Secrets révélés

Le Troisième Cavalier de L’Apocalypse arrive

Avec le début de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, tous les médias mondiaux et les grands experts de la planète écrivent surtout sur les opérations militaires et les problèmes humanitaires connexes de la crise actuelle.

Cependant, un certain nombre d’analystes regardent un peu plus loin et rappellent que :

« L’Ukraine était le deuxième plus grand fournisseur de céréales de l’Union européenne et l’un des plus grands fournisseurs des marchés émergents d’Asie et d’Afrique. En chiffres, l’Ukraine a produit 49,6% de l’huile de tournesol mondiale, 10% du blé mondial, 12,6% de l’orge mondiale et 15,3% du maïs mondial ».

Comme tout le monde le comprend, les actions militaires pendant les semailles et la récolte ultérieure des cultures ne sont d’aucune utilité. En outre, l’Ukraine est confrontée à un blocus naval et à la destruction des infrastructures portuaires, à la destruction des chemins de fer et des ponts, ce qui rend impossible le transport des produits agricoles même si la guerre se termine demain.

De plus, pour la campagne de semis, il faut du carburant, sur les stockages duquel la Russie lance des frappes de missiles depuis le 24 février. Nous pouvons donc oublier pour un temps tous les pourcentages énumérés ci-dessus.

En même temps, on ne peut pas oublier le fait que la guerre se poursuit, et pendant cette guerre, de temps en temps, la question se pose de l’utilisation éventuelle d’armes de destruction massive – chimiques ou même nucléaires. Seront-elles utilisées ou non, la question reste ouverte, mais si elles sont appliquées, un autre Tchernobyl nucléaire ou chimique apparaîtra en Europe.

Les champs en Biélorussie, en Pologne et même en Allemagne, où des retombées chimiques ou radioactives seront transportées, deviendront impropres à la récolte au moins en 2022, et peut-être pendant de nombreuses années. En pourcentage des exportations alimentaires mondiales, cela représentera un peu plus que la seule Ukraine.

²

Enfin, il ne faut pas oublier que la Russie elle-même est aussi le plus grand exportateur de denrées alimentaires. Jusqu’à présent, il n’y a pas d’hostilités là-bas, mais il n’est pas improbable qu’elles y commencent et qu’elles s’appellent la guerre civile. Et la guerre civile, comme l’a montré 1918, n’aide guère l’agriculture. Bien que les choses pourraient être bien pires.

Ainsi, en cas d’utilisation d’armes nucléaires ou chimiques par la Russie, il est fort probable qu’elle recevra l’une ou l’autre réponse sur son territoire. L’ampleur de cette réponse ne sera pas claire, mais dans le pire des cas, l’agriculture y sera arrêtée pendant 300 ans.

Et maintenant, à la lumière de ces considérations et d’autres similaires, israel365news.com a rédigé un article analytique volumineux sur ce que tout cela menace. Comme prévu, cela menace de famine, même si la faim ne sera pour ainsi dire qu’au second stade, puisqu’au premier stade, il y aura une escalade de la guerre. Donc, si l’Afrique avait l’habitude d’acheter des céréales en Ukraine, maintenant il n’y a plus nulle part où les acheter.

D’ici à la mi-2022, la Chine possédera 69 % du maïs, 60 % du riz et 51 % du blé du monde, selon l’USDA. Il est très peu probable que les Chinois aient acheté des céréales dans le seul but de nourrir les habitants du continent africain. Ces derniers devront donc se battre entre eux pour l’eau, les terres fertiles et d’autres ressources.

En conséquence, l’Égypte et, en général, la quasi-totalité de l’Afrique seront en rupture de stock de nourriture. Et si l’on ajoute à cela une pandémie, des sauterelles, des gelées au Brésil et autres ouragans, le monde n’attend pas seulement une hausse des prix des denrées alimentaires par moments, mais une véritable famine, dont les eschatologues ont averti tout le monde depuis longtemps et à de nombreuses reprises.

Comme l’a déclaré le célèbre kabbaliste israélien Rabbi Batzri dans une interview accordée à Israel365 News, « Dans les jours précédant le Messie, il y aura une famine comme le monde n’en a jamais vu ». C’est-à-dire que, selon l’eschatologie juive, la famine aura des proportions bibliques.


Cette famine mondiale sans précédent est décrite comme un précurseur de l’ère messianique.

Le Talmud (Sanhédrin 97a) décrit un calendrier précis d’augmentation de la famine basé sur le cycle Shemitta (sabbatique) de sept ans qui présage le Messie. Le Talmud cite la prédiction du prophète Amos d’une pluie bizarre :

J’ai donc retenu la pluie de toi Trois mois avant le temps de la moisson : Je ferais pleuvoir sur une ville Et pas sur une autre ; Il pleuvra sur un champ Tandis qu’un autre sur lequel il ne pleuvra pas Desséchera. Amos 4:7

On trouve à peu près la même chose dans les sources chrétiennes :

Quand il ouvrit le troisième sceau, j’entendis le troisième animal qui disait : « Viens et vois ». Je regardai, et voici un cheval noir, et un cavalier dessus, qui tenait une mesure dans sa main. Et j’entendis une voix au milieu des quatre animaux, disant : Un quart de blé pour un denier, et trois quarts d’orge pour un denier, et ne faites pas de mal à l’huile et au vin !

Le rabbin Its’hak Batzri poursuit en révélant :

« Mais ce n’est pas que de mauvaises nouvelles » « Le prophète dit que cette famine, aussi terrible soit-elle, vient servir un dessein divin. »

Le rabbin a expliqué que le manque de nourriture et d’eau pousserait inévitablement les autres nations à se connecter avec Israël, tout comme Pharaon a enrôlé Joseph pour sauver l’Égypte.

« Tout comme l’ascension de Joseph a précédé l’Exode, le rôle de premier plan d’Israël pour aider les nations à faire face à la famine sera une étape nécessaire dans le processus messianique », a déclaré le rabbin Batzri.

« Ils viendront chercher de la nourriture, mais de la famine, ils apprendront que le physique n’est pas aussi important que le spirituel », a expliqué le rabbin Batzri. « Quand ils viendront à nous, les nations découvriront que ce qui leur manque, c’est la lumière spéciale de la Torah qui ne peut venir que d’Israël. »

Nous avons déjà vu le premier Cavalier avec le Corona.

Le Second Cavalier a fait un tour de force le 24 février.

Quelles seront les conséquences finales, personne ne le sait, mais le Troisième Cavalier viendra certainement après.


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.


Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci



ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 978 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page