainsi dans les Anales Russes, des siècles éloignés, l’on trouve un cas considéré comme le plus inattaquable des observations d’O.A.N.I.


« Objets Aquatiques Non Identifiés : le dossier RUSSE » de Paul Stonehill et Philip Mantle

Ecrit par le grand enquêteur de langue russe Paul Stonehill, et avec l’apport de Philip Mantle, auteur et éditeur britannique, fondateur de Flying Disk Press, ce livre explore l’énigme-clé que constitue pour les questions ufologiques le phénomène des objets sous-marins non identifiés, qui sont signalés sur les cinq continents (et dans tous les océans !) depuis plusieurs dizaines d’années.

Cliquez l’image pour acheter ce livre sur Amazon

Le livre de référence incontournable sur cette thématique est celui de Ivan Sanderson, INVISIBLE RESIDENTS, paru en 1978 et traduit en français en 1979 (épuisé). Plus récemment en France, le chercheur Sylvain Matisse, qui administre le site Investigation Océanographique et Observations Aquatiques Non-Identifiées a consacré deux livres extrêmement documentés à ce « volet » du phénomène OVNI trop peu commenté jusqu’à ce jour, en tout cas en France.

L’écrivain italien Roberto PINOTTI, dont le livre CONTACTS OVNIS EN ITALIE a été publié en mai 2020, a accepté écrire une préface au livre de Stonehill et Mantle,

Sont examinés dans le livre de Stonehill quelques-uns des dossiers les plus sensibles de l’ex-Union Soviétique, parmi lesquels les mystères du Lac Baïkal, mais également ceux de nombreux autres lacs et mers intérieures moins connus de l’immense Sibérie.

Il a souvent été dit que nous en savons plus sur la surface de la Lune que sur les mers et les océans du monde terrestre.

L’étude des OANIs (Objets Aquatiques Non Identifiés) ou USOs (Unidentified Submarine Objects) met en évidence cette réalité qui doit tous nous interpeller. Pendant des années, les gens de mer ont rapporté des phénomènes étranges, et ces signalements ont été faits spécialement par les armées du monde entier.

S’il est vrai qu’une grande partie des archives « OANI » de l’armée soviétique et de l’armée russe restent secrètes, quelques-unes sont disponibles grâce aux efforts d’enquêteurs russes opiniâtres. Beaucoup sont des militaires, de l’Armée, de l’Aviation, et bien sûr de la redoutable Marine russe qui sillonne toutes les mers du globe.

De très nombreux auteurs russes ont consacré des études volumineuses à ces cas inexpliqués dans les milieux marins.

On est frappé de cette richesse bibliographique qui ressort dans les abondantes notes de bas de page et dans l’index que l’auteur a généreusement constitué. Le plus fameux de tous est sans doute Felix Zygel, décédé en 1988, dont les sources ont touché tous les échelons des agences civiles et militaires, et dont le manuscrit est jusqu’à présent non publié, pour des raisons que l’on devine.

Une pleine divulgation viendra-t-elle un jour prochain avec et par la Russie?

Mikhail Gershtein, autre chercheur que l’auteur présente comme l’un des ufologues de référence en Russie, n’apparaît toutefois en anglais que dans un ouvrage collectif : Investigating the Anomaies : Mysteries from Behind the Iron Curtain; on en déduit que ses écrits principaux sont publiés en russe et non traduits à ce jour.

Paul Stonehill et Philip Mantle révèlent des rencontres étranges, faites par la Marine soviétique et la Marine russe, avec des choses qui ne sont pas supposées exister.

On en apprend sur les mystérieux kvakeri, objets imposants détectés par les sous-marins soviétiques et aux propriétés hors du commun ; sur les “nageurs” du lac Baikal, (probablement des humanoïdes de très grande taille), sur les bizarreries d’Issyk Kul, sur les événements inexplicables survenus dans l’Océan Arctique et dans beaucoup d’autres mers.

On trouve encore dans ce livre des incursions imprévues et qui s’avèrent fort pertinentes, dans les récits sacrés de l’hindouisme, en l’occurrence certains épisodes du Mahabharata. Le lecteur s’interrogera librement sur les liens entre les dieux védiques, Indra, Arjuna, Shiva, Vishnou, et des créatures sous-marines qui résidaient alors dans le voisinage des grands lacs proches de l’Himalaya.

La majorité de ces récits n’ont jamais été partagés hors de la Russie ou de l’ancienne Union Soviétique. Ces témoignages suggèrent une présence permanente et non identifiée dans les profondeurs des masses aquatiques de notre planète.

Rappelons que le dossier “USO” est revenu dans l’actualité avec les récentes révélations autour des observations faites en 2004 depuis le porte-avions Nimitz au large de la baie de San Diego, en Californie.

L’ufologue et écrivain Preston Dennett a récemment consacré un livre aux mystères de la baie de San Diego (Californie), en particulier aux observations spectaculaires et récurrentes dans le « Couloir de Santa Catalina » : Undersea UFO Base : An In-Depth Investigation of USOs in the Santa Catalina Channel


Paul Stonehill, réfugié juif d’origine de l’ex-URSS, plus précisément de l’Ukraine, est un auteur et conférencier américain, spécialiste de l’ufologie et des phénomènes paranormaux en Russie et dans les pays d’Europe orientale et d’Asie. Il a été orateur dans de nombreux congrès aux Etats-Unis et en Europe, et il a rédigé de nombreux articles en anglais et en russe sur les OVNIs et les OANIs (Objets Aquatiques Non Identifiés), ainsi que plusieurs articles sur l’histoire de la Chine antique et ses aspects paranormaux.

Il est coauteur avec Philip Mantle de plusieurs livres sur le phénomène OVNI dans l’Union Soviétique et dans la période postérieure à la chute du Mur de Berlin. Paul Stonehill anime une chaîne YouTube, Paranormal Research Paul Stonehill, riche de centaines de vidéos, certaines courtes, d’autres longues de plus d’une heure, dans lesquelles il présente avec beaucoup de relief de nombreux dossiers retentissants, propres à l’ufologie en Russie, mais également autour d’autres phénomènes inexpliqués, tels l’Almasty, humanoïde primitif souvent rapporté dans les régions reculées de la Russie asiatique et de la Sibérie.

Philip Mantle est un ufologue de renom international, conférencier et producteur. Ses livres ont été traduits dans six langues. Il est l’ancien Directeur des Recherches du BUFORA (British UFO Research Association) et l’ancien représentant du MUFON pour l’Angleterre.

Philip a écrit des articles pour de nombreuses publications dans le monde et a été directeur de la publication et rédacteur pour des magazines ufologiques de premier plan. Il est co-animateur de la l’émission ufologique Inside Outer Limits Radio Show hébergée par la radio PAUK Paranormal UK Network. Il vit actuellement à Pontefract, dans le West Yorkshire, Angleterre..


* NOTE DE LECTURE DE L’UFOLOGUE ITALIEN ROBERTO PINOTTI SUR LE LIVRE « OBJETS AQUATIQUES NON IDENTIFIES EN RUSSIE » DE PAUL STONEHILL ET PHILIP MANTLE :

– Présentation de Jean Librero :

Au cours de la traduction du livre CONTACTS OVNIS en Italie, j’ai eu l’extrême honneur de pouvoir échanger à plusieurs reprises avec son auteur, le très renommé Roberto PINOTTI, et lui ai finalement demandé s’il accepterait d’écrire une préface au prochain livre qui serait publié par Flying Disk France. A ma grande surprise, il a immédiatement donné son accord, et, plus étonnant encore, m’a révélé qu’il était lui-même l’auteur d’un livre (publié en italien) sur ces phénomènes qu’on nomme USOs en anglais (Unidentified Submarine Objects). Le titre complet du livre, paru en 2003, est : Oggetti sommersi non identificati. 1947-2003 : rapporto sugli UFO del mare.

On ne s’étonnera pas que, dans cette note, Roberto Pinotti cite quelques cas remarquables d’observations d’objets sous-marins sur le littoral de la Péninsule italienne, entourée de « cinq mers » comme il se plaît à le rappeler.

Je souligne ici que le premier volume de CONTACTS OVNIS EN ITALIE (1907-1978) consacre un chapitre dense aux observations de masse faites dans les années 1970 sur la côte autour de Pescara, zone qu’on a appelé le « Triangle de l’Adriatique ».

Je remercie donc chaleureusement ce grand auteur et chercheur pour sa générosité et son soutien au travail de Paul Stonehill, éminent spécialiste des cas ufologiques en Russie et ex-Union Soviétique. Les très nombreux cas recensés par cet américain d’origine ukrainienne sont principalement tirés des archives de la Marine de Guerre ; les témoins sont donc principalement des militaires de tous grades, et comme on pouvait s’y attendre, les équipages de sous-marins, officiers et simples marins, y ont une belle place. On revit en direct le contexte de la Guerre Froide sur tous les océans du globe, mais les « phénomènes » n ont pas pris fin en 1992.

Jean Librero

Roberto Pinotti : Après le livre-culte d’Ivan Sanderson intitulé INVISIBLE RESIDENTS (non traduit en français), je suis l’un des rares chercheurs et auteurs ufologues à avoir décidé d’aborder dans un livre spécifique le sujet des Objets Submergés Non Identifiés, c’est-à-dire le problème des OVNI dans l’hydrosphère terrestre.

Le titre de mon livre était OGGETTI SOMMERSI NON IDENTIFICATI, et il a été publié en italien en 2003 par la maison d’édition Olimpia (Florence, Italie). Il est aujourd’hui épuisé.

En raison de l’activité considérable du Centro Ufologico Nazionale (C.U.N), l’organisation de recherche nationale et privée italienne fondée par moi il y a plus de 50 ans, et qui est aujourd’hui l’un des plus anciens centres d’étude des OVNI au monde, il s’agissait d’un aperçu général et historique sur la présence des OVNI dans toutes nos mers et tous nos lacs, mais bien sûr, il était spécialement consacré aux cas italiens de ce type dans les archives du C.U.N.

Et ce n’est pas étonnant. L’Italie est une péninsule européenne entourée de cinq mers (la mer Ligure, la mer Tyrrhénienne, la mer Méditerranée, la mer Ionienne et la mer Adriatique), et de nombreux incidents OVNI depuis 1947 étaient en lien avec ces mers.

Et gardez à l’esprit que pendant l’incroyable vague d’OVNI italiens de 1978-1979, avec environ 2000 cas dans notre pays, beaucoup d’entre eux ont eu lieu le long de la côte adriatique, de Rimini à Pescara. Dans mon récent livre en deux volumes : « CONTACTS OVNIS EN ITALIE », j’en ai mentionné quelques-uns, en particulier les événements survenus en 1978 dans cette région, mais aussi un cas plus récent, également signalé officiellement par les autorités italiennes.

Le 22 juin 1979, le yacht à moteur « RAINBOW II » (31 mètres de long, 51 tonnes) avait quitté Viareggio (Toscane) en direction de l’île de Corse. Il devait atteindre Macinaggio avant le soir. À 18 h 30, non loin de Gorgona (une des sept îles de l’archipel toscan dans la partie nord de la mer Tyrrhénienne), l’équipage et les passagers (d’importants hommes d’affaires et des membres de la jet-set) ont vu une étrange structure métallique, sombre et immense, émerger de la mer devant eux.

L’objet était de forme cylindrique et a surgi en position verticale au milieu de la mer, générant une vague qui a frappé le « RAINBOW II ». Comme il ne pouvait s’agir d’un sous-marin, un message radio SOS a été envoyé aux autorités du Département de la Marine de Livourne. L’objet a alors commencé à s’enfoncer dans l’eau, et en quelques secondes il était complètement immergé. Une deuxième vague a secoué le yacht italien quelques secondes plus tard, et une chaleur intense a été ressentie par les onze personnes à bord.

Le « RAINBOW II » est parti immédiatement, mais après quelques minutes, le cylindre a émergé à nouveau, provoquant les mêmes effets (vagues et effets physiologiques). Le yacht se dirigea vers Macinaggio, mais quelque chose ne fonctionna pas dans la boussole, et Bastia fut la destination imprévue du « RAINBOW II ». Suite à cette étrange rencontre, ce jour-là, un avertissement côtier officiel du Département Maritime de La Spezia a été transmis comme suit par radio :

MER TYRRHÉNIENNE/EN POSITION 30 MILES NAUTIQUES SUD EST ILE DE GORGONA À 22 H 20 À LA DÉRIVE CYLINDRE COLORÉ/STOP/NAVIRES EN TRANSIT ATTENTION/STOP.

Le Département Maritime de La Spezia a transmis l’avertissement suivant par radio :

AVERTISSEMENT CÔTIER/MER TYRRHÉNIENNE/EN POSITION 30 MILES NAUTIQUES SUD EST ILE DE GORGONA À 22 H 20 À LA DÉRIVE FLOTTEUR CYLINDRIQUE DE COULEUR FONCÉE/STOP/NAVIRES EN TRANSIT ATTENTION/STOP

L’incident a été confirmé aux enquêteurs de terrain du C.U.N, Roberto et Emy Balbi de Gênes, par Giuseppe Guzzi, le capitaine du « RAINBOW II » qui avait envoyé un message SOS par radio aux autorités du département maritime de Livourne (Leghorn).

Exactement un mois plus tard, dans la nuit du 22 juillet, l’équipage d’un autre yacht, le « CRISSI BISSI », a assisté à l’apparition de plusieurs OVNI en pleine mer, encore une fois non loin de Gorgona.

Ce n’est qu’un exemple de ce qui peut se passer dans les mers italiennes. Mais bien sûr, les Objets Immergés Non Identifiés sont observés et signalés partout dans le monde, et ce livre montre qu’en réalité ils n’ont pas de frontières, puisque le rapport de Paul Stonehill porte sur les objets immergés non identifiés en Union Soviétique et en Russie, un immense pays considéré comme « une autre planète » par le monde occidental jusqu’en 1992, date à laquelle l’Union Soviétique s’est effondrée et le « Rideau de Fer » a cessé d’exister.

Paul était un ancien réfugié soviétique originaire d’Ukraine, et grâce à Philip Mantle, ses livres sur les cas d’OVNI en Russie sont bien connus aujourd’hui.


Ce livre est son dernier rapport, dans lequel le sujet des OANIs (Objets Aquatiques Non Identifiés, selon la terminologie plus courante en France) est pleinement exploré.

Je suis sûr qu’il vous plaira.

Dr. Roberto Pinotti
Fondateur et président du Centro Ufologico Nazionale en Italie.


Que pensez-vous de cet article ? Inscrivez-vous et rejoignez la conversation





Merci à tous pour votre soutien.

Beaucoup d'entre vous sont avec moi, par le coeur et la pensée, et je vous transmet ma gratitude.

Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières : En partageant les articles que vous avez aimé. En achetant vos livres et vos produits préférés sur Amazon via ce site. Ou, si vous en avez la possibilité, en faisant un don (si minime soit-il). Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...


Votre aide est importante pour continuer...




ELISHEAN777 Communauté pour un Nouveau Monde  © Elishean/2009-2020


Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Imaginer un Nouveau Monde © Elishean 2009 - 2020

CONTACT

Vous pouvez nous envoyer un e-mail et nous vous répondrons dès que possible.

En cours d’envoi
libero. efficitur. diam libero in elementum non commodo consectetur ipsum ante.
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

%d blogueurs aiment cette page :