Secrets révélés

La Chine menace de détruire les satellites Starlink d’Elon Musk

Qui s'attaque à Elon Musk ? Empire de l'ombre ou Empire de la lumière ?

Des chercheurs militaires chinois ont récemment appelé à la destruction des satellites Starlink d’Elon Musk, une menace extraordinaire pour un État à l’encontre d’une entreprise privée étrangère.

En décembre 2021, la Chine a déposé une plainte auprès des Nations unies, affirmant que deux des satellites Starlink d’Elon Musk avaient failli entrer en collision avec le module Tianhe de sa station spatiale Tiangong — en avril et en octobre 2021– et que les astronautes chinois avaient été contraints de manœuvrer le module de la station pour éviter la collision. Starlink fait partie de SpaceX d’Elon Musk et les satellites font partie d’un plan visant à rendre disponible une couverture internet à partir des satellites dans le monde entier, avec l’objectif de lancer près de 12 000 satellites Starlink en orbite terrestre basse.

L’espace est de plus en plus encombré et les risques de collision – que ce soit avec des satellites ou des débris spatiaux – ne sont pas nouveaux. Il est intéressant de noter que la Chine a été l’un des premiers pays à contribuer à la création d’une grande partie de ces débris : En janvier 2007, la Chine a testé avec succès son premier missile antisatellite (ASAT), détruisant l’un de ses propres satellites météorologiques inactifs et créant l’un des plus grands incidents de débris spatiaux au monde. Ces débris spatiaux flottent toujours dans l’espace, entraînant chaque jour des risques de collision.

Les États-Unis ont rejeté les affirmations de la Chine selon lesquelles les satellites Starlink avaient mis en danger la station spatiale chinoise. Les États-Unis ont déclaré que s’il y avait eu une « probabilité significative de collision » avec la station spatiale chinoise, ils en auraient averti la Chine à l’avance. « Comme les activités n’ont pas atteint le seuil des critères de collision d’urgence établis, les notifications d’urgence n’étaient pas justifiées dans les deux cas. »


La Chine va maintenant un peu plus loin : Des chercheurs militaires chinois menacent de détruire les satellites Starlink de Musk. Le problème, cependant, ne semble pas tant être la crainte d’une collision, mais plutôt le fait que la Chine pense que Starlink pourrait être utilisé à des fins militaires et menacer ainsi ce que la Chine appelle sa sécurité nationale.

Cinq scientifiques de haut niveau de l’industrie de la défense chinoise, dirigés par Ren Yuanzhen, chercheur à l’Institut de suivi et de télécommunications de Pékin, qui dépend de la Force de soutien stratégique de l’Armée populaire de libération (APL), ont récemment écrit qu’une « combinaison de méthodes d’élimination douce et dure devrait être adoptée pour faire perdre leurs fonctions à certains satellites Starlink et détruire le système d’exploitation de la constellation ».

Les méthodes d’élimination douce visent les logiciels et les systèmes d’exploitation des satellites, tandis que les méthodes d’élimination dure détruisent physiquement les satellites, par exemple en utilisant une arme antisatellite.

Selon les scientifiques, la Chine devrait « développer vigoureusement des contre-mesures » contre Starlink, car de telles capacités sont nécessaires pour que la Chine « maintienne et obtienne des avantages spatiaux dans le jeu féroce de l’espace. »

Sans surprise, la Chine s’est empressée de copier la société SpaceX d’Elon Musk pour réaliser ses propres ambitions spatiales : La fusée chinoise Longue Marche 2C, par exemple, que la Chine a lancée à l’été 2019, comportait des pièces « pratiquement identiques » à celles qui sont utilisées pour diriger la fusée Falcon 9 de SpaceX.

La Chine n’est pas le seul acteur étatique à montrer un intérêt à interférer avec les satellites Starlink de Musk.


La Russie a elle aussi cherché à brouiller le service internet de Starlink en Ukraine, sans succès. « Starlink a résisté aux tentatives de brouillage et de piratage de la cyberguerre russe jusqu’à présent, mais les Russes intensifient leurs efforts », a tweeté Musk en mai.

Starlink est un problème pour la Russie parce que les satellites de Musk ont permis à l’Ukraine de rester connectée à l’internet – et au reste du monde – au milieu des tentatives du président russe Vladimir Poutine de couper le pays.

Elon Musk a commencé à envoyer des terminaux Starlink à l’Ukraine fin février, à la demande des responsables du gouvernement ukrainien, pour parer à toute éventualité lorsque la Russie tenterait, comme on pouvait s’y attendre, de couper l’accès à Internet. Selon un général américain, l’utilisation de Starlink en Ukraine a ruiné les tentatives de Poutine d’isoler le pays.

« L’impact stratégique est que cela a totalement détruit la campagne d’information de Poutine »a déclaré le général de brigade Steve Butow, directeur du portefeuille spatial à la Defense Innovation Unit.

« Il n’a jamais, à ce jour, été capable de faire taire Zelensky ».

« Nous avons plus de 11 000 stations Starlink et elles nous aident dans notre combat quotidien sur tous les fronts », a déclaré à Politico Mykhailo Fedorov, vice-premier ministre ukrainien.

« Nous sommes prêts, même s’il n’y a pas de lumière, pas d’internet fixe, grâce à des générateurs utilisant Starlink, à renouer toute connexion en Ukraine. »

Les menaces de la Chine à l’encontre du Starlink de Musk sont une preuve supplémentaire que le pays n’est pas prêt à laisser qui que ce soit se mettre en travers de son « féroce jeu spatial », comme le dit la Chine. Le général David Thompson, premier vice-chef des opérations spatiales de la Force Spatiale Américaine, tentant peut-être de minimiser la menace que le Parti communiste chinois fait peser sur l’Occident, l’a décrite comme une simple « guerre de l’ombre. »

Dans cette « guerre spatiale« , la Chine – et la Russie à un degré légèrement moindre – mène chaque jour des attaques contre les satellites américains à l’aide de lasers, de brouilleurs de fréquences radio et de cyberattaques. Si ces attaques sont pour l’instant « réversibles », ce qui signifie que les dommages causés aux satellites attaqués ne sont pas permanents, elles démontrent les intentions malveillantes de la Chine.

« Les menaces sont vraiment en train de croître et de se multiplier chaque jour. Et c’est vraiment une évolution de l’activité qui se produit depuis longtemps », a déclaré Thompson en novembre 2021.

« Nous sommes vraiment à un point maintenant où il y a toute une série de façons dont nos systèmes spatiaux peuvent être menacés. »


En plus de son « jeu spatial féroce », la Chine va de l’avant avec un certain nombre de projets qui accéléreront considérablement les capacités spatiales du pays.

La Chine aurait accéléré son programme de lancement d’une centrale solaire dans l’espace. L’objectif de cette centrale est de transmettre de l’électricité à la Terre en convertissant l’énergie solaire en micro-ondes ou en lasers et en dirigeant l’énergie vers la Terre, selon le South China Morning Post. Le premier lancement du projet est prévu pour 2028 et sera le premier projet de ce type dans l’espace au monde. Il est probable que la Chine ait eu cette idée des États-Unis ; la NASA aurait proposé un projet similaire il y a plus de vingt ans, mais ne l’a jamais développé.

La Chine a récemment lancé sa troisième mission avec équipage vers le module Tianhe de la station spatiale Tiangong, où trois astronautes travailleront à l’achèvement de la station spatiale avant de retourner sur Terre en décembre. La Chine n’a lancé le premier module de la station spatiale Tiangong qu’en avril 2021, mais elle espère que la station spatiale sera entièrement habitée et opérationnelle d’ici la fin de l’année, lorsque la station spatiale sera dotée de deux modules de laboratoire scientifique supplémentaires et d’un vaisseau cargo robotisé. La station spatiale aidera également la Chine à déployer et à exploiter son nouveau télescope spatial, Xuntian, destiné à « rivaliser avec le vieillissant télescope spatial Hubble de la NASA, avec un champ de vision 300 fois plus grand et une résolution similaire. Il fera des observations dans l’ultraviolet et la lumière visible, et mènera des recherches liées à la matière noire et à l’énergie noire, à la cosmologie, à l’évolution galactique et à la détection d’objets proches. » Le lancement de Xuntian est prévu pour 2024.

L’objectif explicite de la Chine est de devenir la première puissance spatiale mondiale d’ici 2045. Il est important de garder à l’esprit que le programme spatial chinois – même ce qui pourrait sembler être des aspects inoffensifs et civils de l’exploration spatiale – est fortement militarisé. L’organisation chargée du programme spatial habité de la Chine, par exemple, est le Bureau chinois d’ingénierie spatiale habitée, qui dépend du département de développement des équipements de la Commission militaire centrale. De même, l’Armée populaire de libération gère les sites de lancement spatiaux, les centres de contrôle et de nombreux satellites chinois.

Source: Judith BergmanTraduction par Astro Univers



Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.


Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 324 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire