LE FICHIER OMEGA : Gris, nazis, bases souterraines et nouvel ordre mondial

Nous allons maintenant examiner les différentes revendications des bases nazies en Antarctique, qui, comme nous l’avons dit, pourraient bien être le point d’origine du vaisseau « gris nazi » que Barney et Betty Hill ont rencontré lors de leur expérience d’enlèvement.

Les faits historiques sont évidents.

À partir de 1838, bien avant la fin de la Seconde Guerre mondiale, les nazis ont commencé à envoyer de nombreuses missions d’exploration dans la région de la Reine Maud en Antarctique. Un flux régulier d’expéditions aurait été envoyé depuis l’Afrique du Sud, alors suprémaciste.

Plus de 230 000 miles carrés du continent gelé ont été cartographiés depuis les airs, et les Allemands ont découvert de vastes régions étonnamment exemptes de glace, ainsi que des lacs d’eau chaude et des entrées de grottes. Une vaste grotte de glace dans le glacier s’étendrait sur 30 miles jusqu’à un grand lac géothermique d’eau chaude situé profondément en dessous. Diverses équipes scientifiques ont été déplacées dans la région, dont des chasseurs, des trappeurs, des collectionneurs et des zoologistes, des botanistes, des agronomes, des spécialistes des plantes, des mycologues, des parasitologues, des biologistes marins, des ornithologues, et bien d’autres encore. De nombreuses divisions du gouvernement allemand ont été impliquées dans le projet top secret.

Monts Transantarctiques, Antarctique Ouest, Antarctique Est

C’est là que les historiens traditionnels s’arrêtent, car seuls les historiens révisionnistes oseront considérer les implications du reste de l’histoire…


Après avoir rassemblé toutes les données, des équipes de construction souterraines profondes se sont déversées dans le « Neu-Schwabenland » rebaptisé. Elles sont venues sur des cargos, des navires de transport militaire et des sous-marins. Les cargos en provenance d’Afrique du Sud étaient protégés par une foule de sous-marins tueurs et de navires militaires.

Cela pourrait expliquer les efforts de guerre intenses des nazis en Afrique du Nord et du Sud. Tous les navires qui s’approchaient des routes maritimes entre l’Afrique du Sud et l’Antarctique étaient détruits par des sous-marins allemands pour protéger le secret.

Après que toutes les marchandises aient été apportées, les VIP et les scientifiques ont commencé à se présenter avec le compliment de l’ULTRA, une équipe SS nazie hautement spécialisée comme notre MJ-12. L’ULTRA a toujours eu le contrôle de l’Antarctique.

ULTRA est le nom d’une agence d’interface extraterrestre secrète de la NSA.

N’oubliez pas que la NSA a des liens avec les S.S. nazis et la base de Dulce.

Selon le contacté Alex Collier, les membres du niveau supérieur du groupe NSA-ULTRA sont des répliques clonées ou ont été si fortement implantés, des cyborgs virtuels, qu’ils pourraient être considérés comme à peine humains – des automates qui sont contrôlés à distance par l’ego ou l’esprit de groupe des Gris.

Il convient également de noter que ULTRA est également le nom de la base ultrasecrète de la CIA-NSA-Alien située sous le plateau et le pic Archuleta au nord-est de DULCE, au Nouveau-Mexique.

Cela pourrait également expliquer l’insistance de Valdamar Valerian à dire que les premières coupures de presse parues juste avant le début de la Seconde Guerre mondiale laissent entendre que « les Allemands » étaient « partout » au Nouveau-Mexique pour explorer des grottes et des mines, acheter des propriétés et se livrer à toutes sortes d’activités mystérieuses.

L’Antarctique pourrait-il être le véritable pouvoir derrière le Nouvel Ordre Mondial?

Si les bases nazies existent toujours en Antarctique, elles auraient sans doute encore des contacts secrets avec les sectes bavaroises qui parrainaient le parti nazi et en faisaient partie intégrante, comme la société bavaroise THULE par exemple. Il est intéressant de constater que l’Allemagne de l’Est et de l’Ouest réunifiée ouvre la voie à l' »unification » de l’Europe.

Par exemple, tous les codes-barres économiques doivent passer par l’Allemagne. L’Allemagne tente d’imposer des restrictions de carrière népotiques, où la carrière est déterminée par la famille dans laquelle on est né. Une agence de presse britannique a parlé d’enquêtes sur les services secrets bavarois qui auraient introduit en Allemagne du plutonium de qualité militaire provenant d’un marché noir nucléaire qu’ils avaient établi dans les anciens États soviétiques.

Les Illuminati ont leur base en Allemagne [Bavière], et l’Allemagne a été le pays le plus actif dans la campagne internationale pour la censure et le contrôle d’Internet.

En d’autres termes, la démocratie semble mourir d’une mort douloureuse en Allemagne, SI elle y a vraiment existé au départ.

Quant au Neu Schwabenland, les constructions et les projets secrets en Antarctique se sont poursuivis pendant toute la durée de la guerre. Juste avant la fin de la Seconde Guerre mondiale, deux sous-marins ravitailleurs allemands, les U-530 et U-977, ont été lancés depuis un port de la mer Baltique. Ils auraient emmené avec eux des membres des équipes de recherche et de développement sur les disques antigravité [ULTRA], et le DERNIER des composants de disque les plus vitaux [une grande partie de cette technologie et de ce matériel avait été transportée à la base pendant la guerre].

Cela comprenait les notes et les dessins des derniers modèles de soucoupes ou de disques aériens, ainsi que les plans des gigantesques complexes souterrains et des logements basés sur les remarquables usines souterraines de Nordhausen dans les montagnes du Harz. Les deux U-boots ont dûment atteint la nouvelle terre de Neu-Schwabenland où ils ont tout déchargé.

Lorsqu’ils sont arrivés en Argentine plusieurs mois plus tard, leurs équipages ont été capturés. Il semble qu’ils comptaient sur les Argentins autrefois favorables à l’Allemagne pour leur permettre d’accéder au pays, ou qu’ils se soient laissés découvrir intentionnellement à des fins de désinformation, c’est-à-dire « oui… nous sommes les deux derniers sous-marins allemands renégats ». Nous avons essayé de tenir le coup mais… oups, vous nous avez surpris… la guerre est enfin terminée! »


Les équipages de ces U-Boat ont bien sûr été interrogés par des agents des services secrets américains qui avaient soupçonné l’existence de la base antarctique. Quoi que les soldats nazis aient essayé de leur dire, apparemment les Américains n’étaient pas convaincus… surtout si l’on considère les actions militaires ultérieures et malheureuses soutenues par la marine américaine contre le « dernier bataillon » nazi en Antarctique dans les années suivantes sous l’amiral Richard E. Byrd.

Byrd est arrivé en Antarctique avec une armada militaire entière et des provisions pour durer 6 mois. Cependant, l’expédition n’a duré que 8 semaines, avec seulement trois semaines d’opérations réelles en Antarctique.

Les Allemands à Princeton – Weitzer – Lt. Reichenau – Dr. Bemer – Carl Diem (LOC) (Crédit photo : The Library of Congress)

Les Antarctiques étaient désespérés après la guerre, et savaient qu’un affrontement était imminent.

Beaucoup d’efforts ont été consacrés au développement de projets d’armement secrets pour défendre leur nouvel empire souterrain, qui a sans doute été construit avec l’aide d’un grand nombre d’esclaves non réutilisables transportés depuis les camps de concentration européens.

La principale ville de base de l’Antarctique a été connue sous le nom de NEW BERLIN, ou sous le nom de code « Base-211« . L’intérêt allemand pour les régions polaires remonte peut-être à une époque antérieure aux premières expéditions polaires de la marine américaine.

Par exemple, un segment de NOVA a rapporté que les restes du Capt. Charles Hall de la malheureuse expédition POLARIS, l’une des premières entreprises américaines au pôle Nord, ont été découverts dans une tombe de glace par une expédition polaire ultérieure. Il semble que l’examen du corps ait révélé qu’il contenait du poison. Une recherche dans les archives a également permis de découvrir que le cuisinier [qui serait en position idéale pour administrer le poison] et le second de l’expédition Polaris étaient des espions occultistes allemands !

Souvenez-vous que les sociétés secrètes allemandes de Bavière, qui avaient contribué à précipiter la première et la deuxième guerre mondiale, remontent à l’Antiquité lorsque – après l’occupation de l’Égypte – les forces militaires du « Saint Empire romain » basées en Allemagne, siège du gouvernement de la HO.R.E, ramenèrent d’Égypte les « cultes du serpent » gnostiques noirs qui donnèrent plus tard naissance aux Illuminati bavarois, à la société Thulé bavaroise et à une foule d’autres cultes racistes sataniques moins connus qui gravitaient autour d’eux.

Les espions occultistes qui ont saboté l’expédition POLARIS auraient-ils pu tenter de protéger un secret caché au plus profond des régions polaires?

Ce secret aurait-il pu avoir un rapport avec une ancienne collaboration entre les cultes sataniques bavarois et les extraterrestres à base de reptiles?

Un chercheur polaire allemand que nous n’identifierons que sous le nom de « Stefan » révèle que les débuts « historiques » de l’intérêt allemand et de la recherche dans l’Antarctique ou dans la région polaire sud elle-même ont commencé en 1873, lorsque Sir Eduard Dallman, au nom de la Société allemande de recherche polaire nouvellement fondée, a découvert de nouvelles routes antarctiques avec son navire « GRONLAND », le « Kaiser-Wilhelm-Inseln » à l’entrée ouest de la Biskmarkstrasse, le long des îles Biscoue.

En explorant les régions polaires, les Allemands étaient déjà à cette époque très innovants, car le « GRONLAND » était le premier navire à vapeur à voir la glace de l’Antarctique. Au cours des 60 années suivantes, deux autres expéditions ont eu lieu, et deux expéditions complètes ont été menées à bien, à savoir en 1910 sous la direction de Wilhem Filchner avec son navire « DEUTSCHLAND », et en 1925 avec le navire d’expédition polaire spécialement conçu, le « METEOR », sous le commandement du Dr Albert Merz.

Au cours des dernières années, avant la Seconde Guerre mondiale, les Allemands ont revendiqué l’hégémonie sur certaines parties de l’Antarctique et le souhait de posséder [leur] propre base s’est renforcé.

À cette époque, l’Antarctique n’était pas sûr en raison de traités internationaux comme aujourd’hui et une preuve pragmatique de la revendication de l’Allemagne par une seule frappe au pôle sud à la veille de la guerre semblait être la meilleure option. Hitler lui-même était désireux de prendre pied dans l’Antarctique et une telle revendication pouvait être utilisée pour la propagande nationale-socialiste et pour une nouvelle démonstration de la « superpuissance allemande » en révolte.

L’Allemagne n’était pas – à ce moment-là – complètement préparée à la guerre à venir. En fait, l’idée d’une expédition semi-civile en coopération avec la compagnie aérienne nationale allemande, la « LUFTHANSA », se développa.

Il s’agissait d’une expédition à couverture civile, avec une véritable formation militaire et stratégique, un exercice d’équilibre très politique. Le commandement de cette frappe a été confié au capitaine Alfred Ritscher, qui avait déjà mené quelques expéditions au pôle Nord et qui a fait preuve de courage et d’habileté dans des situations critiques. Le navire sélectionné est le « MS SCHWABENLAND », un porte-avions allemand utilisé depuis 1934 pour la distribution du courrier transatlantique par des bateaux spéciaux, le fameux « Dornier Wale ». Ces « Wales » étaient montés sur des catapultes à vapeur sur le pont du navire et pouvaient être démarrés et ravitaillés facilement de cette manière. Cette circonstance devrait très bien se vérifier au cours de l’expédition.

Le « SCHWABENLAND » a été préparé pour l’expédition sur les chantiers navals de Hambourg, qui a coûté la somme énorme d’un million de Reichsmark, soit près d’un tiers du budget total de l’expédition. Entre-temps, l’équipage a été préparé et programmé avec précision par la Société allemande de recherche polaire.

Cette société a également fait le pas sensationnel d’inviter Richard E. Byrd, le plus célèbre chercheur américain en Antarctique. À la mi-novembre 1938, il arriva à Hambourg et montra à l’équipage et à une publicité clairement sélectionnée de 84 personnes son nouveau film de documentation sur l’Antarctique dans l’Urania de Hambourg. Byrd, qui avait traversé le pôle sud en 1929 en tant que premier humain, était déjà à cette époque une légende vivante, un héros national pour les Américains et la plupart des chercheurs polaires. En 1938, il était encore un civil.

Cette invitation aux Allemands aurait pu être une ironie typique de l’histoire, car près de dix ans plus tard, c’est précisément ce Richard E. Byrd – alors au rang d’amiral de la US NAVY – qui a reçu l’instruction de détruire la base antarctique allemande secrète 211.

Pour ce faire, il a reçu le commandement de la plus grande force militaire jamais vue sur la glace de l’Antarctique, 13 navires et près de 4000 hommes d’état-major. Cette mystérieuse opération qui se serait soldée par un échec catastrophique, le « NEUSCHWABENLAND » a quitté le port de Hambourg le 17 décembre 1938 en direction de l’Antarctique sur une route planifiée et déterminée avec précision et a atteint la glace le 19 janvier 1939 par 4° 15′ W et 69° 10′ S.

Les semaines suivantes, en 15 vols, le « PASSAT » et le « BOREAS » ont parcouru quelque 600 000 kilomètres carrés et ont réalisé, avec leur « Zeiss Reihenmessbildkameras RMK 38 », plus de 11 000 photos de la région. Les anciennes cartes norvégiennes de 1931 sur ces régions ont été renouvelées, car elles se sont avérées fausses. [Cela ne pouvait pas être différent, car les expéditions norvégiennes précédentes n’étaient jamais allées aussi profondément dans la glace depuis le point de débarquement nordique utilisé].

Près d’un cinquième de toute la zone antarctique a été balayé de cette manière, ce qui a permis de documenter pour la première fois et de revendiquer simultanément le territoire allemand. Pour souligner cette revendication, les deux avions ont également largué plusieurs milliers de drapeaux, des poteaux métalliques spéciaux portant l’insigne de l’expédition, la « croix gammée ».

L’ensemble du territoire a alors reçu le nom encore valable de « NEUSCHWABENLAND », en référence à une région du sud de l’Allemagne [qui n’est en fait pas loin de chez moi]. Il est intéressant de noter que l’expédition semblait avoir découvert des zones libres de glace, avec même des lacs et de petits signes de végétation au milieu de l’Antarctique. Les géologues ont dit que ce phénomène était dû à des sources chaudes dans le sol.

En même temps, les points de débarquement étaient marqués par des « piqûres de drapeau ».

Notes : Certains historiens plus récents réduisent la zone découverte à une superficie de 325 000 kilomètres carrés. Ne vous fiez pas à ces chiffres, j’ai ici des copies des cartes de vol originales, révélant le nombre 600.000 en lettres anciennes. Quelle pourrait être la raison de la réduction de ce nombre? La plupart des régions du « NEUSCHWABENLAND » ont été renommées conformément au traité sur l’Antarctique de 1957. Cherchez « QUEEN MAUD LAND », « PRINCESS MARTHA COAST », « PRINCESS ASTRID COAST ». Sur les cartes plus anciennes, vous trouverez encore les noms originaux. Cependant, jusqu’à aujourd’hui, de nombreuses montagnes du nord de l’Antarctique portent encore des noms allemands comme : « MÜHLIG-HOFFMAN-MOUNTAINS », « WOHLTAT-MOUNTAINS », etc.

Ces noms ont été donnés d’après les principaux bureaucrates berlinois qui ont permis, par leur politique, d’atteindre les objectifs de l’expédition. À la mi-février, le « SCHWABENLAND » a de nouveau quitté l’Antarctique. Il a fallu deux mois pour revenir à Hambourg et Ritscher a soigneusement utilisé ce temps pour organiser les résultats, les cartes et les photos. Le capitaine Ritscher a été surpris par les résultats des vols, et a immédiatement planifié après l’arrivée une seconde expédition, entièrement civile, en utilisant des avions plus légers avec des patins.

Face au début de la Seconde Guerre mondiale, ces plans civils ( !) auraient été abandonnés quelque part en octobre 1939. Pourtant, qu’en est-il de l’option militaire et stratégique obtenue par cette frappe? A-t-elle été jusqu’à présent un gaspillage de ressources?

Aujourd’hui, tous les historiens s’accordent à dire que la Seconde Guerre mondiale n’a pas été déclenchée accidentellement, mais qu’elle a été plutôt bien planifiée dès le début des années 30 et même avant.

Au moins depuis 1933 (soit dit en passant, la même année où l’un des premiers traités « officiels » entre les services de renseignements gris et bavarois a été signé – sans doute avec l’aide des sociétés secrètes qui y opéraient – Branton), l’ensemble de la dictature allemande a tenté de se préparer à la guerre en dix ans ou plus.


Dans tous les aspects de la vie – et je dis bien dans tous les aspects – militaire, « civile », économique, sociale, privée, ressources, ingénierie, politique étrangère, etc., les Allemands ont été mis sur le chemin de la guerre de manière plus ou moins évidente. Les national-socialistes, en indiquant ce seul but, ont abusé du type de correction allemande typique et du manque de sens de la rébellion pour examiner les choses.

Rien n’a été laissé au hasard ! Et c’est cette même méthode qui a été utilisée dans le dossier de l’Antarctique qui, à mes yeux, ne s’est JAMAIS terminé avec le retour de Ritscher [en] 1938 mais qui a continué pendant la Seconde Guerre mondiale. Malheureusement, à ce stade, toutes les informations valables ont disparu. Ce qui reste est un puzzle épars d’indices, de témoignages et de rapports qui remontent aux années 50 et que nous ne pouvons partiellement plus vérifier.


Donc, si les Allemands étaient capables de construire une base [souterraine] en Antarctique grâce aux résultats de l’expédition de Ritscher, ce serait l’un des secrets les mieux couverts de l’histoire allemande.

Il ne fait aucun doute que les ingénieurs allemands possédaient les connaissances nécessaires pour construire quelque chose comme les énormes installations souterraines du complexe de Nordhausen dans le Harz ainsi que le complexe de Kahla à Thu’um Eringen et bien d’autres encore le prouvent. Cela vous rappelle-t-il quelque chose, à vous, Américains? Le schéma est en quelque sorte le même : un gouvernement / une dictature qui ment et des gens effrayés et aveugles prêts à obéir et à croire en ce dont ils en ont assez…

Donc, ce que nous avons fait dans la deuxième partie … c’est la tentative de restructurer chroniquement les parties du puzzle que nous avons pu rassembler en quelques mois de recherche sur ce sujet.

Personne ne peut dire que ce qui suit s’est réellement produit, donc vous pourriez d’abord le considérer comme une spéculation. Pourtant, nous avons d’énormes parallèles avec plusieurs sources qui ne nous permettent de dire qu’une chose à 100 % : ILS NE POUVAIENT PAS SE CONNAÎTRE !

Ce qui suit est une tentative de collecte chronologique des événements et de leurs conclusions, dans la mesure où nous les connaissons aujourd’hui. Ils ont tous conduit à la création de la base 211 en Antarctique à la fin de la guerre, au moyen de sous-marins allemands et de soucoupes volantes, et à la tentative [ratée ?] de la marine américaine de la détruire en 1947.

Note : Les informations et documents que « Stefan » a en sa possession sont brièvement décrits ou résumés ci-après, mais nous ne les citerons pas ici dans leur intégralité. – Branton

  • Évaluation de la propulsion anti-gravité d’une soucoupe volante presque entièrement fonctionnelle qui s’est écrasée dans la « Schwarzwald » au cours de l’été 1936, hypothèse alternative
  • Auto-développement de cette propulsion par des expériences de scientifiques allemands sur la base des expériences anti-gravité de Viktor Schauberger, premiers vols sans pilote avec la nouvelle propulsion [reconstruite].
  • Une section très spéciale de la « Reichsluftfahrtbehoumlrde » prend le projet en main dans le but de construire des chasseurs et des transporteurs de troupes anti-gravité.

Le nom du projet est « HAUNEBU » [certaines sources l’appellent aussi le projet « VRIL »]. Les prototypes sont numérotés par ordre croissant. Le projet a connu de nombreux revers au cours des premières années en raison des perturbations électromagnétiques massives et de leur interaction avec les composants électriques conventionnels. Bien que la propulsion puisse être manipulée et utilisée principalement, il semble presque impossible de « piloter ou faire voler » ces prototypes dans des angles supérieurs à 90°, donc inutilisables comme chasseurs.

En outre, les systèmes de navigation normaux se référant d’une manière ou d’une autre aux champs magnétiques étaient complètement inutiles et des instruments de navigation spéciaux indépendants du champ magnétique ont été conçus, le système de guidage céleste : « D’autres expéditions secrètes allemandes au « NEUSCHWABENLAND ». Comme points d’atterrissage, on aurait pu utiliser deux des trois baies d’atterrissage marquées au nord-ouest des « HLIG-HOFFMAN MOUNTAINS » près de 3° W et 70° S.

Ritscher a déjà documenté ces baies comme étant des « baies d’atterrissage », ce qui a permis de commencer l’assemblage de la base 211 en Antarctique.

Simultanément, une deuxième base secrète est construite sur un haut plateau des Andes sud-américaines. [Argentine ?]

Les éléments nécessaires à l’érection des bases sont transportés en permanence par des sous-marins.

Note : Les commandants de sous-marins allemands ont une grande expérience des eaux arctiques en raison de la nécessité de livrer du matériel et des personnes aux bases arctiques du nord de l’Allemagne et aux stations de recherche civiles. En fait, au moins 20 opérations bien documentées ont eu lieu le long de l’Arctique jusqu’en 1945 au moyen de ces sous-marins. Certaines de ces opérations, en particulier les plus récentes, ont dû être menées dans des conditions extrêmes et avec la menace permanente d’un contact avec l’ennemi.

En outre, en se rendant au pôle sud, les chercheurs ont découvert une sorte de tranchée sous-marine droite et profonde, qui convenait assez bien aux transports nécessaires. La série « HAUNEBU » a quitté le stade des prototypes et a amené jusqu’à 19-25 navires en deux [voire trois] tailles.

Le « HAUNEBU I » est un petit navire, le « HAUNEBU II » un navire plus sophistiqué et plus grand. Certains rapports font même allusion à « HAUNEBU III », qui a été conçu comme un vaisseau-mère. Si ce troisième type est devenu réalité, il n’existait qu’un seul navire.

Ainsi, les capacités de transport globales sont encore très limitées, en raison du diamètre assez restreint des disques. En outre, la production de navires devient de plus en plus difficile, car les Alliés ont réussi à réduire de plus en plus les matières premières de l’Allemagne. Pourtant, les « HAUNEBU » ont réussi à perturber certains raids de bombardiers alliés sur l’Allemagne.

Note : Tous les pilotes de bombardiers alliés dans les [dernières] années de la guerre connaissaient la menace mystérieuse des « foo-fighters » (chasseurs à l’approche) qui apparaissaient et disparaissaient à une vitesse incroyable et provoquaient des phénomènes de lumière orange vif et des pannes d’instruments paroxystiques sur toutes les parties électriques et magnétiques des bombardiers. Aucune source ne mentionne une attaque directe de ces « foo-fighters », ils semblent jouer un rôle totalement défensif sur la dernière guerre aérienne au-dessus de l’Allemagne.

Note : voir le film, THE BATTLE OF THE BULGE-LA BATAILLE DES BOMBES, qui implique à juste titre que les Allemands étaient sur le point de développer toute une gamme de nouvelles armes aériennes incroyables, et devaient prolonger la guerre de quelques mois supplémentaires afin de pouvoir mettre en production leurs nouveaux jets, etc. Cependant, alors que ces nouvelles armes étaient sur le point d’être produites en masse, l’armée allemande ne réussit pas à réaliser pleinement ses plans de bataille visant à gagner du temps et à prolonger la guerre de quelques mois supplémentaires, et l’invasion alliée de l’Allemagne commença.

Cette victoire particulière a peut-être été plus proche que la plupart d’entre nous n’oseraient le croire.

Si les « Nazis/Antarctiques » planifient une autre prise de contrôle planétaire, alors cette fois-ci, ils peuvent avoir une force étrangère qui travaille avec eux.

Les enlèvements et les implantations par des « extraterrestres » pourraient-ils être un projet commun de la CIA, des nazis et des alliés pour mettre en place un programme de contrôle électronique de l’esprit sur des millions de personnes à travers les nations en préparation de la tentative de mise en place d’une dictature du Nouvel Ordre Mondial contrôlée électroniquement ? – Branton

L’énorme pression des Alliés force les Allemands à renoncer aux grandes installations souterraines secrètes en Allemagne de l’Est.

Les Alliés eux-mêmes semblent être assez bien informés sur ces installations et globalement désireux de les capturer.

Les Allemands s’enfuient et laissent derrière eux une grande partie du matériel du projet « HAUNEBU ». Leur tentative de reconstruire les zones de construction au milieu de l’Allemagne échoue. La guerre est presque terminée.

Citations :

« … J’ai vu suffisamment de leurs plans et de leurs réalisations pour comprendre que s’ils [les Allemands] avaient réussi à prolonger la guerre de quelques mois, nous aurions été confrontés à une série de développements entièrement nouveaux et mortels dans la guerre aérienne » Sir Roy Feddon, chef de la mission technique en Allemagne pour le ministère de la production aéronautique en 1945.

« Lorsque la Seconde Guerre mondiale a pris fin, les Allemands avaient plusieurs types radicaux d’avions et de missiles guidés en cours de développement. La majorité d’entre eux en étaient aux étapes les plus préliminaires, mais ils étaient les seuls appareils connus qui pouvaient même approcher les performances des objets signalés aux observateurs d’OVNI… » – Capitaine Edward J. Ruppelt, chef du projet « Bluebook » de l’US Air Force en 1956.

Notes : -Un dernier convoi de navires sous-marins quitte les ports allemands en direction de l’Antarctique et des Andes. C’est la tentative globale réussie pour échapper aux griffes des Alliés. Parmi ce dernier convoi, il y a le U 530 [Capitaine Otte Wehrmut] et le U977m [Capitaine Heinz Schaumlffer].

Le dernier contact visuel avec le U977 a eu lieu le 26 avril à Christiansund. L’équipage de Schaumlffer n’a rien révélé sur la destination ou le chargement du sous-marin. Le navire disparaît maintenant depuis près de 4 mois, avant que l’équipage ne livre un navire complètement vide aux autorités argentines.

De la même manière, les principaux responsables et techniciens du NS sont évacués de Berlin/Potsdam avec la flotte HAUNEBU se dirigeant vers la base 211 entre-temps COMPLETE ( ?). Les capacités de transport sont assez limitées et le convoi sous-marin remporte une victoire maritime dans l’Atlantique sud sur une unité alliée qui tentait de l’arrêter.

Cet événement est resté dans l’ombre jusqu’à aujourd’hui, jusqu’à la capitulation de l’Allemagne [devant les Alliés] le 17 août 1945. Certains équipages de sous-marins qui ne veulent pas vivre dans la base ou qui ne peuvent peut-être pas être admis dans la base se rendent en Argentine et remettent leurs sous-marins complètement vides. Parmi ceux-ci figurent les cas documentés des U530 et U977.

De hauts responsables de l’US NAVY se sont immédiatement rendus en Argentine et ont commencé à interroger sévèrement l’équipage. Scgaumlffer a nié à plusieurs reprises avoir amené quelqu’un ou quelque chose à quelque endroit que ce soit. Bien que la plupart des membres de l’équipage ne veuillent pas dire ce qui s’est réellement passé, il est possible que ces interrogatoires fournissent des informations importantes sur l’emplacement de la base.

Note : Une source a affirmé que les informations reçues par les interrogateurs concernaient l’évasion d’Adolph Hitler, de Martin Boorman, d’Eva Braun et d’une partie importante de la direction nazie – sans compter ceux qui ont été « sacrifiés » aux procès de Nuremberg après la guerre – vers la base polaire sud. Cette source a affirmé que ces interrogatoires ont finalement conduit à l’action militaire contre les forces nazies retranchées en Antarctique sous le commandement de l’amiral de marine Richard E. Byrd. – Branton).

Pourtant, pour nous, il reste très mystérieux de savoir ce que l’équipage a réellement fait après la capitulation officielle de mai 1945, car ils ont avoué l’avoir entendu bientôt sur leur propre radio. Lorsque Schaumlffer a été libéré, il est immédiatement retourné en Argentine pour y rester avec quelques camarades jusqu’à la fin de sa vie.

Note : D’autres affirment qu’un grand nombre d' »Antarctiques » ont infiltré l’Amérique du Sud via l’Argentine, et à son tour l’Amérique du Nord – où les forces « OVNI » nazies auraient établi plusieurs bases souterraines. Ils travailleraient avec des nazis « Paperclip », membres de divers cultes fraternels bavarois, et des fascistes anglo-américains d’entreprise au-dessus, dans un plan visant à faire tomber l’Amérique en créant une révolution fasciste aux États-Unis, comme celle qui a amené les nazis au pouvoir en Allemagne.

Les camps de concentration, les milliers de wagons de train équipés de chaînes et les décrets d’application de la loi martiale sont déjà en place. – Branton)

A ce jour, plus de 100 sous-marins de la flotte allemande ont disparu.


Parmi eux, beaucoup de la classe XXII, hautement technologique, sont équipés du « Walterschnorchel », un schnorkel spécialement conçu et enduit qui permet aux sous-marins, en combinaison avec leurs nouveaux moteurs, de plonger sur des milliers de kilomètres.

La marine américaine tente de détruire la base allemande qui n’a pas capitulé à la fin de la guerre. L’opération est un désastre.

Plus d’un an après la reddition du U977, l’US NAVY lance la plus grande opération militaire dans les glaces de l’Antarctique sous le commandement de l’amiral Richard E. Byrd. Il s’agit de l’opération « HIGHJUMP », qui comprend 13 navires, 1 porte-avions, 2 hydravions, 6 bimoteurs R4D et 4000 hommes. La seule déclaration officielle sur l’objectif d’une telle force opérationnelle est la nécessité de tester « du nouveau matériel dans les conditions extrêmes de l’Antarctique ».

La force démarre sur les bases américaines établies dans la « mer Rouge », puis elle remonte la côte ouest de l’Antarctique en direction de la côte nord de l’Antarctique, « NEUSCHWABENLAND », et construit une tête de pont le 27 janvier 1947 quelque part à l’ouest de celle-ci. Officiellement, l’expédition est un grand succès car elle apporte de nombreux éléments nouveaux sur l’utilisation des équipements militaires dans des conditions extrêmes. SI l’expédition a été un tel succès,

POURQUOI Byrd est-il déjà retourné aux États-Unis en février 1947? L’opération a été planifiée et équipée pour une durée de 6 à 8 mois. Cette expédition portait-elle des ogives atomiques comme le disent certaines sources?

Note : bien que l’expédition entière ait duré environ 8 semaines comme suggéré précédemment, certaines sources affirment que la bataille réelle – une fois que les forces de Byrd ont été divisées en trois groupes de combat principaux sur le continent de l’Antarctique – n’a duré que 3 semaines. – Branton)

En 1947, Byrd a volé au moins une fois en cercle à droite sur l’ensemble du territoire « NEUSCHWABENLAND » en se dirigeant du sud-ouest vers le pôle en passant par le « RITSCHER HOCHLAND » et les régions de l’est.

À son retour aux États-Unis, Byrd révèle dans une interview [souvent citée mais nulle part validée] avec un journaliste qu’il était « nécessaire pour les États-Unis de prendre des mesures défensives contre les chasseurs aériens ennemis qui viennent des régions polaires et qu’en cas de nouvelle guerre, les États-Unis seraient attaqués par des chasseurs capables de voler d’un pôle à l’autre avec une vitesse incroyable ».

(En fait, cette citation a été validée, comme on le verra plus loin dans ce document – Branton).

Byrd doit faire face à un contre-interrogatoire secret par les autorités américaines.

Les États-Unis se retirent de l’Antarctique depuis près d’une décennie.

Note : Une autre affirmation a été faite par certains enquêteurs, bien que la source initiale soit difficile à retrouver, à savoir qu’à son retour aux États-Unis, l’amiral Byrd s’est mis en colère devant le président et les chefs d’état-major des armées et, sur un ton presque exigeant, a fortement « suggéré » que l’Antarctique soit transformé en champ de tir thermonucléaire. – Branton)

Observation massive d’OVNI dans le monde entier

À la fin des années 70, il devient de plus en plus évident que beaucoup de ces observations sont identiques dans certains détails techniques à la série « HAUNEBU ». Cela est particulièrement vrai pour les OVNI dits « ADAMSKI » du début des années 50, qui semblent très terrestres, presque dans le style de la mode de cette décennie et très différents du reste des engins à fond plat.

L’année internationale de l’Antarctique commence avec de grands projets de recherche civils. Le résultat est le traité de l’Antarctique dans lequel tous les participants s’engagent à éviter toute opération militaire dans cette région à l’avenir. Ce traité se termine quelque part en l’an 2000.


A suivre….

Rédigé et édité par BRANTON

Voir tous les article de la sous-catégorie : Fichier OMEGA


Que pensez-vous de cet article ? Inscrivez-vous et rejoignez la conversation





Merci à tous pour votre soutien.

Beaucoup d'entre vous sont avec moi, par le coeur et la pensée, et je vous transmet ma gratitude... Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières... En partageant les articles que vous avez aimé... En achetant vos livres et vos produits préférés sur Amazon via ce site... Ou, si vous en avez la possibilité, en faisant un don (si minime soit-il)... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...


Votre aide est importante pour continuer...




ELISHEAN777 Communauté pour un Nouveau Monde  © Elishean/2009-2020


Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Imaginer un Nouveau Monde © Elishean 2009 - 2020

CONTACT

Vous pouvez nous envoyer un e-mail et nous vous répondrons dès que possible.

En cours d’envoi
libero ut id, adipiscing sit risus. ultricies tristique leo. ut dictum diam
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

%d blogueurs aiment cette page :