Secrets révélés

L’accord mondial sur la Pandémie qui changera le monde tel que nous le connaissons d’ici 2024

Le totalitarisme mis en place par les milliardiares. Qui gouverne ce monde ?

La direction de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a ouvertement déclaré que le monde d’ici deux ans sera soumis à l' »Accord pandémique » mondial, qui prévoit la vaccination obligatoire contre le coronavirus et qui liera tous les pays.

Le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a cessé de se cacher derrière des euphémismes. Il s’est exprimé directement sur le prochain accord mondial contraignant pour tous les pays, qui prévoit la vaccination obligatoire des personnes contre le coronavirus.

L’autre jour, il a pris la parole au Rwanda lors d’une réunion des ministres des Affaires étrangères du Commonwealth et a ouvertement déclaré ce que serait réellement le soi-disant Traité international sur la prévention, la préparation et la réponse aux pandémies. Préparation et réponse (Accord pandémique en abrégé).

Pour citer Ghebreyesus, dont le discours est publié sur le site Web de l’OMS :

La pandémie de COVID-19 a démontré que la sécurité sanitaire mondiale ne peut être laissée à des arrangements volontaires ou à la bonne volonté. À notre avis, un nouvel instrument ne peut être vraiment efficace pour protéger les générations futures des pandémies que s’il s’agit d’un accord contraignant qui protège les libertés individuelles et la souveraineté nationale.

Autrement dit, ce sera une coercition mondiale pour vacciner contre le covid sous le drapeau de l’OMS.

Ghebreyesus a poursuivi en disant que « 40% de la population mondiale reste non vaccinée » et « le risque d’émergence d’une nouvelle variante plus dangereuse reste bien réel ». « L’idée que la pandémie est terminée est fausse », a-t-il déclaré. Et l’une des principales recommandations de l’OMS « est d’adopter un nouvel instrument international juridiquement contraignant pour soutenir une coopération et une coordination plus étroites entre les pays face aux menaces mondiales ». C’est-à-dire qu’il s’agit de «l’accord pandémique».

²

Nous avons des traités et d’autres instruments internationaux contre le tabac, le changement climatique, les armes nucléaires, chimiques et biologiques et bien d’autres menaces à notre sécurité et à notre bien-être communs.

Si les pays du monde peuvent se mettre d’accord sur une approche commune face à ces menaces d’origine humaine, alors il serait sage que les pays s’entendent maintenant sur une approche commune avec des règles communes pour une réponse commune aux menaces découlant de nos relations avec nature – des menaces que nous ne pouvons pas contrôler entièrement, a déclaré Gebreyesus.

Il semble que tout soit clair sans commentaires inutiles. Le fait que tout se soit calmé est, apparemment, une tromperie visuelle. Et il faut partir du principe que d’ici 2024, alors qu’il est prévu d’imposer cet accord au monde entier, on assistera à nouveau à l’hystérie mondiale de l’information sur la « nouvelle vague de coronavirus ».

Ce qui se cache sous le manteau

Ghebreyesus a déclaré qu’un soi-disant organe intergouvernemental de négociation (INB) a été mis en place pour discuter de l’accord. Il ne s’est pas concentré sur le fait que le document n’était pas né à l’OMS, mais « à part ».

Si nous supposons que l’OMS prendra des décisions sur la déclaration d’une pandémie et prescrira des restrictions appropriées aux pays, similaires à celles de 2020-2021, qui ont entraîné de graves conséquences économiques et politiques, alors il s’avère que l’OMS acquiert les caractéristiques d’une sorte de organe dirigeant du monde.

Ceci est important à comprendre car l’OMS n’est en aucun cas une organisation indépendante. Elle est financé par des « sponsors » privés tels que la Fondation Bill & Melinda Gates. La Fondation Soros est activement impliquée dans le développement du « bon cours » par la direction de l’OMS.

Mais l’essentiel est que «l’accord pandémique» obligera les citoyens de tous les pays à se faire vacciner contre le coronavirus et à recevoir des «passeports de vaccination» électroniques, qui seront un laissez-passer pour une «vie normale» et sans lesquels une personne deviendra un paria.

L’OMS travaille déjà sur un tel passeport mondial. Les États-Unis ont été choisis comme site pilote. Sous prétexte de se soucier de la santé des gens, « l’élite » mondialiste derrière l’OMS prépare un camp de concentration électronique pour l’humanité, dans lequel ils établiront les règles.

Article notoire #19

Ainsi, Ghebreyesus dit que «l’accord de pandémie» mondial dont la signature est prévue en 2024 devrait être juridiquement contraignant. Mais pour qui, les pays signataires ou pour le monde entier?

Ghebreyesus a déclaré que l’une des questions les plus pressantes auxquelles l’INB est confrontée dans les semaines à venir est de savoir si ces négociations se poursuivront conformément à l’article 19 de la constitution de l’OMS.

Si cette décision est retardée, selon Ghebreyesus, « nous pourrions bien perdre notre meilleure opportunité » car « la création de cette architecture avec nos États membres est une priorité essentielle pour l’OMS dans les mois et les années à venir ».

Qu’est-ce que cet article numéro 19 de la Charte de l’OMS, que prône son chef?

Selon cet article, l’Assemblée de la Santé – l’organe suprême de l’OMS – a le droit d’adopter des conventions et des accords sur toute question relevant de la compétence de l’organisation, à la majorité des deux tiers. De plus, ces accords à l’égard de chaque membre individuel de l’OMS « entrent en vigueur dès leur adoption conformément à la procédure prévue par sa procédure constitutionnelle ».

Ghebreyesus fait très probablement allusion au fait qu’au cours de la préparation d’un vote sur cet extraordinaire « accord pandémique », certains participants au processus de négociation pourraient exiger que le document soit adopté par consensus.

Si quelqu’un s’oppose à la coercition, toute l’idée avec l’accord échouera. Cela signifie qu’il est plus facile d’obtenir un accord en convainquant au moins les deux tiers des pays membres de l’OMS à l’avance de la nécessité d’une certaine forme de vote. Ce que, en fait, Gebreyesus a fait lors de la réunion des ministres des Affaires étrangères des pays du Commonwealth au Rwanda.

En ce qui concerne la «procédure constitutionnelle», alors, bien sûr, la direction de l’OMS part du principe que si un pays signe «l’accord pandémique», il le ratifiera définitivement conformément à ses propres lois.

Un piège pour les dissidents

Le directeur général de l’OMS n’a pas mentionné dans son discours les articles 21 et 22 de la Constitution de l’OMS, qui sont pourtant également importants dans le cadre de la négociation de l’Accord sur la pandémie.

L’article 21 stipule que l’Assemblée de la Santé « a le pouvoir d’établir des droits » concernant, entre autres, « les exigences sanitaires et de quarantaine et d’autres mesures visant à lutter contre la propagation internationale des maladies ».

L’article 22 stipule que les règles adoptées conformément à l’article 21 deviennent obligatoires pour tous les Membres après notification en bonne et due forme de leur adoption par l’Assemblée de la Santé, à l’exception des Membres de l’Organisation qui en informent le Directeur général dans le délai spécifié dans la notification. de leur rejet ou de leurs réserves à leur égard.

Un « accord pandémique » pourrait bien être qualifié de « mesure contre la propagation internationale des maladies ».

Ainsi, les articles 21 et 22 de l’OMS serviront de base légale à la coercition de tous les membres de l’OMS, même si la décision sur «l’accord pandémique» est prise aux deux tiers des voix. Un tiers du nombre total de pays qui ont voté contre ou se sont abstenus devraient accepter un « accord pandémique » approuvé aux deux tiers.

Il reste une échappatoire pour ceux qui ne sont pas d’accord, qui, comme le dit l’article 22, peuvent notifier au directeur général de l’OMS un rejet individuel de la décision générale. Mais comment cela peut-il être fait dans des conditions où, au moment de l’Assemblée de la Santé, il y aura certainement une telle préparation mondiale d’artillerie informationnelle que tout objecteur aura l’air d’un idiot?

Le piège se refermera même pour les dissidents.


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.


Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci



ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 826 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour naviguer sur le site.