Secrets révélés

Les anciens géants qui régnaient sur l’Amérique (11) Des géants blonds ou roux aux yeux bleus

Traduction du livre de Richard J. Dewhurst. Une étude des preuves substantielles d'une ancienne race de géants en Amérique du Nord et de sa suppression de 150 ans par la Smithsonian Institution.

Cultures sophistiquées des anciens géants.

Le Royaume perdu des indiens aux cheveux roux et aux yeux bleus

Les Indiens Mandan se trouvent généralement dans le Dakota du Nord, et depuis leur premier contact avec les explorateurs français en 1738, cette tribu aux cheveux blonds et roux et aux yeux bleus a fait l’objet d’intenses spéculations quant à ses origines européennes. En 1796, les Mandans ont reçu la visite de l’explorateur gallois John Evans, qui espérait trouver la preuve que leur langue contenait des mots gallois. Evans était arrivé à Saint-Louis deux ans auparavant et, après avoir été emprisonné pendant un an, avait été engagé par les autorités espagnoles pour diriger une expédition chargée de cartographier le haut Missouri.

Evans passe l’hiver 1796-1797 avec les Mandans mais ne trouve aucune preuve d’une quelconque influence galloise. En juillet 1797, il écrit au Dr Samuel Jones : « Ainsi, après avoir exploré et cartographié le Missouri sur 1 800 milles et grâce à mes communications avec les Indiens de ce côté de l’océan Pacifique, de 35 à 49 degrés de latitude, je suis en mesure de vous informer qu’il n’existe pas de peuple tel que les Indiens gallois. »

En 1804, Lewis et Clark ont rendu visite à la tribu, et c’est là qu’ils ont rencontré Sacagawea, qui les a aidés plus tard en tant qu’éclaireur et traductrice. Puis, encore plus tard, en 1833, l’artiste occidental George Catlin, lui aussi convaincu de leurs racines européennes, a vécu avec la tribu et a peint la vie de leur village et leurs cérémonies religieuses. Bien que les archéologues traditionnels rejettent catégoriquement tout héritage européen pour cette mystérieuse tribu, aucun test définitif de l’haplogroupe X n’a jamais été effectué sur aucun des membres survivants de la tribu, et jusqu’à ce qu’un test sanguin scientifique soit effectué, toutes les théories quant à leurs origines originales sont purement basées sur la superstition, le parti pris académique et les opinions mal fondées.


LES MANDANS ET LES RAPPORTS SUR LES INDIENS AUX CHEVEUX ROUX ET AUX YEUX BLEUS

JOURNAUX DE LEWIS ET CLARK

La section suivante concernant les Mandans est tirée du livre de James P. Ronda, Lewis and Clark among the Indians, un récit moderne des explorations de Lewis et Clark qui utilise leurs journaux pour se concentrer sur leurs interactions avec les différentes tribus indiennes qu’ils ont rencontrées.

Extrait de Lewis et Clark chez les Indiens
PAR JAMES P. RONDA


Le centre d’un village mandan était le poteau de cèdre sacré et la place ouverte qui l’entourait. Le poteau de cèdre représentait l’Homme Solitaire, le principal héros de la culture Mandan. Sur le bord nord de la place se trouvait la grande loge médicale ou Okipa. Des effigies représentant divers esprits étaient suspendues à des poteaux à l’extérieur de la loge Okipa.

Les villages mandans vus par Lewis et Clark se composaient d’environ quarante à cinquante loges domestiques disposées autour de la place. La position sociale de chaque foyer déterminait l’emplacement des loges. Les familles ayant d’importantes responsabilités cérémonielles et celles qui possédaient de puissants fardeaux vivaient près de la place, tandis que les ménages moins importants occupaient des loges plus éloignées. Les huttes de terre des Mandans et des Hidatsas étaient généralement occupées pendant sept à douze ans. Chaque loge abritait de cinq à seize personnes, le nombre moyen dans une loge Mandan étant de dix personnes. A l’époque de Lewis et Clark, les villages Mandan et Hidatsa étaient défendus par des palissades en rondins.

Ces villages, si familiers d’après les descriptions d’explorateurs et de commerçants comme Lewis et Clark et Alexander Henry le Jeune et d’artistes du XIXe siècle comme George Catlin et Karl Bodmer, ne représentaient en fait qu’une partie de l’expérience sédentaire des villageois du Haut-Missouri. Ils partageaient leur temps entre les grandes villes permanentes de pavillons d’été et les camps d’hiver plus petits. Les huttes d’hiver, construites dans les fonds boisés pour échapper aux rudes tempêtes hivernales, n’étaient ni grandes ni particulièrement bien construites. Lewis et Clark n’ont pas fait de commentaires sur ces camps d’hiver, et il est possible que la crainte d’une attaque des Sioux ait maintenu de nombreux Mandans et Hidatsas dans la protection des villages d’été plus importants. En observant les villes depuis une haute rive de la rivière, David Thompson s’est souvenu de « tant de grandes ruches regroupées ensemble ». Et c’est ainsi qu’elles ont dû paraître à Lewis et Clark sept ans plus tard.

Lewis et Clark ne furent pas les premiers hommes blancs à voir les villages mandan et hidatsa et les champs de maïs, de haricots, de courges et de tournesols qui les entourent. La première visite européenne enregistrée dans ces villages avait eu lieu dans l’après-midi du 3 décembre 1738, lorsque Pierre Gaultier de Varennes de La Vérendrye, accompagné de commerçants français et de guides assiniboines, entra dans un « fort » mandan près de la rivière Heart. Attiré par les récits d’indigènes à la peau claire et aux cheveux roux qui vivaient dans de grandes villes et possédaient des métaux précieux, La Vérendrye avait fait le long voyage depuis le fort La Reine sur la rivière Assiniboine pour voir ce peuple mystérieux. Bien que La Vérendrye n’ait pas trouvé les légendaires Indiens blancs, il a enregistré les premières impressions des Européens sur le mode de vie des Mandans. Ce document, ainsi que les preuves préservées de la visite des fils de La Vérendrye dans la région en 1742-43, offrent l’image d’un peuple prospère vivant sur la terre, le long de la rivière Missouri, près du cœur, et profitant déjà des biens français et espagnols.


LA CATALINA MÉGALITHIQUE

Des enfants aux cheveux blonds et des rois de neuf pieds de haut

Les découvertes les plus étonnantes de Californie ont finalement été faites sur l’île de Catalina. Dans les années 1920, l’île de Catalina appartenait à la famille Wrigley Chewing Gum, qui a engagé le professeur Ralph Glidden, conservateur du musée de Catalina, pour mener une série de fouilles sur l’île sous la direction du musée. Ce qu’ils ont découvert a fait la une des journaux du monde entier, avant d’être rayé des livres d’histoire moins de dix ans plus tard. En résumé, Glidden et son équipe ont exhumé les restes de 3 781 squelettes d’une race de géants aux cheveux blonds. Le plus grand était censé être un roi qui mesurait neuf pieds et deux pouces et la taille moyenne des squelettes était d’environ sept pieds. En outre, l’équipe a trouvé les restes d’un temple mégalithique « Stonehengeera ».

Les articles sélectionnés ci-dessous, datant de 1928 à 1930, détaillent les découvertes et témoignent de l’enthousiasme qu’elles suscitaient à l’époque.

COMMENT NOS INDIENS BLANCS S’ÉLÈVENT DE LA LÉGENDE À LA RÉALITÉ :

LE MYSTÉRIEUX CIMETIÈRE ROYAL DES ENFANTS BLONDS ENGENDRÉS PAR UNE RACE DE GÉANTS IL Y A TROIS MILLE ANS SUR L’ÎLE DE CATALINA

OGDEN, UTAH, 10 NOVEMBRE 1929

L’idée qu’une race d’Indiens blancs, grands et magnifiques, ait jadis parcouru les Amériques bien avant que le premier marin européen ne traverse l’Atlantique a fait l’objet d’un débat modéré, presque badin, parmi les archéologues. Aucun d’entre eux ne prenait la chose très au sérieux ; elle était considérée comme une légende pittoresque. Mais aujourd’hui, de nouvelles découvertes stupéfiantes confirment sans conteste que des hommes blancs vivaient déjà en Amérique depuis des siècles lorsque Christophe Colomb a débarqué.

CES DÉCOUVERTES SONT LES PLUS IMPORTANTES DEPUIS DES ANNÉES

Les nouvelles découvertes faites sur l’île de Catalina, au large de la Californie, éclipsent en richesse et en importance la plupart des découvertes archéologiques de ces dernières années. En creusant dans une partie isolée de l’île, qui a longtemps été le lieu de prédilection des réalisateurs de films, le professeur Ralph Glidden, conservateur du musée de Catalina, a mis au jour une vérité accablante, à savoir qu’une race à la peau claire, à la tête dure et très intelligente vivait autrefois dans l’Ouest.

UNE VASTE CACHE DE SQUELETTES

La découverte par Glidden d’une vaste cache de squelettes, d’urnes, de têtes, de wampums et d’ustensiles domestiques n’est pas une découverte ordinaire de reliques indiennes. Non seulement elle révèle l’existence d’une race blanche d’Indiens vivant à Catalina il y a au moins 3000 ans, mais elle pose un mystère tragique.

La première découverte surprenante du professeur Glidden est une énorme urne funéraire taillée dans la pierre et contenant le squelette d’une jeune fille, accroupie en position verticale, les os des doigts de sa petite main serrés sur le bord incrusté de wampum. Dans un cercle entourant l’urne, les corps de 64 petits enfants ont été enterrés sur quatre niveaux de profondeur, leurs petites têtes étant placées près les unes des autres.

À quelque cinq pieds sous les enfants, se trouvait le squelette d’un homme gigantesque : un homme mesurant sept pieds huit pouces du sommet du crâne à l’os de la cheville. Une lame de lance était enfoncée dans les côtes du côté gauche.

Il y avait des preuves concluantes – y compris des mèches de cheveux – que toutes ces personnes étaient blondes. On a d’abord pensé que ces Indiens blancs étaient des albinos. Mais un examen attentif a prouvé qu’ils ne l’étaient pas, même s’ils possédaient certaines caractéristiques albinos.

L’un des principaux problèmes du conservateur a été de sécher les crânes, qu’il a trouvés enterrés dans du sable humide près du bord de l’eau. Il fallait faire très attention à ce qu’ils ne s’effritent pas à l’air libre. Dans la journée, il les plaçait en rangs devant sa tente. La nuit, il les recouvrait d’une bâche pour les protéger de l’humidité.

UN CADEAU : 187 CRÂNES GÉANTS OFFERTS À L’HÉRITIER WRIGLEY, AINSI QUE 187 ARTEFACTS TROUVÉS

Un soir, Philip K. Wrigley de Chicago, dont le père, William Wrigley Jr, est propriétaire de l’île de Catalina, rendit visite au chef de l’expédition. Wrigley avait participé à une chasse épuisante à la chèvre sauvage de montagne et s’est arrêté pour demander comment le professeur Glidden s’en sortait.

« Bien », a répondu le professeur et a retiré la bâche. La révélation est saisissante : 187 crânes humains, fixant sinistrement Wrigley au clair de lune.

Fig. 11.3. Le professeur Ralph Glidden, conservateur du musée Catalina, 1929

TEMPLES GÉANTS ET SQUELETTES DISPARUS

SQUELETTES DE LA CÔTE OUEST. UN TEMPLE GÉANT AU SOLEIL DÉCOUVERT SUR L’ÎLE DE CATALINA

PAR LYLE ABBOTT TYRONE DAILY HERALD, 6 JANVIER 1930

Une piste de sacrifices humains menant au temple du dieu soleil des anciens Indiens de l’île de la Manche a été suivie aujourd’hui par le professeur Ralph Glidden, archéologue. Trois des quatre portes du temple supposé de Chinigchinich, cette divinité sanglante d’autrefois, ont été mises au jour. Une riche récompense de trésors de reliques attend la troisième expédition à la recherche de la porte est. Glidden est le conservateur du musée Catalina.

A la porte nord du temple, Glidden a trouvé une grande urne funéraire contenant le squelette d’une fille. Il pense que la fille, une princesse d’après la richesse de sa parure, était un sacrifice humain. Les petites mains de la victime étaient agrippées au bord de l’urne. Sous l’urne gisaient les squelettes de 64 enfants, les têtes formant un cercle.

UN GÉANT DE SEPT PIEDS, SIX POUCES DÉCOUVERT À CATALINA

Encore plus profondément dans le sol, Glidden trouve les ossements d’un homme qui, de son vivant, mesurait sept pieds et six pouces. Il avait été tué par un coup de lance. La première tête de lance était encore enfoncée dans la poitrine. Des pendentifs en perles, des griffes d’aigle sculptées, des petites boîtes de bibelots en os et en pierre sculptés, et une lame de couteau en jaspe ont été trouvés avec les squelettes.

EN 1542 ET 1602, DES HISTORIENS ESPAGNOLS PARLENT DU TEMPLE SOLAIRE

Deux historiens espagnols qui ont accompagné les expéditions de Don Juan Cabrillo et Don Viscaino à l’île de Catalina en 1542 et 1602, ont laissé des images vivantes des Indiens qu’ils y ont trouvés. Le père Torquemada et le père Geronimo de Zarate Zalmeron ont tous deux vu le temple de Chinigchinich.

À cette époque, le temple consistait en un grand cercle de pierres dressées, semblable au temple druidique de Stonehenge, en Angleterre. On croyait que les pierres pointaient vers le soleil à midi. Le cercle de monolithes dressés renfermait la hideuse idole du dieu Soleil. Cette idole avait une certaine ressemblance avec les images trouvées par les Espagnols dans les temples aztèques du Mexique. Des milliers d’objets ont été mis au jour par Glidden. « Ils montrent », dit-il, « un haut niveau de progrès barbare sur l’île ».

Les travaux de Glidden sont sponsorisés par William Wrigley, Jr, propriétaire de l’île.

Le récit suivant sur le temple de Catalina est paru moins de deux ans avant l’histoire précédente. Cette histoire syndiquée fournit des détails supplémentaires, comme la découverte d’une carte ancienne et les détails machinaux de l’urne de 134 livres, qui indiquent le haut degré de compétences en maçonnerie et en usinage des colons extrêmement anciens de la Californie.

SACRIFICES D’ENFANTS AU TEMPLE DU DIEU SOLEIL A CATALINA

APPLETON POST-CRESCENT, 19 NOVEMBRE 1928

Une tentative de suivre d’anciennes pistes jusqu’à l’ancien temple insulaire de Chinigchinich, le Dieu Soleil, perdu depuis longtemps, a abouti à la découverte d’une sépulture d’une petite princesse indienne, il y a quelque 3000 ans, et de preuves indiquant que les tribus des îles Channel, au large de la Californie, faisaient des sacrifices d’enfants en masse. A l’intérieur d’une urne en pierre, pesant quelque 134 livres et façonnée aussi habilement que si elle avait été fabriquée par des outils modernes au lieu d’instruments primitifs, on a trouvé le squelette d’une fillette indienne âgée de cinq à sept ans. Ses petites mains avaient agrippé le bord de l’urne dont les riches ornements témoignent de sa lignée royale.

Dans un cercle dont l’urne est le centre, le professeur Ralph Glidden, conservateur du musée Catalina des Indiens de l’île de la Manche, a compté les squelettes de 64 enfants enterrés à quatre niveaux de profondeur, les petites têtes se touchant. Au-dessous d’eux se trouvait le squelette d’un homme de sept pieds. Une lame de lance était encore fixée dans les côtes. Le sable contenu dans l’urne funéraire avait l’apparence du cristal moulu – apparemment, selon le découvreur, un sable sacré utilisé pour l’enterrement de la royauté indienne – et était très différent de celui qui avait été tamisé sur les tombes des autres enfants.

Ces découvertes, ainsi qu’un grand nombre de couteaux, de pointes de lance et de flèches en obsidienne et des centaines d’autres articles en pierre et en os incrustés de wampum, ont fourni des matériaux sur lesquels Glidden s’interroge depuis qu’il les a découverts.

UNE CARTE VERS DES SITES FUNÉRAIRES PLUS ANCIENS

Un mince morceau d’ardoise qu’il croit être une carte en pierre, des trous ayant été percés pour indiquer les pistes menant aux quatre principaux lieux d’inhumation de l’île de Santa Catalina. Des wampums incrustés dans quatre cercles brisés sur le rebord de l’urne, avec des « portes » menant aux quatre points cardinaux, ont conduit Glidden à penser que le lieu de sépulture pourrait être proche du site du temple de Chinigchinich.

Fig. 11.5. Photographie d’artefacts en coquillage provenant de l’île Catalina, Californie, du début au milieu des années 1900 (avec l’aimable autorisation du Southwest Museum of the American Indian Collection)

RÉÉCRITURE DE L’HISTOIRE DE LA RACE BLANCHE

« Les anthropologues n’ont pas encore compris toute la signification des découvertes qui viennent d’être relatées. Mais l’établissement comme un fait de la vieille histoire d’une race équitable de géants en Amérique entraîne l’écriture d’une nouvelle page dans les manuels scolaires. Il se peut qu’il en résulte finalement une révision de nos idées sur l’origine de la race blanche et sur la façon dont les races primitives ont atteint ce qu’on appelle le Nouveau Monde », concluait naïvement un journaliste de l’Examiner en 1929.

187 ARTEFACTS, ÉGALEMENT 187 CRÂNES RETROUVÉS

EXAMINER, 1929

Enterrés dans la fosse avec les squelettes se trouvaient 187 artefacts. Ces objets, faits de coquillages, d’os et de pierres, comprenaient des boîtes à trésor faites de deux grandes coquilles de palourdes collées ensemble avec de l’asphalte et contenant des pendentifs en perles d’ormeau, des perles en pierre taillée, de petits anneaux en pierre et d’autres babioles. Il y avait également de petits pots de peinture, des aiguilles en os, des pierres à chauffer sculptées, des pipes, des jouets en pierre et des canoës miniatures.

Plus tard, la datation au radiocarbone a révélé que certains des squelettes mis au jour étaient âgés de sept mille ans. Pendant plus de cinquante ans, les preuves relatives à ces découvertes ont été vigoureusement niées par l’Université de Californie et le Smithsonian, mais en 2011, il a finalement été admis que les preuves de ces découvertes avaient été enfermées à l’abri du public dans les salles de preuves à accès restreint du Smithsonian, ainsi que des rapports de terrain détaillés et des centaines de photos, comme le montre le tableau d’inventaire suivant :

NÉGATIFS DE RALPH GLIDDEN, 1919-1923

Créateur : Glidden, R. (Ralph)
Titre : Négatifs de Ralph Glidden, 1919-1923.

Phy. Description : 536 négatifs en acétate : noir et blanc ; 5 × 7 pouces.

Bio/Notes : Ralph Glidden était archéologue et conservateur au Catalina Museum of the Channel Islands dans les années 1930. Il a également travaillé pour le Museum of the American Indian/Heye Foundation.

Résumé : Cette collection contient 536 négatifs en acétate noir et blanc pris par Ralph Glidden entre 1919 et 1923. La plupart des images représentent des vues panoramiques et des fouilles archéologiques sur l’île Catalina, l’île San Miguel, l’île San Nicolas et l’île San Clemente, en Californie. Sont également incluses environ 88 images d’objets excavés par Glidden ; ces objets font désormais partie des collections du National Museum of the American Indian.

Organisation : Organisé en pochettes individuelles ; classé par numéro d’image.

Citer : comme négatifs de Ralph Glidden, Archives du National Museum of the American Indian, Smithsonian Institution (numéro de négatif, de diapositive ou de catalogue).

Restrictions : L’accès se fait uniquement sur rendez-vous, du lundi au vendredi, de 9 h 30 à 16 h 30. Veuillez contacter les archives pour prendre rendez-vous.

Copyright : National Museum of the American Indian. Certaines images sont restreintes en raison de leur sensibilité culturelle. Veuillez contacter l’archiviste pour plus d’informations.

Sujet topique : Fouilles (Archéologie)-Californie Indiens d’Amérique du Nord-Californie

Sujet géographique : Californie-Antiquités Île San Clemente (Calif.) Île San Miguel (Calif.) Île San Nicolas (Calif.) Île Santa Catalina (Calif.)

Forme/Genre : Négatifs noir et blanc

Localisation du dépôt : National Museum of the American Indian Archives, Cultural Resources Center, 4220 Silver Hill Road, Suitland, Maryland 20746. (tel : 301-238-1400, fax : 301- 2383038, email : [email protected]).

DES DOCUMENTS DÉCOUVERTS PAR UN CONSERVATEUR DE MUSÉE RÉVÈLENT L’HISTOIRE LA PLUS ANCIENNE DE L’ÎLE DE CATALINA

ART DAILY, JEUDI 12 AVRIL 2012

Il s’agissait d’un personnage haut en couleur dont les recherches sur les premiers peuplements humains d’Amérique du Nord étaient à la fois révolutionnaires et très controversées, ce qui a rendu d’autant plus remarquable l’annonce, la semaine dernière, de la découverte d’une importante cache de documents et de photographies originaux documentant les premières fouilles de l’île Catalina par l’archéologue amateur Ralph Glidden. Les détails de cette découverte ont été rapportés pour la première fois dans un article publié en première page du Los Angeles Times. L’article décrit comment un conservateur du Catalina Island Museum a découvert de nombreux journaux, lettres personnelles, albums, articles de journaux et, surtout, des centaines de photographies que Glidden avait rassemblées au cours de ses années de recherche sur l’île.

« L’ampleur de cette découverte est immense », a déclaré John Boraggina, le conservateur qui a découvert la collection et qui est en poste depuis moins d’un an. « Un universitaire de l’UCLA a examiné tous les documents et a affirmé que cela représentait 20 ans de recherche. »

Ces archives fournissent le type de documentation sur les fouilles de Glidden que de nombreux chercheurs pensaient inexistante ou perdue. Trouvées dans deux boîtes de taille modeste dans le centre de recherche du musée, ces archives concernent les centaines de sites que Glidden a fouillés sur l’île entre 1919 et 1928. Plusieurs des plus anciens établissements connus sont situés sur l’île de Catalina et remontent à au moins 8 000 ans. Glidden a été le premier archéologue à recevoir l’autorisation de fouiller l’intérieur de l’île par William Wrigley, Jr – le magnat du chewing-gum – qui a virtuellement acheté l’île en 1919.

Glidden a mis au jour des milliers d’artefacts, dont des mortiers et des pilons utilisés pour préparer la nourriture, des couteaux en os et en pierre, des pierres de cuisson pour faire bouillir la soupe dans des paniers, des luths en os, des perles utilisées comme monnaie, des pointes de flèches, des massues de guerre et des hameçons en coquillage et lestés de pierres. Ces objets font aujourd’hui partie de la collection permanente du Catalina Island Museum, un musée que le fils de William Wrigley Jr, Philip K. Wrigley, a contribué à créer en 1953. Les fouilles de Glidden ont souvent mis au jour des restes humains, et sa plus grande découverte a sans doute été un énorme cimetière ancien comportant des centaines de sites funéraires. Les archives de documents récemment découverts ont été décrites comme un « chaînon manquant » qui fournit une documentation écrite et visuelle des milliers de squelettes et d’artefacts découverts par Glidden pendant ses presque 10 ans de fouilles à Santa Catalina.

« L’éclairage que les photographies seules apportent sur le travail de Glidden est remarquable », a déclaré récemment M. Boraggina. « Nous pensions jusqu’à présent que Glidden faisait peu de cas d’une quelconque méthode scientifique lorsqu’il travaillait avec des restes humains. Mais ces photographies témoignent de sa tentative de documenter les restes humains dès les premières étapes de leur excavation. Nous voyons un grand nombre de squelettes non perturbés, dont la majorité a été enterrée dans ce qui semble être la position fœtale. Nous n’avons jamais eu auparavant une telle quantité de preuves liées au travail de Glidden. »

« Aucune des archives de Glidden n’avait jamais été exposée », a récemment déclaré le Dr Michael De Marsche, directeur exécutif du musée, alors qu’il se tenait devant une vitrine désormais consacrée au matériel issu de la découverte. « J’ai pris mes fonctions il y a moins de deux ans, et nous savons maintenant qu’il y a une vingtaine d’années, des recherches ont été menées sur cette collection, mais tout a ensuite été mis dans des boîtes et placé sur une étagère. Je sais que des chercheurs d’autres musées ont demandé si elle pouvait exister. Mais nos archives étaient si pauvres que nous ne savions pas. Nous n’avons pas de catalogue central répertoriant tous les documents de nos archives. Les boîtes que John a découvertes étaient simplement marquées « Glidden ». Nous sommes en train de tout mettre à jour et de tout organiser, mais cela ne sera pas complètement terminé avant des années. »

En 1924, Glidden a ouvert le premier « musée » sur l’île de Catalina : le Museum of the American Indian on the Channel Islands. Ce musée est à la hauteur des attentes de Glidden, qui souhaitait qu’il soit « différent de tout ce qui existe dans ce pays ». Il a basé son intérieur sur une chapelle de l’île de Malte, dont les murs étaient décorés de motifs formés à partir d’ossements de moines. De nombreuses photographies récemment découvertes montrent le musée et l’utilisation par Glidden de restes de squelettes comme forme macabre de décoration. Mais les photographies révèlent également que l’intérieur troublant de son musée était un lieu de passage apprécié des touristes. Sur une photo, Glidden tient un crâne tout en parlant à deux femmes endimanchées.

« Je pense que ces archives permettent de dresser un portrait plus complexe de l’homme », a déclaré M. Boraggina en parcourant les photographies. « Vous devez reconnaître que Glidden a exploité les restes amérindiens de la manière la plus insensible qui soit. Il n’a certainement pas honoré le caractère sacré de ces restes lorsqu’il a organisé son musée. Il a eu recours à un sensationnalisme grossier pour essayer de vendre des billets. D’un autre côté, nous savons maintenant que pendant ses fouilles, il a essayé, à certains moments, de souscrire aux normes de l’archéologie en vigueur à son époque ».

Le musée de Glidden a fermé en 1950, et en 1952, Philip Wrigley a acheté toute la collection de vestiges, de documents et d’artefacts de Glidden et en a fait don au Catalina Island Museum. Le Native American Graves Protection and Repatriation Act de 1990 a accordé aux Amérindiens le droit de réclamer les restes de leurs ancêtres et autres objets sacrés. Aujourd’hui, les musées des États-Unis n’exposent plus de restes amérindiens. « Nous sommes en train de construire un nouveau musée, qui nous permettra de stocker et d’étudier cette collection avec le respect qu’elle mérite », a déclaré M. De Marsche. « J’espère pouvoir exposer autant de nos archives et de nos objets que possible. Il est passionnant de penser que le jour où notre nouveau bâtiment ouvrira ses portes, le Catalina Island Museum deviendra un centre d’études respecté dans ce domaine incroyablement important de notre histoire. »

Le Catalina Island Museum est la seule institution d’Avalon consacrée à l’art, à la culture et à la riche histoire de l’île de Santa Catalina. Remarquez comment ils ont soigneusement évité de mentionner les géants et l’étendue réelle des milliers de sépultures ?

LES OSSEMENTS ÉTOFFENT L’HISTOIRE D’UNE ÎLE

LES DOSSIERS DE L’HOMME QUI A DÉTERRÉ LES SQUELETTES INDIENS POURRAIENT CHANGER LA VISION DES DÉBUTS DE LA VIE À CATALINA

PAR LOUIS SAHAGUN LOS ANGELES TIMES, 2 AVRIL 2012

Le conservateur du Catalina Island Museum a ouvert la porte d’une arrière-boutique moisie il y a quelques semaines dans l’espoir de trouver des documents pour une prochaine exposition sur la période de la Seconde Guerre mondiale. Refermant la porte derrière lui, il s’enfonça dans une étroite allée bordée de boîtes de rangement et de bacs remplis de photocopies grises de vieilles lettres, de registres civiques, de kitsch de célébrités et de poussière.

« Pas de chance », murmure le conservateur John Boraggina.

Mais en se dirigeant vers un coin du fond, il a remarqué une autre rangée de boîtes. Il a porté la plus grande jusqu’à une table, a soufflé la poussière et a soulevé le couvercle.

À l’intérieur se trouvent des journaux reliés en cuir et des photographies jaunies montrant des squelettes fraîchement déterrés, couchés sur le dos ou sur le côté, ou recroquevillés comme s’ils dormaient. Beaucoup étaient entourés de meules, de pots et de perles.

Plusieurs photos montrent un homme aux vêtements souillés se tenant debout, une bêche à la main, à côté d’un amas chaotique d’ossements. Boraggina le reconnaît : Ralph Glidden.

Boraggina a vite compris que ces images provenaient d’une époque, il y a 90 ans, que beaucoup sur l’île de Santa Catalina avaient oubliée – ou essayaient d’oublier. Les photos représentent le travail d’un pseudo-scientifique – certains disent un bonimenteur – qui gagnait sa vie en déterrant des artefacts et des restes humains amérindiens pour les vendre et les échanger. Glidden avait détruit une grande partie du patrimoine culturel amérindien de Catalina, mais il avait aussi fait des découvertes que l’on croyait perdues avec le temps.

Boraggina ferme la grande boîte et appelle le directeur exécutif du musée, Michael De Marsche. « Michael, viens vite. J’ai découvert quelque chose d’incroyable », dit-il. « J’ai trouvé les archives de Glidden. »

Quelques minutes plus tard, De Marsche faisait l’inventaire de suffisamment de photographies historiques et de documents manuscrits pour remplir une galerie du musée sexagénaire.

Dans les semaines qui ont suivi, le contenu des boîtes a pris de l’importance. Les chercheurs et les spécialistes de l’histoire de la Californie – en particulier au Fowler Museum de l’UCLA, où sont conservés quelque 200 squelettes de Glidden – affirment que cette découverte va probablement modifier la compréhension des débuts de la vie dans cette région et pourrait éventuellement apaiser la colère des Amérindiens indignés par les pillages de tombes du siècle dernier.

Il est rare qu’un conservateur d’une petite ville mette au jour des indices modernes d’un passé préhistorique, mais les scientifiques pensent que c’est ce qui s’est passé ici.

A suivre…

Voir tous les chapitres du livre « Les anciens géants qui régnaient sur l’Amérique »


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 118 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire