Nouveau paradigme

La science de l’unité de David Wilcock. Déplacement des vortex du temps et des niveaux dimensionnels

10.1 LE « TRIANGLE DES BERMUDES »

Dans son livre de 1976 Le Triangle des Bermudes, Charles Berlitz rapporte qu’il y a eu plus de 100 disparitions documentées de navires et d’avions dans une zone à peu près circulaire triangulée entre la côte sud-est de la Floride, Porto Rico et les Bermudes, avec plus de 1 000 morts apparents depuis 1948. .

Dans la grande majorité de ces cas, pas un seul corps ou morceau d’épave n’a jamais été retrouvé, et pas même le moindre signe de nappe de pétrole ou d’épave n’est apparu dans les cas d’accidents d’avion. Dans un certain nombre de cas, de grands navires ont été découverts à la dérive avec tout l’équipage ayant disparu, avec peut-être un animal survivant comme un oiseau ou un chien laissé à bord.

Certaines personnes ont survécu à ces effets et signalé de nombreuses anomalies qui devraient nous être de plus en plus reconnaissables, dont une incapacité à faire fonctionner leurs instruments électromagnétiques, la rotation en rotation de leur boussole, le remplissage du ciel d’une brume jaune et lumineuse sur un jour autrement clair, et rapporte que l’océan en dessous d’eux semblait avoir un aspect différent, comme s’ils n’étaient plus sûrs de la zone qu’ils survolaient.


Pour une raison quelconque, ce phénomène semble avoir culminé entre 1945 et le milieu des années 1970, et depuis lors, il semble y avoir eu beaucoup moins de rapports ou simplement une perte générale d’intérêt de la part de la communauté métaphysique pour faire de la recherche.

Alors que certains utiliseraient cette baisse ultérieure des disparitions comme preuve que le phénomène du Triangle des Bermudes est un « canular », il se pourrait que le gouvernement, les navires militaires et commerciaux « aient compris le message » et aient cessé de se déplacer dans les pires zones ; il se pourrait également que les processus internes de la Terre se soient déplacés et en aient ainsi fait un endroit moins actif.

Plus important encore, le fait demeure que même avec les techniques de recherche et de sauvetage toujours plus avancées, complétées par des enregistrements très complets des positions exactes des navires et des avions, pratiquement aucune des disparitions connues n’a jamais été retrouvée.

Les navires qui ont complètement disparu sans qu’aucune épave ne soit localisée incluent le Marine Sulphur Queen, un énorme cargo de 425 pieds de long, et l’USS Cyclops, qui avait 309 personnes à bord et pesait un colossal 19 000 tonnes.

Les archives concernant la disparition de navires dans cette zone remontent au moins au début des années 1800, et elles ont montré des signes d’augmentation continue jusqu’au moment où les recherches de Berlitz ont été compilées et publiées. L’idée que la guerre soit responsable de ces disparitions est exclue, puisqu’elles se sont poursuivies après la fin de la guerre civile.

En 1945, le premier ensemble d’avions a disparu au-dessus de la zone, ce qui a suggéré au public que les mêmes effets qui avaient fait disparaître les voiliers étaient capables de faire disparaître également les avions. C’est à partir de cette découverte que le terme « Triangle des Bermudes » est né, et l’exposition publique de ce phénomène s’est considérablement accrue peu après, évoquant le mystère, la peur et la spéculation.


L’auteur Charles Berlitz lui-même est tout à fait un érudit, parlant couramment un certain nombre de langues et à l’origine des très populaires livres de didacticiel Berlitz, qui sont encore très courants pour les étudiants et les voyageurs étrangers dans de nombreux pays.

Le Triangle des Bermudes synthétise de nombreuses sources d’informations et de spéculations différentes avec un flair merveilleux, créatif et lisible. Plutôt que d’entrer dans les détails, comme le livre de Berlitz était un énorme best-seller et peut être trouvé rapidement dans les librairies d’occasion et la section 001 des bibliothèques, nous nous contenterons d’énumérer certaines des disparitions d’avions et de marines les plus importantes, puis nous aborderons les anomalies qui ont été rapportés par des survivants.

Ces informations nous présenteront véritablement la « prochaine étape » de ce livre où nous nous éloignerons des discussions sur la technologie et passerons à la physique hyper-dimensionnelle, montrant comment ces énergies changeantes se reflètent dans le domaine quantique et le Cosmos.

10.2 DISPARITIONS MAJEURES D’AÉRONEFS

La première liste d’anomalies dans le livre de Berlitz s’intitule « Disparitions d’avions majeurs dans la région du Triangle des Bermudes. ”

5 décembre 1945 : cinq bombardiers TBM Navy Avenger en vol d’entraînement depuis Fort Lauderdale, Floride ; équipage total de quatorze; vol normal de deux heures; perdu environ 225 milles au nord-est de la base. [Remarque : il s’agissait de la première disparition confirmée d’un avion.]

5 décembre 1945 : bombardier PBM Martin ; envoyé avec un équipage de treize personnes pour aider la patrouille TBM ; vingt minutes plus tard, le contact radio a été perdu et l’avion a disparu.

1947 : Superfort (US Army C-54) disparaît à 100 milles des Bermudes.

29 janvier 1948 : Star Tiger, quadrimoteur Tudor IV ; contact radio perdu après le dernier contact à 380 milles au nord-est des Bermudes; avion perdu avec trente et un passagers et membres d’équipage.

28 décembre 1948 : DC-3, charter privé. San Juan, PR, à Miami ; trente-deux passagers plus l’équipage.

17 janvier 1949 : Star Ariel, navire jumeau du Star Tiger ; Londres à Santiago, Chili, via les Bermudes et la Jamaïque ; la communication radio a perdu 380 milles au sud-sud-ouest des Bermudes en route vers Kingston.

Mars 1950 : Globemaster (américain) ; disparu sur le bord nord du Triangle en route vers l’Irlande.

2 février 1952 : York Transport (britannique) ; disparu au nord de Triangle en route vers la Jamaïque ; trente-trois à bord.

30 octobre 1954 : Super Constellation (Marine) ; disparu au nord du Triangle avec quarante-deux à bord.

9 novembre 1956 : hydravion de patrouille Navy Martin P5M ; disparu avec un équipage de dix près des Bermudes.

8 janvier 1962 : ravitailleur de l’armée de l’air KB-50 ; Langley Field, Virginie, aux Açores.

28 août 1963 : deux nouveaux Stratotankers quadrimoteurs KC-135 de l’Air Force ; Homestead Air Force Base, en Floride, à la zone de ravitaillement classée dans l’Atlantique ; disparu à 300 milles au sud-ouest des Bermudes.

5 juin 1965 : C-119 Flying Boxcar ; dix à bord ; perdu dans le sud-est des Bahamas.

5 avril 1956 : B-25 converti en avion cargo civil ; perdu au sud-est de Tongue of the Ocean; trois à bord.

11 janvier 1967 : Chase YC-122, converti en cargo ; quatre à bord ; perdu dans le Gulf Stream entre Palm Beach et Grand Bahama.

22 septembre 1963 : C-132 Cargomaster disparaît en route vers les Açores.

10.3 DISPARITIONS MARINES MAJEURES

La deuxième catégorie dans le livre de Berlitz est « Les principaux navires ont disparu ou ont été retrouvés abandonnés dans la zone du Triangle :  »

1840 : Rosalie, grand navire français ; trouvé en route vers La Havane depuis l’Europe, dans la zone du Triangle, avec les voiles déployées, la cargaison intacte, toutes les mains manquantes.

janvier 1880 : frégate britannique Atalanta ; a quitté les Bermudes pour l’Angleterre avec 290 à bord; disparu vraisemblablement non loin des Bermudes.

Octobre 1902 : écorce allemande Freya ; retrouvé peu après avoir quitté Manzanillo, Cuba, gîtant mal, en partie démâté, ancre pendante; calendrier dans la cabine du capitaine lire le 4 octobre – jour après la navigation.

4 mars 1918 : Navire de ravitaillement de l’US Navy USS Cyclops, 500 pieds, 19 000 tonnes de déplacement ; a navigué le 4 mars de la Barbade à Norfolk avec 309 à bord; pas de mauvais temps; pas de messages radio ; aucune épave jamais retrouvée.

1925 : SS Cotopaxi ; disparu en route de Charleston à La Havane.

Avril 1932 : deux mâts John et Mary ; Registre de New York ; retrouvé flottant mais abandonné à cinquante milles au sud des Bermudes; voiles ferlées, coque fraîchement peinte.

Février 1940 : Yacht Gloria Colite de St. Vincent, BWI ; trouvé abandonné; tout en ordre; 200 miles au sud de Mobile, Alabama.

22 octobre 1944 : cargo cubain Rubicon ; trouvé par la Garde côtière dans le Gulf Stream au large des côtes de la Floride; désert, à l’exception d’un chien.

Juin 1950 : SS Sandra, cargo de 350 pieds ; a navigué de Savannah, Géorgie, à destination de Puerto Cabello, Venezuela; cargo 300 tonnes d’insecticide; passé St. Augustine, en Floride, puis a disparu sans laisser de trace.

Septembre 1955 : Yacht Connemara IV ; mystérieusement abandonné à 400 milles au sud-ouest des Bermudes.

2 février 1963 : Marine Sulphur Queen, cargo de 425 pieds ; disparu sans message, indices ou débris ; en route vers Norfolk, Virginie, de Beaumont, Texas, avec toutes les mains ; entendu pour la dernière fois près de Dry Tortugas.

1er juillet 1963 : Sno’ Boy, bateau de pêche de soixante-trois pieds ; quarante à bord; a navigué de Kingston, en Jamaïque, à Northeast Cay, à quatre-vingts milles au sud; disparu de toutes les mains.

1924 : Raifuku Maru, cargo japonais ; a demandé de l’aide par radio entre les Bahamas et Cuba, puis a disparu.

1931 : Stavenger, cargo avec quarante-trois hommes d’équipage ; entendu pour la dernière fois près de Cat Island, aux Bahamas.

Mars 1938 : anglo-australien, cargo avec trente-neuf membres d’équipage ; dernier message reçu à l’ouest des Açores : « Tout va bien. ”

Décembre 1967 : Witchcraft, bateau de croisière ; le passager et le propriétaire ont disparu alors que l’engin était à la bouée du port à un mile de Miami.

Avril 1970 : Milton Iatrides, cargo en route de la Nouvelle-Orléans à Capetown.

Mars 1973 : Anita, cargo de 20 000 tonnes avec un équipage de trente-deux personnes, naviguant de Newport News vers l’Allemagne.

10.4 ANOMALIES DU VORTEX LUMINEUX ET TOURNANT

La prochaine citation du livre du capitaine Don Henry illustre clairement les anomalies dans la région du Triangle des Bermudes qui suggèrent les effets hautement énergétiques, lumineux et à rotation rapide que nous voyons dans une UC polarisée telle que définie par la liste originale du Dr Dmitriev de « domaine du vide ».  » Critères:

… Nous arrivions lors du voyage de retour entre Porto Rico et Fort Lauderdale. Nous étions partis depuis trois jours à remorquer une péniche vide qui avait transporté du nitrate de pétrole…

J’ai entendu beaucoup de cris. Je suis sorti de la cabine sur le pont et j’ai crié : « Qu’est-ce qui se passe ? « La première chose que j’ai regardée a été la boussole, qui tournait dans le sens des aiguilles d’une montre.

Il n’y avait aucune raison pour que cela se produise… Je ne savais pas ce qui s’était passé, mais quelque chose d’énorme était certainement en train de se passer. L’eau semblait venir de toutes les directions.

L’horizon a disparu – nous ne pouvions pas voir où était l’horizon – l’eau, le ciel et l’horizon se sont tous mélangés. Nous ne pouvions pas voir où nous étions.

[ Remarque : Cela semble être leur propre rapport de l’expérience de se déplacer dans un brouillard lumineux.]

Tout ce qui se passait volait, volait ou empruntait tout à nos générateurs. Tous les appareils et prises électriques ont cessé de produire de l’électricité. Les générateurs fonctionnaient toujours, mais nous n’avions plus d’électricité. L’ingénieur a essayé de démarrer un générateur auxiliaire mais n’a pas pu obtenir d’étincelle…

QUESTION : Y avait-il une apparence verdâtre à l’horizon ?

[ Remarque : Comme indiqué ailleurs dans le livre, la couleur verte est de loin l’observation la plus courante, et aurait également été vue dans l’expérience de Philadelphie, comme indiqué dans The Shift of the Ages.]

Non, c’était laiteux. C’est tout ce que je peux dire. Je ne cherchais pas les couleurs. Après notre départ, les batteries ont dû être rechargées. J’ai dû jeter cinquante piles de lampe de poche.

Le prochain extrait du livre est un autre exemple des champs magnétiques rotatifs et des phénomènes lumineux observés dans le Triangle des Bermudes, typiques d’un CU polarisé :

Jim Richardson, un ancien pilote de la Navy, est maintenant président du Chalk Air Ferry Service opérant entre l’aéroport d’Opa-Locka à Miami et Bimini et d’autres points aux Bahamas… Lors d’un vol tôt le matin de la Floride aux îles Turques, accompagné de son fils, la boussole de l’avion s’est soudainement mise à tourner de gauche à droite.

Il a demandé à son fils : « Qu’est-ce qui ne va pas avec la boussole ? » À quoi le fils a répondu, comme une explication parfaitement naturelle : « Nous sommes au-dessus d’Andros. » Il a observé que cela s’est produit fréquemment « à chaque fois que nous traversons des eaux profondes devant le récif de la Moselle. ”

Ce récif, soit dit en passant, est un endroit souvent remarqué pour la présence de lumières mystérieuses qui brillent la nuit… Ces lumières sur le récif ont également été observées par le même Jim Richardson et d’autres pilotes d’avions et de navires.

10.5 L’EXPÉRIENCE « VORTEX » ÉTONNANTE DE WAKELEY

Alors que nous poursuivons nos extraits du livre de Berlitz Le Triangle des Bermudes, nous avons le récit le plus puissant de la luminosité, des changements électromagnétiques et des champs tournants qui sont typiques des formes d’énergie que nous avons étudiées.

Un effet de distorsion temporelle s’est très probablement produit également, mais le pilote volait seul et n’a peut-être pas remarqué de petit écart entre les horloges de son avion et les horloges à terre. L’événement a été rapporté par Chuck Wakeley, alors âgé d’une trentaine d’années et pilote professionnel d’avions et d’hélicoptères depuis plus de dix ans, titulaire d’une habilitation de haute sécurité auprès du gouvernement des États-Unis.

Il n’avait entendu parler du Triangle des Bermudes qu’après avoir vécu l’expérience suivante, racontée ici dans ses propres mots :

En novembre 1964, j’étais pilote pour Sunline Aviation à Miami. Pendant ce temps, j’ai pris un vol charter vers Nassau pour déposer quelques personnes et revenir. J’ai déposé les passagers et j’ai quitté l’aéroport de Nassau peu après la tombée de la nuit. Le temps était très clair et les étoiles brillaient… Vers 21h30, j’ai dépassé la pointe nord de l’île d’Andros et j’ai pu voir les lumières de certaines colonies.

Je m’étais stabilisé à environ huit mille pieds et je me préparais pour un vol de routine mais… j’ai commencé à remarquer quelque chose d’inhabituel : un très faible effet lumineux sur les ailes… les ailes avaient un aspect translucide, apparaissant bleu-vert pâle, bien qu’elles étaient en fait peints en blanc brillant.

Au cours d’environ cinq minutes, cette lueur a augmenté d’intensité jusqu’à devenir si brillante que j’ai eu beaucoup de difficulté à lire mes instruments. Ma boussole magnétique a commencé à tourner, lentement mais régulièrement ; les jauges de carburant, qui affichaient « à moitié plein » au décollage, indiquaient désormais « plein… »

Je ne pouvais faire confiance à aucun des instruments électriques, car ils étaient soit totalement éteints, soit se comportaient de manière erratique. Bientôt, tout l’avion brillait, mais ce n’était pas une lueur réfléchie, puisque la lueur provenait de l’avion lui-même. Quand j’ai regardé les ailes par la fenêtre, je me souviens avoir remarqué qu’elles brillaient non seulement d’un vert bleuâtre, mais qu’elles avaient aussi l’air floues…

À ce stade, je ne pouvais plus compter sur mon gyroscope, mes indicateurs d’horizon ou d’altitude, et comme il faisait nuit et que je volais avec un horizon artificiel, je n’avais pas d’horizon pour passer. La lueur était si intense que je ne pouvais plus voir les étoiles.

J’ai fait la seule chose que je pouvais – c’était de lâcher les commandes et de laisser l’engin voler sur n’importe quel cap qu’il prendrait. La lueur s’est développée en un crescendo aveuglant de lumière, a duré environ cinq minutes, puis a diminué progressivement.

Tous les instruments ont commencé à fonctionner normalement dès que la lueur s’est dissipée. J’ai vérifié tous les disjoncteurs et aucun n’a sauté. Aucun fusible n’a sauté et j’ai réalisé que l’équipement fonctionnait normalement lorsque les jauges de carburant ont recommencé à indiquer que les réservoirs étaient à moitié pleins.

Le compas magnétique est devenu stable et a montré que je n’étais qu’à quelques degrés de ma trajectoire. J’ai enclenché le pilote automatique et c’était normal. Avant d’atterrir, j’ai vérifié tous les systèmes – train d’atterrissage, volets, etc. Ils étaient tous normaux. Incidemment, l’avion avait des lignes statiques et aurait dû drainer tous les éléments statiques.

QUESTION : Pensiez-vous que votre expérience était liée au Triangle des Bermudes ?

Je ne connaissais le Triangle des Bermudes qu’après l’incident. Je pensais que ce que j’avais vu était le feu de Saint-Elme malgré le fait que le feu de Saint-Elme n’agit pas de cette façon.

Quand avez-vous entendu parler du Triangle des Bermudes ?

J’en ai entendu parler quand j’ai commencé à parler à d’autres pilotes de mon expérience. Des choses comme ça sont arrivées à d’autres pilotes, mais ils n’aiment pas en parler. Quoi qu’il en soit, il n’y a aucun moyen d’éviter ce qu’ils appellent le Triangle si vous allez dans un endroit comme Porto Rico, à moins que vous ne voliez au nord des Bermudes. Vous entendez beaucoup plus parler du Triangle maintenant, surtout quand n’importe quelle disparition complètement illogique d’un avion se produit.

10.6 UNE PERTE DE TEMPS DE DIX MINUTES

Il est très probable que Wakeley se trouvait en dehors de notre temps et de notre espace conventionnels alors qu’il se trouvait dans la zone des phénomènes lumineux avant de revenir. Dans un cas intrigant de laps de temps documenté dans le même voisinage, un avion de passagers National Airlines 727 entrant dans l’aéroport de Miami en 1971 a soudainement disparu de l’écran radar pendant environ dix minutes, puis est réapparu :

L’avion [National Airlines 727] a atterri sans incident et le pilote et l’équipage ont manifesté une certaine surprise face à l’inquiétude exprimée par l’équipe au sol car, en ce qui concerne l’équipage, rien d’inhabituel ne s’était produit.

En guise d’explication, l’un des membres du personnel du contrôle aérien a dit à l’un des pilotes : « Mec, pendant dix minutes, tu n’as tout simplement pas existé. » C’est à ce moment-là que l’équipage vérifia ses montres et les différents indicateurs horaires de l’avion et découvrit qu’ils étaient uniformément en retard de dix minutes en temps réel.

C’était d’autant plus remarquable que l’avion avait effectué un contrôle horaire de routine vingt minutes avant l’incident et qu’à ce moment-là, il n’y avait pas de décalage horaire.

10.7 EXPÉRIENCES DE LABORATOIRE POUR DÉPLACER LE TEMPS ET LA DIMENSION

S’il y a une validité à l’idée que ces forces électromagnétiques pourraient transformer les êtres humains en un autre niveau de vibration, alors nous devrions nous attendre à ce que certains chercheurs téméraires et intrépides aient déjà essayé de faire quelque chose comme ça, au-delà de la célèbre expérience de Philadelphie. , dont nous avons déjà parlé dans Le changement des âges.

De telles possibilités sont rapportées dans l’intrigant article intitulé « Dimensional Shifts » de Jerry W. Decker sur http://www.keelynet.com/energy/dimshift.htm . M. Decker est le directeur du site Web KeelyNet, qui était à l’origine un service de babillard électronique (BBS) au début des années 1990 avant la popularité d’Internet, et il est sans doute l’un des plus grands experts mondiaux de l’anti-gravité et de l’énergie libre.

Nous publierons quelques faits saillants de cet article intrigant au cas où il serait perdu ou rendu indisponible pour certains de nos lecteurs pour une raison quelconque, et insérerons d’autres discussions connexes au fur et à mesure.

Les déclarations faites par Decker dans cet article ont une incidence directe sur nos propres recherches, y compris l’effet énergétique des « sphères dans les sphères » qui a été observé dans l’expérience Roschin / Godin, qui a reproduit les résultats du professeur Searl avec l’anti-gravité et l’énergie libre :

Chaque emplacement spatial (et éventuellement TEMPOREL), quelle que soit sa dimension, a une coordonnée spécifique, référencée par une combinaison de fréquences qui équivaut à la « signature » ​​de cet emplacement.

Ce sont des fréquences imbriquées – comme des bulles dans des bulles – car ce sont toutes des ondes stationnaires produites par une conjugaison de phase à 180 degrés.

Ici, le lecteur doit savoir que Decker utilise les termes popularisés par les travaux du lieutenant-colonel Tom Bearden. « Ondes stationnaires » avec « conjugaison de phase à 180 degrés » est une autre façon de décrire le tore sphérique d’énergie que nous avons appelé le CU polarisé. On peut l’appeler une « onde stationnaire » car elle peut présenter un mouvement de vortex rotatif et en spirale tout en restant immobile, sans se déplacer dans l’espace.

La « conjugaison de phase » de 180 degrés représente simplement la polarité nord-sud de cette forme d’énergie comme nous l’avons vu dans les « domaines du vide » du Dr Dmitriev. Ainsi, nous pouvons voir que même si cet article a été écrit avant la publication de l’étude Roschin / Godin, Decker était déjà conscient de ce que nous nous attendions à voir ; une série imbriquée de formes d’énergie toriques sphériques.

Si une modulation [de l’énergie électromagnétique qui représente] une « signature » ​​/ coordonnée [d’une zone différente de l’espace et du temps] est imposée à cette [forme d’énergie dans l’emplacement d’origine,] alors un portail est ouvert vers cette [nouvelle] emplacement. Mon concept est qu’une résonance s’établit entre ces deux lieux – c’est-à-dire le lieu physique-spatial et l’image créée artificiellement – ​​et qu’il peut y en avoir plus que deux.

Lorsqu’un diapason est frappé, un diapason accordé à la même fréquence résonnera avec le diapason excité, atteignant rapidement un équilibre énergétique entre les deux. Une fois cet équilibre établi, il se produit un transfert d’énergie, presque au sens holographique, qui verrouille en phase les deux fourches. Cela peut se produire entre deux espaces ou objets résonnants.

En ajustant l’amplitude de la vibration entre les deux corps ou espaces résonnants, un flux d’énergie peut être établi dans les deux sens entre eux. L’amplitude élevée passe toujours à l’amplitude faible dans la tentative naturelle d’atteindre l’équilibre, créant ainsi un flux entre les corps ou les espaces.

Une fois qu’une résonance est établie, je crois qu’une masse peut être prise dans ce flux et physiquement transportée entre deux espaces résonnants. Je suis d’avis que les affirmations de « voyage dans le temps » sont beaucoup plus proches d’un changement dimensionnel où plusieurs réalités existent au même endroit [de l’espace], mais légèrement déphasées (réalités ou dimensions alternatives).


Ce que Decker suggère ici, bien sûr, c’est qu’à un moment donné de notre avenir, la téléportation pourrait bien être une réalité, une fois les principes de base compris. Pour l’instant, nous devons considérer les preuves qui existent déjà pour suggérer que cela se produit occasionnellement sur la Terre par des moyens naturels.

Au fur et à mesure de l’article de Decker, nous obtenons une description valable de ce qui pourrait arriver à une créature vivante qui traverse un tel vortex. Peut-être que cela s’est déjà produit plusieurs fois dans le passé de la Terre, et la malheureuse créature finit alors par émerger dans notre propre réalité. Ces « voyageurs du temps » sont désignés par le lieutenant-colonel Tom Bearden sous le nom de « tulpoids » :

10.7.1 « TULPOÏDES » : VOYAGEURS PERDUS DANS LE TEMPS

En s’accordant à ces réalités spatiales, temporelles ou dimensionnelles alternatives, en créant un flux puis en le maintenant, un objet se déplacerait vers cet emplacement. Dans son livre The Excalibur Briefing, Tom Bearden fait référence à ces réalités alternatives et à l’apparition dans notre réalité de phénomènes qu’il appelle « tulpoids ».

Ces tulpoids comprennent des ovnis, des bigfoot, des Nessie et d’autres manifestations fortéennes de courte durée, mais dont certains laissent des preuves physiques d’avoir été ici. Et s’il s’agissait d’entités d’une réalité alternative prises dans un flux momentané pour être transportées de force dans notre monde ? Ils seraient perdus et confus, probablement antagonistes à cause de la peur.

Beaucoup ont remarqué que les descriptions du monstre du Loch Ness et du monstre du lac Champlain « Champ » sont très similaires à l’ancien dinosaure connu sous le nom de plésiosaure ; et nous pouvons également ajouter d’autres créatures anciennes à la liste de Decker.

Par exemple, il y a eu des rapports répétés d’Afrique sur ce qui semble être un Brontosaure de la période jurassique connu sous le nom de « mokele-mbembe », et un scientifique occidental s’y est en fait rendu et a observé la créature à distance.

Un autre événement intéressant cité dans le livre New Lands de Charles Fort, page 219, semble indiquer un gauchissement d’insectes préhistoriques géants jusqu’à la Suisse actuelle. Si le climat à Genève était à un moment donné tropical, alors cette distorsion temporelle pourrait bien s’être produite au même endroit physique :

Boston Transcript, 1922 – coupure de presse qui m’a été envoyée par M. J. David Stern, rédacteur en chef et éditeur du Camden (NJ) Daily Courier –

« Genève, 21 mars – Lors d’une forte tempête de neige dans les Alpes récemment, des milliers d’insectes exotiques ressemblant à des araignées, des chenilles et d’énormes fourmis sont tombés sur les pentes et sont rapidement morts. Les naturalistes locaux sont incapables d’expliquer le phénomène, mais une théorie est que les insectes ont été emportés par le vent d’un climat plus chaud. ”

De plus, dans Le Triangle des Bermudes, Berlitz rapporte également le cas du cœlocanthe, un poisson complètement éteint depuis plus de 60 millions d’années, apparu soudainement dans l’océan Indien, où il a été capturé par des pêcheurs et amené à des scientifiques désorientés.

Le petit phénomène « chupacabra » ressemblant à un dinosaure au Brésil pourrait en être un autre exemple ; une créature qui attaque les poulets et les chèvres et a une apparence monstrueuse de lézard. Maintenant, Decker continue, avec une spéculation sur la raison pour laquelle le monstre du Loch Ness, le Bigfoot et d’autres manifestations semblent disparaître assez rapidement de notre monde connu :

La question se pose alors de savoir où vont-ils s’ils apparaissent ici, c’est-à-dire pourquoi ne RESTENT-ILS PAS ici ? Lorsqu’une de ces entités de réalité alternative est prise dans un champ d’énergie à haute densité, elle est « chargée » de la « coordonnée/signature » du champ. Pendant un court laps de temps, cette signature surmonte sa «coordonnée de création» naturelle et l’entité se transporte dans une réalité alternative.

L’entité maintenant chargée erre dans sa nouvelle réalité, saignant de l’énergie qui a été absorbée, et MAINTENANT son contact avec la nouvelle réalité. Une fois que l’énergie s’est dissipée à un point permettant à la « coordonnée de création » naturelle de l’entité de reprendre, elle transporte RETOUR à sa réalité d’origine…

Compte tenu de tout cela, la question se pose alors : comment accomplir des changements dimensionnels dans des conditions contrôlées?

L’idée que la matière puisse soit « se dilater » avec de l’énergie, soit « évacuer » de l’énergie ne semble pas possible dans les explications conventionnelles des phénomènes quantiques qui reposent sur l’idée de particules. Cependant, dans les nouveaux systèmes quantiques de Rod Johnson que nous étudierons dans les chapitres suivants, cela devient tout à fait possible : la matière est capable de passer par de nombreuses « densités » différentes, et en son cœur « l’atome » n’est rien de plus qu’une série. de champs électromagnétiques contrarotatifs.

Évidemment, dans des cas comme le cœlocanthe, si une telle créature a réellement voyagé dans le temps jusqu’au présent, elle a pu le faire avec suffisamment d’exhaustivité pour pouvoir rester dans notre monde actuel, car dans ce cas, elle n’a pas « saigné » d’énergie. pour revenir à ses coordonnées spatio-temporelles d’origine.

Vous pouvez également trouver des rapports d’observations apparentes de ptérodactyles, ainsi que l’histoire de « Mokele-mbembe », un dinosaure apparent à quatre pattes aperçu occasionnellement en Afrique.

10.8 DÉPLACEMENT DE WARP À L’AIDE DE « LASERS À GRAVITÉ »

Après l’introduction ci-dessus, le premier cas rapporté par Decker dans son article est celui du Dr Alan Holt de la NASA. L’idée «originale» de Holt pour le voyage en distorsion dans l’espace rejoint les idées d’Einstein et implique la génération artificielle d’un modèle d’énergie électromagnétique autour d’un vaisseau spatial qui correspond précisément aux «signatures de résonance» d’un point éloigné dans l’espace et le temps.

Ensuite, si la résonance précise des vibrations spatio-temporelles pour la zone éloignée souhaitée peut être établie dans la zone entourant le vaisseau spatial, le vaisseau spatial se « déformera » naturellement vers le nouvel emplacement à travers un vortex « tunnel » de densité plus élevée.

Le « tissu espace-temps » (lire : éther) entourant l’emplacement d’origine repousserait avec force le vaisseau alors qu’il s’aligne sur ses nouvelles « coordonnées » espace-temps. Fait intéressant, ceci est très similaire au témoignage de Bob Lazar concernant les articles qu’il a lus sur la façon dont les engins extraterrestres capturés sur lesquels il avait travaillé ont pu se transporter d’une zone à une autre.


Dans le modèle de Lazar, les trois demi-sphères régulièrement espacées que l’on voit au fond de nombreux engins OVNI en forme de disque sont des « amplificateurs de gravité » capables de focaliser la gravité en faisceaux très fins et très énergétiques, dans le même sens qu’un laser se concentre. un faisceau de lumière.

L’engin est incliné sur le côté et un système avancé « triangule » les faisceaux pour tirer et se croiser au point exact dans l’espace lointain où la personne aux commandes du navire veut aller. Une résonance s’établit entre les deux zones, et les champs gravitationnels forment un point d’une force incroyable où les trois faisceaux se croisent.

Cette force puissante est centrée directement sur le vaisseau lui-même, et en raison de son attraction gravitationnelle et énergétique massive, elle ouvre un « trou de ver » de plus haute densité à travers le temps et l’espace qui fait instantanément sauter le vaisseau à travers l’hyperespace vers son nouvel emplacement.

Il est très intéressant que quelqu’un de la NASA suggère indépendamment une idée très similaire, et c’est une forte indication qu’ils sont également conscients de cette technologie et qu’ils la « dégouttent » lentement au public. Que ce soit réellement à la hauteur de la capacité de travail ou non, c’est une autre histoire.

10.9 LA DISPARITION DE MIKE MARCUM

À partir de là, Decker cite des informations «non vérifiées et hautement suspectes» qui peuvent ou non être vraies. Nous citons certaines des données ici avec l’hypothèse que certaines ou la plupart d’entre elles sont fausses ; cependant, si l’un d’entre eux est vrai, alors il représenterait des applications technologiques actives et manifestement dangereuses de ces principes.

Tout comme la « découverte » littéralement choquante de Benjamin Franklin de l’électricité avec un cerf-volant en fil métallique était une percée qui a eu un prix, une grande partie du danger actuel pourrait provenir du manque relatif de compréhension du fonctionnement exact de ces vortex et phénomènes énergétiques.

Les deux premiers cas rapportés par Decker du groupe de discussion « Forteana » semblent appartenir à la même personne, Mike Marcum, qui vivait dans le Missouri et a expérimenté ces principes. Dans la distorsion classique que produit le « ouï-dire », le rapport de la deuxième personne a confondu le nom de l’État dans lequel Marcum vivait avec le Michigan, et a indiqué qu’il y avait cinq, et non six électroaimants impliqués :

[Case One, posté le 28 novembre 1996 :] Mike Marcum, le gars du Missouri qui a fait News of the Weird en 1995 après avoir volé six transformateurs de la compagnie d’électricité qu’il a dit nécessaires pour fabriquer sa machine à voyager dans le temps (afin qu’il puisse découvrir le gagnant numéro de loterie et revenir acheter un billet), a appelé une émission de radio du Nevada en octobre 1996 et a déclaré qu’il n’était qu’à 30 jours de terminer son invention. Son propriétaire du Missouri l’avait expulsé pour diverses mésaventures électriques dans son appartement…

[Case Two, posté le 28 janvier 1997 :] Aujourd’hui, au téléphone avec un ami du nord de la Californie, j’ai été informé qu’un homme de l’État du Michigan avait inventé une « machine à voyager dans le temps ». » Cet homme avait soi-disant travaillé sur la légendaire expérience de Philadelphie et informé ses amis et confidents qu’il « savait ce qu’il faisait. ”

Il a installé ces cinq aimants de 300 livres en cercle et les a super-énergisés avec des courants électriques. Il a mis un chat au centre du cercle, et le chat a disparu. Puis il a placé une chèvre dans le cercle, et la chèvre a également disparu dans la nuit des temps.

Finalement, il entra lui-même au centre du cercle, et lui aussi disparut dans « une autre dimension », pour ne plus jamais revenir…

Selon mon ami californien, cela s’est soi-disant produit assez récemment; et il va essayer de trouver plus d’informations à ce sujet, comme le nom de l’homme et où cette « expérience » aurait eu lieu. Je posterai un suivi de toute autre chose pertinente à ce sujet.

Comme nous pouvons le voir, l’idée dans le deuxième article que l’événement s’est produit « assez récemment » et les dates des deux publications coïncident bien, ce qui rend probable que les deux se réfèrent à l’expérience de Mike Marcum. Marcum a déclaré à la radio qu’il était à environ « 30 jours » de terminer l’appareil en octobre 1996, et le 28 janvier 1997, la deuxième personne a été informée que l’homme avait disparu « tout récemment ». ”

Évidemment, si cela s’est vraiment produit et n’est pas simplement une «légende urbaine», alors quelqu’un d’autre devait avoir été présent à cette expérience afin de vérifier toutes les disparitions, y compris celle de Marcum lui-même.

10.10 DR. LES EXPÉRIENCES DE TCHERNOBROV AVEC LE TEMPS

Le prochain extrait de l’article de Decker du Dr Alexander Frolov est beaucoup plus empiriquement démontrable que les récits ci-dessus, car nous savons qui a mené la recherche, qui a publié le matériel et où il a été présenté. Il sera résumé ici par souci de brièveté.

Dans sa thèse pour l’Institut d’aviation de Moscou, le Dr Vadim Chernobrov a jeté les bases d’un entraînement par propulsion électromagnétique, et le Dr Frolov l’a ensuite invité à sa conférence de juin 1996 intitulée « Nouvelles idées en sciences naturelles ». ”

Lors de la conférence, le Dr Chernobrov a fait une présentation concernant des expériences conçues pour modifier la vitesse à laquelle le temps passe dans une zone locale, et a également publié un article sur ses résultats dans les actes de la conférence par la suite. Comme le rapporte le Dr Frolov :

[Dr. Tchernobrov] utilisait des électroaimants installés de manière à produire plusieurs enveloppes sphériques : une enveloppe est installée à l’intérieur d’une autre. L’ensemble du système est une structure à plusieurs enveloppes comme le jouet russe appelé « mastrioshka », ou « poupées imbriquées ». ”

[Dr. L’objectif de Chernobrov] est de créer un type spécial de champ électromagnétique qui se déplace de la périphérie [de ces enveloppes sphériques] vers le point central. Le décalage du taux de temps dans un tel système est très faible, [s’élevant à] plusieurs secondes par heure d’expérience.

Dans ce cas, le succès de l’expérience du Dr Chernobrov est tout à fait compréhensible, car nous avons déjà exploré les cas naturels de cet effet de dilatation du temps, y compris le vortex de l’Oregon, que n’importe qui peut visiter et examiner scientifiquement à tout moment. Et considérant que les Drs. Roschin et Godin essayaient également de produire un « entraînement de propulsion électromagnétique » avec le générateur d’effets Searl et ont également mesuré des « sphères dans des sphères » d’énergie magnétique et thermique autour de leur appareil, la déclaration du Dr Frolov devient beaucoup plus plausible.

Il est probable que des changements de temps mineurs se produiraient également autour du générateur d’effets Searl, si les mesures appropriées étaient prises. Nous savons que dans les travaux publiés du Dr Bruce DePalma, de tels changements de temps ont été observés et mesurés dans les zones entourant ses prototypes d’énergie libre, ajoutant ainsi une autre couche de validation.

De plus, l’extrait ci-dessus mentionne que le Dr Chernobrov voulait que les champs électromagnétiques se déplacent de la périphérie vers le point central. Ceci est évidemment une représentation de ses tentatives pour créer l’axe du CU polarisé (comme ce que nous voyons dans une tornade) qui ne se formera que lorsqu’un niveau suffisant de force énergétique et de vitesse de rotation sera atteint dans les champs d’énergie sphériques eux-mêmes.

La quantité de force nécessaire pour créer le CU polarisé est suffisamment élevée pour qu’il y ait des rapports fréquents de dispositifs magnétiques à énergie libre se brisant en morceaux une fois qu’ils dépassent une certaine vitesse de rotation.

Les futurs concepteurs de systèmes de propulsion anti-gravité seront obligés de contourner ces problèmes, et le professeur Searl semble l’avoir fait en utilisant des rapports mathématiques précis entre les rouleaux et les anneaux, basés sur les principes du « carré magique », pour s’assurer que la charge est parfaitement répartie dans tout l’appareil.

Sa conception exige également que chaque ensemble d’anneaux et de rouleaux ait un poids identique à celui qui le précède, forçant ainsi chaque couche successive d’anneaux et de rouleaux à être plus courte en hauteur que celle la plus proche du centre.

10.11 LES DANGEREUSES POSSIBILITÉS DE L’EXPÉRIMENTATION « WARP »

Le cas suivant dans l’article de Decker est également de la liste Forteana, et l’auteur n’a apparemment pas voulu que son nom soit publié, nous ramenant ainsi au domaine de la catégorie « non vérifié, très probablement faux ». Elle est présentée ici pour rappeler les dangers encourus à tenter de dupliquer cette technologie :

… J’ai un ami qui connaissait le propriétaire d’une entreprise d’électronique. Cet homme était très intrigué par les champs magnétiques à haute densité. Un jour, il a construit un transformateur sur un châssis de type moto et a installé un «interrupteur homme mort» qui désactiverait l’alimentation si l’interrupteur était relâché.

Avec ses techniciens faisant fonctionner la machine, le propriétaire s’est assis sur le châssis et la puissance a été appliquée. Je n’ai aucune idée si c’était DC ou une fréquence spéciale d’AC.

Après environ trois minutes, l’homme a commencé à regarder autour de la pièce comme s’il voyait quelque chose de différent ou de nouveau… peu de temps après, son corps a commencé à scintiller comme s’il disparaissait. C’est à ce moment [que] il a relâché l’interrupteur et le courant s’est coupé.

Il a rapporté que les murs de la pièce ont commencé à fondre, montrant un paysage vierge et non développé comme si la ville et ce bâtiment n’avaient jamais été là. L’un des collègues techniciens rongeait son frein pour monter cette chose.

Le propriétaire n’a finalement accepté qu’après que le technicien ait signé une décharge médicale et légale au cas où quelque chose de mal lui arriverait. Il s’est assis sur le cadre, [le] courant a été appliqué et rien ne s’est passé jusqu’à ce qu’environ 3 minutes se soient écoulées. Ce type a commencé à regarder autour de lui, tout comme le propriétaire l’avait fait, et son corps a commencé à scintiller. Il n’a pas relâché l’interrupteur.

Au fur et à mesure que le temps s’écoulait, le corps de l’homme a disparu de la vue, mais l’interrupteur de l’homme mort était TOUJOURS ENFONCÉ. Après 5 minutes, le propriétaire a demandé aux autres techniciens de couper le courant. Le cavalier réapparut, babillant et bavant, complètement fou.

La machine est censée être enfermée dans le garage du propriétaire et il a déménagé au Colorado. Je sais que cela ressemble à tellement de BS, mais il y a plus que je ne vous dérangerai pas pour le moment. Quelque chose se passe ici qui dépasse le folklore urbain.

Merci pour votre intérêt, peut-être que lorsque je reçois un fichier compilé pour mon site Web, nous pouvons collecter d’autres informations corrélatives qui pourraient donner un aperçu plus approfondi d’une expérience…

À la fin de 2007, nous avons été en contact avec divers témoins de black-ops qui ont des bribes d’informations sur l’expérience de Philadelphie et d’autres sujets.

D’après ce que nous venons d’entendre, les troubles mentaux sont appelés « troubles transdimensionnels ». La raison apparente en est que le bon fonctionnement de l’esprit est le résultat d’un mélange harmonieux entre notre corps (ou nos corps) énergétique et le corps physique.

Au moment de notre conception, un lien se forme entre notre corps énergétique et notre corps physique. C’est ce qu’on appelle notre « référence de temps zéro » ou ZTR.

La clé pour envoyer les gens à travers ces vortex sans dommage est d’introduire certaines des harmoniques naturelles de la Terre dans l’équation – comme dans les champs magnétiques modulés. Sinon, le corps énergétique peut perdre la trace du temps de référence avec lequel il a commencé. Si vous retournez dans votre corps physique avec des corps physiques et énergétiques incompatibles, de terribles problèmes, et souvent la mort, peuvent en résulter.

10.12 EXPLOSION LUMINEUSE EN VORTEX

Un autre cas du livre de Berlitz, The Bermuda Triangle, révèle que tout le monde n’a pas la même chance que Chuck Wakeley lorsqu’il traverse un vortex terrestre interdimensionnel.

Bob Brush, un capitaine de ligne commerciale, a été témoin d’une explosion mystérieuse d’un avion Constellation aux Bahamas près de Great Inagua, en octobre 1971 :

Bob pilotait un DC-6 et a mis le Constellation sur le radar, volant bas et peut-être en difficulté. Soudain, il a explosé avec une fusée éclairante qui a éclairé le ciel d’un horizon à l’autre. L’explosion a été si brillante qu’elle a fait mal aux yeux – absolument inhabituel. Un bateau près de la scène a ramassé un manuel de vol que Bob a examiné plus tard et il était criblé de petits trous…

10.13 WILBERT SMITH ET « L’AIMANT DU PROJET »

Charles Berlitz dans Triangle et le Dr Richard LeFors Clark dans Anti-Gravity et le rapport World Grid sur le travail de Wilbert B. Smith, un ingénieur canadien en communications au ministère des Transports, qui a étudié des anomalies similaires au Triangle des Bermudes qui se sont produites au cours de la région de l’est du lac Ontario.

WB Smith est la seule personne à avoir mené une exploration gouvernementale officielle sur les anomalies de vortex magnétiques, connue sous le nom de projet Magnet et menée en 1950 pour le compte du Conseil national de recherches du Canada et de la marine américaine. Le projet a ensuite été classé, apparemment en raison de la nature dramatique et destructrice de tels tourbillons.

Dans le travail de Smith, il rapporte avoir trouvé ce qu’il a appelé des « zones de liaison réduite » qui avaient environ 1 000 pieds de diamètre et s’étendaient vers le haut sur une hauteur considérable. Si un avion devait survoler la zone, alors, tout comme dans le cas de la tornade, sa matière deviendrait flexible et élastique, provoquant ainsi sa rupture et son explosion.

Certains des vortex semblaient être mobiles et leurs positions changeraient avec le temps. Smith a également correctement constaté que ces anomalies étaient causées par des contraintes de gravité qui se sont formées profondément dans la Terre.

Ce n’est que le début des informations intéressantes que l’on peut trouver dans l’histoire de WB Smith, car il a fini par mener des recherches télépathiques qui ont jeté les premières bases de l’émergence de la série Law of One. Nous avons l’intention d’inclure ces informations dans les volumes ultérieurs de cette série, qui seront rédigés en 2008 ou ultérieurement.

10.14 INTERFACE CONSCIENTE DE DD HOME AVEC LE VORTEX DU LAC ONTARIO

Le Dr Clark souligne également que le mystique DD Home du dix-neuvième siècle vivait dans la même région du côté est du lac Ontario où les expériences de WB Smith avec le projet Magnet ont été menées. Comme nous l’avons déjà mentionné, Home a été capable à plusieurs reprises de faire léviter son corps haut dans les airs devant une pièce pleine de monde, ainsi qu’une foule d’autres phénomènes très inhabituels.

Il pouvait mettre ses mains ou sa tête dans un poêle et ne pas être brûlé, et pouvait également faire léviter un accordéon à l’intérieur d’une cage et jouer un air dessus. Ses divers exploits ont été observés et vérifiés de 1820 à 1850 par des scientifiques de renom, des dignitaires mondiaux et de nombreux dirigeants européens.

Sur la base des résultats de recherche de Smith, le Dr Clark spécule que l’énergie dans cette zone de vortex particulière a été en mesure d’améliorer puissamment le développement psychique de Home. Cela pourrait bien avoir fourni un degré élevé d ‘«énergie de conscience libre» qui serait plus tard exploitée et conduirait à rendre possibles ses capacités remarquables.

10h15 LE « CHÂTEAU DE CORAIL » DE LEEDSKALNIN : LÉVITATION?

Le Dr Clark évoque également le cas d’Edward Leedskalnin dans son article paru dans Anti-Gravity. Leedskalnin a construit une magnifique ville d’énormes blocs de corail qu’il a nommé « Coral Castle » à Homestead, en Floride, sans accès apparent à des outils ou à des machines de levage.

Le Dr Clark soutient que Leedskalnin avait trouvé un vortex où l’équilibre gravité-légèreté était beaucoup plus égal que dans la plupart des autres endroits, et donc en poussant simplement sur les blocs à leur centre de gravité exact, la « portance » nécessaire pouvait être fournie. pour déplacer les blocs.

Le problème immédiat que nous pouvons voir avec une telle idée est que cela aurait dû créer une différence dramatique dans les lectures de gravité de cette zone, et pourtant il n’y a aucune mention de cela dans la littérature associée. Si l’équilibre gravité-légèreté était vraiment si proche de l’égalité là-bas, alors nous nous attendrions à ce qu’il soit connu et discuté depuis longtemps.

De plus, la plupart des autres sources qui parlent de Coral Castle mentionneront invariablement le cas où une personne s’est faufilée pour regarder Leedskalnin tendre les mains et faire léviter les blocs du camion pour les mettre là où il en avait besoin.

Bien que cela puisse nous sembler impossible, il existe de nombreux récits d’anciens temples de pierre mégalithiques construits à partir de blocs de plusieurs tonnes qui ont été ajustés avec une précision excessive, et aucune preuve archéologique ne suggère comment ils ont été déplacés.

Comme l’a noté Graham Hancock dans Fingerprints of the Gods, même les plus grandes grues modernes du monde ne sont pas capables de déplacer des blocs de la taille utilisée dans la Grande Pyramide et d’autres endroits. De plus, dans le cas de la lévitation acoustique tibétaine, nous voyons un processus qui semble avoir utilisé la concentration psychique en combinaison avec un son soigneusement réglé pour produire l’énergie nécessaire pour déplacer de grosses pierres.

Ainsi, Leedskalnin peut être encore un autre cas comme DD Home, où vivre dans une certaine zone fournit un développement psychique qui permet aux effets de lévitation de se produire. Peut-être que saint Joseph de Cupertino, que nous avons mentionné dans le deuxième chapitre comme l’un des «saints en lévitation» catholiques, a également vécu dans une telle zone de vortex.

10.16 LA MYSTÉRIEUSE AVENTURE MAGNÉTIQUE DE WALTER RAWLS

Revenant à nouveau à l’article de Decker sur les changements dimensionnels produits par l’énergie électromagnétique, son prochain cas signalé est celui que Decker a rappelé d’une conversation téléphonique qu’il a eue plusieurs années avant d’écrire à ce sujet.

Dans ce cas, nous avons le nom de la personne impliquée et son propre témoignage à Decker qu’il disait la vérité. Cependant, ces effets sont subjectifs et ne doivent pas être considérés comme des « preuves » de quoi que ce soit, mais simplement comme des possibilités intéressantes :

Walter Rawls, qui a travaillé avec le regretté Albert Roy Davis sur les effets des champs magnétiques monopolaires sur la matière, m’a raconté dans une conversation téléphonique ses expériences avec un aimant du pôle Nord situé au-dessus de la glande pinéale.

Un masque a été fabriqué qui maintenait l’extrémité du pôle Nord d’un long aimant cylindrique au-dessus de la glande pinéale. Le but était de stimuler la glande et de voir s’il y avait quelque chose dans cette affaire de «troisième œil». L’exposition était de l’ordre de 10 à 30 minutes par jour sur une période d’environ 4 semaines.

Au cours de la première semaine, il était assis à son bureau en train de lire des documents lorsqu’il a remarqué que quelque chose bougeait du coin de l’œil. Alors qu’il levait les yeux, la silhouette fantomatique d’un homme avait traversé un mur, traversé la pièce et disparu à travers un autre mur. Le personnage ignorait totalement l’existence de Walter. D’autres expositions à ce champ du pôle Nord ont eu lieu au cours d’une deuxième et d’une troisième semaine.

La deuxième semaine, la même silhouette fantomatique s’est déplacée dans la pièce et a jeté un coup d’œil vers Walter alors qu’il passait. Cette fois, la figure semblait avoir un peu plus de détails, pas tout à fait aussi fantomatique.

La troisième semaine, alors qu’il était occupé à travailler sur des documents, Walter remarqua un changement dans la pièce. Quand il leva les yeux, le mur s’était dissous et il regardait une petite colline où un homme et une femme étaient assis sous un arbre. C’était le même personnage masculin fantomatique qu’il avait vu à d’autres occasions. Il resta immobile, regardant cette scène pastorale pendant plusieurs minutes.

L’homme regarda vers Walter et parut surpris. C’était comme s’il avait clairement VU Walter cette fois et avait peut-être reconnu Walter comme le fantôme qu’il avait vu la semaine précédente ! L’image s’est estompée et le mur a retrouvé son état normal. À partir de ce moment, Walter n’a plus jamais utilisé le stimulateur pinéal.

S’il y a une quelconque validité à ce que dit Rawls, il semblerait que d’une manière ou d’une autre, les puissantes énergies magnétiques du « centre du troisième œil » aient été capables de dupliquer grossièrement les mêmes types d’améliorations psychiques qui ont permis à DD Home d’effectuer la lévitation et d’autres exploits tout en vivant. dans le vortex énergétique de l’est du lac Ontario, et Ed Leedskalnin pour construire Coral Castle dans le vortex énergétique de Homestead, en Floride.

Fait intéressant, les travaux de Charles Fort mentionnent que de nombreuses études « spiritualistes » ont été menées au tournant du XXe siècle par des organisations telles que l’American Society for Psychical Research, qui ont directement corrélé des fréquences plus élevées d’observations de fantômes et d’activités paranormales avec des émissions énergétiques plus élevées provenant de le soleil.

Dans ce cas, le Soleil semble prêter l’énergie supplémentaire de la conscience qui permet à des êtres humains autrement normaux de voir dans d’autres domaines, et / ou de provoquer un effet de mélange entre les réalités. Et comme nous le verrons dans une minute, il semble y avoir des gens qui peuvent voir ces royaumes et y accomplir des exploits psychiques sans aucune stimulation énergétique extérieure.

En 2007, nous avons acquis de nouvelles informations révolutionnaires sur la glande pinéale qui apparaîtront dans les volumes ultérieurs de cette série. D’une part, l’intérieur de la glande a en fait une composition tissulaire très similaire à celle de la rétine de l’œil. Par conséquent, l’idée qu’il s’agit d’un «troisième œil» peut être beaucoup plus intéressante que la plupart des gens ne le pensent. Il se pourrait bien que la glande pinéale soit la glande « d’interface » hyperdimensionnelle la plus importante que nous ayons.

Il semble que la glande fonctionne selon un processus très simple – à savoir, un volume d’eau en forme de tonneau, lorsqu’il est totalement protégé de l’énergie électromagnétique, du son et d’autres chocs de notre propre espace-temps, formera une passerelle vers l’espace-temps – ce domaine métaphysique dans lequel puisent les diverses expériences dont nous discutons. L’intérieur de la glande est rempli d’eau.

Plus de sang circule dans la glande pinéale que dans toute autre partie du cerveau – c’est un fait documenté. Le témoignage du témoin suggère également que nous avons naturellement un bouclier électromagnétique entourant l’eau à l’intérieur de la glande, et il semble que l’intégrité de ce bouclier est très, très importante.

L’usage de drogues comme le LSD peut déformer et désactiver temporairement le bouclier, créant des effets de conscience interdimensionnels qui peuvent être dangereux. Soi-disant, l’utilisation de telles drogues crée des «fissures» dans le bouclier protecteur qui ne disparaissent jamais vraiment – et si une personne est trop «ouverte» trop rapidement, cela peut avoir des effets désastreux sur sa santé mentale.

Ainsi, dans le cas ci-dessus, il semble qu’un processus strictement électromagnétique puisse perturber temporairement le bouclier de la glande pinéale de la même manière. Nous ne vous recommandons PAS d’essayer cela à la maison.

Dans le livre trois de la série Law of One, nous découvrons que la Chambre du Roi et la Chambre de la Reine dans la Grande Pyramide sont construites à des points focaux naturels au sein de la structure pyramidale où le « bouclier » peut à nouveau être lâché de manière plus de manière contrôlée.

Apparemment, le sarcophage de la chambre du roi était destiné à la guérison, avec l’aide d’un guérisseur qualifié qui utilisait un cristal pour augmenter son travail. La Chambre de la Reine était destinée à l’initiation. Dans les deux cas, le « bouclier protecteur » est lâché, par un processus énergétique, pour faciliter cette transition.

Il est important de noter que la méditation simple vous ouvre progressivement d’une manière beaucoup plus sûre et plus contrôlable. La série Law of One fait référence à des technologies telles que la pyramide comme l’équivalent de « roues d’entraînement métaphysiques ».

10.17 DÉFAILLANCES TEMPORELLES DOCUMENTÉES DES « DEUX CÔTÉS »

Deux récits intéressants, qui peuvent ou non être factuels, se trouvent aux pages 96-98 du livre de Nick Nelson The Golden Vortex, dont nous parlerons dans le chapitre suivant. L’un ou l’autre d’entre eux, s’il est vrai, nous donne la possibilité unique que ces événements de distorsion temporelle aient été observés et documentés comme s’étant produits des « deux côtés » du phénomène, le passé et le futur.

Le premier récit provient d’un capitaine de police à la retraite nommé Hubert V. Rihm, qui a pu corréler un rapport de personnes disparues de 1890 avec une mort bizarre en 1950. La similitude entre les deux événements suggère qu’il s’agissait de la même personne, M. Rudolph Fentz de la 50e Avenue à New York, qui avait instantanément passé 60 ans dans le futur.

En 1890, l’homme quitta sa maison pour prendre un cigare après le dîner, ce que sa femme ne lui permit pas d’avoir dans la maison, et elle ne le revit jamais. Elle a ensuite déposé un rapport de personne disparue. Apparemment, la distorsion s’est produite dans la même zone qu’il avait marchée, puis il est réapparu dans les rues de New York en 1950.

A la vue de tant de choses étranges et bruyantes, il a paniqué et a couru dans la rue, où un taxi l’a renversé et l’a tué. L’identification et les vêtements de cet homme semblaient décidément hors norme au capitaine Rihm, qui a ensuite fait le lien grâce à des recherches.

Fait intéressant, le fait qu’il s’agissait d’un décalage horaire de 60 ans soutient en fait l’idée que cela pourrait être vrai en termes de physique que nous redécouvrons maintenant, ce qui sera couvert plus tard dans le livre. Le nombre 60 est directement lié à la vibration, qui est le comportement le plus important de l’éther.

Le deuxième récit est celui d’un pilote de l’Ohio au début des années 1960 :

…Un pilote était dans son avion privé volant le long d’un nuage bas, lorsque du nuage sort une machine volante d’avant la Première Guerre mondiale. Ils s’esquivent mais pas avant que le bout d’aile de l’avion moderne effleure le flanc de l’antique.

Le pilote perd de vue le biplan, qui s’enfuit dans le nuage. Il retourne chez lui et, après l’atterrissage, dépose un rapport de colère auprès de la FAA. Les autorités cherchent, mais sont incapables de trouver le vieil avion et son pilote téméraire.

Des mois plus tard, sous un tas de foin pourri, une ancienne relique d’une machine volante est retrouvée dans une grange en cours de démolition. Un ancien journal de bord est toujours dans le cockpit, et sa dernière entrée enregistre un quasi-accident avec une étrange machine volante argentée. L’inscription est datée de 1911, et il y a une longue déchirure dans le tissu du fuselage dans laquelle sont contenus de minuscules écailles de peinture argentée.

Nelson ne cite pas ses sources pour ces récits, bien que quelques pages plus tôt, il mentionne un livre sur le Triangle des Bermudes que nous n’avons pas vu, intitulé The Limbo of the Lost de John Wallace. Si la date réelle du « début des années 1960 » était 1963, alors nous avons la possibilité d’un vortex de 52 ans, et encore une fois 52 est un nombre important dans le système harmonique vibrationnel.

10.18 CORPS ÉNERGÉTIQUES MULTIPLES

L’extrait suivant détaille les spéculations de Decker avec ses associés sur la façon dont ces types d’effets se produisent. Si Walter Rawls avait personnellement expérimenté un phénomène «interdimensionnel» lorsque l’aimant était au-dessus de son troisième œil, alors pour lui c’était très réel, et en parlant avec Decker, il voulait clairement savoir exactement ce qui lui était arrivé et pourquoi.

En effet, les idées de Decker sur le sujet correspondent très étroitement aux informations contenues dans les écrits des prétendues entités extraterrestres Seth et Ra, ainsi qu’aux récits des écritures védiques, que nous examinerons plus tard :

Lors de conversations à ce sujet avec Walter [Rawls] et d’autres personnes intéressées, il a été mentionné qu’il existe une théorie selon laquelle nous avons plusieurs corps énergétiques, un peu comme le KA et le BA de l’Égypte ancienne. Chaque corps énergétique vit dans une autre réalité, mais communique avec notre conscience ici dans cette réalité.

Un autre commentaire était que la conscience crée simplement un corps d’énergie dans n’importe quelle réalité qu’elle VISITE. Une présence prolongée dans une réalité donnée augmente la densité du corps énergétique, passant d’une forme fantôme et fantomatique qui n’était d’abord pas facilement perceptible aux habitants de l’autre réalité jusqu’à ce que le corps énergétique intrus soit devenu suffisamment dense pour déclencher leurs sens.

Cela pourrait expliquer pourquoi des expositions répétées ajouteraient de la densité à l’autre corps de réalité de Walter Rawls, permettant à ses habitants de le percevoir, d’où la réaction de surprise de la figure masculine…

Ce point soulevé par Decker est suffisamment significatif pour que nous incluions des éléments de support pour étayer davantage l’idée que « la présence prolongée dans une réalité donnée y augmente la densité du corps énergétique » .

Il semble que certains adeptes soient déjà capables de se transporter vers d’autres endroits, physiquement ou énergétiquement, et dans la série de livres de Carlos Castenada, nous avons un ensemble d’instructions détaillées sur la façon de le faire. Les instructions elles-mêmes sont très difficiles mais certainement possibles à dupliquer avec la pratique.

Plus important encore, les observations des formes d’énergie éthérique et les descriptions de la cosmologie éthérique sont si parfaitement corrélées avec ce que nous avons déjà vu dans cette recherche et avec d’autres récits chamaniques qu’il est très douteux que les vrais enseignements fondamentaux soient frauduleux.

Nous devons également nous rappeler que des effets similaires ont été observés dans les cultures chamaniques du monde entier, y compris les aborigènes australiens, les Hunas hawaïens, les moines bouddhistes tibétains, les yogis hindous, etc. Dans chaque cas, un ensemble complet d’enseignements secrets explique comment ces capacités sont cultivées, et il semble que les récits de Castenada sont un récit précis de ce processus.

10.19 CASTENADA, KACHORA ET LE « CÔTÉ ACTIF DE L’INFINI »

La série controversée de livres de Carlos Castenada (décédé en 1999) soutient l’idée de Decker selon laquelle une présence prolongée et focalisée « dans une réalité donnée » peut conduire la personne à y devenir visible. Chacun des livres de Castenada détaille les enseignements mystiques et les expériences qu’il a eues avec un chaman « sorcier » nommé Don Juan et d’autres qui lui sont associés.

Plus tôt dans sa formation, divers composés psychoactifs ont été utilisés pour l’amener à un état connu sous le nom de « seconde attention » ou « côté actif de l’infini », où il interagissait directement dans des domaines non physiques et avait de nombreuses expériences anormales. Don Juan et d’autres ont pu se projeter dans ces royaumes en même temps que lui, et ainsi produire des « miracles » apparemment impossibles et parfois très divertissants. ”

On a dit à Castenada que les hallucinogènes n’étaient qu’un tremplin, et on l’a exhorté à apprendre comment faire cette transition sans eux, grâce à une technique appelée «arrêter le monde».  » Dans cette technique, un état sublime de méditation est réalisé et les pensées de l’esprit conscient sont fermées.

De nombreuses autres techniques précieuses ont été données par Don Juan pour aider à induire l’état OBE, y compris l’idée d’essayer d’observer un buisson ou un arbre d’une toute nouvelle manière, en amenant les ombres au premier plan de la vision comme s’il s’agissait de « vrais objets ». et en imaginant la zone environnante comme étant « l’arrière-plan ». ”

Le changement de perception que cet exercice produit peut entraîner un changement naturel de la conscience dans les circonstances méditatives appropriées. Ceci et d’autres techniques chamaniques pratiques des neuf premiers livres sont très bien compilés et tissés ensemble dans le livre intitulé Les Enseignements de Don Carlos de Victor Sanchez.

10.19.1 DON JUAN = KACHORA

Nous pouvons maintenant conclure avec une certitude raisonnable que le personnage « Don Juan » dans ces livres était en fait un composite de plusieurs chamans/sorciers différents avec lesquels Castenada avait interagi, et le vrai nom du personnage principal était Kachora.

De nombreuses personnes ont maintenant pu rencontrer Kachora, car il fait parfois une apparition à diverses conférences amérindiennes et spirituelles, et Wilcock a personnellement parlé à quelqu’un qui connaissait l’un de ses amis proches.

Kachora aurait confirmé que certains détails des livres sont entièrement faux, comme l’événement à la fin de Tales of Power où Castenada et Pablito ont sauté d’une falaise pour tester leurs capacités à dématérialiser et rematérialiser leur corps ailleurs en toute sécurité.

Cette fin dramatique a également présenté le personnage de Don Juan faisant une transition permanente dans les royaumes de l’Esprit, signalant ainsi apparemment la fin des enseignements de Don Juan et aussi la fin de la série – c’est-à-dire jusqu’à ce que de nombreux autres livres soient publiés ! On prétend maintenant que Castenada a été encouragé à perpétuer cette fraude afin de créer l’inévitable sensationnalisme qui serait produit dans son sillage, vendant ainsi beaucoup plus de livres en conséquence.

Puisque Kachora confirme que certains aspects des livres sont effectivement faux, il devient difficile de déterminer exactement combien d’entre eux sont vrais, le cas échéant. Le défaut le plus flagrant dans le matériel qui est constamment souligné par les sceptiques est que tous les livres publiés après Tales of Power auraient été extraits de la «mémoire cachée» de Castenada sur les interactions avec Don Juan avant qu’il ne quitte le plan physique.

En fait, les conversations dans les derniers livres semblent simplement représenter d’autres interactions qu’il a eues avec Kachora et transcrites de la même manière qu’il l’avait toujours fait auparavant. Il semble également que Castenada ait peut-être regretté la décision de mentir sur certains événements plus tard dans sa carrière, car des livres tels que The Art of Dreaming semblent beaucoup plus systématiques et pratiques à la lumière des preuves correspondantes disponibles dans d’autres traditions chamaniques.

Cependant, il est préjudiciable qu’il n’ait jamais fait de déclaration publique officielle pour clarifier quelles parties, selon lui, s’étaient réellement produites et quelles parties avaient été fabriquées, avant sa mort.

10.19.2 « VOIR » ET DÉPLACEMENT OBE

Même si la crédibilité des livres est fortement endommagée par ces incohérences, le fait demeure qu’un ensemble très complet d’enseignements est donné qui décrit comment manipuler l’énergie consciente de l’univers.

Plus important encore, Kachora semblait continuellement insister auprès de Castaneda sur l’importance d’apprendre l’art de voir, ce qui signifiait arriver à un endroit où les champs énergétiques de l’univers pouvaient être perçus visuellement.

Dans cet état, chaque être humain aurait un œuf lumineux ou une «aura» qui l’entourait, comme tant d’autres guérisseurs l’ont vu, et une matrice en forme de toile de brins de lumière interconnectés était perçue comme reliant tout dans l’Univers.

Selon son propre témoignage écrit, Castenada a finalement appris à le faire, et c’est probablement vrai. De plus, dans le livre The Art of Dreaming, Kachora raconte à Castenada qu’à travers une discipline spirituelle rigoureuse, qui comprend la méditation, le travail sur les rêves, l’alimentation, l’exercice et le célibat complet pour « stocker votre énergie sexuelle », il est possible de développer suffisamment vos capacités pour téléportez-vous à un autre endroit, ou au moins envoyez un « double » visible de vous-même ailleurs.

Dans le système de Kachora, qu’il prétend avoir été transmis par une ancienne civilisation avancée, la clé de cette forme de voyage est de développer l’état hors du corps ou « rêve lucide ». Comme le confirme le Dr La Berge des laboratoires de recherche sur les rêves de l’Université de Stamford, lorsqu’un rêveur lucide entre dans l’état de rêve, les objets et l’environnement autour du rêveur changent continuellement.

En fait, le Dr La Berge utilise cette propriété innée de l’avion de rêve comme test pour que les gens vérifient s’ils sont réellement en train de rêver ou s’ils sont éveillés. Le test commence par regarder fixement un objet particulier, surtout s’il contient des écritures ou d’autres caractéristiques notables, puis en détournant le regard. En regardant à nouveau l’objet, si le sujet rêve, il aura sensiblement changé.

Dans les recherches du Dr La Berge, cette malléabilité constante du domaine du rêve est simplement supposée comme un « donné », alors que les traditions chamaniques semblent suggérer qu’il s’agit simplement d’une étape de départ dans un processus qui peut éventuellement être développé beaucoup plus complètement.

10.19.3 STABILISATION DE L’ENVIRONNEMENT DE RÊVE

En effet, les anciennes traditions chamaniques telles que données par Kachora nous enseignent que la voie secrète de « l’adepte » est d’apprendre à stabiliser l’environnement du rêve. L’exercice le plus fréquent qui est cité dans les livres de Castenada est d’essayer de regarder vos mains et de les faire rester les mêmes dans leur apparence.

Wilcock a personnellement mené ces expériences à plusieurs reprises et peut vérifier qu’il est extrêmement difficile d’empêcher vos mains de changer pendant que vous faites cela ; les doigts apparaîtront et disparaîtront, vos mains peuvent sembler scintiller et devenir plus grandes ou plus petites, elles peuvent se déformer étrangement ou vous pouvez même ne pas les voir du tout.

Wilcock a également essayé de stabiliser certains objets dans l’environnement, comme une simple chaise, et peut attester du fait que c’est tout un défi et qu’il faudrait évidemment beaucoup de pratique pour se perfectionner. Il est plus facile d’accomplir une stabilisation partielle en commençant par une petite zone au centre de votre champ de vision, puis en l’étendant progressivement vers l’extérieur, comme l’ouverture d’une lentille.

Vivre et se déplacer dans une zone que vous devez constamment entretenir avec votre propre concentration est certainement une expérience intéressante ; il aura invariablement des taches floues et s’estompera en une zone floue et sans forme qui semble toujours être de couleur gris clair dès que vous perdez votre concentration. Une fois que vous entrez dans cette zone grise, vous courez un danger immédiat de perdre l’expérience et de revenir dans votre corps.

Kachora poursuit en disant qu’avec un effort continu, on peut en effet apprendre à garder les choses stables ; par exemple, vous pourriez vous imaginer dans votre salon et faire preuve d’une concentration intense pour qu’il reste exactement comme votre salon apparaîtrait normalement.

Une fois que cette « intention » est capable de maintenir votre position concentrée pendant plus de quelques brefs instants, vous projetterez en fait un aspect énergétique de vous-même à cet endroit, et les autres pourront alors voir cela comme une projection fantomatique.

Dans les écrits de Robert Monroe, il rapporte avoir fait cela à plusieurs personnes différentes lors de ses explorations hors du corps, y compris sa propre fille qui le reconnaîtrait. Et, dans le merveilleux livre Adventures out of the Body de William Buhlman, il rapporte avoir effectué des expériences où un crayon serait placé sur le bord d’une table avant un état OBE, puis vous projetez et renversez le crayon dans le plan physique avec l’intention de votre corps énergétique seul. Au réveil, il est facile de voir si vous avez réellement réussi.

10.19.4 PASSAGES DE VORTEX

Kachora dit que si vous développez suffisamment vos capacités, vous pouvez réellement voyager vers l’emplacement stable dans lequel vous vous êtes «ancré» grâce à votre personnalité de rêve et y avoir un double énergétique de vous-même ou même provoquer la dématérialisation de votre corps de son emplacement d’origine. et apparaissent dans le nouvel emplacement.

Ce serait certainement une grande commodité, et presque toutes les sources métaphysiques pertinentes nous disent qu’après le changement vibratoire sur Terre, ce sera beaucoup plus facile à faire qu’aujourd’hui. De plus, l’idée présente des similitudes remarquables avec les idées d’Alan Holt et de Bob Lazar sur la téléportation « warp » :

Si une grande force peut être créée dans les coordonnées énergétiques conscientes où vous aimeriez aller, alors un portail en dehors de notre espace et de notre temps connus s’ouvrira pour vous y amener.

Dans Adventures out of the Body, Buhlman démontre que cette formation de vortex a souvent été vue visuellement par les personnes qui la traversent. Le moyen le plus courant dans lequel il est décrit est l’expérience de mort imminente, où presque tous les participants signalent avoir traversé une zone de tunnel sombre avec une petite lumière à l’extrémité.

Alors qu’ils se déplacent dans le tunnel à une vitesse apparemment élevée, la lumière grossit rapidement, et lorsqu’ils arrivent à la lumière, ils se trouvent dans un endroit complètement nouveau. Bien que ce processus soit couramment observé par ceux qui déclarent avoir vécu des expériences de mort imminente, Buhlman a compilé de nombreux autres exemples de personnes se déplaçant à travers de tels tourbillons dans un état hors du corps, sans avoir à subir l’expérience de mort imminente.

10.20 PAUL TWITCHELL : TÉLÉPORTATION PSYCHIQUE?

Une autre source possible de corroboration d’un tel processus psychique vient du cas de Paul Twitchell, dont les partisans ont fondé une secte métaphysique connue sous le nom de « Eckankar », qui fait maintenant l’objet d’un examen minutieux et de controverses. Certains l’ont accusé d’être devenu une secte. Nous n’avons pas assez d’expérience avec le groupe pour nous forger une opinion dans un sens ou dans l’autre – mais essentiellement, chaque fois que des gens se réunissent dans un but spirituel, quelqu’un va les accuser d’être une secte.

Comme indiqué dans le livre de Brad Steiger, L’énigme de la réincarnation, les capacités de Twitchell sont le résultat d’avoir traversé les camps de concentration nazis dans sa jeunesse. En raison des conditions extrêmes dans lesquelles il a été placé, il a développé la capacité de se projeter hors du corps à volonté.

Plus tard dans sa vie, il est devenu célèbre pour sa capacité à le faire et, comme Edgar Cayce, il semblait également pouvoir accéder à un «enregistrement akashique» où il pouvait obtenir des informations médicales et de vie antérieure pour les autres. Fait intéressant, Steiger raconte le cas suivant à la page 107 :

Les amis de Twitchell aiment raconter l’époque où Paul a été emprisonné dans une prison sud-américaine à cause d’un malentendu sur son passeport. Pour s’amuser et confondre ses geôliers, Twitchell est apparu se promenant sur une place du centre-ville tandis que son corps physique gisait sur une couchette dans la cellule de la prison.

Ce ne sont là que quelques-uns des nombreux cas dispersés dans la littérature métaphysique sur des personnes capables soit d’envoyer des « doubles » spirituels d’eux-mêmes dans des endroits éloignés, soit de faire en sorte qu’une « téléportation » complète se produise par la conscience.

Une fois de plus, nous voyons que si la conscience est à l’origine de tous les phénomènes énergétiques dont nous avons discuté, alors tous les effets possibles observés avec la technologie ou dans les vortex terrestres tels que le Triangle des Bermudes devraient également pouvoir être réalisés avec la conscience, si la personne a un degré de concentration suffisant.

Nous ne sommes pas intéressés à essayer de prouver cela davantage à ceux qui attaqueront chaque point avec un mur impénétrable de scepticisme, car les résultats préliminaires de la sortie hors du corps peuvent en effet être reproduits par quiconque est prêt à y consacrer du temps.

Le livre de Buhlman est peut-être l’ensemble d’instructions le meilleur et le plus simple dans ce processus, et dans le cas de Wilcock, un OBE réussi a été obtenu après seulement dix jours de pratique. Ceux qui visitent l’institut Monroe et utilisent leur technologie Hemi-Sync peuvent reproduire ces résultats avec encore moins de temps et d’efforts.

10.21 PORTAILS « SOMBRE » DANS L’ESPACE ET LE TEMPS

Alors que les adeptes peuvent accomplir de magnifiques exploits de conscience, une connaissance de cette nouvelle physique pourrait bien conduire à des applications technologiques similaires. Maintenant, nous reviendrons à nouveau à l’article de Decker pour plus d’informations qui pourraient corroborer l’idée que de tels changements dimensionnels sont possibles avec l’équipement approprié.

Bien que de nombreux vortex dont nous avons discuté semblent être des zones où l’énergie éthérique émerge visiblement dans notre monde sous forme d’énergie et de lumière, il existe d’autres cas où il semble qu’une sorte de «trou noir» miniature se forme où l’énergie éthérique en circulation n’est pas visible du tout, créant à la place une absence de lumière.

Ceux-ci seront couverts immédiatement après notre prochain extrait. Les propriétés de ces vortex restent très similaires à bien des égards, ce qui ne correspond pas aux hypothèses typiques sur les «trous noirs» dans le Cosmos comme étant des puits de gravité totale qui aspireraient et détruiraient tout autour d’eux.

Nous devons également mentionner que dans la terminologie physique de Bearden, une «onde scalaire» est essentiellement une onde qui se déplace à travers l’éther à un niveau vibratoire qui est en dehors de notre objectif actuel. En croisant deux faisceaux d’ondes scalaires ensemble, une variété d’effets peut être produite, y compris le tore sphérique lumineux que nous avons étudié :

Il convient également de noter que de nombreux rapports d’appareils à énergie libre, lorsqu’ils fonctionnent et consomment de l’«énergie négative», produisent également des phénomènes liés à la perte de poids et aux altérations temporelles.

Il y a des années, Tom Bearden m’a parlé d’une expérience que lui et un chercheur anonyme avaient réalisée en utilisant une [onde] scalaire générée par interférométrie. Deux projecteurs [à ondes scalaires] visaient à coïncider [ou « interfèrent », d’où « interférométrie »,] à un point fixe de l’espace. Lorsque l’alimentation a été appliquée et que la fréquence/phase a été ajustée, il n’y a eu aucun changement apparent dans la zone cible.

Après un certain temps, les deux sont allés chercher quelque chose à manger. Quand ils sont revenus quelques heures plus tard, on a observé qu’un « quelque chose » noir comme une fente ou une ouverture était apparu dans la zone cible.

Parce qu’ils travaillaient dans une zone totalement inconnue et de peur que « quelque chose » puisse passer par cette fente une fois ouverte, ils ont interrompu l’expérience. Quelques années plus tard, alors qu’il rendait visite à Peter Kelly dans son laboratoire en Géorgie, il a admis qu’il était l’autre chercheur et a vérifié le rapport de Bearden.

C’est certainement assez remarquable, et probablement assez difficile à imaginer pour la plupart d’entre nous ; cependant, il existe des données corroborantes pour étayer ce point, provenant de sources complètement différentes. L’idée d’une « fente sombre » ou d’un « trou » s’ouvrant à un point de vortex est contenue dans l’étude de Berlitz sur les anomalies du Triangle des Bermudes.

Cependant, contrairement à un trou noir qui semble être un puits de gravité, ces zones sombres semblent former autour d’elles une bulle sphérique d’énergie gravitationnelle répulsive qui empêche quoi que ce soit de se déplacer dans la zone.

L’extrait suivant traite de Norman Bean, un ingénieur en électronique, chercheur en métaphysique et inventeur qui a conçu un moyen pratique de télévision sous-marine en circuit fermé et également une forme de répulsif contre les requins.

Certaines personnes lui ont rapporté anonymement une expérience très bizarre, qu’il a ensuite racontée à Berlitz.

Le premier événement mentionné s’est produit un soir de septembre 1972 et impliquait un bateau à moteur diesel nommé Nightmare, qui voyageait entre Featherbed Banks et Matheson Hammock dans la baie de Biscayne. Le navire retournait à son port d’attache après une sortie de pêche, et lorsqu’il atteignit la zone de Featherbed Banks, sa boussole semblait décalée de 90 degrés, et le Cauchemar ne faisait que commencer :

Les feux du bateau s’affaiblirent puis s’éteignirent, comme s’il y avait eu une énorme décharge exercée sur les batteries. Là-dessus, sans tenir compte de la boussole, le pilote s’est dirigé directement vers des points de repère plein ouest, à pleine puissance.

Mais le seul changement de position était vers le nord, comme en témoignent les feux côtiers glissant vers le sud. Pendant deux heures, le bateau a continué vers le rivage mais n’a pu progresser et a semblé reculer.

Pendant ce temps, une grande forme sombre masquant les étoiles a été remarquée par les occupants du bateau dans les airs entre le bateau et Matheson Hammock, à un mile ou deux à l’ouest. Alors qu’ils l’observaient, ils remarquèrent qu’une lumière mobile pénétrait dans la zone sombre, restait immobile pendant quelques instants, puis disparaissait.

Peu de temps après, la forme sombre a également disparu. Après la disparition, la boussole est revenue à la normale, le générateur a rechargé les batteries et le bateau a pu avancer.

Berlitz poursuit en rapportant que Bean a eu une expérience similaire qui lui a été rapportée plusieurs années avant qu’on ne lui parle du cas du Cauchemar. La personne qui lui a rapporté cet événement était un capitaine à la retraite de la marine américaine.

Le capitaine a rencontré Bean lors d’une de ses conférences, mais ne discuterait de ses observations avec Bean qu’en privé, car il « ne voulait pas compromettre sa réputation de véracité ou d’observation exacte : »

L’incident s’est produit une semaine avant Noël 1957. Un bateau de pêche à moteur diesel de trente-cinq pieds appartenant au capitaine et piloté par celui-ci en route vers Freeport, aux Bahamas, n’a pas pu avancer pendant plusieurs heures et a été même reculé de plusieurs kilomètres.

Le générateur s’est éteint ainsi que les lumières et la radio et la boussole est partie en vrille. Bien que le moteur diesel ait continué à tourner, le bateau n’a pas pu avancer.

Comme dans le cas du Nightmare, l’équipage a noté que, bien que l’eau soit calme et les étoiles brillantes, une certaine zone du ciel, droit devant sur leur trajectoire prévue, montrait une tache noire sans étoiles de contour régulier. À un moment donné, ils ont vu trois lumières mobiles d’affilée entrer dans cette zone sombre et disparaître.

Peu de temps après, la tache noire dans le ciel s’est soudainement levée et le bateau a pu reprendre sa progression, les lumières et la radio à piles se sont allumées et la boussole est revenue à la normale.

Le commandant de bord et ses quatre passagers apprirent plus tard que dans la même nuit, à quarante milles de là, un cargo qui naviguait sur le Gulf Stream vers le sud s’était échoué sur un banc de boue à l’ouest, près de Fort Lauderdale, son appareil à gouverner ayant subi un quatre-vingt-dix- degré de déviation.

Si nous acceptons ces deux récits de Bean comme étant en fait des observations factuelles, alors ces événements deviennent explicables à la lumière des découvertes du Dr Dmitriev et d’autres. Dans les deux cas, une tache sombre dans le ciel était visible la nuit et semblait obscurcir la vue des étoiles qui l’entouraient.

À bien des égards, les propriétés du vortex lui-même sont très similaires à ce que nous avons déjà vu, comme le point trois de la liste des anomalies du « domaine du vide » de Dmitriev et al., qui stipule que ces vortex ont la capacité de s’éteindre électronique.

Nous nous souvenons que dans les études sur les tornades du Dr Dmitriev, il fait mention de tornades passant au-dessus des rivières et formant des dépressions en forme de cuvette à la hauteur de la rivière alors qu’elle continue de couler. De même, ces zones sombres semblent être entourées de forces gravitationnelles en forme de sphère qui poussent vers l’extérieur depuis leur centre d’origine dans toutes les directions.

En dehors de l’expérience bizarre de Bearden, aucun tourbillon de ce type ne semble avoir été repéré pendant la journée. Cependant, toute légère décoloration dans le ciel serait automatiquement considérée comme une formation de nuages ​​par presque tous ceux qui en ont été témoins.

Ainsi, il est possible qu’il s’agisse du même type de vortex qui provoque des pertes de temps, des disparitions et d’autres phénomènes au cours de la journée, où la lumière plus puissante du Soleil et du ciel environnant est capable d’obscurcir l’apparence du vortex à distance. Le vortex pourrait rester inaperçu à moins que quelqu’un ou quelque chose ne le traverse, auquel cas tous les instruments électromagnétiques seraient rendus inopérants et les anomalies temporelles associées en résulteraient probablement également.

Dans les deux cas ci-dessus de Norman Bean, l’immense « stress » énergétique créé par un tel vortex a naturellement attiré une ou plusieurs formations auto-lumineuses naturelles (NSLF) hors de la Terre, en conséquence d’avoir une attraction aussi puissante pour tous les champs électromagnétiques. énergie à proximité.

En ce sens, le comportement du vortex noir n’est pas très différent de ce qui est arrivé au « satellite captif » de la NASA dans l’expérience STS-75, où il s’est fortement chargé d’énergie visible et a ensuite attiré toute une série de boules de lumière lumineuses vers lui-même.

Rappelez-vous que ces boules de lumière sont constamment formées par le Soleil, suffisamment pour qu’elles frappent l’ionosphère terrestre environ 30 fois par seconde, formant des « trous atmosphériques » ou « petites comètes ». ”

Nous nous souvenons des recherches du Dr Dmitriev que les énergies du Soleil peuvent également attirer les NSLF hors de la Terre, et que le nombre de ces anomalies augmente fortement lorsque l’activité solaire est à son apogée. Nous savons également que lorsque des NSLF apparaissent dans une zone de forte activité sismique, la « contrainte » sur la ligne de faille est réduite, et la quantité de séismes locaux diminue alors.

Ainsi, dans les cas ci-dessus de Norman Bean, il semblerait que les NSLF soient extraits de la Terre par le vortex sombre afin de ramener les pressions dans le trou à un état d’équilibre. Dans les deux cas rapportés par Bean, une fois que les NSLF sont entrés dans la zone sombre, le vortex a alors disparu et tout est rapidement revenu à la normale.

Il est intéressant de noter ici que sur le site Web de Richard Pasichnyk à www.livingcosmos.com , il suggère qu’un vortex lumineux est un vortex qui implique des ions chargés électriquement qui ionisent ensuite l’atmosphère autour d’eux, alors que le vortex sombre implique des neutrons, qui obscurcissent naturellement la lumière autour d’eux.

10.22 EXPÉRIENCE DU « VORTEX SPHÉRIQUE » DE WALTER RUSSELL

Notre dernier extrait de l’article de Decker sur les changements dimensionnels concerne le travail de Walter Russell, et sa réplication par d’autres chercheurs plus tard. Ici, Decker fait toujours référence à ses discussions avec Peter Kelly, dont nous nous souvenons qu’il était l’autre scientifique travaillant avec le lieutenant-colonel Bearden lorsque la « fente sombre » a été formée dans leur expérience en laboratoire :

Quelques années plus tard, après que nous ayons tous deux parlé lors d’une conférence à Denver et dans l’avion de retour à Dallas, j’ai parlé à Peter d’une expérience intéressante réalisée par Walter Russell et relatée dans son excellent livre « Atomic Suicide ». Deux bobines ont été enroulées sur des cônes.

Les sommets [ou pointes] de ces bobines coniques étaient pointés l’un vers l’autre et la puissance était appliquée de manière à créer des champs de déviation [sphériques] par la collision de champs magnétiques opposés. De la limaille de fer très fine a été déposée dans l’espace entre les bobines et une sphère en lévitation a été produite.

Lorsque les bobines ont été lentement écartées, un ovale suivi d’une sphère entourée d’un disque est apparu. [C’est exactement ce que nous voyons maintenant avec la planète Saturne, d’ailleurs, et c’est un point important qui sera couvert plus tard.]

Lorsque Peter est arrivé à la maison, il a tenté cette expérience et a rapporté que lorsque le courant était allumé, presque tout le monde dans le bâtiment se plaignait de nausées ou de nausées. Il a expliqué qu’une expérience était en cours pour que tout le monde comprenne ce qui se passait.

Après environ une heure, le ciel très clair et sans nuages ​​​​a commencé à bouillir soudainement et un orage majeur s’en est suivi. L’alimentation a été coupée des bobines et la tempête s’est dissipée aussi vite qu’elle s’est produite… ??? Des trucs bizarres, sans aucun doute, et susceptibles d’être dupliqués par d’autres si nous partageons tous nos informations.

Ici, nous devrions nous souvenir de l’expérience anti-gravité d’Eugene Podkletnov en Finlande, où la fumée de l’un des tuyaux des hommes a été constamment vue s’élever comme une cheminée au-dessus de leur appareil « cryostat », et la pression atmosphérique a abaissé de manière mesurable dans cette zone, puis a continué à chaque étage au-dessus.

Ce mouvement direct à travers la matière solide est la première anomalie dans la liste de Dmitriev et al des propriétés des domaines du vide. Sur la base de ces données existantes, il ne devrait pas être difficile pour nous de voir que les champs électromagnétiques contrarotatifs intenses formés dans l’expérience de Peter avec les deux cônes magnétisés ont pu créer une zone de basse pression montant verticalement dans la région. Cela a ensuite attiré des nuages ​​​​à haute pression et des éclairs de l’atmosphère environnante.

Lorsque la machine a été éteinte, la zone de basse pression a disparu et l’atmosphère a pu rétablir l’équilibre. Cela fournit également une validation continue de l’idée que tous les temps, pas seulement les tornades, sont formés par une interaction électromagnétique des couches de l’atmosphère avec le mouvement des couches de matière et d’énergie sous la Terre.

Lorsque nous posons la question de savoir pourquoi les autres se sont sentis nauséeux ou mal à l’aise lorsque la machine fonctionnait, nous devons nous rappeler que ces puissantes forces énergétiques modifient en fait l’état normal de la matière, parfois de façon assez spectaculaire.

Étant donné que nos corps sont des instruments électromagnétiques très sensibles à part entière, il serait logique qu’une altération significative des vibrations naturelles d’une zone donnée puisse produire un inconfort. Cela peut également être lié à l’observation que le stress, les conflits et la tension augmentent pendant les périodes de la Pleine Lune, une activité solaire élevée (observée dans une baisse correspondante des marchés financiers) et, comme tous les astrologues le savent, le mouvement rétrograde de la planète Mercure .

10.23 AUTRES VORTICES CORRESPONDANT AU ‘TRIANGLE DES BERMUDES’

S’il n’y avait qu’un seul endroit sur Terre comme le Triangle des Bermudes, alors peut-être que voler et naviguer serait totalement sans risque ; mais en fait, plusieurs de ces domaines doivent être pris en compte. On a également constaté que d’autres vortex terrestres naturels altéraient l’écoulement du temps et/ou produisaient des changements dimensionnels.

10.23.1 LE TRIANGLE DU DIABLE

La plus connue de ces autres zones de vortex (initialement compilée par Ivan Sanderson, comme nous le verrons) se trouve au large de la côte sud-est du Japon, entre le Japon et les îles Bonin, et est connue sous le nom de « Triangle du Diable » ou « La Mer du Diable. ”

En raison du nombre d’anomalies et de disparitions qui se sont produites à ce stade, le gouvernement japonais l’a officiellement déclaré zone de danger et a ordonné aux pilotes de marine et d’avion d’éviter la zone. En ce sens, il a une réputation officielle encore plus importante que le Triangle des Bermudes.

Comme le rapporte Berlitz, cette zone avait longtemps été redoutée par les pêcheurs qui pensaient que des monstres, des démons et des diables captureraient les navires de ceux qui traversaient la région. Pendant de nombreuses années, il y a eu des disparitions d’avions et de bateaux dans la région, mais cette zone était particulièrement grave pour les Japonais entre 1950 et 1954.

Bien que ce fut une période de paix après la fin de la Seconde Guerre mondiale, au cours de cette brève période de quatre ans, neuf navires modernes ont disparu avec des équipages totalisant plusieurs centaines de personnes. Ces disparitions se sont produites dans les mêmes conditions que celles auxquelles on pourrait s’attendre dans le Triangle des Bermudes, notamment l’absence d’épaves ou de nappes de pétrole, même après des recherches approfondies par mer et par air.

Berlitz fait un point très important sur la relation entre le Triangle du Diable et le Triangle des Bermudes ; ils se trouvent aux emplacements exactement opposés de la surface de la Terre, et aux deux endroits, le nord magnétique et le vrai nord de rotation sont alignés. Le triangle des Bermudes est situé à 80 degrés de longitude ouest et le triangle du diable est situé à 150 degrés de longitude est.

Encore une fois, pour le dire clairement, lorsque vous utilisez une boussole dans l’un de ces deux endroits, elle pointera directement vers le nord magnétique et le nord de rotation en même temps. Cela suggère qu’il existe une association directe entre ces vortex et l’angle d’inclinaison du champ magnétique terrestre, et nous en discuterons plus clairement dans le chapitre suivant.

Fin 1954, avec neuf navires et plusieurs centaines de personnes portées disparues à cet endroit, le gouvernement japonais décide de lancer une enquête officielle. Une série de scientifiques ont navigué sur la Mer du Diable sur leur navire, le Kaiyo Maru No. 5, avec tous les instruments appropriés dont ils avaient besoin pour essayer de vérifier les anomalies magnétiques et gravitationnelles ainsi que pour tester des explications plus prosaïques impliquant des tourbillons, des raz de marée et pareil.

Sans surprise, alors que leur expédition d’investigation avançait, le navire a soudainement disparu avec tout l’équipage et les scientifiques enquêteurs, et aucune trace d’épave n’a jamais été trouvée. À la suite de cet événement, le gouvernement japonais a déclaré que la mer du Diable était officiellement une zone dangereuse.

10.23.2 L’AMIRAL BYRD ET LE VORTEX DU POLE SUD

Un autre incident, cette fois au-dessus de la zone magnétiquement active du pôle sud de rotation de la Terre, a été largement rapporté aux États-Unis et a conduit à toutes sortes de spéculations fantaisistes sur la théorie de la « terre creuse ».

En 1929, alors qu’il survolait le pôle Sud, l’amiral Richard Byrd a déclaré qu’il avait traversé une lumière brumeuse pour émerger dans une zone de terres vertes et de lacs libres de glace. Il a été témoin d’énormes bêtes ressemblant à des bisons ainsi que d’autres animaux, et a également vu ce qui semblait être des êtres humains primitifs.

Alors que ces observations choquantes passaient sur les ondes, son émission a été immédiatement coupée et le rapport attribué à un épuisement nerveux temporaire ou à des hallucinations. Immédiatement après, le gouvernement et les médias ont tenté de minimiser l’événement et d’agir rapidement comme si cela ne s’était jamais produit.

En réalité, ce qui semble s’être produit, c’est que le pilote s’était temporairement déplacé à travers un portail dans le temps qui lui montrait une vue historique de l’Antarctique, à l’époque où il n’était pas recouvert de glace.

(Une variété de cartes anciennes telles que l’Orontaeus Finaeus, Mercator et Phillippe Buache, ont clairement décrit la forme du continent antarctique sous la glace, comme nous l’avons mentionné dans The Shift of the Ages. L’exactitude des cartes anciennes a été confirmée par la sous- mesures des glaces effectuées au cours de l’Année géophysique internationale 1959.)

Ces effets de distorsion temporelle peuvent sembler impossibles, mais au fur et à mesure que nous avançons, nous entrerons dans des détails précis sur une connexion très claire entre le CU polarisé en tant que forme d’énergie et le passage du temps.

Nous verrons que le temps ne s’écoule pas comme un « flux » uniforme, mais qu’il a plutôt une structure ; et à certains points de la structure, différents cycles de temps peuvent essentiellement « se mélanger ».  » Cela se verra également dans la répétition surprenante d’événements historiques à intervalles réguliers, mais le voyage dans le temps réel et les distorsions temporelles semblent certainement également possibles.

10.24 RÉSEAUX ÉNERGÉTIQUES GÉOMÉTRIQUES SUR LES PLANÈTES

Ainsi, avec l’observation de l’amiral Byrd, nous pouvons ajouter le pôle Sud à la liste des bizarreries. Et comme nous le verrons dans le chapitre suivant, un chercheur du nom d’Ivan P. Sanderson a mené des recherches rigoureuses qui l’ont amené à découvrir qu’il y avait douze zones comme le Triangle des Bermudes réparties sur la surface de la Terre qui présentaient des anomalies similaires, toutes régulièrement espacées. de chacun d’eux.

Évidemment, la mer du Diable est également l’une de ces zones. Nous verrons que lorsque nous connecterons ces douze points ensemble, ils formeront une structure géométrique appelée «icosaèdre», et ce sera un point très important à comprendre pour nous.

L’icosaèdre est l’une des cinq formes géométriques les plus élémentaires connues, et leur nom collectif est les « solides platoniciens » : l’octaèdre, le tétraèdre, le cube, le dodécaèdre et l’icosaèdre. Pour chacune de ces formes, chaque ligne, face et angle entre les lignes est identique les uns aux autres ; ils possèdent une harmonie, une symétrie et un équilibre remarquables.

De plus, ils s’insèrent tous précisément à l’intérieur d’une sphère. Et étant donné combien nous avons déjà enquêté sur les champs sphériques, cela devrait soulever plus que quelques sourcils dans le public.

Si vous soupçonnez que ces structures géométriques sont liées d’une manière ou d’une autre aux formes d’énergie à tores sphériques que nous avons appelées « unités de conscience », vous avez raison ! Ces phénomènes géométriques sont peut-être le « plus grand secret » de toute cette nouvelle science.

[Remarque : Le tétraèdre illustré ci-dessus est un « tétraèdre en étoile » ou un « tétraèdre entrelacé », ce qui signifie qu’il y a en fait deux tétraèdres à l’intérieur de la sphère ; un « haut » et un « bas ». ”]

En fin de compte, nous montrerons que ces géométries émergent comme une forme de vibration qui se produit à l’intérieur d’un tel « domaine de vide » ou « unité de conscience ». » Ils sont également très intimement liés à notre connaissance et à notre compréhension des « dimensions supérieures », et nous aident à comprendre ce qu’elles sont, comment elles fonctionnent et comment elles peuvent être correctement identifiées et catégorisées.

10.25 RÉCAPITULATIF

10.1 Nous commençons ce chapitre par une discussion sur les nombreuses disparitions confirmées de navires et d’avions autour du vortex du Triangle des Bermudes. Certains impliquent des « navires fantômes » où tous les êtres humains ont disparu.

10.2 Une liste de seize disparitions importantes d’aéronefs dans ce vortex est donnée.

10.3 Une liste de dix-huit disparitions marines importantes est donnée.

10.4 Nous apprenons que la luminosité et les champs magnétiques rotatifs de grande puissance sont une qualité standard du vortex du Triangle des Bermudes lorsqu’il est actif.

10.5 Chuck Wakeley a traversé un vortex lumineux et dans cette zone et a survécu. Des comportements standard du « domaine du vide » ont été observés, y compris la perte de toute l’énergie électromagnétique. La lumière devint aveuglante à l’intérieur de son avion. On ne sait pas si d’autres effets tels que des anomalies temporelles se sont produits.

10.6 Un cas dans le vortex a confirmé une perte de temps de dix minutes pour tous les chronomètres d’un avion, qui a également disparu de la vue radar pendant dix minutes.

10.7 La compilation de Jerry Decker sur divers changements de vortex de temps et de dimension suggère que ces effets de distorsion peuvent être reproduits en laboratoire.

10.7.1 Plusieurs exemples sont donnés de créatures préhistoriques apparemment déformées jusqu’à nos jours, connues sous le nom de « tulpoids ». ” Ils comprennent le brontosaure, le plésiosaure, le cœlocanthe et de grands insectes exotiques vus autrefois tomber sur les Alpes suisses lors d’une violente tempête. Peut-être que l’énergie d’une tornade a ouvert un vortex spatio-temporel pour permettre à cette « distorsion temporelle » de se produire.

10.8 Les théories du Dr Alan Holt et les déclarations de Bob Lazar concernant les principes de la création d’un « voyage Warp » avec la technologie suggèrent qu’un tel système pourrait éventuellement devenir courant pour l’humanité.

10.9 La disparition présumée de Mike Marcum suggère qu’il a pu dupliquer les résultats de « l’expérience de Philadelphie » avec des électroaimants de grande puissance, conduisant à sa propre disparition.

10.10 Les travaux du scientifique russe, le Dr Vadim Chernobrov, ont démontré des « sphères dans des sphères » d’énergie qui se sont formées autour d’un dispositif de propulsion électromagnétique/éthérique qu’il a conçu, comme nous l’avions prévu de la réplication de Roschin et Godin de l’effet Searl. Dans la zone énergétique autour de la machine, Tchernobrov a pu mesurer une différence notable dans le passage du temps.

10.11 Une autre possibilité tragique d’expérimenter ces phénomènes est partagée par l’histoire d’un homme qui a construit un appareil électromagnétique de grande puissance sur un châssis de moto. Un collègue a essayé la machine, a été vu disparaître presque complètement de la vue et a ensuite été soudainement ramené, moment auquel il était devenu fou, comme on l’a également vu chez certains des participants à l’expérience de Philadelphie.

10.12 Parfois, le Triangle des Bermudes produit des explosions mortelles d’objets à l’intérieur de lui-même. Bob Brush, un capitaine de ligne commerciale, a été témoin d’une explosion mystérieuse d’un avion Constellation aux Bahamas près de Great Inagua, en octobre 1971.

10.13 Wilbert Smith a découvert des preuves d’activité tourbillonnaire dans le lac Ontario, au Canada, grâce au projet Magnet, mené en 1950 pour le compte du Conseil national de recherches du Canada et de l’US Navy. Le projet est rapidement classé.

10.14 Le DD Home psychique du dix-neuvième siècle a été observé et vérifié de 1820 à 1850 comme exécutant des exploits de lévitation corporelle et de télékinésie par des scientifiques renommés, des dignitaires mondiaux et de nombreux dirigeants européens. Il vivait dans la même zone de vortex du lac Ontario découverte par Smith, suggérant ainsi que ces vortex peuvent amplifier les effets de la conscience.

10.15 Edward Leedskalnin a peut-être également exploité l’énergie du « vortex » avec sa propre conscience psychique afin de faire léviter et de déplacer des blocs lourds, formant son célèbre « Coral Castle » à Homestead, en Floride. Des témoins oculaires affirment qu’il a simplement tenu ses mains au-dessus des blocs et qu’ils se déplaçaient.

10.16 Walter Rawls a placé un grand aimant cylindrique sur son troisième œil avec un masque pour le maintenir en place, et au fil du temps, il aurait commencé à percevoir une réalité alternative qui existait d’une manière ou d’une autre autour de lui, avec des habitants humains.

10.17 Deux cas différents sont cités où un événement de distorsion temporelle peut avoir été confirmé des deux côtés ; la déformation d’un homme à New York de 1890 à 1950, et la rencontre d’un jet et d’un biplan qui semble avoir été enregistrée à la fois dans le passé quand cela s’est produit pour le biplan et dans le présent avec le pilote de jet.

10.18 L’idée d’êtres humains ayant plusieurs corps énergétiques est suggérée.

10.19 La série Carlos Castenada, inspirée par un chaman nommé Kachora, traite de l’art de voir les champs d’énergie éthérique et de voyager hors du corps, dans le but de pouvoir éventuellement projeter un « double » et / ou transporter le corps vers un endroit éloigné . Si l’environnement dans un état OBE peut être stabilisé afin qu’il ne change pas de forme, la possibilité est soulevée qu’au moins une forme énergétique de vous-même apparaisse à cet endroit, et éventuellement votre corps tout entier avec suffisamment de pratique.

10.20 Le fondateur d’Eckankar, Paul Twitchell, aurait également eu la capacité de projeter un double de lui-même à volonté et aurait utilisé ses techniques OBE pour obtenir des informations psychiques pour ses clients.


10.21 Nous introduisons ensuite le concept de « portails sombres » qui peuvent exister sous forme de tourbillons spatio-temporels au lieu de zones brillantes et lumineuses. Le lieutenant-colonel Tom Bearden a produit ce phénomène en laboratoire. Deux cas du Triangle des Bermudes montrent que le vortex avait un puissant effet gravitationnel qui semblait former une sphère d’énergie impénétrable autour de la zone. Dans les deux cas, il semble qu’une formation auto-lumineuse naturelle se soit formée depuis l’intérieur de la Terre pour soulager le « stress » du vortex, lui permettant de disparaître avec tous ses effets anormaux.

10.22 Walter Russell a créé un champ d’énergie sphérique entre deux cônes électromagnétiques, et lorsqu’il les a séparés, la sphère s’est bombée à son équateur et a ensuite formé un anneau, comme la planète Saturne. Peter Kelly, un ami de Decker, a pu reproduire cela dans son laboratoire, et cela a provoqué des nausées généralisées et des anomalies météorologiques abruptes dans la région, qui se sont arrêtées lorsqu’il a coupé le courant.

10.23 Le Triangle du Diable au large du Japon et le Pôle Sud en rotation montrent tous deux les mêmes anomalies spatio-temporelles que le Triangle des Bermudes, suggérant un système de vortex intégré qui est en quelque sorte à l’œuvre sur toute la Terre.


10.24 Les travaux d’Ivan P. Sanderson montrent qu’il existe douze « vortex ignobles » sur la Terre, qui sont tous régulièrement espacés les uns des autres. En reliant ces points ensemble, nous formons la forme connue sous le nom d' »icosaèdre ». « Nous suggérons qu’il s’agit de l’un des cinq solides de Platon qui sont la clé pour comprendre cette nouvelle physique, car ils sont formés par les effets des vibrations.

David Wilcock

Voir tous les articles de la série: La science de l’unité de David Wilcock


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.


Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 213 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire