Secrets révélés

Les réalisations étonnantes de nos anciens ancêtres


Comme beaucoup, nous avions entendu parler des constructeurs de routes romains, des mathématiciens mayas et des astronomes babyloniens. Mais nous avons ensuite été surpris de découvrir que ces peuples et d’autres ont atteint des niveaux de science appliquée dans le passé profond, égaux et parfois supérieurs à des réalisations matérielles similaires, considérées comme allant de soi aujourd’hui.

Certaines innovations importantes conçues dans l’Antiquité ont été perdues lorsque la civilisation associée à leur création s’est effondrée et ont été complètement oubliées, pour être réinventées indépendamment des milliers d’années plus tard par des développeurs modernes qui ignoraient tout de leurs précurseurs antiques.

Plus remarquablement encore, à une époque très lointaine, alors que les historiens et archéologues conventionnels nous assurent que seules la superstition et l’ignorance régnaient sur le monde, le génie humain a atteint certains niveaux de technologie qui nous échappent encore.

Tellement, en fait, que des centaines de spécimens collectés remplissent les pages du nouveau livre de FRANK JOSEPH, jusqu’à ce que leur superfluité dépasse les limites de l’impression.  Il partage avec vous quelques-uns des exemples vraiment extraordinaires de la haute technologie antique qui n’ont pas été inclus dans le volume ainsi intitulé !

« Parmi les exemples les plus surprenants, citons les praticiens incas, dont les agents de guérison avancés étaient vénérés comme faisant partie d’un héritage culturel plus vaste, hérité de Kon-Tiki-Viracocha, « l’écume de mer », père fondateur de l’Amérique du Sud précolombienne et survivant d’un royaume insulaire d’une puissance unique, submergé à la préhistoire par un déluge catastrophique.

Après s’être établi dans la Cordillère des Andes, la tradition inca explique qu’il a enseigné à ses ancêtres l’utilisation d’extraits de Digitalis lanata, une fleur connue aujourd’hui sous le nom de « digitale », pour traiter avec succès de graves problèmes cardiaques. Après le renversement de la civilisation inca par les Conquistadors, sa culture a été entièrement diabolisée, de même que toutes les connaissances médicales traditionnelles, qui sont tombées dans l’oubli pendant les quatre siècles suivants.

Il y a a 500 ans et plus, les médecins incas traitaient les maladies cardiaques graves avec des extraits de digitale, une procédure reconnue pour son efficacité seulement maintenant par les professionnels de la santé du 21 e siècle.

Ce n’est qu’en 1930 que des botanistes ont pu extraire la digoxine des feuilles de la digitale et ont découvert (re-découvert) ses propriétés efficaces pour traiter la fibrillation auriculaire (arythmie) et l’insuffisance cardiaque.

Le composé qui en résulte figure aujourd’hui sur la liste des médicaments essentiels de l’Organisation mondiale de la santé comme l’une des mesures les plus sûres et les plus efficaces nécessaires à tout système de santé.


Mais extraire la digoxine de Digitalis lanata exige une grande précision et un sens de l’observation, car la moindre erreur dans la détermination de la quantité correcte peut faire la différence entre renforcer le cœur ou provoquer un arrêt cardiaque.

Cette différence entre la vie et la mort signifie que les médecins incas non seulement reconnaissaient ses paramètres extrêmement étroits, mais possédaient eux-mêmes une expertise suffisante pour agir correctement sur une telle distinction.

Ils ont également appliqué les secrets de la Matricaria chamomilla pour traiter efficacement les problèmes gastro-intestinaux, en particulier le syndrome du côlon irritable et les crampes intestinales, lorsqu’elle est prise comme laxatif doux pour ses effets anti-inflammatoires et bactéricides.

Ce n’est qu’au cours des trente dernières années que des recherches sur des animaux ont démontré les effets antispasmodiques, anxiolytiques (réduction de l’anxiété), anti-inflammatoires, antimutagènes (réduction des mutations) et hypocholestérolémiants de la « camomille sauvage », qui est en outre incluse dans de nombreux produits somnifères actuels.

Bien que tout cela soit relativement nouveau pour nous, les anciens Andins connaissaient la Matricaria chamomilla et ses bienfaits apaisants bien avant la mort du dernier empereur inca en 1533. Sa culture traitait également l’hyperlipidémie, un trouble acquis ou génétique qui se traduit par des niveaux élevés de lipides ; ce sont les graisses, le cholestérol ou les triglycérides qui circulent dans le sang.

Cette affection était traitée dans l’Amérique du Sud d’avant la conquête avec des extraits de plantago paralias, dont certaines formes prédisposent en outre à la pancréatite aiguë, et pourrait être utile pour le contrôle de la glycémie chez les patients atteints de diabète de type 2. Les effets anticancéreux du plantago paralias ne sont que progressivement appréciés.

Il est clair que les connaissances pharmaceutiques et pharmacologiques des Incas ont non seulement dépassé de loin le charlatanisme des médecins européens du 16e siècle, mais qu’elles ont encore beaucoup à offrir aux développements médicaux modernes.

De l’autre côté de l’Ancien Monde, les praticiens de la vallée du Nil ont également réalisé des progrès considérables dans les arts de la guérison qui ne sont connus que maintenant.

Reconstitution imaginée d’une scène de l’ancienne civilisation égyptienne. Les ruines exposées aujourd’hui dans l’Égypte moderne – bien qu’elles soient toujours impressionnantes – ne sont qu’une pâle représentation de ce à quoi elles auraient réellement ressemblé.

Il y a tout juste dix ans, des archéologues analysant les restes squelettiques d’habitants de la Haute-Égypte et de la Nubie adjacente datant de l’époque romaine, au début du 1er siècle de notre ère, ont découvert la présence de tétracycline, un antibiotique utilisé aujourd’hui pour traiter les infections bactériennes.

Les Égyptiens ingéraient la tétracycline avec une concoction spéciale de bière qui ressemblait à une bouillie aigre. Des recherches plus poussées ont révélé que les échantillons retrouvés à l’époque romaine étaient identiques en substance à la même boisson datant de l’avènement de la civilisation pharaonique, plus de trois mille ans auparavant.

Des Égyptiennes lors d’une fête de la 19e dynastie (vers 1290 avant J.-C.) se donnent des bonbons à la menthe de saveurs différentes.

Des preuves connexes, sous la forme de papyrus médicaux, ont révélé que les médecins et les brasseurs dynastiques contaminaient délibérément leur bière avec des streptomyces, des bactéries du sol produisant de la tétracycline qui prospèrent dans les conditions arides du désert égyptien.

Les Égyptiens ont observé comment la tétracycline guérissait leurs céréales de diverses affections bactériennes, cinq mille ans avant la découverte de la pénicilline par Alexander Fleming, en 1928.

Leur haut niveau de science médicale contribue à expliquer pourquoi de nombreux habitants de la vallée du Nil ont connu une grande longévité, comme le célèbre pharaon Ramsès II, qui a vécu jusqu’à son quatre-vingt-dix-septième anniversaire.

Une brosse à dents de l’époque de Cléopâtre, dernière souveraine du royaume ptolémaïque d’Égypte, vers 40 avant notre ère.

Les progrès de la dentisterie égyptienne ont été constamment stimulés par le problème persistant dans le pays du sable soufflé par les vents du désert dans la consommation alimentaire, un dilemme qui a donné lieu à la plus ancienne recette de dentifrice connue au monde.


Le papyrus du IVe siècle de notre ère est une copie en langue grecque d’une invention traditionnelle égyptienne déjà en usage au début de la 1ère dynastie, trente-quatre cents ans plus tôt. La formule originale prévoit une drachme (un centième d’once) de sel gemme, une autre drachme de menthe, une autre drachme d’iris séché et vingt grains de poivre.

Ce n’est que récemment que les dentistes ont redécouvert les propriétés bénéfiques de la fleur d’iris, qui s’est avérée efficace contre les maladies des gencives et qui est à nouveau utilisée dans le commerce après seize siècles – encore un exemple d’une innovation ancienne sortie du passé profond pour influencer la technologie moderne.

Selon le papyrus vieux de seize cents ans, tous les ingrédients spécifiés doivent être écrasés et mélangés pour former une « poudre pour des dents blanches et parfaites ».

Il a été découvert par le Dr Hermann Harrauer, responsable de la collection de papyrus de la Bibliothèque nationale de Vienne, en 2002, sur une décharge située à l’extérieur de la ville égyptienne moderne d’Al-Mahamid Qibly, la dynastique Imiotru, connue des Grecs sous le nom de Crocodilopolis parce qu’elle abritait le plus important sanctuaire du début du Moyen Empire (2050 avant J.-C. -1652 avant J.-C.) du dieu-crocodile Sobek.

Son nom est une forme participiale du verbe sbq, « unir », ou « créer la plénitude », c’est-à-dire la « santé », et donc approprié à la découverte d’une recette de dentifrice, surtout compte tenu des dents abondantes et puissantes de Sobek.

« Il a été écrit », a observé le Dr Harrauer, « par quelqu’un qui avait manifestement des connaissances médicales puisqu’il utilisait des abréviations pour les termes médicaux. »

L’ancien agent nettoyant de la vallée du Nil a été fidèlement reproduit par un dentiste autrichien, le Dr Heinz Neuman.

« Personne dans la profession dentaire », a-t-il déclaré, « n’avait la moindre idée de l’existence d’une formule de dentifrice aussi avancée et de cette ancienneté ».

Un collègue s’est porté volontaire pour tester personnellement la récréation.

« J’ai constaté qu’elle n’était pas désagréable », a déclaré le Dr Neuman. « C’était douloureux pour mes gencives et les faisait saigner, aussi, mais ce n’est pas une mauvaise chose, et après, ma bouche était fraîche et propre. Je pense que cette recette aurait constitué une grande amélioration par rapport à certains dentifrices au savon utilisés bien plus tard. »

L’industriel anglo-américain du savon William Colgate a commencé à commercialiser le premier dentifrice commercial en 1873, mais il était hygiéniquement inférieur à son précurseur pharaonique, qui avait été perdu depuis l’effondrement de l’Ancien Monde.

Les soins dentaires égyptiens s’étendaient même à l’invention des menthes pour l’haleine fabriquées, comme le raconte un papyrus de la 16e dynastie, à partir d’une combinaison de cannelle, d’encens et de myrrhe, bouillis ensemble dans une base de miel, puis façonnés en petites boulettes pour être facilement consommés. La myrrhe, une gomme naturelle extraite de la résine d’un arbre, est analgésique, c’est-à-dire qu’elle tue la douleur.

La plus grande contribution des Anciens à la santé générale est toutefois l’institution d’une hygiène générale.



La ville de Mohenjo Daro, à la fin du 4e millénaire avant notre ère, en Inde, était un centre urbain modèle de gestion ingénieuse de l’eau pour l’assainissement collectif et l’hygiène publique.

Si les thermes romains sont célèbres, ils ont été précédés de trois mille ans par les installations d’eau publiques moins connues de la Mésopotamie et de l’Inde du 4e millénaire avant notre ère.

En décrivant les premiers centres urbains de la vallée de l’Indus, le chercheur américain David Hatcher Childress écrit que « le système d’égouts de la plomberie des grandes villes est si sophistiqué qu’il est supérieur à celui que l’on trouve aujourd’hui dans de nombreuses villes pakistanaises (et autres). Les égouts étaient couverts et la plupart des maisons avaient des toilettes avec de l’eau courante. De plus, les systèmes d’eau et d’égouts étaient bien séparés. »

Près de Bagdad, les maisons et les structures sacrées de la ville sumérienne d’Eshnunna (l’actuelle Tell Asmar en Irak) présentaient des dispositions élaborées pour l’assainissement personnel.

« Un temple fouillé », selon Childress, « possédait six toilettes et cinq salles de bains ».

Il poursuit en citant le numéro de juillet 1935 du magazine Scientific American, expliquant que les équipements de plomberie du temple « étaient reliés à des drains qui se déversaient dans un égout principal, d’un mètre de haut et de cinquante mètres de long ».

En remontant l’un des drains, les enquêteurs sont tombés sur une ligne de tuyaux en terre. Une extrémité de chaque section avait un diamètre d’environ huit pouces, tandis que l’autre extrémité était réduite à sept pouces, de sorte que les tuyaux pouvaient être couplés les uns aux autres, tout comme on le fait avec les tuyaux d’évacuation au 20e siècle.

Aussi ancienne que soit la plomberie sumérienne, son âge fait pâle figure face à une série de tuyaux de plomb anormaux découverts par inadvertance à l’intérieur de trois grottes à Báigōngshān, la « Montagne blanche », au début du siècle par des paléontologues en visite en Chine depuis les États-Unis.

Avec un plafond de dix-huit pieds de haut, la plus grande grotte présente deux tuyaux brun rougeâtre de seize pouces de diamètre. À l’extérieur et au-dessus de l’entrée, des dizaines de tuyaux creux, certains d’un diamètre de 15 cm, d’autres d’une largeur de 10 cm, dépassent horizontalement de la paroi rocheuse.

À environ deux cent soixante pieds de l’entrée de la grotte, des formations creuses similaires apparaissent sur la plage du lac Tuosu et à l’intérieur de celui-ci, dépassant verticalement de l’eau ou se trouvant juste sous sa surface, bien qu’elles diffèrent en ayant un diamètre de 0,8 à 1,8 pouces et une orientation est-ouest.

Après que les paléontologues américains ont fait part de leur découverte aux autorités locales de la ville de Delingha, les sites de Báigōngshān et du lac Tuosu ont fait l’objet d’une série d’articles en six parties publiés par le Henan Dahe Bao, le « Henan Great River News », en juin 2002.

Ces rapports ont attiré l’attention des géologues et des géophysiciens de l’État, qui ont visité et étudié la Montagne Blanche, revenant à l’Institut de géologie de Pékin avec des fragments d’échantillons qui ont été soumis aux procédures d’examen standard.

Ceux-ci ont permis de dater les objets à environ 150 000 ans avant le présent.

D’autres tests effectués avec des méthodes chronologiques différentes ont constamment répété le même paramètre temporel, jusqu’à ce que même les incrédules obstinés, comme Brian Dunning de Skeptoid.com, aux États-Unis, soient obligés de reconnaître la provenance des pipes au Paléolithique moyen, soit des dizaines de milliers d’années avant l’arrivée de l’homo sapiens en Asie.

Interviewé par un grand journal d’État, le Quotidien du peuple, en 2007, Zheng Jiandong, un chercheur en géologie de l’Administration chinoise des tremblements de terre, a proposé sans conviction une explication naturelle. Il s’est demandé si un magma riche en fer n’avait pas surgi des profondeurs de la Terre, entraînant le fer dans les fissures, où il se serait solidifié en tubes.

Il a admis que sa spéculation était apparemment démentie non seulement par l’apparence artificielle des tuyaux, mais aussi par leur connexion physique avec le Tuosu voisin, ce qui suggère de manière plus convaincante une fonction artificielle comme partie d’un système d’approvisionnement en eau.

De plus, leur alignement non aléatoire et uniforme d’est en ouest sur la rive du lac contredit l’hypothèse magmatique. D’autres échantillons ont été analysés dans une fonderie locale, où huit pour cent de leur composition matérielle n’a pu être identifiée.

« Il y a effectivement quelque chose de mystérieux dans ces tuyaux », a déclaré Jiandong.

Recréation artistique de Mexica-Tenochtitlan, la capitale de l’empire aztèque en expansion au 15e siècle jusqu’à sa capture par les Espagnols en 1521. Le commentaire suivant de Bernal Díaz del Castillo dans son ouvrage The Conquest of New Spain ne laisse aucun doute sur les réalisations impressionnantes des Aztèques : « Lorsque nous avons vu tant de villes et de villages construits dans l’eau et d’autres grandes villes sur la terre ferme, nous avons été stupéfaits et avons dit que c’était comme des enchantements… à cause des grandes tours, des queues et des bâtiments qui sortaient de l’eau, et qui étaient tous construits en maçonnerie. Et certains de nos soldats ont même demandé si les choses que nous voyions n’étaient pas un rêve… Je ne sais pas comment décrire cela, voir comme nous l’avons fait des choses dont on n’avait jamais entendu parler ou vu auparavant, pas même rêvé. »

Un objet trouvé en janvier 2019 par l’ancien professeur du Massachusetts Institute of Technology, le Dr Michael Torres, alors qu’il balayait son détecteur de métaux au-dessus de Melbourne Beach, sur la côte est de la Floride, aux États-Unis, a également quelque chose de mystérieux.

En écartant le sable qui le dissimulait, il a mis en évidence ce qui semble être un « masque funéraire » inca embossé d’une figure anthropomorphe entourée de motifs géométriques. Le Dr Torres a émis l’hypothèse convaincante que ce masque faisait partie des richesses sud-américaines emportées par les Espagnols du XVIIIe siècle, qui ont emporté leur trésor à bord d’un galion qui a coulé dans une tempête. Depuis lors, des morceaux entraînés par l’action des vagues continuent de s’échouer sur la côte.

L’image humanoïde du masque est similaire à d’autres représentations autochtones de Kon-Tiki-Viracocha, le héros des inondations décrit dans notre discussion ci-dessus sur la phytothérapie andine.

Ce qui distingue le plus l’objet des autres artefacts de ce type, c’est sa fabrication en iridium, censé avoir été découvert par le chimiste londonien Smithson Tennant en 1803. Il a fallu dix ans de plus à un autre scientifique britannique, John George Children, pour faire fondre un très petit échantillon d’iridium à l’aide de la batterie la plus galvanique disponible à l’époque.

La première fusion d’iridium en quantité appréciable n’a finalement été réalisée qu’en 1860, lorsque les hauts fourneaux sont devenus suffisamment puissants pour cette tâche.

Preuve d’une haute technologie perdue – ce masque andin du 10e siècle avant notre ère est fait d’iridium, le deuxième minéral le plus dur de la terre, qui était historiquement inconnu jusqu’en 1803 et n’a été fondu pour la première fois que près de soixante ans plus tard.

Pourtant, le même exploit a été réalisé avec succès près de trois mille ans auparavant par un peuple pré-inca sans nom, dont le terril de cuivre qui subsiste à Wankarani, sur les hauts plateaux boliviens, est un site probable de création du masque entre 900 et 700 avant J.-C., époque à laquelle les artisans de cette région étaient connus pour être les premiers forgerons de métaux de l’Amérique du Sud précolombienne.



La pièce trouvée à Melbourne Beach est constituée d’une base en cuivre sur laquelle des températures extraordinairement élevées ont fait fondre une surface en iridium recouverte d’argent et d’or fondus. Matériau le plus résistant à la corrosion connu, l’iridium est le deuxième métal le plus dense après l’osmium, avec lequel il est parfois combiné dans un alliage pour les pointes de stylos et les boussoles.

L’iridium est l’un des éléments les plus rares de la croûte terrestre, avec une production et une consommation annuelles de seulement trois tonnes. La plus grande partie de l’iridium provient de l’espace, et a atteint la surface de notre planète lors de collisions avec des météorites, des astéroïdes et des comètes au cours de millions d’années.

Comment les Wankarani auraient-ils pu trouver, sans parler de l’identification de l’iridium rare – et encore moins faire fondre suffisamment ce minéral de très haute densité, presque inaltérable et exceptionnellement dur pour l’artisanat artistique – est d’autant plus impossible que les archéologues insistent sur le fait que les fours utilisés par les Boliviens pré-espagnols n’ont jamais approché les températures extraordinairement élevées requises pour faire fondre l’iridium.

En effet, l’histoire nous apprend que cette température n’a été atteinte qu’au XIXe siècle. Pourtant, le masque andin existe, preuve matérielle du contraire, et preuve physique d’un niveau technologique inégalé depuis quelque vingt-sept cents ans.

Il est hanté par des questions encore plus intrigantes et difficiles à résoudre : Quel était le but de l’artefact? Pourquoi avoir choisi un métal aussi difficile pour sa création?

Le point de fusion stellaire de l’iridium en fait l’un des minéraux les plus résistants à la chaleur connus.

L’objet de Melbourne Beach était-il vraiment un « masque funéraire » comme le pensent certains observateurs? Ou s’agissait-il d’une sorte de plaque faciale destinée à protéger quelqu’un, il y a très longtemps, d’une rencontre avec une source de chaleur dangereuse? C’est une étude plus approfondie qui le dira.

Frank Joseph

Frank Joseph a publié plus de livres (huit) sur la civilisation perdue de l’Atlantide que tout autre écrivain dans l’histoire. Ces livres et ses vingt autres titres traitant d’archéologie, d’histoire militaire et de métaphysique ont été publiés dans trente-sept éditions étrangères à travers le monde. Il a été le rédacteur en chef d’Ancient American, un magazine de vulgarisation scientifique, depuis sa création en 1993 jusqu’à sa retraite quatorze ans plus tard. Il vit aujourd’hui avec sa femme, Laura, dans la Upper Mississippi Valley, aux États-Unis.



Que pensez-vous de cet article...? Inscrivez-vous et rejoignez la conversation

Merci de votre soutien

En faisant un don, vous aidez à maintenir ce site en ligne et ainsi, vous contribuez à l'expansion de la conscience planétaire. Amour, Confiance et Gratitude... Miléna



(Vu 9 fois, 1 visites aujourd'hui)

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :