Conscience

La vie sous la «moralité inversée»

De nombreuses personnes sont dérangées par les mêmes aspects troublants de notre monde aujourd’hui, même si elles peuvent se considérer comme vivant «de l’autre côté de la clôture».

De mon point de vue, le problème a à voir avec le fait que les systèmes de pouvoir qui ont émergé pour nous gouverner sont non seulement largement impénétrables mais aussi invisibles, et manquent de responsabilité envers les individus qu’ils sont censés «aider». Nous pouvons citer de nombreux exemples:

L’élite scientifique et médicale qui a déterminé que des expériences cruelles et contraires à l’éthique étaient nécessaires au «progrès»;

L’élite du renseignement qui a travaillé avec l’élite juridique pour déterminer que le trafiquant sexuel d’enfants Jeffrey Epstein était un «atout du renseignement»;

L’élite médiatique qui a élevé l’ancien président Barack Obama et la candidate présidentielle Hillary Clinton tout en saccageant le candidat puis le président Trump, car ils pensaient qu’il était approprié que «leur» candidat réussisse;

L’élite religieuse, qui n’est particulière à aucun système de croyance spécifique, qui a jeté des enfants, en masse, entre les mains de violeurs d’enfants, de manière systémique, puis a défendu ces mêmes violeurs au motif que leurs victimes étaient «folles» ou «troublées» ou «séduisant» et / ou que cela «détruirait» les familles et les communautés pour que la vérité soit révélée;

L’élite politique qui sacrifie régulièrement la vérité compliquée à une lutte acharnée et sans fin pour le pouvoir.

²

Ces rationalisations et justifications sont la «moralité» des criminels, et c’est pourquoi je les appelle «moralité inversée».

Ce n’est pas pour être poli, mais plutôt pour indiquer clairement que les personnes perverses qui commettent des crimes de masse (tels que ceux énumérés ci-dessus) se croient en fait «casher».

En tant que tel, quiconque se met en travers du chemin est, dans leur formulation, «mal», «mauvais», «criminel», «dangereux» et «doit être arrêté».


Et cela nécessite plus d’explications que je ne peux en fournir pour le moment:

♦ Là encore, je suis inspiré par les propos de Sarah Ruth Ashcraft dans ses écrits en ligne au cours des dernières années.

♦ Je crois que le récit est de la plus haute importance pour ces personnes – par opposition à la réalité.

♦ Ils utilisent en fait le récit (comme les médias sociaux) pour créer la réalité (le «frottis de récapitulation», comme l’explique Nancy Pelosi), puis «condamner» les gens dans cette «matrice».

♦ Dans le récit, le terme «racisme» est utilisé, à la Sarah, non pas vraiment comme une référence à la haine des groupes minoritaires, mais plutôt comme une référence à l’opposition contre la «ruche» qui génère tout ce mal.

Ce billet de blog est un fragment, en raison de contraintes de temps. J’espère écrire plus sur le sujet de la moralité inversée et apporter une discussion sur les Sabbatéens et les Illuminati.

Dr Dannielle (Dossy) Blumenthal
Source



Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci



ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 14 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page