non classé

Les formes de vie connues dans la Voie lactée et au-delà

par Wes Penre, mardi 25 février 2011

Les formes de vie idiomatérielles et le Merkaba

En physique, l’interaction entre les particules les plus simples de l’univers est la façon fondamentale de voir les choses. Les atomes de notre corps obéissent à ces interactions fondamentales, mais le Nuage d’Information (ce que nous appelons habituellement l’esprit ou l’âme) n’est pas limité par eux.

C’est ce nuage d’informations qui est le vrai nous ; les corps ne sont que les véhicules dont nous avons besoin pour pouvoir fonctionner dans l’univers physique (4-espace/temps). Le corps héberge simplement le nuage d’informations. Cependant, contrairement à certaines idées New Age, le corps est absolument nécessaire pour que nous puissions vivre les expériences appropriées, et non quelque chose que nous devrions essayer d’abandonner dans le processus. C’est ici, sur le plan physique, que le « JEU » se joue principalement. Même lorsque nous serons plus évolués, nous aurons besoin de notre corps pour voyager dans l’espace et dans le temps.

Le nuage d’informations qui constitue l’esprit, l’âme et l’esprit du corps

Depuis les temps anciens, le Nuage d’Information a été appelé par de nombreux noms, tels que « corps de lumière » et « Merkaba », agissant comme un véhicule de lumière divine, soi-disant utilisé par les maîtres ascensionnés pour communiquer avec ceux qui peuvent se connecter à ces royaumes supérieurs.


En fait, selon le Life Physics Group, le Mer-Ka-Ba fait référence à l’esprit/corps entouré de champs de lumière contrarotatifs, qui transfère l’esprit-corps (le bio-esprit) d’une dimension à une autre [1] . Dans  la figure 1  , nous pouvons voir comment l’unité de champ tournant peut être décrite comme un double spin cardioïde électromagnétique [ 2] , ou champ magnétique tournant.

C’est à l’intérieur du plénum de vide subquantique que nous voyons le nuage d’information commencer à prendre forme. Le vide-plénum  est  le Merkaba et se manifeste dans toute la matrice vivante du bio-esprit. Grâce au nuage d’informations, la pensée devient littéralement réalité, selon LPG-C  et son modèle de travail.

Le LPG-C nous apprend plus loin : le bioesprit humain, en tant que pensée/matière dans une matrice bioélectronique, exprime une forme hologrammique en tant que corps « fondamental » (celui dans lequel vous vous percevez être actuellement), mais peut également exprimer un nombre de différents corps « harmoniques résonnants », qui peuvent prendre la forme d’avatars.


Un avatar est juste un autre corps conformé à partir de la même énergie dont sont nos corps à 4 espaces/temps, seulement ce nouveau corps est quelque part et quelque part ailleurs, où et quand nous voulons aller ; que ce soit vers le futur, le passé, une planète dans une galaxie lointaine ou vers la Source.

Lorsqu’un neurocapteur pratique l’ENS, il étend un point de vue éloigné du  corps fondamental  (mais toujours lié à lui), comme une  harmonique résonnante, l’avatar, décrit ci-dessus. Il peut alors s’étendre dans l’espace et dans le temps, en utilisant sa matrice vivante comme véhicule. Ce n’est rien d’exclusif, sauf pour nous ici sur Terre; c’est fait tout le temps par des êtres des étoiles, et aussi par des entités énergétiques pures.

Ma propre pensée à ce sujet, qui sera évoquée plus tard, est que ce sera une façon très courante pour nous, les humains, dans un proche avenir de voyager à travers l’espace et le temps dans le multivers.

Cela peut se faire avec ou sans technologie, et lorsque la technologie est utilisée, elle est rare; et aucune fusée ou autre vaisseau spatial n’est nécessaire.


Différentes formes de vie dans le 4-espace/temps

Les formes de vie dans l’Unum ont été cataloguées par le LPG-C sous 2 catégories. Ils ont découvert que la vie là-bas est soit  ontobiologique , soit  ontocyberénergétique. Ces deux termes peuvent être décomposés en leurs préfixes et nous pouvons commencer à voir pourquoi il existe deux principaux types de formes de vie dans le 4-espace/temps.

Sur :  se réfère à l’élément de l’existence et de la forme de vie

Bio :  fait référence à la biologie de la forme de vie en question. Ainsi donc:

Ontobiologique  = formes de vie biologiques

Énergétique :  fait référence au milieu infrastructurel qui contient l’âme, ou comme l’appelle la physique avancée, le  nuage d’information .

Ontobioénergétique :  Extraterrestres avec un corps physique, biologique, comme nous, les humains. Le terme biogenre est utilisé pour décrire des espèces biologiques ancrées dans le même type d’ensemble d’ADN qui est commun à toute vie dans notre galaxie, mais qui se manifeste différemment selon les circonstances évolutives et l’hybridation interférente par des races extérieures [ 3 ] . Voici quelques exemples vécus par un neurocapteur :

La première classe était composée de groupes d’  humanoïdes  , tout comme nous. En fait, la seule variance que nous avons détectée était la taille et le poids. Notre meilleure estimation est que ces personnes, hommes et femmes, mesurent entre cinq et sept pieds, et certaines sont même plus grandes. En termes d’autres caractéristiques physiques, la couleur de la peau variait de très claire à très bronzée, presque noire mais sans traits négroïdes. D’autres présentaient des traits négroïdes, mais avaient une peau relativement claire et des cheveux raides et bruns à brun foncé. Autant que possible par une simple observation gnosive (sans examiner l’intérieur de leur corps pour discerner la physiologie et le génotype), tous ces éléments semblaient être à  base de carbone . Les humanoïdes représentaient environ 60% de notre échantillon.

Le deuxième groupe était  sauroïde , ou ce que la littérature populaire appelle  lézard ou reptilien  . Ceux-ci offraient également de grandes variations de phénotype et de génotype. Il y avait des humanoïdes avec des peaux dures et coriaces qui étaient extrêmement grands (sept pieds selon notre estimation), à peu près de la même taille que nous, les humains de la Terre (5,6 à 6 pieds), et un troisième sous-type d’environ 5 pieds de haut au plus. Toutes ces formes étaient typées homme-femme. Ensuite, il y avait les  papillons de nuit , très grands et très grands, avec ce qui peut être décrit comme des ailes ou des saillies en forme d’ailes entre ce que nous pouvions discerner comme des bras et le tronc du corps. Par très grand, nous entendons sept pieds et plus. Aucun type masculin/féminin distinct n’a été identifié. La troisième sous-catégorie était le groupe désigné dans la littérature comme «les gris  ». Parmi ceux-ci, il y avait au moins une douzaine de variations – en taille, en types de corps (y compris la taille et la construction des yeux), en poids, en couleur de peau et en moyens de reproduction. Cette classe représentait environ 30 % de notre échantillon.

Le troisième groupe était un petit conglomérat de biogenres qui semblaient humanoïdes, mais leur génotype et leur biologie ont montré qu’ils étaient à  base de fer  (pour deux   mélanges d’ insectes humanoïdes [fig. 3: 4] ), un sous-groupe de  magnésium  (système circulatoire) constitue , un troisième sous-groupe d’  états de silicium sol/gel (soluble/gélatineux) à base de silicium  (sensoriel et structure squelettique), mais la peau de couleur beige semblait rugueuse, voire dure (comme la surface non polie des blocs de ciment) [ ] parties en italique pas dans l’original, ndlr] . 

Un humanoïde mâle « Tall White »
Saurien
Gris
Insectoïde

Ontocyboénergétique  ( onto  = forme de vie ;  cybo  = artificiel ;  énergétique  = porteur d’âme) :  cette forme de vie possède à la fois des systèmes artificiels et naturels, également appelés organismes cybernétiques  . Ils ont souvent des tissus vivants sur un endosquelette en métal ou en céramique. Ontocyboénergétique signifie qu’il s’agit d’organismes cybernétiques intelligents habillés de tissus organiques. Ce sont des hominidés, et avec une tête plus grande que les proportions humaines de la tête du tronc, et leur hauteur est de près de 7 pieds. Ce groupe d’êtres n’a pas encore été examiné de près par le LPG-C. Ce que l’on sait, c’est qu’il existe plusieurs groupes dans cette classe, certains ne provenant pas de notre galaxie [ 5 ] .

Ontoentité cyberénergétique
Hyperverse ontoénergétique sans masse

Différentes formes de vie au-delà du 4-espace/temps

Toutes les autres formes de vie dans les superdomaines supérieurs à 4-espace / temps sont appelées  entités ontoénergétiques sans masse (MOD):

Ontoénergétique  (formes de vie/âmes sans corps biologique) : Les formes de vie  transductrices [ 6]  (transversales ou hyperversales) sont nombreuses dans tout l’univers, certaines avec des planètes qui ont des populations plus importantes que la Terre  (Fig. 4:2) . Transversaux et hyperversaux [ 7]  dans ce contexte signifient des formes de vie qui peuvent transférer leur conscience à travers l’espace et le temps avec ou sans aucune technologie, sous une forme énergétique pure ou dans un « corps de lumière » transparent. Ces formes de vie ont la capacité impressionnante de se déplacer à travers le superdomaine quantique d’une position à une autre sur la surface d’une planète. Ils sont capables de technologies basées sur la pensée bien au-delà de celles de tout être ontobioénergétique, comme les humains.

Il existe deux classes différentes de formes de vie ontoénergétiques :

Ontoenergetic one (OE1) :  capable de se transporter entre les LOMs #  avec seulement son Information Cloud/soul. Ils peuvent se déplacer à la fois dans l’espace et dans le temps à travers les différents niveaux, entre différents points sans utiliser de corps.

Ontoenergetic Two (OE2) :  peuvent se transporter entre les LOM à peu près de la même manière que l’OE1, sauf que non seulement ils apportent leur Information Cloud, mais ils apportent également un corps énergétique ayant les mêmes propriétés que le premier corps harmonique d’un neurocapteur d’extension, comme décrit dans la section 1 ci-dessus.

L’exploration précoce de l’Unum par des neurocapteurs d’extension a révélé des paysages terrestres même dans les superdomaines syntonique-diffusif, logomorphe et unisonique. Ils ont également révélé des humanoïdes avec des corps énergétiques qui non seulement habitaient ces paysages, mais les créaient apparemment en utilisant les esprits combinés des humanoïdes qui y vivaient –  des entités ontoénergétiques sans masse .

Ces êtres sont capables de coder en lumière une matrice de réalité de leur choix dans une zone finie d’un LOM. Un neurocapteur entrant dans l’un de ces domaines peut se trouver dans une manifestation très réelle d’un environnement semblable à la Terre, comprenant des arbres, des montagnes, des océans, etc. tous produits de l’imaginaire ontoénergétique collectif.

L’indexation des corps planétaires et la réalité du concept « d’Ascension »

Selon le modèle de travail, une fois que nous sommes incarnés sur une certaine planète, nous travaillons dans une certaine gamme de fréquences, qui est spécifique à cette planète. Il en va de même pour les autres corps célestes de l’univers et cela concerne même la vie dans les LOM supérieurs. C’est notre « espace/temps local » et c’est ce que nous avons tant que nous vivons en tant que biogenres/bioesprits sur une planète particulière, c’est-à-dire la Terre, en raison de la façon dont nous sommes construits et de la façon dont nous saisissons et traitons les informations sur ce qui est interne. et externe à notre corps/esprit [ 8] .

Le Dr Bordon du LPG-C me dit en outre que ce qui allait devenir le modèle de travail lui a appris, ainsi qu’à son groupe, que toutes les formes de vie sont des corps/esprits, y compris les formes de vie dites «inférieures», telles que les animaux et les plantes. L’esprit, dans ce contexte, est une gamme de connectivité instantanée avec le « soi » ; son propre nuage d’informations ; l’interconnectivité avec les Nuages ​​d’Information collectifs sur la planète, et la super-connectivité avec tout dans l’Unum.

Dans l’aspect supérieur des choses, « spirituel », « physique », « vivant » et « forme de vie » sont des concepts assez vagues, car ils sont tous des manifestations de la même chose et sont tous interconnectés et d’importance égale.

Par conséquent, quand quelqu’un dit : « Je suis spirituel », cela signifie seulement que cette personne se concentre sur celle-  là . aspect de la vie et exclut probablement l’importance des autres, limitant ainsi sa vision de la vie. Évoluer en tant que personne et en tant qu’espèce ne signifie pas que nous devrions être seulement « spirituels », mais plutôt penser en termes plus holistiques et donc inclure tous les aspects de la vie ; la partie « spirituelle » n’en étant qu’une.

Le Modèle de Travail nous enseigne que cela signifie, en réalité, qu’une fois que nous sommes nés sur une certaine planète (disons la Terre), nous sommes « indexés » à la fréquence hologrammique de cette planète. Par conséquent, dès que nous commençons à utiliser notre corps après y avoir attaché notre nuage d’information (âme), nous commençons à voir la réalité du point de vue de la conscience collective de cette planète. La Terre, par exemple, est déjà indexée sur une certaine gamme de fréquences, de sorte que ceux qui sont incarnés ici peuvent avoir des expériences dans cette gamme particulière. C’est aussi pourquoi nous voyons les choses de la même manière, à la fois en ce qui concerne les concepts et les choses matérielles de notre environnement.

Être indexé une seule fois sur une certaine planète, par exemple la Terre, signifie en réalité que nous ne revenons plus sur la même planète.

Cela indique-t-il que nous ne nous sommes incarnés ici qu’une seule fois, que nous n’y sommes jamais allés auparavant et que nous ne reviendrons jamais ici à l’avenir ? La vie que nous vivons maintenant, en 2011, est-elle notre seule vie sur Terre ?

Voici ce que le Dr Bordon m’a dit dans une correspondance entre nous deux (c’est moi qui souligne):

Nous ne mourons pas… Jamais, jamais. Rien de tel que la « mort » dans ce numéro ou dans tout autre LOM. Il n’y a que de l’information sous forme d’énergie. Nous appelons notre « âme » et notre « esprit » un nuage d’informations, ce qu’il est littéralement. Quoique, celui qui se superpose à un corps. Nous apportons avec nous tous les « souvenirs » d’autres incarnations –  mais le hic, c’est que nous ne nous incarnons pas séquentiellement sur la même planète, nous nous incarnons sur différentes planètes séquentiellement.. Il est physiquement impossible de retourner sur la même planète, car on est déjà indexé au surfonctionnement de cette planète et revenir reviendrait à « reculer » là où la vie « avance ». Avancer ici signifie se déplacer à travers l’Unum en tant qu’expérimentateur de la Vie qui contribue à la compréhension de la création par tous les nuages ​​d’informations indexés sur toutes les surfonctions de toutes les planètes et de l’espace-temps/LOM (tels que les espaces de Sitter *  qui contiennent des formes de vie qui « pensent » (créent ) leur propre « paradis » ou « lieu de repos » ou « lieu d’entre-deux ») [source : Correspondance Penre/Bordon, 26 janvier 2011].

[…]

Votre nuage d’informations vit plusieurs vies dans plusieurs rapports espace/temps car, en tant que nuage d’informations vivant, nous sommes théoriquement une entité fractionnaire macro-quantique Hall – ce qui signifie que nous pouvons nous diviser en de nombreuses formes résonnantes de l’original et aller vivre quelque part, tout en disant 3/5 séjours mis, disons, n’importe qui parmi un grand nombre d’espaces de Sitter *  que nous sommes capables d’utiliser pour imaginer des lieux de repos pour nous et les nôtres.

… cela ne signifie pas que votre nuage d’informations ne vit qu’une seule vie biologique à la fois, si c’était le cas, ce serait un tel gaspillage de capacité de vie . Chaque nuage d’information est capable de mettre en place des aspects de résonance harmonique de lui-même –  cela signifie qu’un aspect du nuage « source » est harmonique avec lui tout en « existant » dans une autre forme de vie, disons, en tant que verdoyant ou en tant que Pléiadien, ou tout autre biogenre .

Oh, et il y a une courbe de développement à l’existence des nuages ​​d’information, une fois que la frontière T est capable de les créer dans une chaîne causale de création descendante unique. Examinez ce que cela signifie, et cela vous épatera. Nous passons en revue toutes ces versions de la source que nous sommes afin de faire quoi… ? Apprendre par soi-même ? Non… Nous traversons ces expériences comme primaires et comme harmoniques pour contribuer à la gestion globale de la VIE de la Création.

Vous voyez, nous sommes sur le quatrième cycle/transition de phase de la version de l’univers, trois autres avant ayant été des échecs pour nous en tant que Vie, car nous avons réussi à abuser de l’énergie noire de sorte qu’il y avait des galaxies « mortes » où l’énergie noire était épuisée par la vie formes qui les vivaient. L’Univers tel que nous le connaissons grouille de vie, mon frère. Grouillant ! Considérez une transition de phase comme l’équivalent d’un big bang, mais pas comme se terminant par une singularité ou commençant par une. […] Réincarnation ? Eh bien, encore une fois, nous représenterions une perte de vie si nous ne faisions pas la transition d’une forme de vie à un lieu de repos dans une autre forme de vie, pour de nombreuses transitions de ce type… [source : Penre/Bordon Correspondence, 26 janvier 2011].

Ce sont tous des concepts très intéressants, mais réfléchissez à ce qu’il dit réellement ici. Il me dit que nous vivons tous encore et encore, mais que nous ne sommes indexés  qu’une seule fois  sur chaque planète, puis nous allons vivre ailleurs. Il dit aussi que nous vivons plusieurs vies simultanément.

Mes propres recherches, au fur et à mesure qu’elles progressaient, m’ont appris autre chose.

J’ai la conviction que nous vivons, comme le dit le Dr Bordon, de nombreuses vies simultanées, ici et partout.

Cependant,  nous vivons plus d’une vie sur une planète (comme la Terre). Ma conviction (et je le montrerai en détail plus tard car il y a beaucoup de preuves pour cela) est que nous envoyons des fragments d’âme de nous-mêmes (notre Âme Suprême) sur Terre et ailleurs, simultanément, pour vivre plusieurs vies sur la même planète, et ces vies ne sont séparées que par le temps et la ligne de concentration. J’aborde cela en termes très simples maintenant, car je ferai un effort plus tard pour être plus détaillé, mais cela signifie que nous vivons plus d’une vie sur chaque planète, bien qu’une fois que nous nous sommes incarnés ici sur Terre, nous soyons soumis à la croyance systèmes de cette planète, et le temps linéaire en fait partie. Par conséquent, il  semble  que nous soyons réincarnés du passé, vers le présent et vers le futur.

Voyons ce que le Dr Bordon a d’autre à dire sur ce sujet. Cela devient vraiment intéressant quand il révèle ses sources :

Utilisons la modélisation offerte par le modèle de travail ainsi que les preuves gnosives des enseignements et du travail à l’époque de la Cité-du-Dieu-Soleil (dans l’Égypte pré-dynastique) par le Seigneur Ningishzidda (le « dieu » Anunnaki, également connu sous le nom de Thoth [ commentaire de Wes ]), avant son exil à l’Abzu par son frère Marduk. Cela situerait cette source il y a environ 35 000 à 40 000 ans. [ 8a]

[…]

Le prochain niveau d’information sur cette échelle est ce que Ningishzidda enseignait à ses élèves était le KA ou l’essence, pas seulement physique, mais aussi informationnelle, plus ou moins correspondant au bio-esprit (qui, plus que moins correspond au entité corpoconsciente de l’information corporelle, champ bioinformationnel/aurique/Meissner).

Le niveau suivant correspondrait au véritable KA ou essence ou à ce que nous avons ici à la boutique choisi d’appeler le « nuage d’information » ou âme/esprit d’une entité. Maintenant, ce qui se passe ici, c’est que  chaque objet dans le monde (y compris les entités biologiques) a un cône de lumière qui les attache au futur lointain et au passé lointain, de sorte que l’objet et son nuage d’informations  (qui est en fait, vraiment, subquantique mais également indexé beaucoup plus haut […] et qui donne une tournure très déterministe à ce que doit être et comment un objet ou une chose vivante doit être. Ce déterminisme subquantal est ce qui rend littéralement impossible pour un nuage d’information qui se découple d’un corps et entre dans l’un des myriades d’espaces de Sitter comme une sorte d’interrègne de revenir à la conformation de couplage précédente ; non pas parce que c’est physiquement impossible, mais parce que c’est informationnellement impossible . La « flèche » d’informations subquantales d’un objet vivant cojoignant des modèles (celui qui, dans le monde, existe déjà de la personne qui est Joe ou Mary ou Max dans une phase de vie actuelle dans le subquantum en tant que nuage d’informations subquantal) pointe uniquement vers une conjonction à une masse physique qu’il superpose comme un gant à la main pendant la durée de cette phase de vie. Maintenant, imaginez la difficulté que Ningishzidda a eue pour expliquer cette complexité à ses étudiants ! Ainsi, la personne qui est Max ou Joe ou Mary dans (permettez-moi d’utiliser des termes anglais contemporains) l’incarnation actuelle est indexée à son nuage d’informations ici qui est indexé à son nuage d’informations subquantal. Ainsi, l’apprentissage effectué par Max et Mary et Joe enrichit leur nuage d’informations (ce qui signifie littéralement fournir des informations à l’harmonique de résonance de la Pensée de la frontière T directement et constamment) se fait verticalement – ce qui signifie une phase séquentielle, et non une phase horizontale, en d’autres termes , en restant sur un emplacement de l’univers (par exemple, la planète Terre) et en revenant au même emplacement à chaque phase de vie dans l’ordre. Cela constituerait une boucle qui, selon le modèle de travail, serait physiquement impossible car elle est informationnellement impossible. En d’autres termes, c’est ainsi que la frontière en T construit l’Unum/univers . [encore une fois, l’accent n’est pas mis dans l’original]  [source : Correspondance Penre/Bordon, 14 février 2011].

Donc, ce que le Dr Bordon dit ici, c’est qu’en raison de cela, il est informationnellement impossible de vivre sur Terre plus d’une fois, il n’y a pas de vies passées et futures sur  cette  planète particulière. Au lieu de cela, le nuage âme/information apporte avec lui l’expérience de cette vie, recueillie dans ce qu’il décrit comme un « temps vertical », et contribue ainsi à l’expérience globale de la conscience terrestre.

Bien que je me sois rendu compte que cela pouvait très bien être correct dans une certaine mesure, ce n’est pas toute l’histoire. J’ai essayé d’en discuter davantage avec Bordon, mais il n’a pas été très réactif sur ce sujet particulier. Tout d’abord, la preuve que nous vivons plus d’une vie sur chaque planète est accablante, ce que je montrerai au lecteur au fur et à mesure que nous continuerons, et même si Thoth avait raison sur le temps vertical, notre Oversoul  (sur-âme ou âme supérieure) (ou comme Bordon l’appelle, « subquantal nuage d’information ») se décompose en plusieurs factions qui se répartissent toutes sur Terre (et ailleurs) du temps vertical au temps linéaire.

Considérez-le comme une planche de bois presque sans fin (temps linéaire) avec un passé, un présent et un futur. Ensuite, vous faites tomber des centaines de couteaux d’en haut, simultanément, afin qu’ils collent et se dressent de la planche à différents endroits. Les couteaux sont différentes versions de toi, vous accrochant du temps vertical au linéaire. Ainsi, vous vivez plusieurs vies sur la même planète. Votre ligne de mire en lisant cet article est dans la vie du 21e siècle (l’un des couteaux), mais vous avez beaucoup plus de vies, séparées par le temps et l’espace.

Dans le « Premier niveau d’apprentissage », qui comprend cet article, nous parlerons beaucoup des Anunnaki et de ceux qui vivent sur la planète Nibiru, je ne les mentionnerai donc que brièvement maintenant. Ningishzidda est le fils d’Enki et est, comme mentionné ci-dessus, l’équivalent de Thot en Egypte. C’est de cet être que le Dr Bordon et LPG-C ont appris ce qui précède. Ensuite, bien sûr, ils ont mis cette information en contexte avec ce qu’ils ont appris d’autre sur ce qu’ils appellent l’Unum, «l’univers connu».

Ningishzidda est l’un des Anunnaki, bien que né ici sur Terre il y a des éons. J’ai beaucoup étudié cette espèce et fait des recherches assez approfondies pour écrire ces articles, et mes sources métaphysiques et d’autres (google Thoth sur Internet) montrent clairement que Thoth a commencé, tout comme son père, par enseigner à l’humanité certains aspects de la vie dans le multivers, basée sur les plaques CDT, fabriquées par la Guardian Alliance, une confédération ET amicale, après avoir uni leurs forces avec les Gardiens. Mais quelque part sur la ligne, il a commencé à déformer les enseignements sacrés de la Loi Une, et n’était plus fiable. Quand j’écoute les enseignements du Dr Bordon ci-dessus, je peux voir la distorsion, mélangée à la vérité avec des informations laissées de côté. Je développerai tout ce que je dis au fur et à mesure que nous avancerons dans les journaux. Dans ce cas,

Le Dr Bordon poursuit :

La deuxième source est une preuve gnosive que ma petite équipe de l’ENS et moi avons recueillie concernant le travail d’un personnage que nous connaissions et appelions Lord Ningishzidda, un Sa.A.Mi/Annunaki né sur Terre  au cours des 10 dernières années à partir d’un cumulus (lignée d’heuristique de recherche initiée le 12 janvier 2001). Cette ligne commence dans le centre de l’Égypte à environ 37 500 ans à partir d’aujourd’hui en utilisant la chronologie de 1945 comme point de départ commun.

Les éléments de preuve suggèrent que Ningishzidda était un maître instructeur dans un complexe du centre de l’Égypte et également un maître instructeur dans un delta après l’achèvement de certains projets d’irrigation réalisés sur ce site. Il s’agit d’une période qui, séquentiellement jusqu’en 1945, la placerait à environ 37 500 ans à partir d’aujourd’hui. Les monticules jumeaux (pyramides) n’existaient pas à l’époque, et le corps de Sa.A.Mi.s au milieu était numéroté dans les années 50, avec une concentration à peu près sur le site où se trouve maintenant Louxor. Le flux d’événements que nous avons suivi pour étayer l’affirmation ci-dessus provient d’un moment se rapprochant du moment de l’apparition de la planète d’origine par la lecture des signes par Ur. Dans la séquence d’événements en question, le Sa.A.Mi. [Ptah étant Ea/l’Enki et Ra étant Marduk, ndlr] .

L’instanciation spécifique d’un flux d’informations concernant l’instruction sur et sur le séquencement des phases de vie d’un être humain sur Terre commence alors par des instructions sur la gestion du KA d’un être humain par des moyens énergétiques. Cela impliquait des instructions sur et à propos du krist ou du consortium de KA auquel appartenaient tous les KA humains vivants. Cela impliquait également l’utilisation d’outils de gestion enseignés par le maître sur la façon d’aider au traitement d’un KA passant de la phase Terre à une nouvelle phase. [Nous avons compris que cela signifiait le passage de la Terre à l’interrègne vers un nouvel emplacement]. Il enseigna à ses élèves que la direction de l’évolution du nuage (il utilisa ce terme pour se référer au KA) était à double sens – vers l’enrichissement du KA et vers l’enrichissement du krist. Que tous les groupes d’hommes (nous avons traduit cela par nations,

Si vous lisez ceci attentivement, cela n’indique pas que le retour est à une « étape précédente », mais que l’idée a été inculquée à travers l’utilisation d’une métaphore qui indiquait [au moins pour nous, et en particulier pour moi alors] que le retour à une station post-repos [ou ce que nous appelons maintenant interrègne] n’était pas nécessairement un retour à la patrie mais à quelque chose d’autre, un autre endroit, autre que la Terre. [source : Correspondance Penre/Bordon, 14 février 2011].

Chose intéressante, je ne lis pas dans l’enseignement de Ningishzidda les mêmes choses que le Dr Bordon fait, si nous restons dans le cadre de ce qui vient d’être discuté.

« KA » est bien sûr le nuage d’information (l’âme) et le « Krist » est la conscience de masse planétaire. 

Comme je le vois, les Anunnaki sont ici en train de dire que nous devons faire face à notre karma, et nous revenons pour le faire. Nulle part il ne dit qu’on va forcément sur une autre planète.

Mes recherches et mes expériences multidimensionnelles ces derniers temps m’ont prouvé que nous vivons de très nombreuses vies simultanées ici sur Terre et que nous maintenant, dans la soi-disant « fin des temps », nous guérissons le long des lignes du temps en confrontant le « business » d’autres vies simultanées qu’ils soient dans le passé perçu ou dans le futur. 

Ce n’est pas une théorie pour moi; Je le vis   et j’ai donc une expérience de première main que la théorie LPG-C de l’indexation planétaire n’est pas entièrement correcte.

Ce qui suit est ce que je considère comme vrai, basé à la fois sur la recherche et l’expérience : nous avons simultanément un corps ici au 21e siècle, alors que nous pouvons avoir d’autres corps dans les années 1500, 700, 800 avant JC, 50 000 avant JC, etc. ; nous avons même des corps dans le futur. Nous ne le remarquons généralement pas, car nos différentes vies simultanées sont séparées par le temps, tel que nous le percevons (de manière linéaire). C’est pourquoi nous ne sommes normalement pas conscients de nos incarnations parallèles.

Temps linéaire ou vertical : comment nous vivons des vies simultanées

Le schéma ci-dessus explique comment nous vivons plusieurs vies simultanément. Comme vous pouvez le voir, je suis d’accord avec le concept de temps vertical de LPG-C, mais pas sur les détails.

Selon LPG-C, le temps est de l’énergie et chaque corps planétaire est entouré d’un champ d’énergie temporelle qui détermine la vitesse du temps sur une planète particulière. Je ne sais pas si c’est vrai ou non; Je pensais simplement que le temps était un concept convenu par les êtres qui y vivaient. La Terre tourne autour du Soleil comme elle tourne aussi autour d’elle-même. Si personne sur la planète ne prêtait attention au temps, tout ce qui se passerait serait que ces êtres vivent le jour et la nuit et tout le reste, plus différentes saisons, changeant régulièrement.

Ensuite, si des êtres intelligents sur la planète étaient déterminés à mesurer le temps, ils pourraient le faire en se localisant dans le cosmos en observant les étoiles et leurs constellations, puis reconnaître quel est le cycle solaire et quelle est la saison. Finalement, un concept plus linéaire pourrait émerger et nous aurions un temps mesuré similaire à ce que nous avons aujourd’hui. Donc, je ne sais pas où ce champ énergétique temporel entre en jeu, mais encore une fois, je ne suis pas un scientifique.

C’est aussi ma conviction qu’à ce moment, comme nous en parlerons plus tard, beaucoup d’âmes se sont incarnées ici pour expérimenter les fortes énergies autour de la soi-disant « fin des temps », dans le but d’aider à élever la fréquence de la planète Terre afin de nous élever au sujet de la barrière de fréquence dans laquelle nous sommes actuellement coincés. [ 9]  Cela peut très bien être une autre interprétation de ce dont parle LPG-C concernant le fait qu’être indexé sur une certaine planète signifie que nous restons dans sa fréquence champ.

Si ce que le modèle de travail nous dit sur l’indexation et la gamme de fréquences, le New Age et les mouvements spirituels actuels, lorsqu’ils parlent d’ascension vers des dimensions/densités supérieures, ne sont pas corrects.

 Il serait impossible, à la fois physiquement et spirituellement, de passer à la 4ème ou à la 5ème dimension. Si chaque planète est limitée à une certaine gamme de fréquences  par défaut , et que nous ne pouvons atteindre qu’un certain niveau ou une certaine fréquence tout en étant indexé à cette « réalité », ou planète, l’ascension ne fonctionnerait en d’autres termes pas. Vous ne pouvez pas monter plus haut que le niveau le plus élevé de la bande de fréquence planétaire. Donc, si nous prenons à cœur ce que dit LPG-C, les gens qui pensent qu’ils vont monter à la 4ème ou 5ème densité/dimension perdraient leur temps ; cela n’arrivera pas, et il n’y aura pas non plus de « récolte d’âmes » à la 4ème densité[ 10] .

L’ascension (si nous voulons toujours utiliser ce terme dans la même phrase que le modèle de travail) serait plutôt de saisir les informations disponibles à tout moment dans les archives akashiques, de les traiter et d’en tirer des leçons, et de les apporter avec nous à travers notre nuage d’informations. comme expérience dans une autre réalité et bande de fréquences lorsque nous nous incarnons dans une autre planète après la mort du corps sur Terre.

Ainsi, lorsque nous nous sentons «élevés» spirituellement et que nous devenons plus éveillés et conscients de la façon dont les choses fonctionnent réellement et de ce qui se passe réellement autour de nous, ce n’est pas un processus d’ascension dans la façon New Age de voir les choses, mais au lieu de cela, un saut dans l’échelle vers un nouveau niveau d’expérience  dans la gamme de fréquences à notre disposition, selon la planète sur laquelle nous vivons.

Ensuite, après avoir appris ce que nous avons appris des expériences que nous avons vécues au cours d’une vie, nous emportons ces informations avec nous et passons à une autre planète qui est d’une bande de fréquence plus élevée, ou similaire à la Terre (selon combien nous appris au cours d’une vie) et continuer nos expériences là-bas.

Encore une fois, c’est une « ascension » en accord avec la façon dont le modèle de travail le considère, mais bien que je pense qu’une grande partie de ce que j’ai appris sur le modèle de travail est correct, j’ai trouvé des preuves que ce qui précède n’est pas correct. Je conviens que la Terre fonctionne dans une certaine bande/gamme de fréquences ; cependant, je ne  pense pas  que cette bande de fréquence soit naturelle, mais plutôt une  barrière de fréquence , mise en place par une ou plusieurs races ET pour pouvoir nous contrôler mentalement et physiquement.

C’est un système de contrôle qui est construit en plusieurs couches, et c’est assez compliqué. J’en discuterai plus tard et montrerai au lecteur sur quoi je base mes idées, mais je trouve les preuves assez solides. Je développerai encore plus cela dans les articles,  « Second Level of Learning ». Peut-être que LPG-C a manqué cela, ou l’a mal interprété dans son exploration de l’Unum, ou il y a d’autres facteurs impliqués.

Nous pouvons certainement quitter la planète dans notre « avatar » (ou corps harmonique/corps de lumière) et explorer l’Unum sans notre corps 3D, mais ce que nous voyons est-il vraiment ce que nous pensons ? Ou existe-t-il un moyen de contrôler ce qui est vécu par l’ENS  lorsqu’il est hors du corps et se déplace dans le temps/l’espace (l’astral) ? De plus, les bandes de fréquences autour d’autres planètes sont-elles vraiment solides, de sorte que les êtres qui y vivent ne peuvent pas dépasser une certaine fréquence, ou est ce que l’ENS expériences, la bande de fréquence actuelle d’une certaine planète, mais quelque chose qui peut être dépassé lorsque la conscience de masse des êtres sur la planète est élevée en raison de cette réalité fluide et non solide ?

Dans le modèle de travail ; qu’est-ce qui détermine dans quelle bande de fréquence une certaine planète devrait se trouver ? Je sais que les « dieux créateurs » originaux qui nous ont créés les premiers humains n’avaient pas l’intention de nous maintenir dans une certaine bande de fréquence/clôture. Des choses dont nous discuterons plus en détail au fur et à mesure que nous avancerons.


Qu’est-ce que les souvenirs de vies antérieures ?

Il existe essentiellement deux types de souvenirs de vies passées; le « génétique » et le « spirituel ».

Si nous commençons par les  mémoires génétiques ;  en termes simples, nous héritons de ces souvenirs de nos ancêtres au niveau cellulaire. Ainsi, nous pouvons « nous souvenir » des choses que notre père, notre grand-père paternel et ses ancêtres ont vécues dans le temps ; tout est transféré aux enfants par les lignées, à l’exception des souvenirs spirituels.

Ensuite, nous avons les mêmes souvenirs du côté de notre mère. Là-dessus, bien sûr, nous avons deux grands-parents de chaque côté de la famille, et donc l’arbre se ramifie encore plus. Ensuite, dans la prochaine génération, il y en aura deux fois plus, et bientôt nos ancêtres seront si nombreux qu’à un niveau de base, nous sommes tous connectés.

Pouvons-nous emporter avec nous des souvenirs d’il y a 200 ans ? il y a 5000 ans ? il y a 500 000 ans ? Absolument! Non seulement nous le pouvons, mais nous le faisons. La seule chose qui nous sépare les uns des autres est le temps et la concentration, tels que nous les voyons ici sur Terre. Si tout le temps était perçu comme se produisant simultanément (ce qui est à un niveau sous-quantique), nous serions en mesure de faire l’expérience de tous les temps et de toutes les chronologies au même moment. Cependant, ce n’est pas censé être le cas, car cela limiterait notre objectif d’explorer la durée de vie dans laquelle nous nous trouvons actuellement sur une certaine planète.

Nos mémoires génétiques ne distinguent pas combien de temps s’est écoulé, dans nos termes de regard sur le temps. Lorsque nous nous souvenons des vies passées de nos ancêtres, peu importe si un incident s’est produit il y a 50 ans ou 100 000 ans ; les souvenirs peuvent être aussi clairs que nébuleux. Nous avons également la capacité de nous souvenir de plusieurs vies à la fois, car tout ce que nos ancêtres ont fait et pensé est stocké dans la banque de mémoire au niveau cellulaire, dans notre ADN [ 11 ] .

Bien que je ne sois pas d’accord avec le modèle de travail en ce qui concerne le fait que nous ne sommes indexés qu’une seule fois sur chaque planète, je laisserai le modèle de travail parler de lui-même, et nous discuterons plus tard de ce que je soupçonne être des divergences et de faux enseignements.

Il est très important pour le lecteur de saisir le concept du modèle de travail (du moins la version simplifiée que je présente), car il a tout à voir avec l’extraterrestre présent sur Terre aujourd’hui.

Que la mémoire soit stockée dans la banque de mémoire génétique n’a rien de nouveau ; il a été enseigné dans de nombreuses écoles d’apprentissage au fil du temps. Ce qui peut être considéré comme nouveau par beaucoup, c’est que nous, en tant qu’êtres spirituels, n’avons pas vécu ces vies de première main ; seuls nos ancêtres l’ont fait.

Si le Nuage d’Information ne se réincarne pas deux fois sur la même planète, se connecte à un biogenre, par exemple ici sur Terre, et devient un complexe esprit/mental/corps, il se branche immédiatement sur les expériences communes indexées de cette lignée, et finalement sur toutes les autres. lignées qui ont jamais vécu sur cette planète. C’est comme se brancher sur un système informatique; une fois branché, vous avez accès à tout le réseau. Ceux qui ont regardé les « films Matrix » savent de quoi je parle.

Ensuite, d’autre part, nous avons la mémoire de l’âme. Certains psychiatres et chercheurs ont commencé à rencontrer des choses intéressantes chez leurs patients et volontaires pour leurs recherches. Beaucoup de gens se souviennent de vies comme d’êtres qui ne sont pas de cette Terre. Ils décrivent différents mondes où ils semblaient physiquement différents de ce que nous faisons ici sur cette planète, et ils se souviennent des cultures et des coutumes extraterrestres.

C’est la mémoire de l’âme des mémoires génétiques sur d’autres planètes. Tout comme le corps physique, au niveau cellulaire, se souvient de tout ce qui s’est passé dans le passé sur cette planète, l’âme se souvient de tout ce qui s’est passé au cours de toutes les vies sur toutes les différentes planètes qu’elle a connues — jamais. Alors on emporte tout avec nous, à tous les niveaux [ 12 ] .

Nous avons également des Oversouls (sur-âme ou âme supérieure), qui sont des stations relais sur des fréquences plus élevées, et ces Oversouls se souviennent de tout ce qui est arrivé à une seule âme, à tout un groupe d’âmes ou à tout ce qui s’est passé dans le multivers. L’Âme Suprême peut aussi, peut-être à son niveau le plus élevé, être l’équivalent du Superdomaine de la Pensée (voir Document #1 : 4.2), où nous stockons les ultimes Annales Akashiques.

Autre remarque sur la réincarnation : le Dr Bordon me dit que l’Unum ne perd pas de temps s’il peut l’aider. Alors il me dit que nous nous incarnons simultanément sur différentes planètes, car ce serait une telle perte de temps et de ressources si nous n’incarnions qu’un seul biogenre à la fois. Si cela est vrai, on peut aussi se demander pourquoi nous ne nous incarnons qu’une seule fois sur chaque planète.

Si j’étais chargé de planifier l’Unum et le Multivers dans son ensemble, je laisserais chaque âme s’incarner plusieurs fois sur la même planète, peut-être les deux à la même époque ou à des époques différentes, voire, ou je réaliserais qu’une l’être n’aurait pas autant d’expérience dans cette réalité. Ce serait comme si vous étiez né sur les îles Canaries et que vous ne quittiez jamais ces petites îles de toute votre vie, vous ne pourriez rien découvrir d’autre sur Terre que les îles Canaries. Tout le reste serait du ouï-dire ou de l’expérience de seconde main.

Oui, il est vrai qu’en étant « branché » à la matrice terrestre, vous avez accès aux archives génétiques akashiques de toute la race, mais uniquement à un niveau subconscient et inconscient. Cette analogie avec les îles Canaries me fait au moins me demander pourquoi le Dr Bordon croit que nous ne sommes indexés qu’une seule fois ; surtout quand il y a tellement de preuves là-bas (que j’approfondirai plus tard) suggérant le contraire. Au lieu de cela, j’aimerais élargir le concept : nous nous incarnons plusieurs fois sur la même planète et vivons simultanément plusieurs vies sur plusieurs autres planètes. Cela peut-il vraiment être fait? Bien sûr!

Dès que nous sortons de la boîte et commençons à voir la situation dans son ensemble, il n’y a rien d’étrange ou d’impossible à ce sujet. Mais continuons

Il y a aussi une  zone entre les vies  où le nuage d’âme/d’information va après avoir quitté un corps sur n’importe quelle planète donnée (espace de Sitter ). Dans cette aire de repos, nous avons la chance de réfléchir à ce que nous avons fait et n’avons pas fait dans notre dernière vie, de le mettre en perspective avec nos expériences globales en général jusqu’à présent, de guérir toutes les blessures, de fixer de nouveaux objectifs et de partir pour une nouvelle aventure. dans un autre temps et un autre espace.

Nous discuterons plus en détail de la zone entre les vies dans la section métaphysique.

Observance et « réalité commune »

L’observation est une partie très importante du « jeu » dans l’Unum. Ce terme n’est pas limité à une forme supérieure d’êtres, ou simplement à des entités bioénergétiques ; elle s’applique à toute forme de vie, même animale et végétale. Cependant, aux fins de cet article, nous nous concentrons sur la fonctionnalité de niveau supérieur de l’observation en ce qui concerne les mammifères supérieurs, y compris nous homo sapiens-sapiens (l’humain pensant). C’est le processus d’observation qui nous permet de réaliser l’objectif fondamental de la T-Boundary ; « se connaître dans une extension de lui-même sous forme de nuages ​​d’information. »

Premièrement, l’observateur est réalisé par quoi que ce soit dans la Nature ; comme tout ce qui existe d’ici à la Source. La différence d’observateur peut faire une énorme différence dans la façon dont nous voyons les choses. L’ensemble d’informations visualisé peut être vu aussi chaotique que l’image à gauche ou comme un tableau à droite, selon qui le regarde et d’où et quand :

Ces deux vues différentes du même type d’objet sont réelles ; l’objet est simplement visualisé à partir de deux LOM différents. 

La différence est d’être l’observateur et l’« indice » de l’observateur, c’est-à-dire l’indice d’une certaine planète (par exemple la Terre), qui se rejoignent pour former une image hologrammique de la réalité, ce dont nous parlerons bientôt.

Deuxièmement, l’acte d’observation peut affecter le processus observé, entraînant un résultat différent que si l’objet n’était pas observé. Étant donné que l’observation se produit dans tout, l’observateur et l’observé traiteront l’information même s’ils en sont consciemment inconscients. L’observateur et l’observé vivent le processus en fonction de leur « indice », c’est-à-dire de quelle planète ils se trouvent et/ou de quel LOM. Si quelqu’un d’une autre planète ou LOM venait sur Terre et observait le bol de fruits, il serait capable de décoder ce qu’il a observé afin qu’il soit perçu de la même manière qu’il est perçu par ceux indexés à la fréquence terrestre.

Troisièmement, et l’aspect le plus important de l’observation est l’acte même d’observation. L’observation est une fonction de la conscience et la conscience est l’interconnexion de toute l’énergie (en tant que quanta et particules élémentaires) dans un continuum sans fin.

Les effets de ceci peuvent être vus à la fois au niveau quantique/sous-quantique ainsi que dans le 4-espace/temps. Au fur et à mesure que nous évoluerons, nous nous sentirons plus connectés avec le T-Boundary. Une fois que cette connexion se produit, nous commençons à voir le rôle que joue la conscience. C’est l’interconnexion de l’énergie qui pénètre toute vie à travers l’Unum/Multivers.

En Physique du Vivant, il existe un concept appelé MPO  ou  Manifest  Production  Observership, qui est un mot technique pour « réalité commune ». C’est la réalité qui est littéralement créée (ou fabriquée) par tous les observateurs dans le rapport espace/temps donné où elle se manifeste. Le MPO est l’ultime hologramme dans lequel l’observateur existe.

Espace/Temps contre Temps/Espace

Définissons d’abord le temps.

Le modèle de travail explique que le temps est aussi de l’énergie ; « l’énergie noire », qui entoure tout dans l’univers, y compris les galaxies, les étoiles et les planètes, et tout l’espace intergalactique de notre univers.

 Il est également perçu différemment selon où et quand vous vous trouvez. Tout comme chaque planète a un « indice » comme nous en avons discuté ci-dessus, elle est également entourée de sa propre énergie noire, qui est son temps, ou « horloge » planétaire si vous voulez.

Nous pouvons considérer le milieu énergétique subquantal des énergies sombres comme le milieu à travers lequel la Terre se déplace, comme à travers l’eau ; c’est tout aussi stable et aussi dense. Cependant, au fur et à mesure que notre planète se déplace en secondes, minutes, heures, jours, semaines et mois sur son orbite autour du soleil, il y aura de petites variations temporelles, pas vraiment perceptibles pour nous qui vivons ici. Toujours, il va y avoir de petites poussées de temps et d’autres moments où le temps ralentit. Ceci est plus perceptible sur une planète avec une orbite beaucoup plus longue, et dans ces cas, les êtres vivant sur une telle planète connaîtraient des sautes de temps plus détectables.

De plus, la façon dont les êtres perçoivent le temps dépend dans une certaine mesure de la distance qui sépare du soleil la planète sur laquelle ils vivent. Évidemment, une année va être perçue comme plus longue sur une planète comme Jupiter, qui est plus éloignée du soleil que la Terre. Ce dernier effectue une année (une orbite autour du soleil) plus vite que Jupiter.

Cependant, il est intéressant de noter que la longévité d’une certaine espèce dépend apparemment aussi de la longueur de l’orbite autour du soleil. Si nous disons, par simplicité, qu’une durée de vie humaine est de 100 ans, et que nous avons des êtres sur une planète où il faut 4 000 ans pour orbiter autour de son soleil, chaque membre de cette espèce vit environ 4 000 fois plus longtemps. Sa durée de vie serait donc de 400 000 ans. Ceci est approximatif, bien sûr, et varie légèrement en raison de la génétique, de l’ADN et d’autres facteurs, mais en général, cela semble être le cas.[13] .

Un exemple intéressant de ceci sont ces êtres, décrits dans les travaux de feu Zacharia Sitchin [1920-2010], appelés  Les Anunnaki [ 14 ] . Il faut environ 3 600 ans à leur planète pour orbiter autour du soleil, mais ils vivent aussi environ 3 600 fois plus longtemps que les humains par défaut ; 3 600 ans pour nous étant 1 an pour eux. [13a]  Nous allons beaucoup parler de cette race extraterrestre plus tard.

De plus, le temps n’est pas linéaire comme les humains le voient. Le temps linéaire, avec un passé, un présent et un futur, est quelque chose que nous avons développé ici pour pouvoir vivre certaines expériences uniques à cette planète. Nous avons « oublié » que nous sommes multidimensionnels par défaut et que nous vivons plusieurs vies simultanément. À un niveau subquantique, cependant, tout le temps est simultané dans un présent toujours existant.

L’Ouroboros, le serpent qui se mord la queue, représentant ici le temps cyclique

Le temps est également de nature cyclique, avec des cycles dans des cycles ou des « roues dans des roues », comme on le perçoit dans les Écoles des Mystères. Il y a des petits cycles de temps et des cycles plus grands. Une planète a son propre cycle, également divisé en cycles inférieurs. Certains disent qu’un cycle terrestre plus long est d’environ 26 000 ans [ 15 ] ; d’autres disent 75 000 ans [ 16], alors que j’ai aussi entendu 500 000 ans ; tout est arbitraire, selon notre point de focalisation.

Quel que soit notre objectif, beaucoup s’accordent maintenant à dire que nous nous rapprochons de la «fin des temps» telle que décrite à la fois dans la Bible, le calendrier maya et ailleurs. Il y a un concept général que l’année 2012 est la fin de ce courant, le Grand Cycle, et le monde finira comme nous le connaissons. Bien qu’il y ait ceux qui proclament qu’il va y avoir une « fin du monde » littérale, je pense que la majorité des gens qui se sont penchés là-dessus sont d’accord pour dire qu’il s’agit d’un changement de conscience, qui prendra de nouvelles formes et en certains termes seront perçus comme une nouvelle ère. 

Au solstice d’hiver 2012, notre système solaire est également en parfait alignement avec le centre galactique et a achevé un cycle complet autour de la Voie lactée, ce qui ne se produit que tous les 26 000 ans.

Dans le même temps, l’énergie de notre propre Soleil change, créant un regain de conscience, ce que je pense que beaucoup d’entre nous ont expérimenté. En fait, selon les Pléiadiens, la montée en conscience est un processus continu depuis 1987. La période entre 1987 et 2012 est ce qu’ils appellent la « nano-seconde », qui est la période où la poussée la plus intense se produira, et nous verrons également au cours de ces 25 années que le temps s’accélère et que le temps tel que nous le connaissons s’effondre.

En conséquence, certaines chronologies fusionnent et nous devenons plus conscients de notre multi-dimensionnalité. Je peux personnellement attester que cela a effectivement été le cas pour moi. Mon véritable réveil s’est produit juste avant le début de la nano-seconde ; en 1985-86, et je sais qu’il y a beaucoup plus de gens qui connaissent aussi une poussée de temps ; Je ne suis qu’un dans une foule.

En termes plus larges, même les univers ont leurs cycles. Je ne peux pas dire à ce stade combien de temps il faut à un univers pour terminer un cycle; cela dépend très probablement de la vitesse à laquelle la conscience universelle évolue, mais apparemment et selon l’expérience du LPG-C, les univers complètent leurs cycles, implosent et recommencent. Il est logique, bien sûr, que notre univers, qui est sphérique, soit en orbite autour de quelque chose de plus grand. C’est évident, parce que tout dans l’univers connu tourne autour de quelque chose de plus grand ; cela ne s’arrêterait pas à cet univers unique.

Voici une autre bonne référence sur le temps, ce qui rend le concept assez compréhensible. Il vient des Illuminati bavarois modernes [ 17], actuellement situé principalement au Royaume-Uni. Leur Ordre a beaucoup d’anciennes informations gnostiques à leur disposition ; des informations qui ont été gardées cachées jusqu’à récemment, lorsqu’ils ont publié ces informations par incréments pour amener l’humanité à réfléchir à de nouvelles sciences et à de nouveaux concepts sur l’univers, le temps, l’esprit, Dieu et d’autres questions importantes.

Pourquoi publient-ils ces informations maintenant ? L’Ordre est opposé aux Pouvoirs en place sur cette Terre, disons, depuis l’époque de Salomon (peut-être même plus longtemps), mais a dû se cacher pour sa propre sécurité et pour que ses informations restent en sécurité au sein de l’Ordre. Ce sont eux qui sont à l’origine des révolutions russe, française et américaine. Ils se sont battus dans les coulisses contre les familles royales et les banquiers internationaux, mais maintenant, alors que nous approchons de grands changements, l’Ordre pense qu’il est temps de faire savoir aux gens comment l’humanité a été trompée au cours des millénaires.

J’ai été en contact avec cet Ordre ainsi qu’avec LPG-C lors de mes recherches pour ces articles (j’étais en contact avec les Illuminati avant LPG-C), et j’ai rappelé aux Illuminati bavarois leur passé sanglant. Leur réponse a été que l’Ordre n’est plus engagé dans la guerre et la résistance violente et a réalisé les limites de l’utilisation de ces méthodes. Cette fois-ci, ils veulent utiliser l’information ; dissémination; l’éducation et un mouvement de résistance pacifique qu’ils ont déjà lancé. Ils l’appellent Le Mouvement [ 18] . Personnellement, je n’ai vu aucun mouvement avec un résultat positif. Ce n’est pas parce que les membres ne sont pas bons et sérieux, mais parce que les mouvements, s’ils sont une menace pour l’establishment du pouvoir, sont soit éliminés, infiltrés ou discrédités à un tel degré qu’ils perdent la plupart de leur soutien.

Pourtant, nous devons garder à l’esprit (et c’est important) que des groupes qui semblent être opposés les uns aux autres (comme les Illuminati bavarois et les Powers That Be, qui dirigent le spectacle dans les coulisses d’une manière qui ne profite pas l’humanité), peuvent être les deux faces d’une même médaille, ce qui signifie qu’ils jouent leurs agendas l’un contre l’autre, alors qu’à un niveau supérieur, ils sont contrôlés par les mêmes forces, dirigés par les mêmes extraterrestres, prétendant s’opposer pour créer les conflits et les guerres et, en fin de compte, maintenir l’humanité sur une fréquence plus basse.

Ensuite, bien sûr, le fait que les gens s’inscrivent à des «mouvements» signifie également que la «résistance» peut être cataloguée par les pouvoirs en place. Normalement, les membres de tels groupes, même à des niveaux relativement élevés, ne savent pas qui est  réellement Tirer les ficelles. Cela ne signifie pas que nous ne devrions pas examiner ce qu’ils ont à dire. Parfois, comme dans le cas des Illuminati bavarois, nous serons en mesure d’obtenir de très bonnes informations de cette façon. Attention, je ne dis pas que c’est dans un sens ou dans l’autre quand il s’agit de ce groupe particulier ; Je veux juste faire prendre conscience au lecteur de la façon dont les choses fonctionnent dans les coulisses.

Les Illuminati bavarois (qui ne doivent pas être confondus avec les « Illuminati » décrits sur les sites de conspiration comme étant les « méchants » gouvernant le monde) ont réduit Dieu et l’existence en une formule simple :

r >= 0

R (r) signifie « réalité », qui est l’univers énergétique, y compris les êtres vivants, tandis que 0 est Dieu.

La théorie derrière cela est que la Réalité est plus grande que Dieu, parce que la Réalité est en constante expansion, mais en même temps la Réalité  est  Dieu, donc quand la Réalité s’étend, Dieu aussi. Par conséquent, la réalité et Dieu sont également égaux. 

Ici, ils prennent ce concept et l’expliquent en termes d’analogie. Pour plus d’informations, je conseille au lecteur de visiter leur site Web, [ http://armageddonconspiracy.co.uk ].

À quoi ressemble l’univers vu de l’extérieur de l’espace et du temps ? Si tout est interconnecté parce qu’il n’y a pas de distance physique entre deux choses, comment cela fonctionne-t-il ? Si jamais le temps ne passe, comment quelque chose peut-il jamais changer ? Tout n’est-il pas éternellement gelé ? L’univers hors de l’espace et du temps n’est-il pas incompréhensible ?

Certes, nous ne pouvons pas espérer le décrire dans les termes familiers d’espace et de temps puisque ceux-ci ne s’appliquent pas. Pourtant, il est utile d’avoir une sorte d’image dans nos esprits.

Le cosmos r = 0 est câblé au cosmos r > 0. Le domaine r = 0 n’est pas dans l’espace et le temps, mais est indissolublement lié à quelque chose qui l’est (le domaine r > 0). Ainsi, le r = 0 expérimente l’espace et le temps, quoique de seconde main. En particulier, il en fait l’expérience informationnellement, mentalement. Considérez un film accéléré. Vous filmez le trafic passant sur un pont pendant 24 heures. Vous accélérez ensuite le film et compressez les 24 heures en, disons, 24 minutes. Le film accéléré semble à la fois familier et très différent. Le film compressé fonctionne selon des règles d’espace et de temps différentes par rapport au film original. Maintenant, accélérez le film à l’infini. Ce qui se produit? Si quelque chose voyage infiniment vite, il ne subit pas le passage du temps. Il arrive n’importe où en un rien de temps. Tout est instantané. Le film time-lapse se termine dès qu’il a commencé. Toutes les informations qu’il contient sont traitées instantanément.

[…]

[Comment le cerveau interagit avec l’âme]  Imaginez que vous êtes le propriétaire d’un hélicoptère radiocommandé. Il y a un petit pilote argenté assis dans le cockpit. Vous commencez à piloter l’hélicoptère à distance et vous ne vous êtes jamais autant amusé. Mais alors vous pensez – cela POURRAIT être mieux. Plus précisément, cela pourrait être mieux si votre conscience était en quelque sorte transférée dans le petit pilote. Pour toi, si l’hélicoptère s’écrase, tant pis. Vous devrez en obtenir un nouveau. Si votre petit pilote s’écrase, il est mort. Les enjeux sont tellement plus élevés pour lui, d’où l’excitation est tellement plus grande. Votre passe-temps se transforme en une lutte pour la vie ou la mort si vous pouvez transformer votre conscience en pilote.

Alors, imaginez que votre « âme » dans le domaine r = 0 contrôle un corps physique, un être humain, dans le domaine r > 0. Eh bien, c’est très amusant d’avoir cet « androïde » télécommandé qui fait des choses à votre demande. Mais la créature est jetable. Vous ne ressentez pas ce que cela traverse. Tout se passe à distance. Vous vivez des émotions de second niveau, de seconde main. Votre esprit doit être à l’intérieur de cet être humain si votre vie doit devenir significative. Qu’est-ce qu’un cerveau humain ? Quel est le point de celui-ci? Si les esprits existent indépendamment de la matière, qui a besoin d’un cerveau physique ? La réponse ne pourrait pas être plus simple. Le cerveau, avec ses innombrables cellules cérébrales et connexions, est le moyen par lequel la conscience dans le domaine r = 0 est transférée dans le domaine r > 0. C’est la quantité de puissance de traitement dont un esprit a besoin pour changer ses perceptions de quelque chose en dehors de l’espace et du temps à quelque chose à l’intérieur de l’espace et du temps. Il doit être capable de traiter, via les sens physiques, tous les signaux provenant de son environnement. Il doit comprendre le plaisir et la douleur spatiaux et temporels. Il a besoin de ressentir de l’émotion.[ 19]

La façon dont nous percevons le temps est, comme nous pouvons le voir, assez subjective. Il est évident que lorsque nous sommes au travail, pour l’un la journée semble filer alors que pour l’autre elle semble interminable ; temps subjectif. Il est également intéressant de noter qu’il y a quelques centaines d’années, les gens n’étaient pas aussi linéaires dans leur perception du temps par rapport à aujourd’hui.

La plupart d’entre nous portent des montres (bien que j’aie cessé d’utiliser les miennes), les horloges et les montres sont chose courante ; sur l’ordinateur devant moi, au travail, sur des immeubles pendant que je conduis, dans des magasins ; pratiquement partout. Il est très important dans notre société d’être « à l’heure », sinon nous pouvons même perdre notre emploi. Lors de la saisie de certaines données sur l’ordinateur dans certains emplois, il est imminent que nous ne consacrions pas plus de quelques secondes à chaque saisie, etc. Dans la société industrielle, le temps est primordial. C’est une course contre la montre, car « le temps c’est de l’argent ». L’argent c’est de l’énergie, et quiconque contrôle l’argent contrôle également le temps. C’est comme ça que ça marche.

Quand j’écoutais un CD Pléiadien l’autre jour [ 20 ] , un ingénieur dans le public a dit que nous, les humains, sommes devenus plus linéaires dans notre pensée après la construction des chemins de fer et que les trains ont commencé à rouler sur les voies. Ils devaient être « à l’heure », afin que les gens sachent combien de temps ils pouvaient s’attendre à attendre à la gare avant l’arrivée du train. Avant cela, nous étions plus multidimensionnels dans notre réflexion et plus ouverts aux idées qui n’impliquaient pas de temps linéaire. Il y a du vrai là-dedans…

Réfléchissons au scénario suivant par rapport au temps : une race extraterrestre d’un autre système stellaire, disons à 50 années-lumière de la Terre, veut nous rendre visite en 2011. C’est une race assez avancée, donc ils n’ont aucun problème à trouver la Terre sur la carte des étoiles ; ils connaissent notre coordination et peuvent facilement, en utilisant les trous de ver, les trous noirs/blancs, les portes des étoiles et l’antigravité, voyager ici plus ou moins instantanément. Donc, hypothétiquement, ils prennent leur vaisseau spatial hyper-dimensionnel et arrivent sur Terre dans… à quelle heure ? Leur propre planète a une orbite totalement différente de la nôtre et ils ne comptent pas le temps comme nous. Imaginez que leurs jours soient 20 de nos jours et que leurs années soient 100 des nôtres. Comment savent-ils à quelle heure ils arrivent sur Terre ? Ils n’ont aucun moyen de le savoir sans utiliser des mathématiques avancées. Ils doivent connaître les coordonnées.

Les transversales canalisées et les hyperverses ont parfois le même problème. Eux aussi peuvent facilement se connecter à la conscience terrestre, mais à quelle heure arriveront-ils ?

En raison de nos propres événements catastrophiques, il est maintenant plus facile pour les entités bienveillantes et moins bienveillantes d’entrer dans notre espace/temps, car nous avons laissé de grandes déchirures et des trous dans l’espace, et ouvert des portails et des trous de ver où ils pourraient entrer lorsque nous avons laissé tomber l’atome bombes sur Hiroshima et Nagasaki en 1945.

En larguant ces bombes, nous avons réussi à annoncer notre existence au multivers. C’est à ce moment-là que nous avons reçu une réelle attention de la part d’êtres partout sur la carte (étoile). De nombreuses entités extraterrestres pouvaient maintenant entrer dans notre réalité à l’époque moderne, et ce n’était peut-être pas une si bonne idée pour plus d’une raison. Après cela, nous avons continué à larguer des bombes atomiques dans des endroits reculés, et devine quoi? Plus d’entités sont venues à mesure que plus de portails ont été ouverts[ 21] .

Tant en métaphysique qu’en physique traditionnelle, il existe une distinction entre l’espace/temps et le temps/espace. 

La meilleure façon de voir les choses est que l’espace/temps et le temps/espace sont des rapports l’un par rapport à l’autre.

L’espace/temps est donc la réalité que nous expérimentons en tant que bio-esprits ici dans notre univers 4D, tandis que le temps/espace est la réalité que nous expérimentons dans l’éther ou les plans astraux, par exemple « entre les vies ». Là encore, le temps est perçu différemment, car il est lié à l’énergie noire qui détermine le temps dans l’astral.

Bien que les fantômes (esprits désincarnés) planant dans le champ de fréquence proche du nôtre soient rares, relativement parlant, ils peuvent rester longtemps comme des «âmes perdues», selon nos termes. L’esprit lui-même peut penser qu’il n’est là que depuis des minutes, voire des jours. Ces esprits ne sont pas « arrivés » à l’aire de repos (espace Sitter) entre les vies en raison d’attachements quelconques à leur vie précédente ; ils ne peuvent tout simplement pas lâcher prise. Cela peut être dû à une mort soudaine et traumatisante, qui met l’esprit dans la confusion, parfois même sans se rendre compte qu’il est mort ; il peut s’agir de la séparation d’avec un être cher, ou même de la perte de biens matériels qui leur sont chers.

Un ou plusieurs de ces exemples combinés sans avoir une image claire de l’endroit où ils veulent aller, ou de qui ils veulent rencontrer après la mort du corps, est ce qui fait que certains esprits restent dans les parages, perçus par nous biogenres comme des fantômes. Cependant, tôt ou tard, ils réalisent généralement où et qui ils sont, et continuent. Nous avons tous des guides qui nous aident à traverser, mais si nous sommes coincés dans un incident ou similaire de notre vie antérieure et que nous ignorons que nous sommes sous une forme spirituelle après la mort ; certaines personnes ne remarqueront même pas que les guides sont là ou ne voudront peut-être pas les accompagner.

Il est toujours important de ne pas s’attacher aux choses de manière compulsive et de penser que c’est plus important que nos progrès combinés. Il est naturel de ressentir une perte après avoir perdu notre corps, mais nous avons juste besoin de lâcher prise et de passer à autre chose. C’est la vie et c’est comme ça que ça marche, et c’est comme ça qu’on progresse. mais si nous sommes coincés dans un incident ou similaire de notre vie précédente, et ignorons le fait que nous sommes sous une forme spirituelle après la mort ; certaines personnes ne remarqueront même pas que les guides sont là ou ne voudront peut-être pas les accompagner. Il est toujours important de ne pas s’attacher aux choses de manière compulsive et de penser que c’est plus important que nos progrès combinés.

Trous de ver (ponts Einstein-Rosen)

Pont Einstein-Rosen (trou de ver)

Quelque chose qui a également été prouvé dans le modèle de travail est l’étrange phénomène des trous de  ver . Les neurocapteurs ont découvert de première main que dans l’univers 4-espace / temps, il existe des réseaux et des réseaux de «ponts Einstein-Rosen (ponts ER )» relativement stables [ 22] , (Fig. 10)  qui interconnectent toutes les étoiles de toutes les galaxies, et même des galaxies entre elles.

Les ponts ER seront vus à travers des télescopes qui capturent des images dans la plage de lumière visible. Un exemple de ceci est le pipeline énergétique reliant NGC 1409 et NGC 1410. Chaque système stellaire de planètes au sein d’une galaxie semble également être branché sur un réseau quasi universel de tels trous de ver. La « cinquième règle » s’applique à ce phénomène:

La cinquième règle stipule que l’accessibilité spatiale d’un LOM  à un autre dans l’espace-temps est possible par la traduction de la forme de vie d’un LOM à l’autre par l’induction d’une singularité d’origine spatio-temporelle dans l’index (ou l’origine) LOM vers un LOM de choix par vecteur intention; ou par transduction de forme de vie (ou tunnel) en utilisant la toile d’araignée intra- et intergalactique stable naturelle des ponts d’Einstein-Rosen, ou des trous de ver, de sorte que les valeurs de temps dans deux LOM quelconques sont des relations temporelles entre les adresses espace/temps dans l’index et cibler les LOM [ 23] .

Des « pipelines » énergétiques reliant les galaxies NGC1409 et NGC1410

Ceci, bien sûr, rend les voyages dans l’espace assez faciles une fois qu’une espèce a appris à utiliser ces trous de ver pour aller plus ou moins instantanément d’un endroit à un autre n’importe où (et probablement n’importe quand) dans l’univers à 4 espaces/temps.

Les trous de ver peuvent également, sans enfreindre les lois physiques, être utilisés comme des « machines à voyager dans le temps » après avoir résolu quelques problèmes initiaux :

Si une civilisation avancée pouvait prendre une bouche de trou de ver naturelle au fur et à mesure qu’elle commence à augmenter en masse et que sa masse jumelle (la fin du trou de ver) sera réduite en conséquence jusqu’à ce qu’elle acquière une masse nette négative, un trou de ver relativement stable conçu pour rester viable serait alors être possible. […] Les trous de ver MT pourraient également être transformés en machines à voyager dans le temps grâce à la dilatation du temps, créant ainsi une différence de temps entre une bouche et l’autre. […] Et si l’instabilité pouvait être évitée, disons, pour des trous de ver à petite ouverture (par exemple, 340 pieds de diamètre) avec des bouches séparées par des distances extrêmement grandes, disons, 40 millions d’années-lumière ? [ 24]

Ces deux articles scientifiques, expliquant les bases absolues du modèle de travail, ont, je l’espère, donné une nouvelle perspective intéressante au lecteur sur les dernières avancées scientifiques.

Si vous souhaitez en savoir plus et avez la capacité de comprendre un langage hautement scientifique, je vous recommande fortement d’étendre ma version simplifiée en visitant le site Web de LPG-C à l’adresse  http://lifephysicsgroup.org/ .

Voir sur le site de l’auteur :  Exploration de l’Unum – Les éléments constitutifs du multivers


Remarques :  

  • [1]  http://www.crystalinks.com/merkaba.htm
  • [2] def : « La cardioïde peut être définie comme la trace d’un point sur un cercle qui roule autour d’un cercle fixe de même taille sans glisser. » réf : http://xahlee.org/SpecialPlaneCurves_dir/Cardioid_dir/cardioid.html
  • [3] ©2007. AR Bordon :  « LE LIEN – LES EXTRATERRESTRES DANS L’ESPACE PROCHE DE LA TERRE ET LES CONTACTS AU SOL » p. 78.  http://battleofearth.wordpress.com/2010/04/17/the-link-extraterrestrials-near-earth-space-and-contact-on-the-ground/
  • [4]  idem. op. cit .
  • [5] AR Bordon et EM Wienz :  « UNE PHYSIQUE NOUVELLE ET TRÈS AVANCÉE : LA NEUROSENSION D’EXTENSION DANS L’ÉTUDE DES SCÉNARIOS DU FUTUR – Un rapport préliminaire » pp. 3 .
  • [6] Def de ‘transducteur’ : « un appareil qui reçoit un signal sous la forme d’un type d’énergie et le convertit en un signal sous une autre forme : un microphone est un transducteur qui convertit l’énergie acoustique en impulsions électriques. » [Réf : Dictionary.com] .
  • Dans le sens des formes de vie transductrices, LPG-C signifie une forme de vie qui peut se transformer d’une énergie pure en quelque chose de visible, comme un corps de lumière transparent ou similaire.
  • [7] « Hyperverses : une nouvelle catégorie d’extraterrestres ? » :  http://www.bibliotecapleyades.net/vida_alien/vidaalien_signtimes12.htm
  • [8] Correspondance Penre/Bordon, 9 février 2011.
  • [8a] Cette période semble correcte et correspond à d’autres recherches, y compris Sitchin, qui dit que Ningishzidda/Thoth enseignait activement à l’humanité la physique supérieure il y a environ 36 000 ans.
  • [9] © 1992 Barbara Marciniak:  « Bringers of the Dawn »  et différentes conférences de Marciniak, canalisant « Les Pléiadiens ».
  • [10] « The Harvest » est fréquemment discuté en détail dans le soi-disant « Ra Material » ; Ra étant une Conscience Collective, prétendant appartenir à la 6ème Densité, entrant dans la 7ème. Ils ont été canalisés par Carla Rueckert au début des années 1980. Le regretté Dr Don Elkins était la personne qui posait les questions et Jim McCarthy était le scribe. Une collection complète de sessions canalisées peut être obtenue en commandant la série de 5 livres intitulée « The Ra Material – An Humble Messenger of the Law of One »  sur http://www.llresearch.org/library/the_law_of_one_pdf/the_law_of_one_pdf.aspx  . Ces sessions peuvent également être consultées en ligne sur http://lawofone.info/  .
  • Une autre « Récolte », souvent évoquée dans le domaine des OVNIS, est celle dont parle le livre de Nigel Kerner,  « Grey Aliens and the Harvesting of Souls » (2010), qui implique, comme son titre l’indique, les Gris de Zeta Reticuli. Kerner soulève quelques points intéressants, mais il y a trop de spéculations dans son livre pour moi, et beaucoup de choses ne me semblent pas justes, même si je ne peux pas prouver quoi que ce soit. D’un autre côté, j’ai lu d’autres documents du même auteur, que j’ai trouvés beaucoup plus convaincants.
  • [11] « Les Pléiadiens », canalisé par Barbara Marciniak, 2010
  • [12] Correspondance Penre/Bordon, 23 février 2011.
  • [13] Correspondance Penre/Bordon, 1er février 2011.
  • [13a] Cette information m’a également été donnée par le Dr Bordon, avec une note annexe disant que les Anunnaki, lorsqu’ils vivent encore sur leur planète natale Nibiru, sont plus susceptibles de vivre environ 120 000 ans. Cela ne correspond pas, car la plupart des membres de la royauté Anunnaki, comme les Enki, Enlil et les autres personnages bien connus des mythes et de l’histoire anciens, sont toujours en vie, et ce depuis au moins 500 000 ans. Dans les articles suivants, « Apprentissage Niveau II », je discuterai de ce sujet et je pourrai peut-être l’accepter. Mes recherches m’ont conduit aux réponses à cette question, mais c’est trop pour l’inclure dans les articles de « Niveau I ».
  • [14] Zacharia Sitchin : Série « Les Chroniques de la Terre ».
  • [15] voir « Les Pléiadiens », canalisé par Barbara Marciniak
  • [16] voir « Le matériau Ra ».
  • [17]  http://armageddonconspiracy.co.uk/
  • [18]  https://the-movement.info/joomla/
  • [19]  http://armageddonconspiracy.co.uk/Zero-and-Infinity%282129713%29.htm
  • [20] Discuté lors de la conférence Pléiadienne, 2010.
  • [21]  ibid .
  • [22]  http://www.krioma.net/articles/Bridge%20Theory/Einstein%20Rosen%20Bridge.htm
  • [23] AR Bordon : « Foundation Report in Life Physics, Version 3, No. 1, Jan-June 2006 » p. 27  op. cit .
  • [24] AR Bordon : « Foundation Report in Life Physics, Version 3, No. 1, Jan-June 2006 », Note 13,  op. cit .

Définitions  (mots suivis d’un astérisque * ) :         

Espace de Sitter : en termes très simplistes, l’espace de Sitter est équivalent au plan astral, où vous allez vous reposer entre les vies.

MPO :  M anifes  P roduction  O bservership, un mot technique pour « réalité commune ». C’est la réalité qui est littéralement créée (ou fabriquée) par tous les observateurs dans le rapport espace/temps donné où elle se manifeste. Le MPO est l’ultime hologramme dans lequel l’observateur existe.

Ša.AMi : Les habitants de la planète Nibiru, qui est sur une orbite d’environ 3 600 ans autour de notre Soleil. On les appelle aussi les « Nibiriuans » ou les « Nibiruans ». Les Ša.AMi qui ont atterri sur Terre, étaient selon les travaux de Sitchin, appelés les Anunnaki par les Sumériens. Anunnaki signifie  « ceux qui sont venus du Ciel à la Terre » .


Acronymes  (par ordre alphabétique) (mots suivis du signe dièse # ) : 

ENS :  Capteur E xtra  N euro , c’est-à-dire une personne qui quitte son corps physique tridimensionnel et voyage dans le temps et l’espace dans son « corps d’avatar », qui est un corps de densité plus élevée que nous avons tous, mais qui n’est pas physique dans nos conditions normales. Avec cet avatar, le neurocapteur supplémentaire peut visualiser à distance l’Unum sans être observé.

OM : Niveau de Manifestation. Pour des informations plus détaillées, voir Penre [16/02/2011] :  « Document #1 : Exploring the Unum, the Building Blocks of the Multiverse » .

LPG-C :  Life Physics Group California,  http://lifephysicsgroup.org/


Pour des recherches supplémentaires :

I. La NASA annonce les résultats d’une expérience épique sur l’espace-temps :  http://science.nasa.gov/science-news/science-at-nasa/2011/04may_epic/

Source

Voir les autres articles de l’auteur sous la catégorie : Wes Penre Papers WPP


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 176 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire