Nouveau paradigme

La science de l’unité de David Wilcock. Les planètes comme formations d’unités de conscience

Et la SAGESSE...

12.1 MARS DE HOAGLAND

En 1976, le cadre 35A76 du satellite Viking Orbiter 1 (vu dans la deuxième image ci-dessous) montrait une formation qui ressemblait fortement à un visage humain avec ce qui semblait être une forme de coiffure de style égyptien autour.

Depuis lors, il y a eu beaucoup de spéculations et de controverses autour de l’objet, dans une zone de Mars nommée « Cydonia », la NASA ne l’ayant pas officiellement approuvé comme autre chose qu’une formation naturelle alors que d’autres chercheurs tels que Richard Hoagland, Tom Van Flandern et Stan Mc Daniel l’ont étudié en détail et ont conclu qu’il doit s’agir d’un produit de conception intelligente.

Pour nos besoins dans ce chapitre, nous nous concentrerons sur le travail de Richard Hoagland. Grâce au travail avec l’ingénieur électricien / processeur d’images numériques Vincent DiPietro et l’informaticien Greg Molenaar, l’équipe de Hoagland a pu développer une première version précise du logiciel d’amélioration d’image, qui a fait ressortir des détails sur le côté ombré de la photographie qui seraient autrement impossibles à voir.


Ces détails indiquaient clairement que le visage possédait une « symétrie bilatérale », ce qui signifie qu’il avait la même apparence de chaque côté… il ressemblait à un visage.

Plus tard, le cadre 70A13 a été découvert, ce qui a également dévoilé l’autre côté du visage et des détails supplémentaires. Ce qui semblait être un gigantesque objet pyramidal à cinq côtés était situé à seulement dix milles au sud-ouest de la structure de Face.

La structure est presque certainement artificielle en raison de sa symétrie frappante à cinq côtés, de ses lignes droites et de ses «contreforts» arrondis aux coins qui semblent avoir été utilisés pour aider à soutenir la structure artificielle elle-même.

La « Pyramide D&M » du cadre Viking 70A13.

De plus, dans une zone située à environ dix miles à l’ouest de la Face, une foule d’autres monticules à peu près en forme de pyramide ont été rassemblés étroitement, et par conséquent toute la zone a été nommée « La Ville ». Un objet en particulier semble être littéralement identique dans son apparence à une vue aérienne de la Grande Pyramide, et il peut être vu directement au-dessus du côté gauche de la flèche dans l’image suivante.

Si vous regardez attentivement cette pyramide, vous pouvez voir ce qui semble être deux monticules miniatures en forme de pyramide qui se trouvent juste à côté d’elle en haut et à gauche. Ces deux monticules plus petits sont situés exactement au milieu des faces de la pyramide, ce qui suggère à nouveau une conception intelligente et non un phénomène naturel.

Le « visage » et la « ville » du cadre Viking 35A76.

Ensuite, immédiatement au-dessus et à droite de la plus grande pyramide se trouve un autre objet surnommé « Le Fort », qui semble à nouveau montrer les signes indéniables de la géométrie à angle droit et de la structure artificielle.


La flèche dans l’image démontre la prétendue signification rituelle du visage, en ce sens que sur cette ligne de mire, le lever du soleil à la date très importante de l’équinoxe se produirait directement derrière le visage. Un monticule de terre à plusieurs kilomètres à l’est de la Face semblait servir de moyen pour détourner l’éblouissement et rendre ce lever de soleil encore plus soudain et puissant à voir.

Les photographies les plus récentes de la NASA n’ont fait qu’augmenter la résolution avec laquelle nous pouvons voir cette zone, mais cela n’a même jamais été présenté dans les médias grand public avec un réel sérieux jusqu’en 2000, avec la sortie du film Mission to Mars de la société Disney.

Et les 27 et 29 avril 2001, une émission spéciale d’une heure intitulée « What is Really on Mars » sur la station câblée affiliée à NBC PAX-TV a été diffusée sur ces questions. Selon les propres mots de Hoagland, pendant une longue période, il a été « traîné à coups de pied et de cris » à l’idée que les objets dans cette zone pourraient en fait représenter l’archéologie extraterrestre, et l’affaire a continué à devenir de plus en plus convaincante.

Puis, en 1996, le rapport McDaniel a analysé les preuves de manière indépendante et a également conclu qu’il y avait des preuves accablantes d’artificialité dans la région de Cydonia. Le point important à retenir avec le rapport McDaniel , c’est que ce travail a été fait complètement en dehors des auspices de la recherche de Hoagland par Ph.D. savants.

12.2 LE TÉTRAÈDRE RÉVÉLÉ

Erol Torun a rejoint la mission Mars de Hoagland en 1988 et a apporté au projet ses compétences cartographiques expertes de la propre agence de cartographie de la défense des États-Unis. Il a été le premier à « rectifier orthographiquement » les images vikings, ce qui signifie qu’il a correctement installé une grille de précision de coordonnées correctement alignées du nord au sud sur les images, les transformant ainsi en cartes exactes.

Cela a permis à la mission Mars de calculer mathématiquement les angles exacts, les distances et les relations entre les différents objets de la région de Cydonia. Hoagland avait déjà proposé que si un message devait être encodé dans la ville, il prendrait très probablement la forme de valeurs mathématiques universelles que d’autres seraient capables de décoder, en vertu des lois innées et immuables du nombre et de la géométrie.

En un temps raisonnablement court et avec beaucoup d’enthousiasme, les preuves s’accumulèrent pour indiquer que l’une des principales fonctions de cette Ville était bien de donner un « message » géométrique codé et sacré à ses habitants et futurs découvreurs.

Diverses constantes mathématiques telles que « e », qui est une fonction bien connue en trigonométrie à une valeur de 2,718282, et des valeurs telles que les racines carrées de 2, 3 et 5 ont toutes été clairement vues dans les relations entre les objets sur la carte .

(Nous nous souvenons que c’était le travail de Torun avec la Defense Mapping Agency des États-Unis de fournir des mesures aussi précises à partir d’une seule carte.)

Il est bien connu des mathématiciens que les solides de Platon montrent les trois valeurs de racine carrée de 2, 3 et 5 à l’intérieur d’eux-mêmes, alors Torun a décidé d’étudier les mathématiques des cinq solides de Platon – l’octaèdre, le tétraèdre, le cube, le dodécaèdre et icosaèdre – plus complètement.

Torun s’est également concentré sur la fonction « e », connue sous le nom de « base des logarithmes naturels ».  » Malheureusement, la plupart d’entre nous ne savent rien de ce que cela signifie, et les articles et livres d’Enterprise Mission ne l’expliquent pas davantage.

En fait, « e » est une valeur qui permet à certaines opérations mathématiques (logarithmes) de grossir de la manière la plus symétrique ou « naturelle » possible. Les logarithmes sont directement liés aux exposants, que beaucoup d’entre nous se souviendront peut-être avoir vus comme de minuscules nombres placés en haut à droite d’un autre nombre. Si vous voyez un grand 10 avec un petit 5 à côté en haut à droite, vous le lisez comme «dix à la cinquième puissance. ”

Les logarithmes les plus courants sont ceux où vous continuez à multiplier un nombre par des facteurs de dix, et le petit nombre d’exposants vous montrerait combien de fois vous devriez le faire. Dans notre exemple ci-dessus, dix à la cinquième puissance serait un million.

Cependant, si vous continuez à multiplier un nombre par « e », ou 2,718282, au lieu de multiplier par dix, les études de calcul ont montré que le nombre augmentera de manière beaucoup plus symétrique et géométriquement équilibrée. La fonction « e » apparaît sur un graphique sous la forme d’une courbe parfaitement lisse qui ressemble à un quart de cercle, du haut à gauche vers le bas à droite.

Torun a découvert avec enthousiasme qu’il existait un lien direct entre « e » et la géométrie du tétraèdre, qui était largement ou totalement inconnue de la plupart des scientifiques. Tout d’abord, prenez une sphère et placez (ou circonscrivez) parfaitement un tétraèdre à l’intérieur de celle-ci.

Si vous calculez la surface globale de la sphère puis que vous la divisez par la surface globale du tétraèdre, vous obtenez une valeur très proche de « e.  » À ce stade, personne ne sait exactement pourquoi, bien qu’il y ait quelques idées. La seule chose sur laquelle nous devons nous concentrer maintenant est que cette valeur pourrait être utilisée pour former un message, encodé en mathématiques.

Donc, si nous voulons vraiment que notre message soit complet, et pour ceux qui trouvent qu’il n’y a aucun doute dans leur esprit qu’ils ont raison, nous avons besoin d’avoir quelque chose à comparer avec « e » qui représenterait la valeur de la sphère. Rappelons que « e » représente le rapport entre le tétraèdre et la sphère, une différence qui est causée par la présence du tétraèdre ; ainsi, nous devrions également essayer de trouver une constante différente qui définirait directement la sphère.


Ceci est beaucoup plus facile à voir, car la valeur de « pi » ou 3,14159 est la longueur de la circonférence de n’importe quel cercle ou sphère, si le diamètre du cercle se voit attribuer une longueur numérique de un. Donc, notre deuxième valeur à comparer à « e » serait « pi », quelque chose que n’importe qui dans l’univers pourrait calculer de la même manière, par la simple analyse géométrique d’un cercle.

Donc, si les deux valeurs en jeu sont « e » et « pi », alors Torun a estimé qu’il serait préférable de les diviser pour représenter le rapport principal entre le tétraèdre et la sphère. Lorsque ce « rapport e/pi » est calculé, on obtient une valeur d’environ 0,865.

Et, tout à fait remarquable, ce ratio est apparu à maintes reprises sur Cydonia. Par exemple, on peut le voir dans le rapport entre un angle de 19,5 et 22,5 degrés, et on le voit également entre un angle de 60 et 69,4 degrés. Ces deux paires d’angles sont clairement et sans ambiguïté visibles dans la géométrie de Cydonia.

Cependant, la découverte la plus satisfaisante de toutes a été lorsque Torun a étudié la valeur en degrés de la latitude réelle des monuments martiens, en particulier au point de la figure géométrique centrale à cinq côtés de la ville, connue sous le nom de « Pyramide D&M ». ”

Cet objet est situé à 40,87 degrés de latitude nord sur Mars, et lorsque nous appliquons la fonction mathématique universelle connue sous le nom d' »arc tangente » à ce nombre, nous obtenons 0,865 – le même rapport e/pi à nouveau !

Donc, ce que cela signifie, c’est que l’ensemble du placement du complexe de monuments de Cydonia, dans un système de coordonnées de 360 ​​degrés de latitude, est conçu pour montrer le « message » géométrique du tétraèdre dans la sphère à quiconque choisirait de payer Mars un visite. Au moment où cela est vu, il ne devrait plus y avoir de doute que tout ce travail a été fait délibérément, dans un système de coordonnées à 360 degrés.

Ainsi, nous voyons ensuite une image Enterprise Mission du tétraèdre circonscrit – un tétraèdre placé dans une sphère – telle que mesurée à Cydonia. [Et nous devrions maintenant savoir visualiser la sphère comme ayant un axe passant par le centre, ce qui en fait un tore sphérique.]

Image de la mission Enterprise d’un tétraèdre circonscrit.

La plus simple des nombreuses démonstrations géométriques du tétraèdre dans la sphère de Cydonia peut être vue avec les angles d’environ 19,5 degrés entre les objets. Cette mesure d’angle représente le nombre de degrés au-dessus ou au-dessous de l’équateur où trois des pointes (ou nœuds) du tétraèdre seront situés.

La quatrième pointe, bien sûr, serait au pôle nord ou au pôle sud. La « pyramide D&M » à cinq côtés était appelée la « pierre mathématique de Rosette* de Cydonia » parce que, d’une part, elle était inclinée à exactement 19,5 degrés par rapport aux lignes de latitude est-ouest de Mars, et à l’intérieur de la pyramide D&M se trouvaient plusieurs autres les angles clés du tétraèdre circonscrit, tels que 49,6 degrés, ainsi que le rapport d’angle de 60 à 69,4 ou « e/pi ».

C’est la pyramide D&M qui leur a permis de décoder le reste de Cydonia.

(* Remarque : Pour ceux qui ne connaissent pas l’histoire de la pierre de Rosette, il s’agissait d’une tablette sculptée qui comportait un ensemble d’inscriptions avec le même message écrit en trois langues différentes, dont l’une était des hiéroglyphes égyptiens et une autre était bien connu de l’humanité moderne. De la pierre de Rosette, toute la langue hiéroglyphique égyptienne a pu être décodée.)

Dans l’article original « Message of Cydonia » de Hoagland et Torun, suivi d’un ensemble détaillé de données photographiques et analytiques dans le livre de Hoagland The Monuments of Mars, une vaste gamme de corrélations mathématiques dans le placement de certains objets clés ont été décrites, certaines d’entre elles dont nous avons brièvement parlé dans ce chapitre.

L’un des faits les plus surprenants est qu’un triangle équilatéral parfait est formé entre le visage, la pyramide D&M et la ville. Pour ceux qui souhaitent en savoir plus, les livres et les articles sont facilement disponibles sur le site Web d’Enterprise Mission à l’adresse www.enterprisemission.com .


La plupart des autres écrits sur le sujet que l’on trouve généralement sur les sites Internet ont tendance à manquer de nombreuses pièces clés du puzzle, et des attaques incomplètes sont souvent formées par des sceptiques. Ainsi, lorsqu’elles sont correctement examinées, ces conclusions s’ajoutent au cas central sans exception :

Si vous voulez décoder le Message de Mars, étudiez l’idée d’un tétraèdre à l’intérieur d’une sphère.

Alors qu’est-ce que cela signifie exactement? Sur la base de ce dont nous avons déjà discuté dans ce livre, nous sommes bien placés pour poser cette question. Que se passerait-il si nous enquêtions sur l’implication de cette géométrie dans les formations planétaires de l’« unité de conscience » que nous avons déjà étudiées ?

Devrions-nous nous attendre à voir une certaine forme de phénomènes anormaux à ces points clés « tétraédriques » sur les planètes, comme nous l’avons fait avec les douze tourbillons « icosaédriques » de Sanderson et Pasichnyk ici sur Terre ?

12.2.1 GÉOMÉTRIES VORTEX TÉTRAÉDRALES

L’icosaèdre est l’un des cinq principaux solides de Platon, et le tétraèdre indiqué sur Mars en est un autre. Donc, si nous voyons déjà l’icosaèdre à l’œuvre sur les planètes, qui ont bien un tore sphérique pour un champ magnétique, alors devrions-nous également rechercher le tétraèdre, comme le Message de Cydonia nous le ferait croire ?

Est-ce que nous nous attendrions également à trouver un mouvement vortex en spirale aux points nodaux d’un champ d’énergie en forme de tétraèdre qui existe à l’intérieur de la sphère d’une planète ? Ce mouvement de vortex aurait-il certaines des mêmes qualités que la tornade ?

En effet, l’équipe de Hoagland a trouvé des preuves frappantes de cette configuration énergétique dans de nombreux corps de notre système solaire. Voici la liste complète des anomalies « tétraédriques » sur les planètes de l’article original « Message of Cydonia » de Hoagland et Torun :

Latitudes planétaires des phénomènes énergétiques émergents

Ainsi, à partir de ce tableau, nous pouvons clairement voir que le « modèle » tétraédrique est valable dans la majeure partie du système solaire. D’une manière ou d’une autre, les énergies éthériques semblent circuler continuellement à travers ces motifs géométriques, formant des tourbillons en spirale à chaque point.

La grande tache rouge et la grande tache sombre sont clairement des tourbillons ressemblant à des tornades qui semblent avoir une existence perpétuelle inexplicable dans les modèles conventionnels. La Grande Tache Rouge a été observée sur Jupiter pendant plus de 300 ans sans changer, apparaissant comme un gigantesque vortex rouge de nuages ​​en rotation qui est assez grand pour contenir deux Terres, et aucun scientifique conventionnel ne peut expliquer exactement pourquoi il est resté en place avec tant de persistance.

Les volcans observés sur d’autres planètes auront très probablement une zone en spirale de magma liquide sous eux également, se conformant ainsi au « flux » d’énergie éthérique que l’on voit autour des pointes du tétraèdre.

Un article récent dans Science News, lié à http://newton.ex.ac.uk/aip/physnews.255.html#3 , nous montre la possibilité de phénomènes de « grande tache rouge » se produisant en dehors de notre système solaire, dans ce cas sur l’étoile géante Bételgeuse. Il est très probable que d’autres recherches confirmeront que de tels points existent à la latitude de 19,5 degrés :

LA PREMIÈRE IMAGE DIRECTE DE LA SURFACE D’UNE ÉTOILE autre que notre soleil a été rapportée par Andrea Dupree de Harvard-Smithsonian. La surface de l’étoile, Bételgeuse, avait été indirectement imagée plus tôt à l’aide de l’interférométrie speckle, dans laquelle de nombreuses expositions brèves sont additionnées pour créer une image composite.

Les images de Dupree, prises avec le télescope spatial Hubble, confirment les soupçons antérieurs selon lesquels la surface de Bételgeuse présente une tache lumineuse géante. Selon Dupree, l’endroit est 2000 K plus chaud que son environnement et cela pourrait indiquer un nouveau phénomène physique à l’œuvre dans certaines atmosphères stellaires.

Revenant à notre propre système solaire, un autre point de grand intérêt était que la ville martienne « Cydonia » elle-même était située exactement à 120 degrés à l’ouest de l’énorme volcan Olympus Mons, qui est situé à 19,3 degrés nord.

Évidemment, dit Hoagland, le volcan est formé par l’un des nœuds du tétraèdre. Ensuite, la longitude de décalage de 120 degrés de la ville correspond exactement au tiers de la circonférence de 360 ​​degrés du globe, et se trouve donc sur la même ligne de longitude qu’une autre des pointes du tétraèdre. Cela indique à nouveau que l’énergie du vortex était en quelque sorte exploitée pour être utilisée avec les technologies énergétiques de la ville.

Et après la compilation initiale du tableau de données ci-dessus, la mission Enterprise s’est également rendu compte que dans les cycles d’activité du Soleil, les taches solaires culminaient à environ 19,5 degrés au-dessus ou au-dessous de l’équateur avant de se déplacer à nouveau vers l’équateur ; cela semblait être leur emplacement « idéal » quand tout était en équilibre.

De plus, une étrange formation hexagonale dans les nuages ​​au pôle Nord de Saturne semblait montrer la pointe du tétraèdre, là où l’énergie s’écoulait dans le tore sphérique lui-même. Le cercle parfait à l’extérieur de chaque image et les lignes droites sombres se déplaçant vers le centre montrent également des signes clairs d’un « point nodal » d’un vortex :

Anomalies du pôle nord de Saturne, montrant la forme hexagonale et le mouvement vortex.

12.3 ÉQUILIBRE GÉOMÉTRIQUE DES FORCES PAR VIBRATION

Donc, s’il se passe effectivement quelque chose ici avec la géométrie, qu’est-ce que cela pourrait être ? Mouvement de rotation élevé, changements de gravité, changements de matière et distorsions temporelles à ces endroits ? Pourquoi la géométrie, de toutes choses ? Les lignes droites ne sont-elles pas simplement une invention humaine invisible dans la nature ?

Dans ce livre, nous suggérerons que tout le « point » de la géométrie est la vibration, car ces géométries émergent naturellement dans un fluide vibrant. Et différentes géométries signifient différentes vibrations. La géométrie des vibrations est ce qui permet à l’équilibre entre les points de vortex de se produire.

Comme nous l’avons illustré dans les chapitres précédents, les « domaines de vide » vus par le Dr Dmitriev de tant de manières anormales différentes ont une polarité claire de 180 degrés, c’est pourquoi nous les avons appelés « unités de conscience polarisées ». ”

Cette formation d’unité de conscience montre la plus grande force aux pôles nord et sud et produit une énergie très élevée lorsque l’éther trouve une porte puissante pour saigner dans notre réalité.

Cette situation de haute énergie et de gravité polarisée n’est clairement pas adaptée aux besoins d’une planète ; ce n’est pas assez équilibré. Les tornades, par exemple, sont extrêmement destructrices et tournent à des vitesses énormes.

Afin de réussir à former une planète, nous aurions besoin que ces forces puissantes vues aux pôles Nord et Sud soient plus efficacement espacées à travers le globe lui-même, afin que la planète puisse maintenir sa structure et son équilibre sans être déchirée.

Maintenant, avec notre connaissance des propriétés d’un fluide vibrant, nous pouvons voir que la nature nous a déjà fourni la réponse. Des formes telles que le tétraèdre et l’icosaèdre enlèvent une partie de la « pression » du flux à travers l’axe de rotation et permettent à ces forces de « s’espacer » et de circuler plus uniformément à travers une planète, coulant comme des rivières autour de tous les points des champs géométriques qui se forment à l’intérieur de la planète.

Plus important encore, les propriétés simples de la vibration nous donnent la clé qui rend cela possible, comme nous le verrons dans le chapitre suivant.

12.4 « MODÈLE DYNAMIQUE DE CHAMP » DANS TOUT LE SYSTÈME SOLAIRE

Dans le chapitre suivant, nous présenterons le cas complet pour montrer les connexions vibratoires entre la lumière, le son et la géométrie ; cependant, dans le reste de ce chapitre, nous compilerons davantage de découvertes ingénieuses de Richard Pasichnyk sur les processus énergétiques planétaires sous une forme simplifiée et organisée pour les comparer aux découvertes de Hoagland et al.

Ici, ce dont nous discuterons est l’observation de Pasichnyk selon laquelle le « modèle dynamique de champ » peut être observé dans tout le système solaire, sur chaque planète. Cela donne évidemment une nouvelle couche de preuve dramatique à l’idée que chaque planète est une « unité de conscience » avec sa propre formation géométrique en Grille. Nous n’avions évidemment pas accès à ces données lors de l’écriture de The Shift of the Ages.

12.4.1 FORMATIONS D’ANNEAUX ÉNERGÉTIQUES DANS LE CU

Avant de nous lancer dans la description de ces connexions, nous devons aborder un aspect supplémentaire du modèle de Pasichnyk. Nous avons vu que lorsqu’une unité de conscience n’est pas totalement « polarisée », ses champs entrent à la fois par le pôle nord et le pôle sud, puis s’étendent pour former des formes telles que l’icosaèdre.

Cependant, l’axe de rotation restera toujours dans le champ sous la forme d’une « ligne » clairement visible qui traverse la sphère de haut en bas. De même, dit Pasichnyk, la formation « en anneau » que l’on peut voir autour d’une planète telle que Saturne est formée par ces mêmes forces énergétiques.

Dans ce cas, lorsque les champs entrent de chaque pôle, ils s’écrasent au centre géométrique exact de la sphère, où ils se croisent pour la première fois. Cela forme de l’énergie et de la matière qui sont ensuite structurées en anneaux par les différents champs sphériques imbriqués que nous avons vus dans les expériences précédentes.

Ainsi, tout comme l’axe se forme dans la polarité nord-sud exacte de la sphère, l’anneau se forme dans la polarité est-ouest exacte. L’axe se courbe à travers le centre sous la forme d’une ligne droite et l’anneau rayonne à travers le centre sous la forme d’un plan plat qui s’étend sur environ 360 degrés pour former un cercle.

Et, comme Walter Russell l’a montré expérimentalement dans son livre Atomic Suicide ? et Peter Kelly répliqué plus tard, l’anneau autour de la sphère peut être formé en laboratoire, uniquement avec des champs magnétiques croisés. Dans cette expérience, que nous avons décrite au chapitre 10, deux électroaimants en forme de cône sont placés face à face à leurs pointes, et lorsqu’ils sont allumés, un champ d’énergie de choc se forme entre eux.

De minuscules copeaux de fer peuvent être déposés entre eux et au lieu de tomber, ils s’organiseront en une formation sphérique. Cela est dû au fait qu’une zone de magnétisme en forme de sphère se forme entre les deux cônes. Puis, lorsque les deux cônes s’écartent progressivement, sans gravité ni rotation, la sphère se gonfle et forme alors un anneau.

Par conséquent, à partir de l’expérience reproductible de Walter Russell, nous pouvons voir que l’anneau est une conséquence naturelle de l’interaction des champs magnétiques en forme de cône en spirale qui pénètrent dans la sphère des deux côtés, et pas seulement un seul flux du haut ou du bas comme on le voit dans une CU polarisée.

Cela expliquerait pourquoi les formations du « domaine du vide » de Dmitriev n’ont pas été vues comme ayant des anneaux qui les entourent de cette manière :

L’anneau est le point évident d’équilibre géométrique entre les champs qui entrent et se croisent depuis les deux pôles de la sphère.

Dans le CU polarisé, le flux d’énergie n’entre qu’à un pôle et sort à l’autre, et aucun anneau ne se forme.

Avec cette nouvelle donnée à l’esprit, nous pouvons continuer. Bien que la plupart des gens croient que seule Saturne a des anneaux, Pasichnyk résume les recherches récentes en montrant que toutes les planètes présentent une certaine forme d’anneau, ou du moins un « courant d’anneau » d’énergie dans leurs régions équatoriales.

12.4.2 PHÉNOMÈNES VARIABLES DANS LE TEMPS

Une autre remarque doit également être faite concernant les recherches de Pasichnyk. Il signale fréquemment des phénomènes dans les planètes qui sont variables dans le temps, ce qui signifie qu’il y a des effets énergétiques qui changent au cours du temps.

Nous devrions déjà nous attendre à ce que cela soit vrai sur la base des travaux du professeur Shnoll, qui a montré que les taux de réaction des atomes et des molécules sont directement affectés par les mouvements planétaires et célestes tels que le jour, le mois lunaire, l’année solaire et même le passage « sidéral » de la Terre à travers la galaxie.

Les mesures de différents composés prises en même temps montreront des variations presque identiques, indiquant ainsi que toutes les structures moléculaires d’une planète donnée sont affectées de la même manière.

De plus, dans le dernier chapitre, nous avons déjà montré que le champ magnétique, le champ gravitationnel et la vitesse de rotation de la Terre peuvent tous changer, soit à cause des éclipses solaires, qui diminuent la quantité d’énergie solaire entrante, soit à partir des périodes de maximum solaire, qui augmentent la quantité d’énergie disponible.

Ainsi, dans le nouveau modèle, nous pouvons nous attendre à ce que toutes les planètes présentent des changements notables qui varient avec le temps. Et n’oublions pas que la gravité est en fait formée par le push-pull de l’énergie éthérée entrante et sortante.

Ainsi, avec Mercure et le reste des planètes, nous commencerons par quelques faits généraux, puis nous essaierons de décomposer les principaux points de Pasichnyk en cinq catégories, afin de former une structure logique, organisée et facile à lire. Ces cinq catégories seront les anomalies magnétiques, les phénomènes variant dans le temps, les phénomènes lumineux/énergétiques, les anomalies ionosphériques/atmosphériques et les anomalies structurelles/géométriques, et il y aura nécessairement un certain chevauchement entre les catégories.

12.5 MERCURE

Mercure a un rayon de 2 439 kilomètres et une masse de 3,30e23 kilogrammes. Il n’a été visité directement qu’une seule fois, par le vaisseau spatial Mariner 10, qui a survolé trois fois en 1974 et 75. Seuls 45 % de sa surface ont pu être cartographiés à cette époque.

Curieusement, en 1965, on a découvert que Mercure tournera trois fois lors de deux de ses passages autour du Soleil, ce qui en fait la seule planète avec une résonance orbitale / rotationnelle autre qu’un certain niveau de un à un. Des observations radar plus récentes du pôle nord de Mercure ont montré des preuves de glace d’eau dans certains cratères, qui protègent la glace du Soleil, une autre anomalie tout à fait inattendue.

12.5.1 ANOMALIES MAGNÉTIQUES

1. Champ magnétique similaire à la Terre. Mercure a un champ magnétique faible qui est très similaire à celui de la Terre, seulement avec son comportement et ses événements se produisant à une vitesse plus rapide. L’influence du Soleil sur le champ magnétique semble être responsable de cette vitesse de comportement plus rapide, puisque Mercure est beaucoup plus proche du Soleil et en orbite beaucoup plus rapidement. Dans la théorie actuelle de la dynamo, Mercure ne devrait pas avoir de champ magnétique du tout.

2. Anomalies fondamentales. Sur la base des concepts conventionnels de formation planétaire, le noyau de Mercure aurait dû se solidifier ou geler très tôt dans son développement. Cela interdirait à Mercure de former une dynamo magnétique dans le modèle actuel.

3. Rotation lente. Mercure tourne très lentement sur son axe. Cela crée également un énorme problème pour l’idée que son champ magnétique est alimenté par le modèle de la dynamo.

4. Champ électrique plus fort. De plus, la magnétosphère de Mercure a un champ électrique comparativement plus fort que celui de la Terre, suggérant à nouveau que cela est directement lié à l’énergie qu’elle absorbe par sa proximité avec le Soleil.

12.5.2 PHÉNOMÈNES VARIANT DANS LE TEMPS

Les phénomènes variant dans le temps sur Mercure comprennent les suivants :

1. On peut voir les émissions radio de Mercure disparaître à certains endroits, puis réapparaître. Nous n’avons aucun moyen d’expliquer cela dans les modèles actuels.

2. Les électrons et les protons fluctuent autour de Mercure à intervalles de six secondes. Cela suggère que le centre de Mercure est une source variable dans le temps avec une activité nucléaire

3. Les aurores sur Mercure varient avec le temps, bien que dans les modèles conventionnels, elles devraient rester stables en raison de la proximité de Mercure avec le Soleil.

4. On a vu des émissions lumineuses de lumière ultraviolette à courtes longueurs d’onde apparaître et disparaître au cours de quelques jours sur le côté obscur de Mercure.

12.5.3 PHÉNOMÈNES LUMINEUX / ÉNERGÉTIQUES

1. Les aurores peuvent être vues aux latitudes de 30 degrés, comme on peut s’y attendre du champ énergétique basé sur l’icosaèdre.

2. Des formations brumeuses peuvent être observées aux latitudes moyennes de Mercure. Cela suggère une atmosphère. Cependant, Mercure n’est pas censé avoir d’atmosphère en raison de sa proximité avec le Soleil.

3. Des points lumineux ont été observés à la surface de Mercure.

4. Des anneaux ont été observés autour de Mercure, qui sont sombres et nébuleux avec une teinte violette.

12.5.4 ANOMALIES IONOSPHÉRIQUES / ATMOSPHÉRIQUES

1. Les particules piégées sont contenues dans l’ionosphère de Mercure qui sont trop denses pour les explications scientifiques conventionnelles. Cela suggère qu’un mécanisme interne et dynamique les génère de l’intérieur, comme on pourrait s’y attendre dans le modèle de Pasichnyk.

2. L’hélium, l’hydrogène et l’oxygène sont contenus dans l’atmosphère de Mercure. Dans les modèles conventionnels, il n’y a pas assez de force gravitationnelle pour que Mercure s’accroche à une atmosphère ; le vent solaire aurait dû l’emporter.

Pasichnyk suggère que Mercure génère ces particules de l’intérieur, via la fusion de l’hydrogène et ses sous-produits se produisant dans le noyau de la planète. Les champs magnétiques, tels que nous les comprenons maintenant dans ce nouveau modèle, sont ce qui empêche cette atmosphère d’être soufflée.

12.5.5 ANOMALIES STRUCTURELLES / GÉOMÉTRIQUES

1. Densité. Mercure n’est qu’un dixième de la taille de Vénus ou de la Terre, mais il est extrêmement dense à l’intérieur. Cette densité est suffisamment élevée pour que les modèles conventionnels de formation planétaire – soit la condensation des poussières et des gaz, soit le rassemblement (accrétion) de météores et de planitesimaux – n’ont aucun moyen d’en tenir compte. Plus tard dans ce livre, nous verrons une nouvelle explication de pourquoi cela pourrait être.

2. Tectonique. La majorité des mouvements tectoniques de Mercure montrent qu’ils sont alignés avec les pôles, l’équateur et les latitudes moyennes, comme prévu dans le modèle dynamique de champ basé sur l’icosaèdre.

3. Aurores polaires. Les aurores sont visibles au-dessus des pôles de Mercure, ce qui, encore une fois, ne devrait pas être possible dans les modèles conventionnels. Nous nous souvenons que cela nous montre où les énergies affluent dans le noyau lumineux de la planète.

4. Glace polaire. Comme nous l’avons indiqué ci-dessus, de la glace a été vue sur le pôle nord de Mercure, ce qui montre à nouveau que des phénomènes anormaux s’y produisent, étant donné la chaleur innée de Mercure. Mercure n’est pas une planète « en fusion » à la surface comme certains ont été amenés à le croire, mais il est certainement assez chaud pour en faire une anomalie. D’où proviendraient les vapeurs ?

12.6 VÉNUS

L’orbite de Vénus forme presque un cercle parfait, plus que toute autre planète du système solaire. Il mesure 12 103,6 kilomètres de diamètre et 4,869e24 kilogrammes de masse. Il a été visité pour la première fois par Mariner 2 en 1952 et a depuis été visité par plus de 20 autres sondes.

Vénus n’est que légèrement plus petite que la Terre en taille, et elle avait très probablement autrefois de grandes quantités d’eau comme la Terre, mais cette eau a ensuite été bouillie. Il est maintenant entouré de nuages ​​très denses et n’a pas de lunes.

Vénus tourne très lentement sur son axe dans un mouvement rétrograde ou « en arrière », et le plus intéressant, « les périodes de rotation de Vénus et de son orbite sont synchronisées de telle sorte qu’elle présente toujours la même face vers la Terre lorsque les deux planètes sont à leur approche la plus proche. « Cela suggère une connexion énergétique interplanétaire qui relie les deux orbites planétaires, que nous aborderons plus tard.

12.6.1 ANOMALIES MAGNÉTIQUES

1. Champ magnétique faible. Puisque Vénus est plus proche du Soleil que la Terre, nos scientifiques s’attendaient à ce qu’elle ait un champ magnétique plus fort. Cela est dû à la croyance que Vénus a dû former un noyau liquide avec les conditions attendues de température et de pression. Cependant, le champ magnétique de Vénus est si faible qu’il a été mesuré comme étant proche de zéro pendant une longue période de temps.

2. Aucune composante verticale du champ magnétique. Le champ magnétique étriqué de Vénus ne se déplace que d’est en ouest, et non du nord au sud le long de l’axe de rotation. Les scientifiques admettent que cela pose un sérieux défi au modèle de la dynamo. Pourtant, lorsque nous commençons à voir le nouveau modèle, d’autres options pour les champs magnétiques deviennent possibles, car le centre d’une planète est composé d’un matériau éthérique lumineux qui forme le champ magnétique, et non d’un noyau solide.

3. Réponses magnétiques au vent solaire. Dans les périodes où la pression du vent solaire est très élevée, le champ magnétique de Vénus subit de fortes variations à grande échelle, indiquant ainsi un lien direct entre les deux comme on pouvait s’y attendre.

12.6.2 PHÉNOMÈNES VARIANT DANS LE TEMPS

1. Modification de la vitesse des « particules ». « Dans l’atmosphère vénusienne, on voit les ions oxygène et les protons modifier leurs vitesses de déplacement les uns par rapport aux autres, au mépris de toutes les compréhensions connues.

2. Hauteur changeante de l’ionosphère sur 24 heures. Dans un mouvement de type respiration, l’ionosphère peut passer d’une hauteur de plusieurs milliers de kilomètres à seulement 200 kilomètres, ou 125 milles, en l’espace de vingt-quatre heures. Aux hauteurs inférieures, presque aucun ion ne sera vu au-dessus du point de 200 km.

3. Hauteur changeante de l’atmosphère sur 4 jours. Dans un cycle qui se déroule sur une période de quatre jours, le pont nuageux de Vénus monte et descend jusqu’à un kilomètre, ou 0,62 mile, sur toute la surface de la planète simultanément. C’est ce que les scientifiques appellent le « souffle régulier » de Vénus, et il peut être observé en mesurant les différentes concentrations de dioxyde de carbone dans l’atmosphère. Cela montre la nature pulsatoire des vrais champs d’énergie qui entrent et sortent de la planète sur une base variable dans le temps.

12.6.3 PHÉNOMÈNES LUMINEUX / ÉNERGÉTIQUES

1. Aurores boréales. En raison du faible champ magnétique de Vénus, on ne s’attend pas à ce qu’elle ait des aurores. Le fait qu’ils aient été vus soutient le modèle de champ dynamique de Pasichnyk en montrant leur connexion à une source d’énergie interne et non à une « dynamo magnétique ». ”

2. Lueur nocturne à l’oxygène. Pendant les périodes où l’activité solaire atteint son maximum et où des éruptions solaires se déclenchent, Vénus montre des signes d’atomes d’oxygène brillant du côté nuit. Ceci était complètement inattendu dans les modèles conventionnels et suggère une connexion solaire.

3. Augmentation de la lueur près de la surface. Deux sondes différentes ont déterminé que lorsque vous pénétrez dans l’atmosphère de Vénus, il y a une lueur qui augmente à mesure que vous vous rapprochez de la surface.

4. Foudre sans précipitation. Sur Vénus, nous avons observé des éclairs qui ne se produisent pas en conjonction avec des précipitations ; nos modèles actuels s’attendent à ce qu’ils fonctionnent ensemble. [Nous nous souvenons que cela a également été observé dans les anomalies de tornade du Dr Dmitriev.]

5. Plus d’énergie rayonnée que reçue. Comme l’ont également remarqué Richard Hoagland et The Enterprise Mission, Vénus rayonne 15% plus d’énergie d’elle-même qu’elle n’en reçoit du Soleil.

6. Densité des anneaux ou des particules à l’équateur. Comme le nouveau modèle le proposerait, Vénus montre un phénomène d’anneau de densité de particules accrue à son point d’équateur.

12.6.4 ANOMALIES IONOSPHÉRIQUES / ATMOSPHÉRIQUES

1. Absence de nuages ​​polaires. Vénus n’a pas de couverture nuageuse visible sur les pôles nord et sud, suggérant les points d’entrée et de sortie de l’énergie se déplaçant vers le centre.

2. Trous de latitude moyenne dans l’ionosphère. Comme prévu d’après la géométrie impliquée, les zones de latitude moyenne de Vénus présentent des « trous » où il y a une température plus élevée et une amélioration énergétique des ions hydrogène à l’intérieur. Lorsque les champs électriques et le flux ascendant d’ions augmentent dans ces zones, il y a un appauvrissement correspondant de l’énergie plasma environnante.

3. Anomalies de pression. Conformément à la géométrie, la pression atmosphérique est la plus élevée à environ 30 degrés de latitude. Des valeurs de haute pression sont également observées à l’équateur et près du pôle, à environ 60 degrés de latitude. (Le pôle est à 90 degrés de latitude.) Cependant, au pôle lui-même, nous trouvons la pression la plus basse de toutes. Ces anomalies ne peuvent pas être expliquées par la rotation de Vénus, mais sont maintenant entièrement prises en compte.

4. Atmosphère super-rotative. Vénus prend 243 jours terrestres incroyablement lents pour tourner une fois autour de son propre axe, dans un mouvement « rétrograde » qui est à l’envers de toutes les autres planètes. (La Terre, évidemment, ne prend qu’un jour.) Cependant, ses vents de haute altitude font le tour de la planète entière en seulement quatre jours. De plus, ces vents ont :

5. Rotation atmosphérique rétrograde. Les couches externes super-rotatives des nuages ​​de Vénus tournent dans le sens opposé au mouvement de rotation de la planète, tournant ainsi dans le même sens que les autres planètes. Ces phénomènes nuageux à haute altitude nécessitent un mécanisme pour entraîner la rotation qui n’est pas actuellement visible.

12.6.5 ANOMALIES STRUCTURELLES / GÉOMÉTRIQUES

1. Régions polaires plus chaudes que l’équateur. Les régions polaires chaudes sont évidemment une surprise pour les scientifiques ; si le Soleil était la seule source de chaleur pour une planète, nous nous attendrions à ce que les températures les plus élevées soient à l’équateur. Cependant, l’idée d’une source d’énergie interne semblable au Soleil alimentée par le flux d’énergie aux pôles suggère une telle observation.

2. Le « nuage en col polaire » existe aux pôles. Cette formation nuageuse montre les points d’entrée et de sortie de l’énergie environnante alors qu’elle afflue dans le noyau de la planète depuis les pôles.

3. Gravité ou ondes planétaires des latitudes moyennes. Ces forces gravitationnelles nous montrent que les anomalies de la formation icosaédrique sur Terre peuvent également se produire sur d’autres planètes.

4. Vagues de chaleur, jets, flux de particules et cisaillement du vent aux latitudes moyennes. Depuis les travaux d’Ivan Sanderson, tous ces types de phénomènes ont été observés sur Terre, correspondant à la géométrie icosaédrique.

5. Foudre dirigée vers le haut à 30 degrés de latitude. Une forme terrestre avec des pics volcaniques à 30 degrés de latitude sud connue sous le nom d’Aphrodite Terra montre des éclairs ascendants regroupés près des pics Beta et Alta. Ces éclairs n’étaient pas corrélés à l’activité volcanique. Encore une fois, nous pouvons voir avec quelle puissance l’énergie émane de ces points.

6. L’atmosphère profonde est plus froide à l’équateur que les latitudes de 30 degrés. Cette observation se produit lorsque nous plongeons en dessous de 40 kilomètres ou 25 miles dans l’atmosphère vénusienne, et contredit évidemment les modèles planétaires actuels.

7. Caractéristiques géométriques variant dans le temps le long de l’équateur. En particulier sur les photographies ultraviolettes de Vénus, des formes sombres comprenant une caractéristique géométrique en forme de «Y» latéralement sont visibles le long de l’équateur. Il a été observé que la caractéristique « Y » dure des semaines et réapparaît à des intervalles de temps de quatre jours. Nous savons que cette caractéristique a persisté à la même longitude pendant au moins des décennies.

Ces formations sont situées entre les deux latitudes de 45 degrés et mesurent environ 1 000 km/600 miles de long, se déplaçant avec un mouvement angulaire apparent à l’équateur. [Remarque : Chaque point nodal du dodécaèdre est composé de trois lignes qui forment un « Y ». ”]

8. Caractéristiques tectoniques anormales. Vénus a une croûte que l’on pense trop mince et trop chaude pour que le modèle de tectonique des plaques conventionnelle y fonctionne. Cependant, il existe en effet des caractéristiques tectoniques, des fractures presque à angle droit appelées failles transformantes et des vallées de rift.

Vénus possède également un canyon beaucoup plus grand que le Grand Canyon sur Terre, et il se trouve juste le long de l’équateur. Dans les modèles tectoniques conventionnels, la surface de Vénus devrait être relativement lisse. Ces anomalies suggèrent l’hypothèse d’expansion et la géométrie des Champs travaillant en tandem.

12.7 MARS

La Terre est la troisième planète à partir du Soleil après Vénus et Mars est la quatrième. Mars est également la septième plus grande planète du système solaire. Son diamètre est de 6 794 km et sa masse est de 6,4219e23 kg. Il a une orbite considérablement elliptique, ce qui peut provoquer des changements extrêmes de climat et de température.

Bien que sa température moyenne soit de 218 K (-55 C, -67 F), il peut faire aussi froid que 140 K (-133 C, -207 F) en hiver et aussi chaud que 300 K (27 C, 80 F) en été. Cela rendrait évidemment une tentative moderne de colonisation très difficile sans une certaine forme de dôme fermé.

La planète rouge a été visitée pour la première fois par Mariner 4 en 1965 et a été suivie par plusieurs autres, dont les deux atterrisseurs Viking en 1976. De nombreuses autres sondes ont tenté de visiter Mars et ont connu des catastrophes très inhabituelles, et certaines comme le Dr Zecharia Sitchin ont suggéré que cela est dû à une interférence intelligente.

Ces derniers temps, il y a eu beaucoup de publicité sur le fait que Mars était comme la Terre dans son passé, avec des océans, de l’eau courante, une atmosphère et même de la vie. Des preuves claires montrent que Mars a toujours un ciel bleu, des zones d’eau et une vie possible.

Mars a deux lunes, Phobos et Deimos, qui ont toutes deux des qualités inhabituelles qui suggèrent qu’elles pourraient être creuses à l’intérieur. Ils se déplacent très rapidement et trop près de la surface. De plus, exactement la moitié de la croûte de surface de Mars présente des cratères massifs, tandis que l’autre moitié en montre très peu.

Ceci, combiné à des observations similaires sur les lunes de Jupiter et de Saturne, apporte un soutien significatif à l’idée du Dr Tom Van Flandern selon laquelle Mars était autrefois un satellite d’une planète qui avait explosé, maintenant considérée comme la ceinture d’astéroïdes. Cela expliquerait son état actuellement «dévasté», où apparemment la vie avait autrefois suffisamment prospéré pour créer la ville de Cydonia.

12.7.1 ANOMALIES MAGNÉTIQUES

1. Peu ou pas de champ magnétique. Étant donné que Mars a une croûte externe solide et une densité interne similaires à celles de la Terre, on s’attend à ce qu’elle ait un champ magnétique supérieur d’au moins deux ordres de grandeur à ce que l’on voit réellement. S’il y a un tel champ, il peut varier dans le temps. Il est possible que l’explosion planétaire hypothétique ait causé ces dommages énergétiques.

2. Écoulement à grande vitesse. Du côté de Mars opposé au Soleil, les faibles champs magnétiques qui ont été observés circulent à des vitesses beaucoup plus rapides que celles qui pourraient être expliquées par la seule force centrifuge. Cela suggère qu’un noyau lumineux est au centre qui sert d’accélérateur de particules énergétiques.

12.7.2 PHÉNOMÈNES VARIANT DANS LE TEMPS

1. Modification des schémas de contraintes polaires. La simple idée d’un mouvement de convection fluide dans le magma de Mars n’explique pas les schémas de contrainte variant dans le temps qui sont observés aux pôles, se déplaçant vers l’intérieur. C’est à prévoir dans le nouveau modèle.

2. Les phénomènes tectoniques et autres varient avec l’activité solaire. Le comportement tectonique qui est corrélé à la production solaire suggère à nouveau fortement que les divers processus de mouvement sur Mars sont liés à l’énergie entrante du Soleil.

12.7.3 PHÉNOMÈNES LUMINEUX / ÉNERGÉTIQUES

1. Vagues assombries. Les régions de latitude moyenne, qui sont si importantes dans le modèle dynamique de champ en raison de la géométrie, présentent des zones ondulatoires de couleur assombrie.

2. Taches claires et sombres. Ceux-ci ont également été observés dans les régions très importantes des latitudes moyennes et suggèrent également un comportement énergétique actuellement inexpliqué.

12.7.4 ANOMALIES IONOSPHÉRIQUES / ATMOSPHÉRIQUES

1. Nuages ​​en spirale avec un jet étroit au pôle Nord. Ces nuages ​​atteignent 50 kilomètres ou 86 milles de profondeur, alors que les théories actuelles suggèrent qu’ils ne devraient être que de 6 à 7 kilomètres, ou 10,7 à 11,3 milles. Ces nuages ​​ressemblent beaucoup aux nuages ​​d’ouragan ou de tornade sur Terre. Encore une fois, nous voyons de l’énergie affluer aux pôles, comme on pouvait s’y attendre.

2. Phénomènes météorologiques avec connexions solaires. Dans les régions de latitude moyenne définies géométriquement, il y a des événements météorologiques très actifs qui sont chronométrés en concordance avec l’activité solaire.

3. Nuages ​​parallèles et tempêtes de poussière aux latitudes moyennes. Les nuages ​​qui courent dans des formations parallèles et les tempêtes de poussière suggèrent également que les zones de latitude moyenne sont plus énergétiques.

4. Fluctuations de température et de pression aux latitudes moyennes. Encore une fois, le nouveau modèle de Pasichnyk explique géométriquement pourquoi il y aurait des changements de chaleur et de pression dans ces zones.

12.7.4 ANOMALIES STRUCTURELLES / GÉOMÉTRIQUES

1. Empilement de plaques « Pinwheel » aux pôles. Cette découverte remarquable dans les régions polaires montre que différentes unités de plaques s’empilent comme des moulins à vent, coulant en quelque sorte ensemble dans un motif de vortex clair ! Ces modèles se produisent dans des bassins en forme de cercle aux pôles, en parfaite conformité avec ce que nous attendrions pour les nœuds principaux de ces champs d’énergie.

2. Ondes de gravité liées aux latitudes moyennes. Dans les modèles conventionnels, la gravité doit être douce ; cependant, en commençant par les recherches de Sanderson, nous pouvons maintenant suggérer que des anomalies de gravité aux latitudes moyennes seraient observées sur d’autres planètes telles que Mars.

3. Caractéristiques tectoniques entre 40 degrés de latitude. Ces zones d’activité sismique sont prétendument formées par rotation uniquement dans la vision conventionnelle, mais elles correspondent également à ce modèle.

12.8 JUPITER

Jupiter est la cinquième planète et de loin la plus grande de notre système solaire. Elle est plus de deux fois plus grande que toutes les autres planètes réunies, et il faudrait 318 Terres pour remplir son volume. Son diamètre à l’équateur est de 142 984 km et on pense qu’il pèse 1 900e27 kg. Il a été visité pour la première fois par Pioneer 10 en 1973, puis par Pioneer 11, Voyagers 1 et 2, Ulysse et, plus récemment, Galileo.

Jupiter est une planète gazeuse, qui n’a pas de surface solide mais se densifie simplement avec la profondeur. Des études récentes suggèrent qu’il contient un petit noyau rocheux semblable à la Terre qui est environ 10 ou 15 fois plus grand que la Terre actuelle. Ses gaz sont composés d’environ 90% d’hydrogène, 10% d’hélium et des traces de méthane, d’eau, d’ammoniac et de roche, ce qui serait similaire à la nébuleuse planétaire hypothétique qui aurait donné naissance aux planètes.

Au-dessus du noyau rocheux se trouve de l’hydrogène métallique liquide qui contient des protons et des électrons ionisés comme le Soleil, mais à une température plus basse. Comme les autres planètes gazeuses, Jupiter a des vents à grande vitesse qui tournent en sens inverse dans les ceintures adjacentes, où les ceintures de couleur claire sont appelées «zones» et les ceintures de couleur foncée sont appelées «bandes». « Les nuages ​​contrarotatifs devraient nécessiter des champs d’énergie contrarotatifs pour se déplacer.

En 1610, Galilée a découvert les quatre grandes lunes de Jupiter, qui sont Io, Europe, Ganymède et Callisto, et cela a apporté un soutien majeur au concept hérétique de Copernic selon lequel le Soleil était au centre du système solaire. Galilée a ainsi été emprisonné pour le reste de sa vie et contraint de renoncer officiellement à ses convictions par la hiérarchie sacerdotale.

Au moment d’écrire ces lignes, un total de 12 lunes plus petites sont également reconnues autour de Jupiter. Fait intéressant, Io, Europa et Ganymède orbitent dans un rapport harmonique de 1 à 2 à 4, et on pense que Callisto finira par rejoindre ce rapport dans quelques centaines de millions d’années à exactement deux fois l’orbite de Ganymède et huit fois la période d’Io.

L’explication conventionnelle à cela est la «résonance orbitale» et dans le modèle éthérique vibrationnel, elle est totalement prise en compte. Une telle «résonance» est également observée dans la ceinture d’astéroïdes, dans ce que l’on appelle les «écarts de résonance de Kirkwood». « Ces espaces bien délimités entre différentes bandes d’astéroïdes suivent les principes de base de la musique et des vibrations.

12.8.1 ANOMALIES MAGNÉTIQUES DE JUPITER

1. De très grande taille. Le champ magnétique de Jupiter s’étend jusqu’à cent fois son rayon, car il est quatre fois plus puissant que le champ magnétique terrestre. Cela exerce donc un impact énergétique majeur sur les autres planètes de notre système solaire dans le modèle éthérique.

2. Liaison magnétosphère / courant équatorial. Lorsque la magnétosphère de Jupiter se comprime, le courant équatorial est activé ; encore une fois, cela est prédit dans le nouveau modèle et a été observé dans les expériences de Walter Russell.

12.8.2 PHÉNOMÈNES VARIANT DANS LE TEMPS

1. Rafales radio. Celles-ci sont causées par le flux de particules qui se produit le long des lignes de force magnétiques, et les phases de la plus grande lune de Jupiter, Io, en sont presque entièrement responsables. Cela montre la connexion des corps externes aux processus énergétiques internes, comme les travaux du professeur Shnoll sur les réactions atomiques et moléculaires nous amèneraient à le croire.

2. Améliorations de l’hydrogène aux pôles. On a vu que les niveaux d’hydrogène atomique et moléculaire varient avec le temps dans les régions polaires, nous montrant à nouveau les zones d’énergie en continu que nous nous attendons à trouver.

3. Limites des nuages. Des frontières claires existent entre les ceintures et les systèmes nuageux, et elles affichent des propriétés variables dans le temps et une contre-rotation, nous montrant les champs opposés.

4. GRS fluctue avec l’activité solaire. La grande tache rouge de Jupiter montre des changements qui se produisent en synchronisation avec l’activité solaire. D’autres ont établi des liens entre les changements GRS et les phases des quatre lunes principales de Jupiter, montrant à nouveau des influences externes sur l’énergétique de Jupiter, que les modèles actuels ne s’attendent pas à voir.

12.8.3 PHÉNOMÈNES LUMINEUX / ÉNERGÉTIQUES

1. Grande aurore étonnamment forte. Comme observé le 5 mars 1979, Jupiter a une aurore de 29 000 kilomètres ou 18 000 miles de large au pôle Nord, la plus grande que nous ayons jamais vue. Cette aurore est beaucoup plus forte que ne le pensent les modèles actuels ; il présente également des orages.

2. 16 fois plus d’ions circulent dans la magnétosphère que prévu. Ces ions énergétiques d’oxygène et de soufre sont nettement trop forts pour le modèle actuel, suggérant à nouveau une source d’énergie interne plus puissante que ce que nous avons été amenés à croire.

3. Plus d’énergie rayonnée que reçue du Soleil. Encore une fois, différentes interprétations sont apparues pour expliquer pourquoi tant d’énergie supplémentaire est libérée, mais aucune ne semble tenir le coup; bref, Jupiter doit avoir une forte source d’énergie interne comme nous l’avons proposé.

4. Anneaux sombres. On ne s’attendait pas à ce que Jupiter ait des anneaux, mais ils ont en effet été découverts par Voyager 1, beaucoup plus petits et de couleur plus pâle que ceux de Saturne.

12.8.4 ANOMALIES IONOSPHÉRIQUES / ATMOSPHÉRIQUES

1. Particules bloquées entre les hémisphères. Pour une raison actuellement inconnue, les particules qui se développent le long des lignes de champ magnétique dans un hémisphère ne se transfèrent pas dans l’autre. Dans le modèle de Pasichnyk, cela nous montre qu’ils sont accélérés dans la région équatoriale avant qu’ils ne traversent jamais l’équateur.

2. Les régions polaires manquent de gaz atmosphériques. Le manque de gaz aux pôles nous montre à nouveau qu’ils sont évacués par un flux d’énergie et de particules avec l’intérieur de la planète, qui se concentre dans les régions polaires.

3. Changements de couleur distincts à 30 degrés. Aux latitudes de trente degrés, la couleur des nuages ​​de Jupiter change radicalement. Cela nous montre encore qu’aux points définis par la géométrie, nous voyons des phénomènes anormaux.

4. Ceintures nuageuses contrarotatives avec des limites nettes. Aucune explication solide dans les modèles atmosphériques connus n’a été donnée pour ces anomalies atmosphériques contrarotatives.

12.8.5 ANOMALIES STRUCTURELLES / GÉOMÉTRIQUES

1. Rayons X aux pôles. Ces sursauts énergétiques sont typiques de l’accélération des particules et ont été observés aux pôles Nord et Sud, nous montrant à nouveau le système énergétique en mouvement à l’œuvre.

2. Les aurores ont accéléré à 180 degrés de longitude. N’oublions pas que la ligne de longitude à 180 degrés divise parfaitement une planète en deux. Ce mouvement plus rapide de l’aurore dans une zone clairement définie géométriquement nous montre une anomalie qui correspond au nouveau modèle et n’est pas comprise de manière conventionnelle. Lorsque nous nous souvenons de la géométrie de la grille globale, cela est beaucoup plus facile à comprendre.

3. Vent polaire d’hydrogène. Encore une fois, cela montre l’énergie de flux aux pôles, indiquant l’activité du CU.

4. Caractéristiques inhabituellement chaudes à des latitudes de 35 degrés. Le réchauffement solaire devrait être le plus fort à l’équateur, et pourtant cette observation correspond parfaitement au nouveau modèle.

5. Vents plus rapides des latitudes moyennes. Normalement, nous nous attendrions à ce que l’équateur ait les vents les plus rapides, mais à la place, ils culminent aux latitudes de 20 à 30 degrés et moins aux latitudes de 10 degrés.

12.9 SATURNE

C’est la sixième planète à partir du Soleil et la plus grande après Jupiter. Son diamètre est de 120 536 km à l’équateur et sa masse est de 5,68e26 kg. Il a été observé pour la première fois par Galilée en 1610, et la géométrie des anneaux n’a été déterminée qu’en 1659 par Christian Huygens. Il a été visité pour la première fois par Pioneer 1 en 1979 et plus tard par Voyager 1 et 2.

Saturne n’est en aucun cas une sphère parfaite, car il y a un aplatissement de près de 10 % entre les régions polaires par opposition à l’équateur, qui est visible dans un télescope. On pense que cette forme sphérique « oblate » est causée par sa rotation rapide, mais nous nous souvenons que dans les expériences de Walter Russell, elle pourrait être formée en augmentant simplement la distance entre les deux sources des champs magnétiques coniques en spirale qui se croisent sous une forme sphérique. .

En tant que planète gazeuse, la composition atmosphérique de Saturne est très similaire à celle de Jupiter, y compris tous les oligo-éléments observés sur Jupiter. Cependant, ses deux principaux constituants gazeux présentent un bilan d’hélium plus élevé que Jupiter, avec 75 % d’hydrogène et 25 % d’hélium. Il a des anneaux très visibles, dont trois peuvent être vus de la Terre dans un télescope.

Même ainsi, ils sont très plats à seulement 1,5 kilomètre d’épaisseur, et il y a si peu de matière dans les anneaux que s’ils étaient tous compressés en un seul corps, la masse résultante n’aurait pas plus de 100 kilomètres de large. Saturne a également un petit noyau rocheux semblable à la Terre en son centre, comme Jupiter.

Les deux plus grandes lunes de Saturne sont Titan et Rhéa, et il y a un total de 18 satellites nommés à l’heure actuelle. Trois paires de lunes différentes ont des interactions stables et « harmoniques ». L’orbite de Mimas est exactement la moitié de Téthys, soit une résonance 1:2. Encelade et Dioné sont également 1: 2 et Titan et Hypérion sont 3: 4. Ceci ne s’explique conventionnellement que par des notions de « résonance » dans la gravité.

12.9.1 ANOMALIES MAGNÉTIQUES

1. Champ magnétique important. Le champ magnétique de Saturne a également une portée lointaine comme celle de Jupiter, et dans le nouveau modèle peut donc avoir des effets énergétiques à longue portée, en particulier lorsqu’il existe des interactions géométriques spécifiques entre Jupiter et Saturne telles que des conjonctions ou des oppositions à 180 degrés.

Plus tard, nous montrerons que ces interactions peuvent en fait affecter la qualité des émissions de radio encore plus que les activités de pointe des taches solaires, et suggérerons que ces conjonctions agissent comme le «pilote» d’autres cycles à long terme dans le système solaire.

2. Magnétosphère sensible au vent solaire. L’effet direct du vent solaire sur le champ magnétique de Saturne montre à nouveau l’importance de l’énergie solaire dans les processus planétaires.

3. Axe magnétique et axe de rotation identiques. Les mesures satellitaires ont confirmé que sur Saturne, l’axe magnétique est dans un alignement précis avec l’axe de rotation. C’est une surprise pour les modèles actuels, car normalement ces champs sont quelque peu décalés les uns des autres. Dans le nouveau modèle, cet alignement précis pourrait bien être la raison pour laquelle les anneaux de Saturne sont si proéminents ; les champs s’alignent parfaitement pour les créer.

4. Formations tressées dans l’anneau F. Ces étranges « nœuds » tressés ont été observés sur les images de Voyager 1 mais pas sur les images de Voyager 2. Cette structure tridimensionnelle n’est certainement pas ce que nous nous attendrions à voir si les anneaux n’étaient que du gaz et de la poussière ; cela ressemble beaucoup à un champ magnétique vortex complexe, comme le suggère le nouveau modèle, qui apparaîtrait lorsque deux champs en spirale contrarotatifs différents y interagissent.

12.9.2 PHÉNOMÈNES VARIANT DANS LE TEMPS

1. Décharges radio impulsionnelles. Ces sursauts radio discontinus sont difficilement explicables dans les modèles actuels, qui ne permettent pas de raisonner des phénomènes évoluant dans le temps.

2. Aurore polaire. L’aurore au-dessus des pôles n’est pas vue régulièrement, mais change plutôt avec le temps et avec l’activité solaire, comme on pourrait s’y attendre maintenant.

3. Variations de luminosité irrégulières. La luminosité globale de Saturne, ainsi que celle de ses anneaux, montre des changements variant dans le temps qui se synchronisent avec l’activité solaire. Cependant, cette synchronisation est irrégulière, suggérant d’autres influences que le Soleil.

4. Disparitions mystérieuses d’anneaux. Depuis le XVIIIe siècle, on sait que les anneaux de Saturne disparaissent parfois complètement d’un côté. Dans d’autres cas, comme observé pour la première fois par l’astronome Maurice Ainslie, on a vu des boules lumineuses de rayonnement ionisant se déplacer à travers les anneaux et absorber le matériau des anneaux.

C’est ce à quoi nous nous attendrions si le noyau de Saturne libérait des formations auto-lumineuses naturelles qui absorbaient le matériau de plasma énergétique qui forme en fait les anneaux de Saturne. Nous nous souvenons que les propriétés deux et trois de la liste du « domaine du vide » du Dr Dmitriev sont qu’ils peuvent absorber et émettre de la lumière et/ou des champs électromagnétiques.

12.9.3 PHÉNOMÈNES LUMINEUX / ÉNERGÉTIQUES

1. Décharge électrostatique de Saturne. Alors que nos sondes spatiales traversaient la zone de l’équateur, nous avons été surpris de découvrir que Saturne avait une très grande décharge énergétique. Nous savons maintenant qu’il tourne ou tourne comme un phare de recherche et qu’il est très étroit, à moins de 5 minutes d’un degré de latitude. Ceci suggère fortement qu’une structure géométrique forme le champ. Un courant énergétique plus stable est également observé le long du plan des anneaux.

2. Lueur d’hydrogène près des anneaux. Cette lueur d’ions hydrogène excités suggère que les anneaux sont alimentés par une source énergétique, et pas simplement par du gaz et de la poussière.

3. 2,4 fois plus d’énergie rayonnée. Saturne rayonne 2,4 fois plus d’énergie qu’elle n’en reçoit du Soleil, au mépris des modèles et des compréhensions connues.

4. Points lumineux qui forment des bandes. Des taches blanches sphériques ont été vues en 1876, 1903, 1933 et 1960, et en septembre 1990 une autre a été vue. Dans le nouveau modèle, il s’agirait de « domaines de vide » ou de formations naturelles auto-lumineuses émergeant du noyau énergétique de la planète. L’endroit qui a été vu en 1990 s’est d’abord étendu sur un ovale de 21 000 kilomètres ou 1 305 milles, et en novembre, il s’était complètement étendu pour devenir une bande encerclant la planète.

Cela suggère fortement que ces bandes sont formées par des émissions d’énergie internes qui sont prises dans la rotation du champ dont elles sont sous l’influence à cette latitude particulière, puis se répandent dans l’atmosphère. Et plus important encore, nous voyons que les périodes de temps entre les observations de ces taches blanches correspondent étroitement à l’orbite de 29,4 ans de Saturne autour du Soleil, suggérant à nouveau que les processus énergétiques de Saturne sont étroitement liés à son mouvement par rapport au Soleil.

Rappelons également que le Dr Dmitriev a établi une corrélation directe entre le nombre de NSLF observés sur Terre et la quantité d’activité solaire qui se produisait en même temps.

12.9.4 ANOMALIES IONOSPHÉRIQUES / ATMOSPHÉRIQUES

1. Chauffage de l’atmosphère. Sans une source d’énergie interne radiante, il est difficile d’expliquer pourquoi l’atmosphère de Saturne a la chaleur qu’elle a, en particulier près du centre, où les températures réagissent à douze mille degrés Kelvin.

2. Eclairement et vent aux pôles. La luminosité supplémentaire et les courants de vent énergétiques dans les régions polaires semblent à nouveau nous montrer un flux d’énergie vortex vers le centre de la planète, où nous nous attendons à la présence de « matière solaire indifférenciée ». ”

3. Émissions de rayons X aux pôles. Ces rayons X polaires se produisent pendant les aurores et montrent des propriétés « d’accélérateur de particules nucléaires » à l’intérieur de Saturne.

4. Hélium émis aux pôles. L’hélium qui émerge des pôles de Saturne montre également des qualités nucléaires dans le noyau et illustre à nouveau le mouvement continu de l’énergie polaire.

12.9.5 ANOMALIES STRUCTURELLES / GÉOMÉTRIQUES

1. Rainures annulaires. Les sillons entre les anneaux de Saturne sont si nombreux qu’il semble s’agir d’un disque phonographique ; cela semble nous montrer une esquisse d’une multiplicité de champs d’énergie sphériques imbriqués qui interagissent tous précisément dans la région équatoriale. Ces rainures ne pourraient évidemment pas être formées par les concepts conventionnels de gravité.
Ondes annulaires se déplaçant vers l’intérieur.

Dans le modèle conventionnel impliquant uniquement la force centrifuge, les anneaux devraient s’éloigner de la planète, pas vers elle. On se souvient que l’expérience de Walter Russell a démontré un anneau avec des champs électromagnétiques uniquement, montrant ainsi qu’il n’a rien à voir avec une simple gravitation, plus à voir avec une intersection de forces sur le plan équatorial du CU ou tore sphérique.

Dans le nouveau modèle, les deux champs interagissent géométriquement à l’équateur, leur point d’équilibre parfait, et sont ensuite absorbés au centre.

2. « Rayons » dans l’anneau B. Nous pouvons en fait voir des changements géométriques variant dans le temps dans le deuxième anneau ou «anneau B» qui se présentent sous la forme de formations en forme de coin, qui rayonnent depuis le centre de la planète. Oui, c’est vrai, des structures géométriques d’énergie en ligne droite ! Cela montre à nouveau un champ magnétique géométrique et s’explique mieux en voyant un vortex en forme d’entonnoir qui se forme à partir du centre de la planète.

3. Espacements des rayons de 45 degrés. Les rayons mentionnés ci-dessus montrent la plus grande activité dans des intervalles régulièrement espacés de 45 degrés de longitude. C’est remarquablement proche de l’endroit où les nœuds de l’icosaèdre sont répartis sur la surface d’une sphère ! S’il devait y avoir un cube / champ octaédrique agissant ici, ce serait un ajustement parfait, car huit côtés multipliés par 45 font 360.

4. Irrégularités des anneaux non gravitationnels. Nous en avons déjà mentionné quelques-uns, comme les anneaux très fins, les espaces fins entre les anneaux, les rainures et les rayons. Il y a aussi des anneaux avec des formes excentriques, des formations en spirale, des formations ondulantes et des plis qui se développent. Aucune de ces formations ne devrait apparaître par les effets de la gravité, là où la plupart des théories s’arrêteront dans leurs efforts explicatifs.

12.10 URANUS

Cette planète gazeuse de couleur bleue a été découverte par William Herschel le 13 mars 1781. Elle n’a été visitée que par un seul vaisseau spatial, et c’était Voyager 2 le 24 janvier 1986. Fait intéressant, son axe de rotation fait presque directement face au Soleil. , contrairement à toutes les autres planètes du système solaire. Il est moins gazeux que Jupiter et Saturne, contenant environ 15% d’hydrogène et une petite quantité d’hélium, le reste étant de la roche et diverses formes de glace.

Sa masse semble être uniformément répartie, sans aucune densité supplémentaire près du noyau. Cependant, Uranus et Neptune semblent avoir des compositions similaires à celles des noyaux de Jupiter et de Saturne, à l’exception de l’absence d’une structure d’hydrogène métallique liquide à grande échelle formée par la température et la pression. Uranus a également des bandes nuageuses qui effectuent des mouvements rapides à travers la surface, comme les autres planètes gazeuses. Il a onze anneaux connus, qui sont tous très faibles. L’anneau le plus brillant est connu sous le nom d’anneau Epsilon.

Uranus possède les lunes les plus connues de toutes les planètes, avec 20 qui ont été nommées. Il y en a onze qui sont très petites, sombres et proches de la planète, qui ont été découvertes par Voyager 2. Les cinq plus grandes lunes sont Miranda, Ariel, Umbriel et Titania, et quatre autres lunes beaucoup plus éloignées ont été récemment découvertes.

À l’exception des quatre lunes éloignées, elles ont des orbites presque circulaires autour de l’équateur d’Uranus et sont donc également inclinées à un angle presque perpendiculaire par rapport au plan plat normal dans lequel orbitent les planètes du Soleil, connu sous le nom d’écliptique. Le Dr Zecharia Sitchin a démontré une relation harmonique entre les lunes intérieures dans Genesis Revisited.

12.10.1 ANOMALIES MAGNÉTIQUES

1. Magnétosphère complexe et inattendue. À l’origine, comme Uranus ne montre aucun signe de noyau épais, les théoriciens de la dynamo ne s’attendaient pas à ce qu’elle ait un champ magnétique. En fait, il a un champ magnétique très complexe qui était complètement inattendu, ce qui, selon Pasichnyk, «montre plus du modèle dynamique de champ que la plupart des autres observations Voyager des autres planètes. ”

2. Champs magnétiques imbriqués. Étonnamment, Uranus a une magnétosphère à l’intérieur d’une autre magnétosphère ; et c’est un signe clair de l’existence de deux principaux champs d’énergie sphériques « imbriqués » qui interagissent l’un avec l’autre.

3. Les lignes magnétiques reviennent avant d’atteindre l’équateur. Parmi ces deux champs principaux, on voit certaines des lignes de force magnétiques « replonger » dans la planète avant d’atteindre le point médian à l’équateur. Cette anomalie correspond également au modèle dynamique de champ en montrant où les champs interfèrent, s’annulent et sont ensuite absorbés par le noyau énergétique de la planète.

4. Convection et co-rotation. Tout comme la Terre, les champs magnétiques d’Uranus montrent des signes d’un flux de convection circulant, et les champs tournent également avec le mouvement de la planète.

5. Champ magnétique décalé de 55 à 60 degrés. Le Dr Dmitriev attribue une importance à l’explication conventionnelle selon laquelle ce décalage de 55 à 60 degrés, mesuré par Voyager 2 en 1986, est dû au fait qu’Uranus a récemment subi un déplacement des pôles magnétiques ; Pasichnyk n’est pas d’accord. Dans le modèle dynamique de champ, nous pourrions penser à ce « décalage » comme en fait une mesure d’un champ magnétique très fort à 30 degrés de latitude, là où nous l’attendrions de la géométrie de l’icosaèdre.

Les modèles magnétiques actuels ne s’attendent qu’à voir un champ « dipôle », ce qui signifie qu’une planète n’aurait qu’un pôle nord et un pôle sud ; on ne pense pas que de tels systèmes multipolaires existent sur les planètes, mais ils ont été observés dans les étoiles.

12.10.2 PHÉNOMÈNES VARIANT DANS LE TEMPS

1. Émissions radio polaires avec six composantes distinctes variant dans le temps. Au faible « pôle magnétique nord » d’Uranus, nous voyons une source d’émissions radio qui varie avec les émissions solaires et a au moins six composants distincts. Cela suggère un système complexe qui est partiellement entraîné par l’énergie du Soleil, comme on pouvait s’y attendre.

2. Améliorations des flux de protons et d’électrons. Dans la magnétosphère descendante d’Uranus, il y aura des améliorations périodiques et répétées du flux de protons et d’électrons chargés. Ceci est bien pris en compte dans le modèle dynamique de champ.

3. La colonne d’hydrogène varie d’un facteur deux en 24 heures. La colonne d’hydrogène Lyman-alpha sur Uranus est plus forte que ce à quoi les modèles conventionnels s’attendent, et au cours de 24 heures, elle variera d’un facteur deux ; c’est aussi une indication d’un champ magnétique dans le modèle de Pasichnyk.

12.10.3 PHÉNOMÈNES LUMINEUX / ÉNERGÉTIQUES

1. Zones aurorales plus proches de « l’équateur » que des pôles. Une autre surprise offerte par Uranus est que les aurores ne se regroupent pas autour des pôles comme nous l’avons vu sur la plupart des autres planètes, y compris la Terre. Cela suggère que même si Uranus tourne perpendiculairement au Soleil, les courants énergétiques du Soleil renforcent d’autres zones de la géométrie magnétique qui sont alignées avec le vent solaire, provoquant ainsi la matérialisation des aurores autour de l’équateur.

2. Les aurores sont « auto-excitées. « Les aurores sur Uranus ne sont pour la plupart pas corrélées à l’activité solaire ; ils sont entraînés par des processus internes et perturbent ensuite la haute atmosphère. Nous nous souvenons qu’Uranus ne montre aucune preuve d’un noyau solide, donc l’idée d’un centre énergétique semblable au Soleil est l’explication la plus probable.

12.10.4 ANOMALIES IONOSPHÉRIQUES / ATMOSPHÉRIQUES

1. Température élevée anormale dans la haute atmosphère. La haute atmosphère d’Uranus atteint des températures de 750 degrés Kelvin, ce qui la fait s’étendre à 6 000 kilomètres ou 3 725 milles au-dessus des nuages.

2. 30 % de la chaleur atmosphérique provenant d’Uranus. Les températures élevées qui ont été observées dans l’atmosphère uranienne ne peuvent pas être expliquées par le rayonnement solaire ; nous exigeons qu’il y ait une source interne de chaleur et d’énergie comme le suggère le modèle.

3. Le pôle Sud n’est pas assez chaud. Puisque le Soleil brille toujours directement sur le pôle sud de rotation d’Uranus, on pourrait penser qu’il serait plus chaud que le reste de la planète. En fait, les températures planétaires sont assez uniformes, même dans la zone la plus sombre du pôle Nord.

4. Les températures les plus basses à des latitudes de 30 degrés. Cela correspond à nouveau à la géométrie de l’icosaèdre, comme on le voit dans le nouveau modèle. De plus, l’équateur affiche la température la plus élevée même s’il ne fait pas face au Soleil lors de la rotation d’Uranus.

12.10.5 ANOMALIES STRUCTURELLES / GÉOMÉTRIQUES

1. Formation de double hélice dans la queue du champ. Tout comme nous nous attendions à des processus de vortex en spirale, dans la queue du champ magnétique d’Uranus, nous trouvons une formation en double hélice. Les noms actuels qui lui sont donnés sont « airglow » et « electroglow », puisque l’explication conventionnelle est qu’elle est causée par des électrons qui se chargent et réagissent avec l’hydrogène dans la haute atmosphère.

2. Cellules de convection à 30 degrés avec vents verticaux. De part et d’autre des latitudes de 30 degrés, Uranus présente des cellules de convection. Dans ces zones, il y a un mélange significatif des nuages ​​avec l’atmosphère, et il y a un cisaillement du vent vu dans une direction verticale. La géométrie icosaédrique ressort très clairement de l’analyse de ce comportement, car on s’attend normalement à ce que les vents soient uniquement dans une direction horizontale.

3. Vents contrarotatifs et couches nuageuses. À l’équateur d’Uranus, les vents circulent dans le sens opposé ou rétrograde au sens de rotation, et les vents des latitudes moyennes circulent avec la rotation. Cela se voit également sur la Terre et montre la présence de champs énergétiques contrarotatifs qui pilotent les processus atmosphériques. De plus, à mesure que nous montons en latitude, nous voyons continuellement des zones en rotation inverse, comme avec le Soleil, Jupiter, Saturne et Neptune.

4. Variations chimiques aux latitudes moyennes. L’ammoniac sur Uranus est concentré entre les latitudes 15 et 45 degrés, montrant le foyer au centre de l’icosaèdre à 30 degrés. La plus forte quantité d’ammoniac est observée entre 30 et 40 degrés à la latitude sud, et il y a une absence notable d’ammoniac au pôle sud. De plus, les concentrations de gaz méthane sont réduites à 30 degrés de latitude sud, et c’est ce à quoi on pourrait s’attendre en présence d’un flux de «particules» chargées provenant d’un centre énergétiquement actif.

5. Rayonnement centré à 45 degrés de latitude. Lorsque la foudre se dégage dans l’atmosphère d’Uranus, elle forme une émission radio connue sous le nom de décharge électrostatique uranienne. Ce rayonnement est centré autour de 45 degrés de latitude sud. Il existe également une région de l’hémisphère sud qui est très calme sur le plan énergétique, présentant à nouveau des contraintes géométriques.

12.11 NEPTUNE

Neptune est l’avant-dernière planète connue du Soleil et a le quatrième plus grand diamètre de toutes les planètes. Elle est plus petite en diamètre qu’Uranus mais a également une masse plus importante, avec un diamètre équatorial de 49 532 km et une masse de 1,0247e26 kg. Il a d’abord été conçu par l’étude de divers changements survenus dans l’orbite d’Uranus, puis observé par Galle et d’Arrest le 23 septembre 1846.

La plupart de nos connaissances sur Neptune proviennent de la rencontre unique de Voyager 2 le 25 août 1989, qui a ensuite été combinée avec d’autres observations importantes du télescope spatial Hubble. Elle peut devenir la planète la plus éloignée du système solaire lorsque l’orbite excentrique de Pluton la traverse.

Nous savons maintenant qu’elle est de couleur bleue, qu’elle a des bandes nuageuses contrarotatives et qu’elle aurait une composition atmosphérique similaire à celle d’Uranus, avec diverses « glaces », de la roche, environ 15 % d’hydrogène et une légère quantité d’hélium. Il semble également être uniforme dans tout son intérieur en densité comme Uranus. On pense que la couleur bleue provient de l’absorption de la lumière rouge par le méthane dans l’atmosphère, mais d’autres qualités inconnues doivent être responsables pour expliquer complètement le degré de couleur observé.

Neptune possède également la tristement célèbre grande tache sombre à la latitude tétraédrique, qui a à peu près le même diamètre que la Terre, et elle avait également des nuages ​​blancs qui coulaient autour d’elle à cette même latitude « tétraédrique ». Cette tache a apparemment disparu par le HST en 1994, pour être remplacée par une autre dans l’hémisphère Nord quelques mois plus tard, très probablement à nouveau à la latitude « tétraédrique ».

Un petit nuage blanc irrégulier orbite autour de Neptune en seulement 16 heures et est maintenant connu sous le nom de « Le scooter », et sa nature reste un mystère. Neptune nous montre quatre anneaux complets de couleur sombre avec des touffes brillantes, dont l’un a une structure hélicoïdale torsadée. Il a une grande lune connue sous le nom de Triton et sept lunes connues qui sont beaucoup plus petites.

12.11.1 ANOMALIES MAGNÉTIQUES

1. Magnétosphère inclinée de 50 degrés par rapport à l’axe de rotation. Cette observation, associée à une condition similaire sur Uranus, a amené certains scientifiques à repenser la façon dont les champs magnétiques se forment sur les planètes. Encore une fois, l’explication conventionnelle est que Neptune a récemment subi un déplacement des pôles, en raison du fait que les champs de Neptune et d’Uranus sont considérés comme «magnétiquement conjugués». ”

Pasichnyk souligne à nouveau que cette inclinaison apparente de 50 degrés pourrait en fait être une activation à la latitude de 40 degrés de la géométrie icosaédrique qui est plus forte que les régions polaires.

2. Caractéristiques magnétiques non dipôles. Encore une fois, nous ne voyons pas un champ magnétique « dipôle » nord-sud uniformément lisse, mais plutôt une série de discontinuités comme nous en voyons sur Terre, comme on pourrait s’y attendre d’après la géométrie.

12.11.2 PHÉNOMÈNES VARIANT DANS LE TEMPS

1. Les caractéristiques à petite échelle varient d’heure en heure. Dans l’atmosphère de Neptune, certaines caractéristiques à petite échelle ont été vues changer littéralement d’heure en heure.

2. Changement de la Grande Tache Sombre. Ce revirement complet de la caractéristique de la grande tache sombre de la latitude sud à la latitude nord en quelques mois, alors que la grande tache rouge de Jupiter est restée constante pendant plus de 300 ans, nous montre certainement que Neptune est capable de changer rapidement.

12.11.3 PHÉNOMÈNES LUMINEUX / ÉNERGÉTIQUES

1. L’hémisphère nord est maintenant plus lumineux que le sud. À un moment donné, l’hémisphère sud était plus lumineux que le nord. Puis à partir de la fin des années 1970, ils étaient à peu près égaux. Et maintenant, l’hémisphère nord montre une plus grande luminosité que l’hémisphère sud, comme le montre le télescope de 2,2 mètres de l’Université d’Hawaï. Selon Pasichnyk, « avec un modèle dynamique de champ, ce n’est pas un mystère. ”

2. Pôles et équateur plus chauds que les latitudes moyennes. Cela nous montre des signes d’une source d’énergie interne qui est responsable des changements de température de la planète. Cela se voit également dans le comportement d’autres planètes gazeuses malgré leurs différences dans les mécanismes thermiques internes connus et l’énergie totale absorbée par le Soleil.

3. 2,7 fois plus d’énergie rayonnée que reçue. Suggérant à nouveau la présence d’une puissante source d’énergie interne, Neptune émet 2,7 fois plus d’énergie qu’elle n’en reçoit du Soleil.

12.11.4 ANOMALIES IONOSPHÉRIQUES / ATMOSPHÉRIQUES

1. Neptune tourne trop vite. Le modèle conventionnel avait pris en compte le rayonnement énergétique plus élevé de Neptune en proposant une orbite de 17 heures où le mélange de l’intérieur de la planète est directement lié à la quantité de chaleur dégagée. Avec le nuage « Scooter » nous montrant en fait une orbite de 16 heures, la « théorie du mélange » ne s’additionne pas, suggérant à nouveau la source d’énergie interne proposée dans le modèle dynamique de champ.

2. Variations de vitesse atmosphérique. Aux latitudes inférieures près de l’équateur, l’atmosphère de Neptune est en sous-rotation, ce qui signifie qu’elle se déplace plus lentement que la vitesse de rotation de la planète, alors qu’aux latitudes plus élevées, elle est en super-rotation, se déplaçant plus rapidement que la vitesse de rotation supposée de la planète.

3. Les vents les plus rapides du système solaire. Dans certaines régions, les vents de Neptune semblent souffler à 600 mètres par seconde, soit environ 1 340 milles à l’heure ; beaucoup plus élevé qu’un ouragan de catégorie cinq sur Terre. Comme le remarque Pasichnyk, étant donné que Neptune absorbe beaucoup moins de lumière solaire et d’énergie que les autres planètes, «il ne fait aucun doute que ces vents sont alimentés par une source d’énergie interne et puissante. ”

12.11.5 ANOMALIES STRUCTURELLES / GÉOMÉTRIQUES

1. Spots de latitude moyenne avec des preuves de flux de particules. La géométrie des champs de ce nouveau modèle rend parfaitement compte de l’observation de ces spots de moyenne latitude.

2. Grands changements de taches sombres. Faire disparaître cette tache dans une zone géométrique puis réapparaître dans l’hémisphère opposé est certainement révélateur d’un système énergétique plus complexe qui est à l’œuvre, capable de changements assez rapides.

3. « Nuage de scooter » rotation de 16 heures. Un tel nuage à grande vitesse avec une petite taille serait certainement possible comme étant indicatif d’un nœud d’énergie géométrique en rotation.

4. Formations hélicoïdales en anneaux. Encore une fois, les observations de « plis » ou de « tresses » dans les anneaux défient complètement toute explication s’ils sont formés par les seules forces gravitationnelles.

12.12 PLUTON

En raison de son éloignement extrême de la Terre et du manque relatif d’études, il y a moins d’anomalies à signaler avec Pluton, nous nous éloignerons donc de notre format standard à cinq catégories.

Pluton est généralement la planète la plus éloignée du Soleil et beaucoup plus petite que toutes les autres avec un diamètre de 2274 km. Cela le rend en fait plus petit que sept des lunes du système solaire, y compris la Lune de la Terre, Io, Europe, Ganymède, Callisto, Titan et Triton.

Pour cette raison, certains ont fait pression pour qu’elle soit rétrogradée d’une planète à une grande comète ou à un astéroïde, mais il est peu probable que cela se produise. Il a une masse de 1,27e22 kg et a été découvert en 1930 par Clyde Tombaugh. Il n’a encore été visité par aucun de nos engins spatiaux, et même le télescope spatial Hubble ne peut distinguer que ses caractéristiques de surface les plus évidentes.

Sa lune Charon a été découverte par Jim Christy en 1978, et en observant comment la luminosité des deux corps changeait lorsque Charon se déplaçait au-dessus de Pluton, nos scientifiques ont pu construire une carte approximative des zones claires et sombres sur les deux objets. Pluton a un degré de contraste très élevé entre ces zones claires et sombres, plus que tout autre objet de notre système solaire à l’exception de la lune Japet.

Ceci est considéré comme une anomalie qui mérite d’être étudiée comme une haute priorité pour la mission Pluto Express proposée, qui semble maintenant avoir été abandonnée dans le nouveau budget présidentiel de 2001.

Une observation intéressante est que les zones de température plus élevée de Pluton correspondent à peu près aux zones d’apparence plus sombre. On suppose que «la composition des zones les plus sombres de la surface de Pluton est inconnue mais peut être due à des matières organiques primordiales ou à des réactions photochimiques entraînées par les rayons cosmiques. ”

L’équateur de Pluton semble être à un angle de presque 90 degrés par rapport à sa direction d’orbite, comme Uranus. Plus intéressant encore, l’orbite de Pluton est exactement 1,5 fois plus longue que celle de Neptune, ce qui lui donne un rapport de résonance harmonique de 3: 2 avec l’orbite de Neptune, même s’ils ne tournent pas autour du Soleil dans le même plan en raison de l’orbite décalée de Pluton.

De plus, Pluton et Charon tournent de manière synchrone, ce qui signifie qu’ils gardent toujours la même face l’un vers l’autre, tout comme la Terre et sa lune.

Pasichnyk nous rappelle que les calottes glaciaires de Pluton ne poussent que jusqu’à l’équateur et qu’une bande rougeâtre existe le long de l’équateur, suggérant ainsi un phénomène d’anneau. De plus, la distribution des taches sombres montre également des phénomènes restreints en latitude, ce qui est attendu dans ce modèle.

12.13 RÉCAPITULATIF

En raison de la longueur de ce chapitre et de sa structure déjà très organisée, nous allons garder ce récapitulatif court et discuter de ses implications dans le chapitre suivant.

12.1 Les énigmes de Mars qui indiquent peut-être une structure artificielle ont d’abord été portées à l’attention du monde par les efforts de Richard Hoagland.

12.2 Hoagland et d’autres chercheurs, dont Erol Torun, ont déterminé que la ville martienne de Cydonia avait encodé les mathématiques du tétraèdre à l’intérieur d’une sphère à travers elle-même de nombreuses manières différentes, liées au placement géométrique des objets les uns par rapport aux autres. Cela inclut le placement de Cydonia comme symbole du tétraèdre.

12.2.1 La géométrie du tétraèdre circonscrit est observée au niveau des remontées énergétiques dans tout le système solaire, et peut-être aussi comme une tache brillante sur l’étoile Bételgeuse. Ces remontées d’eau sont généralement volcaniques sur les planètes solides, vortex atmosphériques sur les planètes gazeuses et liées à l’activité des taches solaires sur le Soleil.

12.3 Nous suggérons que la géométrie observée dans l’icosaèdre et le tétraèdre, en relation avec les champs énergétiques planétaires, a à voir avec les propriétés de vibration. Cela permet également au CU de soulager une partie du stress observé entre ses pôles nord-sud lorsqu’il s’écoule de manière «polarisée», ce que nous avons montré comme créant des forces gravitationnelles et énergétiques très intenses qui ne pourraient pas supporter une planète.


12.4-.12 À partir de là, nous passons à une description organisée des données de Richard Pasichnyk et du modèle dynamique de champ, qui nous montre clairement les processus de l’UC dans tout le système solaire.

Nous soulignons deux points importants. La première est que les phénomènes énergétiques seront variables dans le temps, et cela est dû au fait que les planètes sont affectées par leurs positions relatives les unes par rapport aux autres et par l’action de rotation des champs eux-mêmes.

Le deuxième point important est que les anneaux planétaires sont formés par la présence de deux champs qui travaillent ensemble sur les planètes. On voit que ces deux champs tournent en sens inverse et conduisent également à l’observation d’énergie circulant dans les deux sens aux deux pôles.

Lorsque les champs se croisent, ils forment un plan parfaitement plat à l’équateur de la planète. C’est ce qui est réellement responsable des anneaux planétaires, et cela a été démontré en laboratoire par l’expérience de Walter Russell impliquant deux champs magnétiques en forme de cône.

David Wilcock

Voir tous les articles de la série: La science de l’unité de David Wilcock

 


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.


Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci



ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 189 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire