Alien Mind commence là où les autres livres s’arrêtent. Plutôt que de débattre de l’existence des ovnis et des extraterrestres, Alien Mind cite des témoins humains et E.T. dans une nouvelle exploration étonnante des pensées et des hypothèses de nos voisins extraterrestres.

Soixante-cinq ans après Roswell, les preuves suggèrent que les extraterrestres tentent d’amener les humains à dépasser la cupidité des élites et l’échec de l’écologie afin de développer un type plus mature de citoyenneté cosmique. Bien que son contenu puisse être dérangeant, ce livre devrait aider à combler les lacunes dans les connaissances du public sur les extraterrestres. Alien Mind présente des sources inédites et aide les lecteurs à comprendre comment les extraterrestres pensent et ressentent leurs interactions avec les humains et les autres extraterrestres. Il aborde la science extraterrestre et la manière dont les humains peuvent à la fois détecter et identifier les différents types d’extraterrestres et leurs réseaux énergétiques.


Première version électronique publiée en 2006

12 – Un modèle d’esprit plus proche de celui des extraterrestres

Comme cela devrait être évident maintenant, nous commençons à avoir une idée de base sur la façon dont les extraterrestres pensent.

Mais qu’en est-il des extraterrestres eux-mêmes ?

Comment les extraterrestres pensent-ils à leur propre esprit ?

Lors d’interactions télépathiques à grande échelle, comment font-ils pour voir au-delà de leurs différences ?

Pour commencer, les extraterrestres sont trop intelligents pour se réduire à un point cartésien sur un graphique, un seul moment dans le temps, ce qui est une erreur que font certains humains.

Réduire la physique de l’esprit à des points de coordonnées fixes sur un graphique serait considéré comme une dangereuse simplification excessive. Les extraterrestres soutiennent que ce type de physique plane est totalement inadéquat.

Lorsqu’il est réduit à un point anonyme, à un rien du tout, un esprit peut être manipulé en termes enfantins pour répondre aux besoins de n’importe quel régime corrompu au pouvoir à ce moment-là. Il peut être peint avec des mensonges commodes un jour, puis repeint différemment le lendemain.

Ce dont nous avons besoin, au contraire, c’est d’un modèle topologique de l’esprit qui nous mette au diapason de la physique du XXIe siècle, qui ressemble davantage à celle des sociétés extraterrestres. Un modèle topologique de l’esprit est meilleur qu’une version linéaire parce qu’il modélise l’esprit en termes de volume dans le temps (dimensions supplémentaires qui résonnent, à la vitesse ± de la lumière) au lieu de la vieille notion de points « infiniment petits » reliés par des lignes.


Si les points de coordonnées cartésiennes étaient infiniment petits, comme ils sont censés l’être, ils frôleraient la densité singulière d’un trou noir, ce qui, selon les extraterrestres et la dynamique de l' »énergie négative », les ferait fluctuer de façon fractionnée et traverser l’univers en hyperespace. En bref, à l’instar de l’esprit des divers extraterrestres intelligents que nous apprenons à connaître, notre esprit ne s’attarde probablement pas longtemps sur un terrain plat cartésien.

Dans une version topologique, nous modélisons l’esprit dans le temps. L’esprit dans le temps modélise la complexité et le cheminement ordonné d’un esprit dans le temps. Par exemple, si un esprit était vu de côté, il commencerait chaque jour par connecter ou ordonner ses connaissances et ses informations, puis, grâce à un raffinement accru de ses observations, il approfondirait et étendrait cette connexion avec le temps.

Ainsi, au fil du temps, elle occupe un plus grand espace mental (ou dimension) grâce à une intégration plus fine et ordonnée de la pensée.

Facile, n’est-ce pas ?

Vu de côté, à mesure qu’un esprit traverse le temps, il accroît quotidiennement la complexité de sa considération.

La réduction de l’espace mental se produit lorsqu’une distorsion, telle que la consommation d’alcool, l’apparition d’un trouble psychologique ou toute autre perturbation, réduit la connexion progressivement ordonnée de l’esprit, son contexte plus large. Au fil du temps, de telles perturbations peuvent être considérées comme un rétrécissement de la dimension de l’esprit pendant une période donnée.

Par conséquent, l’esprit se sera connecté dans moins d’espace, ou de dimension, pendant cette partie de son état de veille.

* Un alien non sexuel peut penser que la sexualité, elle-même, est une perturbation de ce type.

Un esprit bien ajusté souffre moins de perturbations (dimension réduite) et recherche un plus grand raffinement – un déroulement plus fin et plus large dans le temps.

Il retrace le développement de sa pensée et réanalyse ou intègre ses observations avec autant de contexte passé et futur qu’il peut en référer. Soit il reprend des éléments clés de sa pensée antérieure pour les corriger et les développer, soit il subit une perte d’espace mental au fil du temps.

Par exemple, l’esprit dans le temps peut être visualisé comme un diagramme de ballon complexe, plié en serpentin, se déplaçant de gauche à droite dans le temps, c’est-à-dire qu’il est petit et bien quand vous vous réveillez à 7 heures du matin, mais plus à droite à 9h30, il est plus complexe – élargissant sa conscience tout en se repliant sur lui-même plus tendancieusement.

Par conséquent, le volume (ou la dimension dans la complexité) de son cours peut être mesuré à mesure qu’il s’étend, ou se contracte, dans le temps. *Alternativement, plutôt que de se déplacer de gauche à droite dans le temps, il peut être modélisé comme résonnant dans des considérations à grande échelle tout en se réorganisant vers l’intérieur, comme le font les aliens.

Maintenant, c’est là que ça devient intéressant. La topologie de l’esprit dans le temps est formée par les pensées d’une vie entière. Idéalement, la finesse et les sensibilités des premières années se poursuivent à l’âge adulte. Elles ont des paramètres définis et mesurables. L’extinction des sensibilités émotionnelles peut entraîner une déconnexion des dimensions antérieures d’affection, de sensibilité et de prévenance de l’enfance.

L’extinction de ces sensibilités peut couper un esprit des considérations plus complexes de son passé et provoquer ce qui, en fait, est une perte d’espace mental, une réduction de la capacité de ces sensibilités. Bien sûr, les adultes humains et aliens ont tendance à mettre de côté ces sensibilités lorsqu’ils développent des connexions de pensée spécialisées (qui nécessitent une certaine durabilité), mais la plupart des humains font le tour de la question et finissent par regretter l’ouverture plus douce et plus délicate dont sont capables les enfants.

Ces sentiments sont doucement ravivés lorsque nous nous mettons en couple et peuvent être une partie de ce qui nous motive à avoir des enfants, en premier lieu.

Dans notre modèle topologique de l’esprit, le plus grand volume ou dimension de l’espace mental intègre les considérations d’une vie entière. Dans un sens, l’intelligence serait une mesure de la perspective et de la conscience ordonnée d’un esprit, mais c’est aussi une mesure de la sensibilité émotionnelle soutenue d’un esprit à travers le temps, la sensibilité aux autres qui permet à nos esprits de se développer dans les années suivantes.

Ironiquement, les crises émotionnelles et les échecs apparents du concept peuvent parfois faciliter une meilleure compréhension au fil du temps, car un modèle topologique de l’esprit n’est ni mécaniste, ni évalué par un nombre entier. Au contraire, il est évalué de manière fractionnée ou alternative (c’est-à-dire avec des mathématiques multiples). Ceci est lié aux continuités plus larges et aux indices extraterrestres utiles à partir desquels le modèle a été dérivé.

Alors, comment tout cela se rapporte-t-il à la pensée extraterrestre ? Si nous modélisons mieux la nature de l’esprit, nous pouvons en déduire les possibilités les plus avancées. Nous devrions alors être en mesure de prédire certaines des considérations fondamentales de la pensée de tout extraterrestre.

Comme nous l’avons appris de nombreux extraterrestres, une pensée plus fine, mieux ordonnée, est multidimensionnelle. Elle résonne dans un contexte plus large, elle intègre plus d’informations et de sensations. Les esprits aliens coexistent et peuvent interagir collectivement avec d’autres esprits à tout moment, ce qui ne signifie pas qu’ils doivent rester muets et obéissants entre deux pensées. En bref, notre nouveau modèle permet d’illustrer la base de ce que les extraterrestres comme Haven appellent la « communauté d’esprit », des sociétés avancées dans lesquelles les extraterrestres partagent des pensées collectivement à une vitesse beaucoup plus élevée – avec une capacité d’information considérablement accrue.

L’ironie de la chose, c’est qu’ils condensent ou sautent un certain nombre d’informations pour les intégrer et les trier dans un ordre plus grand et préexistant. Il ne s’agit donc peut-être pas d’une question de vitesse mais de finesse au sein d’un ordre plus grand.

Voici quelques-unes des façons dont un modèle topologique de l’esprit est utile pour les extraterrestres :

Lorsque des conflits surviennent, les extraterrestres peuvent extradimensionner le problème. Comme nous l’avons noté précédemment, les extraterrestres de Haven définissent une dimension supplémentaire comme « un royaume oscillant qui est déphasé par rapport à » une dimension inférieure (comme celle dans laquelle vivent la plupart des humains).

Quelques exemples faciles de dimension supplémentaire seraient votre passé non personnel ou le futur, l’univers plus vaste, la résonance gravitationnelle qui transforme les phénomènes cosmiques à grande échelle en phénomènes quantiques à petite échelle, etc. Lorsque des conflits entre extraterrestres surviennent (c’est-à-dire pour des questions de territoire et de ressources, de formes de gouvernement, d’enlèvements ou de lois), les extraterrestres peuvent étendre le contexte entier pour inclure les contributions actives d’autres extraterrestres ou de sociétés extraterrestres pour inclure des considérations beaucoup plus intelligentes.

Ils peuvent dépasser les limites d’un individu donné, ou d’un bureau unique. Il est utile de se rappeler que les désaccords sont courants dans un univers diversifié.

Pour un autre exemple, disons qu’une contestation est soulevée au sujet de la compétence (parfois masculinisée) d’un dirigeant donné ou d’un individu donné.

Plutôt que de décrire la situation en termes singuliers, comme s’il n’y avait pas d’autres recours que ceux qui menacent à court terme, les personnes concernées doivent simplement se rappeler qu’il n’y a pas de quantités entières dans la situation et qu’elles ne peuvent pas s’attendre à ce que le problème soit résolu s’il est déformé par le genre. Plutôt que de se réduire à des acteurs isolés en nombre entier, ils peuvent voir la situation en termes plus larges et plus fins.

En s’inscrivant de manière fractionnée dans un contexte plus large, ils dépassent le problème donné. Ils peuvent également le mettre en évidence.

En bref, personne ne doit être appâté et coincé dans une situation inéluctable. Il existe toujours des alternatives. Les solutions extradimensionnelles apparaissent dans un contexte plus large et plus fin. Cette seule alternative de base est plus importante qu’il n’y paraît.

Quel est le rapport avec les humains ? Par exemple, si un stéréotype social, par exemple le consommateur anonyme qui se pâme, est propagé pour nous garder dociles et obéissants, et qu’ensuite un intrus humain ou extraterrestre arrive et essaie de nous faire obéir en nous mettant au défi avec des images de compétences féminines trop masculinisées ou sexuellement objectivées, nous n’avons pas besoin de réagir ou d’être conduits comme du bétail.

Nous n’avons pas besoin de passer par des réponses stéréotypées, les réactions de lutte ou de fuite que présuppose un paysage concret et numéroté. Au lieu de cela, nous pouvons examiner le problème en termes plus larges – enquêter sur toutes les parties, y compris les étrangers, et éviter de prendre des décisions destructives, de bas étage.

Si quelqu’un essaie de vous faire croire à des concepts unidimensionnels afin de vous manipuler grossièrement, un modèle topologique vous permet de sortir de ce cadre. Vous entrez dans une sorte de « temps imaginaire », ou i-time, légèrement plus rapide que la lumière, comme l’appellent les physiciens quantiques. Comme les extraterrestres, vous gonflez votre considération dans des étendues plus grandes, mais plus fines. Plutôt que d’être défiés individuellement, les extraterrestres se gonflent dans une psychotronique partagée ou une communauté d’esprit.

Ils extradimensionnent une situation et recherchent les incohérences dans des considérations plus larges mais plus finement connectées.

* J’ai observé ce type de pensée chez les extraterrestres en de nombreuses occasions. Dans certains cas, cependant, cela amène les aliens à prétendre qu’ils ne font pas d’erreurs individuelles parce qu’ils préfèrent se définir collectivement. C’est donc une énigme.

Ce type d’extradimensionnement est simplement une résonance dans l’hyperespace.

La résonance énergétique négative permet à des quantités très complexes d’être profondément imbriquées, occupant parfois le(s) même(s) endroit(s) au même moment, d’où leur caractère « extra » dimensionnel. Plus important encore, tout ceci indique un ordre d’être beaucoup plus intelligent, ce à quoi nous reviendrons dans un instant.

Imaginez ce que serait la jurisprudence si sa logique était extradimensionnelle.

Les crimes contre l’humanité incluraient :

  • la pollution au profit de la rentabilité
  • la vente d’armes à des contrevenants à la loi
  • l’enlèvement d’humains par un colonisateur extraterrestre,
  • …et ainsi de suite.

En d’autres termes, nos lois seraient meilleures si elles n’étaient pas rendues en termes concrets et singuliers d’avidité et d’individualité absolue.

Les définitions légales basées sur la topologie des cycles alternatifs communs seraient plus précises, pas moins. Les véhicules anonymes comme les entreprises ne seraient pas traités comme des individus. Des animaux très intelligents comme les dauphins ne seraient pas tués pour obtenir une boîte de thon chargée de mercure.

Un modèle topologique considère que les définitions singulières de bas niveau sont invalides. Il place les définitions sociales plus larges au-dessus des définitions individuelles isolées et favorise l’écologie dans son ensemble plutôt que l’avidité d’une seule espèce. Ainsi, un modèle topologique permet des considérations extradimensionnelles, un recadrage plus profond et plus complexe de toutes les données et de tout le contexte. Les considérations les plus intelligentes ne peuvent jamais être épuisées car elles évoluent et changent, espérons-le pour le mieux.

En effet, la résonance gravitique de cycle négatif et alternatif des sociétés extraterrestres suggère que l’univers est plus que hautement intelligent.

Les sociétés extraterrestres s’efforcent de cultiver un univers hyper-intelligent et s’y engagent, un univers profondément entrelacé de dimensions supplémentaires de sensibilité. En fin de compte, cette dynamique fondamentale pose une question importante sur notre univers.


A quel point est-il intelligent ? Avec quelle finesse et quelle profondeur les esprits peuvent-ils résonner dans et à travers ce qui semble être des cycles universels étendus et multiples, qui semblent tous inter-dimensionnés d’une manière qui défie la physique dépassée du 20ème siècle ?

Un alien de Haven a dit à Alec Newald,

« Nos études ont montré que ces ondes (qui constituent tout dans l’univers) à leur début ne sont rien de plus qu’une pensée très intelligente et puissante. » – (Coevolution, p 126)

On pourrait écarter cette notion si elle était propre aux seuls extraterrestres de Haven, pourtant l’idée serait courante chez les extraterrestres.

Pour comprendre pourquoi, nous devons nous rappeler que selon la physique quantique, au niveau des particules atomiques et plus petites, rien dans l’univers n’est solide. Rien n’est concret.

Dans la résonance gravitationnelle à cycle négatif, les phénomènes cosmiques à grande échelle se transforment en phénomènes subquantiques à petite échelle. Pourquoi ? Parce que, lorsque l’univers s’étend vers l’extérieur à l’échelle cosmique, il s’étend également vers l’intérieur à l’échelle micro. Aussi étrange que cela puisse paraître aux humains, cela permet une universalité de pensée non locale, un type d’esprit et d’existence plus avancé.

Pour interagir de la sorte, il faut une compréhension de niveau supérieur, un regard plus humble sur les potentiels hyperintelligents de cet univers et de tout autre univers. Nous devons lire et penser de manière critique pour explorer les implications plus importantes d’un univers profondément habité.

L’idée qu’une sorte d’intelligence puisse prendre de l’ampleur dans une « physique » plus vaste et non vivante n’est peut-être pas si radicale, après tout. Par exemple, si quelqu’un vous disait que d’étranges petits horizons événementiels pourraient émerger d’un trou noir (ou de plusieurs trous noirs) et interagir ensuite pour former des réseaux de « quanta » non vivants qui, d’une certaine manière, prennent vie, vous pourriez vous poser des questions…

Il s’agit cependant de notre vision dominante de la façon dont la vie a évolué sur Terre.

Selon les extraterrestres, une compréhension avancée peut communiquer à travers un univers multidimensionnel et hyper-intelligent. Ironiquement, on n’a pas besoin d' »y aller » pour le faire. Au lieu de cela, nous pouvons essentiellement y être, dans un sens plus profond. Les extraterrestres disent que nous sommes déjà immergés dans un tel univers. Pourtant, à cause des prétentions humaines et des concepts archaïques, nous avons tendance à obscurcir des vérités qui sont juste sous notre nez, si elles ne sont pas contenues en nous.

En disant cela, je n’essaie pas d’orienter la discussion dans une direction religieuse ou spirituelle. Je ne fais que répéter ce que divers extraterrestres de différents endroits disent, régulièrement et avec constance. Cela doit être important.

Pour démêler tout cela, il est utile de se rappeler que, d’une part, un univers hyperintelligent est explicite dans et parmi les esprits les plus avancés qui existent. D’autre part, certains extraterrestres avancés « hyperversaux » (des extraterrestres qui prétendent avoir été originaires d’un cycle d’univers antérieur) avertissent les humains de se méfier de ceux qui tenteraient de nous escroquer exactement en ces termes.

Ils préviennent que d’autres extraterrestres hyper-avancés (qui, soit dit en passant, ont des corps physiques) pourraient essayer d’embrouiller les humains en leur faisant miroiter un agrégat désincarné.

En d’autres termes :

Méfiez-vous des extraterrestres qui pourraient essayer d’imposer aux humains des idées religieuses erronées et commodes.

Méfiez-vous des colonisateurs ou des extraterrestres hyperversaux plus avancés qui pourraient essayer d’affirmer que les prétentions de leur individu ou de leur population sont égales à la nature et aux capacités du « tout », de l’univers entier.

Encore une fois, on nous a conseillé de penser de manière critique. N’acceptez pas simplement ce qu’on vous dit. Réfléchissez-y soigneusement.

La communauté d’esprit existe certainement et est fondée sur des qualités non locales. De nombreux humains peuvent attester d’expériences de ce genre. Les extraterrestres pensent et se définissent en termes moins « physiques » que ceux de l’esprit humain du XXe siècle.

Néanmoins, utilisez votre bon sens. À moins que vous ne soyez l’égal de tous les esprits de tous ceux qui ont vécu, vous ne faites que communiquer au sein d’un continuum plus large ; vous n’êtes pas égal à lui.


Selon notre nouveau modèle topologique, les définitions non singulières sont meilleures et plus complètes.

Parce qu’elles sont définies en termes de paramètres universels, elles s’étendent bien au-delà d’un seul et unique objet. Elles peuvent être hyperdimensionnées dans plus d’un endroit à un moment donné, comme la physique du vide quantique à cycle négatif qui nous entoure.

Aux 19e et 20e siècles, un test de base pour les modèles scientifiques était celui du « rasoir d’Occam ».

Il se présentait comme suit :

si un modèle ou une théorie est réduit à sa plus simple expression, a-t-il un sens ? Si le rasoir métaphorique d’Occam est utilisé pour couper les faits de base de tout le reste, le modèle tient-il toujours ? Dans un sens, notre nouveau modèle remet en question le rasoir d’Occam.

Nous sommes désormais en mesure de penser en termes d’une sorte d' »hyper d’Occam ».

L’hyper d’Occam couperait court à un niveau beaucoup plus profond où les phénomènes quantiques à cycle négatif sont à la fois non-locaux et inter-dimensionnels. Lorsque nous utilisons « l’hyper d’Occam » pour distinguer la vérité de l’illusion, nous modélisons les phénomènes à la fois à grande et à petite échelle, en même temps.

Ce faisant, nous séparons un phénomène et le chronométrons à la fois à l’échelle universelle et à l’échelle micro. Nous incluons les deux horloges, qui sont hyperdimensionnées vers l’infini (mais pas à l’infini) via une résonance hyperspatiale qui les lie ensemble de manière nette et précise.

Cela boucle essentiellement les fluctuations d’énergie négative subquantique qui produisent le ∆t de Bearden dans le passage inclusif et universel du temps, et pas simplement une mesure locale. « Les fluctuations d' »énergie négative » existent tout autour de nous et ne peuvent pas être éliminées de nos modèles, comme cela a été fait au cours du XXe siècle.

Les modèles du vingtième siècle reposaient sur une mesure locale du temps, isolée de l’hyperdynamique universelle.

Les théoriciens du XXe siècle n’ont pas réussi à modéliser le mouvement de l’énergie dans l’espace en termes d’expansion de l’univers, qui repose en partie sur, et doit donc inclure, le cycle négatif de l’univers dans ou à travers les trous noirs (c’est-à-dire que les deux horloges résonnent dans l’hyperespace). En bref, notre modèle est un modèle trou noir – trou blanc qui nous permet de trier les observations en utilisant une sorte d' »hyper d’Occam » plutôt qu’un rasoir.

Pour résumer, un modèle topologique de l’esprit permet une plus grande mémorisation et de nouvelles alternatives créatives. Il permet des communautés d’esprit qui s’adaptent à tous, avec certaines limitations dans le cas des délinquants.

Cela se produit pour une seule raison, la plus importante :

l’honnêteté s’étend et se connecte à travers des dimensions supplémentaires, tandis que les esprits corrompus ont tendance à s’effondrer sur eux-mêmes en raison de leurs singuliers défauts de caractère.

Les limites que s’imposent les esprits corrompus forment une sorte d’horizon événementiel qui les confine et, avec le temps, peut les empêcher de déformer d’autres esprits plus honnêtes.


Selon le Dr Sue Arrigo, qui dit avoir travaillé pour perturber une faction Rockefeller-CIA impliquée dans des crimes contre l’humanité,

« Les archives akashiques (vérité simple et précise) deviendront la base de la prise de décision des gens parce que tant de gens y ont accédé. Ces enregistrements sont sans parti pris ni défaut. Les décisions qui découlent de l’union avec eux ont la certitude du résultat. » – (extrait de « Secrets of the CIA’s Global Sex Slave Industry » par le Dr Sue Arrigo)

Enfin, un modèle topologique permet une interconnexion plus fine et plus complexe des considérations.

Il nous offre l’espace simple nécessaire pour considérer les inconnus inter-aliens, par opposition aux anciennes notions singulières de l’esprit qui ont tendance à se dégrader en mimétisme redondant.

Un modèle topologique pointe vers de nouvelles définitions sociales et des dynamiques avancées qui permettent l’existence d’entités collectives hypercondensées – des esprits beaucoup plus capables qui replient les significations sur elles-mêmes et à travers elles de manière quasi instantanée afin qu’une plus grande variété d’implications puisse être transmise.

13 – Les hyperversaux : une nouvelle catégorie d’extraterrestres?

Depuis des années maintenant, les contacts humains ont écrit sur une catégorie d’extraterrestres qui dépassent tellement les extraterrestres comme les gris, par exemple, que les descriptions sont parfois insuffisantes.

Ces extraterrestres ont été décrits comme étant « non physiques » ou hyperdimensionnels. Dans le livre Alien Agenda de Jim Marrs, des visionneurs à distance formés par le gouvernement ont rapporté que ces extraterrestres sont physiques mais qu’ils sont apparus au cours d’une succession de cycles d’univers précédents (quelque chose comme un univers précédent, mais pas exactement). Au contraire, selon ces rapports, ils font tous partie du même univers global. Pour que cela soit possible, le continuum universel devrait être beaucoup plus ancien que 13,7 milliards d’années.

Les cosmologistes ont caressé l’idée d’un univers qui se recycle, mais jusqu’à la publication, ces dernières années, d’articles sur l’énergie négative et sur une physique légèrement plus rapide que la lumière, un univers qui se recycle était largement considéré comme impossible.

Toutes les preuves pointaient vers une minuscule singularité au début des temps. Dans cette perspective, il ne pouvait rien y avoir avant ce premier instant zéro. Le problème de ces modèles était qu’ils étaient tous basés sur des connaissances limitées sur les trous noirs, en premier lieu.

Plus récemment, les cosmologistes ont avancé la notion de multivers – une succession d’univers interconnectés ou interdimensionnels. Les théoriciens des cordes suggèrent qu’une « brane » antérieure, un tissu temporel en forme de feuille existant dans un univers antérieur, aurait pu se connecter à notre « brane » pour provoquer la formation de l’univers actuel.

Les revues scientifiques américaines sont assez conservatrices lorsqu’elles spéculent sur un multivers, préférant limiter leurs articles à des notions sommaires sur une cinquième dimension, ou à des modèles mathématiques de dimensions supplémentaires (c’est-à-dire des « branes » comme les appellent certains théoriciens des cordes).

Les magazines non américains comme New Scientist discutent plus librement des possibilités de multivers, par exemple les excursions de Marcus Chown sur le sujet. Voir l’article de Michio Kaku sur l’évasion vers un autre univers.

Dans New Scientist, un scientifique britannique a fait valoir qu’un nouveau modèle de physique pourrait être fondé sur une notion plus souple du temps, seul. Un autre scientifique a suggéré qu’au cours d’un cycle précédent de l’univers, des extraterrestres mis en danger par des conditions énergétiques décroissantes auraient pu créer un nouvel univers. Il n’a pas suggéré comment ils auraient pu le faire, mais des théoriciens comme Steven Hawking ont suggéré qu’en manipulant l’état d’énergie ou d’énergie négative d’un trou noir, une sorte de trou blanc pourrait être créé. En bref, l’ancienne limite d’Einstein pourrait être dépassée.

Hawking a théorisé que des particules ou des quanta (paquets discrets d’énergie) pourraient s’échapper d’un trou noir si des fluctuations d' »énergie négative » causées par des « mouvements de marée » dans un trou noir permettaient aux particules de dépasser brièvement la vitesse de la lumière et de s’échapper du trou noir – à condition, bien sûr, qu’elles ralentissent pendant un temps tout aussi bref après avoir échappé à l’horizon des événements.

Pendant des années, Hawking a parié avec ses collègues qu’aucune information, aucun modèle reconnaissable dans ces quanta, ne pouvait s’échapper d’un trou noir.

Puis, en 2004, Hawking a fait marche arrière et a admis qu’il avait probablement perdu le pari. De nouveaux modèles ont montré que l’information (une sorte d’ordre) contenue dans ce qui entre dans un trou noir pouvait s’échapper d’un trou noir, bien que Hawking suggère que nous pourrions ne pas être en mesure de la déchiffrer, étant donné l’hypothèse courante selon laquelle il n’existe pas de physique plus rapide que la lumière (une hypothèse qui, selon les extraterrestres, est incorrecte).

Ainsi, bien que des théoriciens comme Hawking continuent de débattre de la possibilité de voir une singularité « nue » (un trou noir physiquement détectable qui dépasse d’une manière ou d’une autre son horizon des événements), la question de savoir si les trous noirs ont une « mémoire » mesurable est désormais entrée dans le jeu scientifique courant. Des théoriciens reconnus discutent désormais de la possibilité que l’information puisse, d’une manière ou d’une autre, circuler dans les trous noirs. (Voir Scientific American, Nov. 2004)

Cela a des implications d’une portée considérable.

Par exemple, comme nous l’avons noté précédemment, si, vers la fin d’un cycle donné de l’univers (sa stabilité habitable), les extraterrestres coordonnaient leurs actions de manière universelle, ils pourraient poster des engins gravitationnels près de tous les trous noirs de l’univers afin de prolonger un cycle de l’univers. En faisant fortement pencher l’équilibre entre l’énergie et l’énergie négative de tous ces trous noirs au même moment, ils pourraient les faire « saigner » en un trou blanc, un nouvel univers.

Cependant, il serait trop dangereux d’attendre que l’univers soit en déclin. Une autre solution, beaucoup plus réalisable du point de vue des extraterrestres avancés, consisterait à ne pas avoir à se trouver à proximité des trous noirs. Au lieu de cela, ils pourraient simplement orienter toute leur technologie de manière à ce que le cycle de l’univers se renouvelle continuellement, tout en ayant des horizons discrets. Si tel était le cas, nous pourrions nous attendre à être informés des normes universelles et des mesures de protection concernant l’énergie du cycle négatif.

Vous vous souvenez de la réciprocité de Tom Bearden évoquée dans les pages précédentes ? Il dit que lorsque la lumière converge depuis des directions opposées le long de chacun des trois axes différents de sorte qu’elle s’annule, si vous imprimez doucement l’énergie, elle se transforme en électrogravité – et inversement, si l’électrogravité converge de sorte qu’elle s’annule, elle se transforme en ondes lumineuses. Croyez-le ou non, cette dernière partie pourrait être une recette rudimentaire pour créer un nouvel univers (ou étendre un ancien).

Elle nécessiterait une manipulation directe des phénomènes de cycles négatifs et alternatifs, comme les trous noirs et la résonance plus large de l’hyperespace.

En orientant la technologie de toutes les galaxies de manière à faire converger et annuler les différentes catégories d’électogravité et de magnétogravité, un « nouveau » cycle d’univers pourrait être effectué. Différents types de graviticité peuvent probablement être modélisés et manipulés pour soutenir des structures discrètes d’espace et de quanta dans un cycle d’univers étendu. En effet, une convergence et une résonance plus complexes et écologiques de différentes catégories de graviticité, successivement plus grandes, est apparemment la façon dont les extraterrestres avancés contrôlent et évitent les effets dangereux de ces énergies.

L’extension d’un cycle universel serait un exploit majeur et aurait des implications politiques et écologiques durables. Cela nécessiterait un réseau standardisé, à l’échelle de l’univers, de communications et d’interactions par des extraterrestres hyper-avancés. Et si cela se produisait tout autour, vous ne voudriez pas être laissé de côté.

Tous les extraterrestres devraient respecter cette écologie plus large – plus elle est fine, mieux c’est.

Rappelez-vous, les extraterrestres avancés considèrent les trous noirs comme des phénomènes à cycle alternatif qui peuvent connecter et façonner l’univers via une résonance légèrement plus rapide que la lumière. Si nous utilisons l’équation de Tom Bearden, la masse à l’intérieur d’un trou noir n’est pas du tout une masse au sens ancien du terme. Il s’agit plutôt de Δt – un changement ou une fluctuation du temps (les extraterrestres hyper-avancés l’appellent « alt t »). Ainsi, la question n’est pas de savoir ce qui se trouve à l’intérieur des trous noirs, mais plutôt de savoir comment tous ces phénomènes inter-dimensionnent avec leur environnement.

On peut supposer que seuls les extraterrestres disposant d’une technologie avancée de cycle alternatif seraient capables de communiquer suffisamment largement pour se mettre d’accord sur des normes de recyclage de l’univers. Et où obtiendraient-ils une telle technologie ? Elle pourrait avoir été créée par des extraterrestres qui se sont protégés pour survivre aux chocs et aux radiations des supernovas et des hypernovas.

Elle a pu être perfectionnée par des extraterrestres qui se sont installés sur de petites planètes glacées où la gravitation était utilisée pour contenir et stabiliser une atmosphère permettant l’habitation. Elle aurait été encore affinée lorsque les extraterrestres ont modélisé la façon dont l’énergie du cycle alternatif d’une galaxie affectait à la fois un superamas de galaxies et l’univers tout entier.

Apparemment, la « magnétogravité » est un autre type d’annulation convergente de la forme d’onde (comme celle du TR-3B qui implique des champs ou des plasmas à haute énergie qui tournent à des vitesses élevées dans des tubes toroïdaux ou circulaires). Des laboratoires à budget restreint aux États-Unis produiraient maintenant de la magnétogravité.

La magnétogravité fait simplement converger et annuler les champs magnétiques qui se courbent et se plient autour du flux d’électricité. Ce phénomène peut être modélisé de façon très claire. Les scientifiques utilisent la « règle de la main droite » pour modéliser la façon dont le magnétisme circule autour du courant électrique.

Voici ce qu’ils entendent par là : si vous tenez votre main droite en l’air – le pouce pointant vers votre nez et les doigts refermés à mi-chemin vers votre paume, le pouce pointe dans la direction du courant électrique, tandis que les doigts recourbés montrent la façon dont le magnétisme s’enroule toujours autour du flux de courant.

Ainsi, c’est toujours la règle de la main droite : le courant circule dans le sens du pouce, tandis que, dans le même temps, le magnétisme (une déformation de l’espace autour du courant) se courbe et circule autour du courant – comme vos doigts.

* Il y a une autre ironie dans le fait que le courant électrique conventionnel est représenté par une flèche qui va de la borne positive d’un circuit vers la borne négative, comme si les « charges » positives circulaient dans cette direction. En revanche, ce que nous appelons le « vrai courant » est le flux d’électrons qui circulent dans la direction opposée. Le « vrai courant » passe de la position d’un électron chargé négativement dans un atome au trou vide chargé positivement dans un autre atome. Cette subtile ironie devient importante dans les supraconducteurs (physique de l’état condensé) et dans l’étrangeté des relations d’énergie négative. Au lieu d’un flux simple et linéaire, nous voyons un flux multiple (et une convergence) plus complexe d’électrons, de trous vides où se trouvaient les électrons, et une courbure subtile de l’espace autour du courant (c’est ce que nous appelons le magnétisme).

L’extension d’un cycle d’univers serait une réalisation majeure, mais elle exigerait que tous les extraterrestres « hyperversaux » avancés se mettent d’accord sur certaines conventions de base.

Une coordination pacifique à une telle échelle ne se fait pas toute seule. Il faudrait l’accomplir. Elle nécessiterait de l’humilité, une vision partagée de tous les extraterrestres participants dans l’univers. Ces extraterrestres réduiraient probablement leur nombre ou le modéreraient afin de pouvoir continuer dans un cycle universel étendu. La cupidité et la violence devraient être surmontées (mais les désaccords continueraient).

Alors, quel serait le thème principal parmi ces êtres ? Une fois encore, une écologie partagée, et non une course à l’immobilier. Vivant dans un univers déjà habité et hyper avancé, les humains qui pensent que la cupidité est le meilleur moyen de devancer la meute des aliens seraient considérés comme des primitifs bizarres et indésirables. Selon de nombreux rapports d’aliens, un précédent plus important a déjà été créé. Les régimes d’avidité violente et classiste sont moins aptes à maintenir une écologie survivable. Des planètes entières « meurent », à intervalles réguliers. Dans certains cas, elles sont manipulées à de telles fins.

Ceux qui soupçonnent que cette discussion sur les extraterrestres hyper-avancés se dirige dans une certaine direction ont raison.

Le 6 mai 2004, une population appréhendée d’extraterrestres hyper-avancés (hyperversaux) a commencé à entrer explicitement en contact ici, en termes non équivoques, en déclarant que, oui, ils étaient originaires d’un cycle d’univers précédent. Pour autant que je sache, c’était la première fois que de tels aliens annonçaient leur existence de manière semi-publique. Les responsables humains avaient déjà fait allusion à de tels êtres dans un rapport du gouvernement français et dans un rapport du gouvernement américain que le sergent Clifford Stone avait vu pendant son service actif.

Le gouvernement français a été moins retardé que le gouvernement américain dans la publication de ses découvertes sur les extraterrestres, c’est-à-dire le rapport COMETA préparé pour le ministère français de la défense, et le rapport de 2004 « OVNIs, les preuves » par le Dr Jean Jacques Velasco, chef du SEPRA, une sous-unité de l’équivalent français de la NASA.


Des années plus tôt, un extraterrestre exceptionnellement avancé et n’appartenant pas à l’IFSP avait presque négligemment fait remarquer, ici, que les Verdants sont considérés comme des compilateurs efficaces de données que des extraterrestres plus avancés peuvent ensuite exploiter. Cela a été dit en passant, mais c’était très différent des remarques des aliens précédents. À l’époque, nous, les humains, essayions de mettre ce que nous voyions dans une perspective plus large et cohérente, et je soupçonnais que quelque chose se passait qui dépassait de loin les Verdants.

Il y avait eu d’autres remarques de ce genre, des déclarations qui remettaient froidement et avec confiance les Verdants à leur place, comme si le ou les extraterrestres faisant ces déclarations avaient des connaissances plus avancées, à grande échelle, d’une certaine manière.

Par exemple, un jour, il y a plusieurs années, alors que j’étais éveillé dans mon lit, les extraterrestres les plus avancés ont démontré leurs capacités en semblant changer à la fois la nature et l’ordre du temps – sa structure même, juste devant moi alors que j’étais allongé, les yeux fermés mais  » regardant  » attentivement ! Des années plus tard, un autre extraterrestre hyper-avancé a expliqué qu’ils avaient simplement bouclé le temps de manière plus complexe.

Pendant des années avant cet événement, j’avais interagi avec des extraterrestres plus proches des humains sur l’échelle de l’évolution, et je n’étais donc pas du genre à me laisser impressionner outre mesure par les capacités de base des extraterrestres.

Mais l’incident du temps bouclé était vif et délibéré, bien au-delà de la capacité des extraterrestres gris/IFSP (un fait que les extraterrestres gris/IFSP ont semblé reconnaître plus tard) et a été fait pour faire une sorte de déclaration. Il a enlevé le couvercle du plafond imposé par les Verdant sur l’humanité. Apparemment, il y en avait d’autres plus avancés en quelque sorte.

Retour au matin du 6 mai 2004 – des années plus tard : Je me suis réveillé après avoir subi des interruptions de sommeil faites par des extraterrestres liés à l’IFSP lorsque quelqu’un comme moi se fait remarquer pour avoir critiqué leurs activités.

La nuit précédente, j’avais été impliqué dans une dispute au cours de laquelle, en passant, j’avais fermement, mais à contrecœur, averti les « gris » que les humains ont le droit de se défendre contre le type de projet qui semble avoir ruiné la planète grise d’origine et favorisé les prédations des Verdants. De telles communications mentales peuvent être pour le moins irritantes.

En tant que critique des provocations Verdant, j’ai senti qu’il était nécessaire d’énoncer une vérité de base sur la situation difficile de l’homme.

Pendant des années, alors que j’enquêtais sur les conflits manipulés que les sources extraterrestres disent que les Verdants ont imposé à la planète grise originale – ce qui a conduit à sa ruine, j’ai soutenu que les Verdants pourraient avoir fait du tort aux gris. Je suis considéré comme inhabituel pour l’avoir fait. Plus remarquable, bien sûr, sont les efforts des individus aliens qui font tout leur possible pour rapporter sur le sujet.

Mes enquêtes sur les agissements des Verdants sont plus explicites que celles de la plupart des humains. Cela provient en partie de l’aide et des informations offertes par des extraterrestres sympathisants, non-IFSP, dont certains sont mentionnés dans les chapitres précédents.

Une fois de plus, la nuit du 5 mai 2004, j’ai averti les gris que les humains pouvaient logiquement s’attendre à utiliser une force létale pour repousser les ravisseurs qui préparaient une prise de contrôle et un éventuel plan de destruction de la planète. C’était la première fois que je « parlais » aussi crûment, et j’ai perçu que les divers extraterrestres qui assistaient à l’échange avaient le sentiment qu’un seuil critique avait été atteint.

J’étais loin de me douter de qui allait répondre, plus tard…

Tôt le lendemain matin, j’ai été réveillé et critiqué (le type habituel d’échange communiqué) par un extraterrestre hyper-avancé que j’avais précédemment critiqué pour avoir agi comme « le garçon dans la bulle » lorsqu’il offrait des commentaires d’un retrait hautement avancé, mais idéalisé, du schéma des Verdants ici.

L’extraterrestre hyper-avancé était clairement plus évolué qu’un Verdant, mais il semblait transformer tout argument sur les Verdants en termes cryptiques et à grande échelle, attribuant une qualité apparemment ronde à de telles considérations. Étant donné les violations des Verdants ici, je m’attendais à des distinctions juridiques plus tranchantes, au moins une reconnaissance que les humains ont des griefs valables.

Puis, de manière tout à fait inattendue, l’extraterrestre donné a admis que sa population avait évolué avant ce que les humains appellent le Big Bang !

Il a également laissé entendre que le cycle actuel de l’univers avait été conçu, ou prolongé d’une manière ou d’une autre. C’était un aveu semi-public que la vie avait existé en grand nombre pendant une phase antérieure d’un cycle de l’univers plus long. En bref, si le rapport est correct, l’univers est bien plus vieux que les 13,7 milliards d’années. Puis, afin de démontrer que son histoire était sérieuse, l’extraterrestre a ouvert tout le contexte des démonstrations avancées antérieures et connexes, en notant qu’elles étaient l’œuvre de son espèce. L’expérience avait la même profondeur, une sensation différente de celle des manifestations verdâtres plus grossières, plus grossièrement encadrées.

Plus tard ce jour-là, quelqu’un du groupe d’extraterrestres hyperavancés (« hyperversaux ») a montré un « visuel » graphique de la façon dont ils étaient assis dans un hyper-environnement contenu alors que le cycle de l’univers était prolongé depuis longtemps.

Sur le visuel, une foule d’extraterrestres se tenait dans un grand espace confiné. Une grande membrane en forme d’orbe, influencée par la magnétogravité, les retenait au-dessus de leur tête, à une époque où l’ancien univers était étendu à un nouveau cycle.

* La membrane peut avoir utilisé des fluctuations alternatives qui vont plus loin que l’électrogravité et la magnétogravité.

Le sujet a été traité avec une profonde gravité, un message des plus sombres.

Ceux qui en ont été témoins ont été impressionnés ; on n’avait jamais rien imaginé de tel. La meilleure approximation serait d’imaginer que vous vivez sur une petite planète ou un très grand « vaisseau » artificiel arrondi au moment exact où se produit une grande supernova ou une hypernova, qui tuerait tout le monde, s’ils n’étaient pas protégés.

Dans le graphique des extraterrestres hyperversaux, une pause d’appréhension s’ensuivit alors qu’ils regardaient le dôme au-dessus se colorer d’une couleur rouge-orange sourde : un vaste événement cataclysmique décrit comme l’extension d’un cycle de l’univers. Cela ressemblait à l’altération contenue d’une supernova/hypernova et semblait impliquer des décolorations des corps des extraterrestres donnés, comme celles vues par Alec Newald sur un vaisseau extraterrestre Haven lorsqu’il voyageait à des vitesses supérieures à celles de la lumière. Il s’en est suivi un silence tendu et étrange, une pause collective d’un genre extraordinaire au fil des instants.

Bien sûr, les humains l’ont trouvé profond et profond avec des implications. C’était un jour dont on se souvient pour la vie, un marqueur qui pouvait redéfinir un certain nombre d’hypothèses de base.

Néanmoins, nous étions à l’affût de la flagornerie, des tendances simplistes, de l’incapacité de certains humains à conserver leur sens critique au-delà d’un tel seuil. Bien qu’il s’agisse d’un moment profond dans les interactions entre humains et extraterrestres, j’ai par la suite accompagné l’hyperversal qui avait initié le contact à travers une série de questions.


Conscient du contexte dans lequel l’extraterrestre en question avait initié un contact explicite et ouvert en tant qu’hyperversal (sans utiliser ce mot, bien sûr) à un moment où il y avait des remarques sur la défense humaine contre le plan IFSP des Verdants, j’ai mentionné les « agents directs » humains susmentionnés (l’un est un fabricant d’armes franco-suisse et un ancien propriétaire de fonds communs de placement aux États-Unis, l’autre un financier juif de premier plan en Europe) qui auraient fait avancer le plan IFSP ici.

L’alien hyperversal a suggéré que je ne devrais pas frôler la notion de violence envers les gris.

Apparemment un non-sexuel d’une espèce apparemment douce, il a suggéré que l’histoire des gris était une histoire compliquée qui méritait une réserve plus profonde et modérée. J’ai dit que je n’avais pas préconisé de faire du mal aux gris, mais que j’avais soutenu le contraire pendant des années, en gardant à l’esprit la débâcle liée au Verdant qui a tué la planète d’origine des gris, leur faisant perdre le seul biome mature, naturellement évolué, qui pourrait jamais leur être permis. En raison de ce désastre, certains gris sont des invités dépendants perpétuels des Verdants.

L’alien hyper avancé qui a initié le contact fait partie d’une population que j’ai provisoirement appelée les -X3 (- pour les utilisateurs d’énergie négative, X pour les hyperversaux, et 3 pour le fait qu’ils ne fonctionnent pas simplement via un schéma d’énergie positive-négative, mais semblent avoir affiné une troisième dynamique plus compliquée).

L’alien/porte-parole de -X3 a répondu qu’une prémisse collective humaine arrivera à un statut vaguement gris, au fil du temps, indépendamment des choix humains à court terme.

J’ai rétorqué que -X3 n’arrive pas à faire des distinctions basiques et légales, que la population de la cohorte de -X3 n’est pas activement engagée ici, et que la cohorte de -X3 ne fait pas de travail physique basique et quotidien ici. Un des associés de -X3, utilisant un filtre de type Verdant mis en scène, a rétorqué que je ne suis pas encore « efficace » pour corriger certains problèmes ici (violence humaine, inégalité, etc.) – cela semblait être une allusion à l’implication de -X3 avec les Verdants. J’ai rétorqué que plus de temps est nécessaire pour propager et faire évoluer une base planétaire plus avancée pour corriger de tels problèmes.

J’ai dit que les Verdants propagent le conflit, en asservissant essentiellement les gris par le biais de mensonges, de tromperies et de destructions qui permettent à une population partiellement corrompue et hypertrophiée de sexuels (Verdants) de diriger les non-sexuels (gris), ce qui pourrait être dangereux. X3 a répondu avec désinvolture et sans détails, en disant que les humains arriveraient de toute façon à une certaine prémisse collective – peut-être en rationalisant que la fin des Verdants violemment complotés justifie les moyens. A ce moment, d’autres aliens, certains d’un caractère hyperversal avancé, ont offert des critiques de -X3. Cela a été grandement utile, dans la mesure où nous, les humains, étions dépassés par un sujet dont nous ne connaissions que peu de choses.

Je me réfère provisoirement aux hyperversaux qui critiquent -X3 en tant que -Xn’s (n pour un éventuel entier et/ou caractère supplémentaire). Les -Xn semblent être un autre groupe ou une faction hyperversale contre-posée, soit égale, soit plus avancée que -X3.

Encore une fois, il faut se rappeler que pendant la phase de déclin d’un cycle d’univers précédent, il y aurait eu beaucoup d’extraterrestres avancés de différentes origines provenant de différents systèmes. Certains seraient maintenant plus indépendants d’esprit, plus rigoureux dans leur pensée que d’autres issus de collectifs qui pourraient, parfois, favoriser les généralisations d’une communauté donnée.

-Xn a dit que -le groupe de X3 avait dirigé les Verdants vers notre emplacement dans la Voie lactée, aidant effectivement les Verdants à initier des activités ici. -Xn a également noté que le groupe de X3 informe délibérément les Verdants de l’emplacement de certaines planètes nouvellement technologiques comme la nôtre, donc le groupe de X3 rationalise apparemment que certaines planètes seront ruinées (ce qui pourrait, de façon concevable, accueillir les cohortes de X3).

Un ou plusieurs des -Xn’s ont ajouté que certains des associés de -X3 agissent ainsi comme une stratégie délibérée. A ce stade, -X3 écoutait attentivement et avait tout à fait la possibilité de corriger -Xn si cela était faux, mais il ne l’a pas fait, ce qui peut être une admission tacite que l’allégation était correcte.

Dans les communications de la communauté d’esprit extraterrestre, l’honnêteté n’est pas simplement optionnelle, elle est requise parce que la malhonnêteté est facilement détectable et manque de cohérence, ainsi la malhonnêteté a un caractère anatomique raté, plus apparemment physique. L’honnêteté est plus intelligente car elle permet de se connecter à une échelle plus grande et plus fine par le biais d’une transparence partagée et scientifique, même si, parfois, l’honnêteté peut être inconfortable.

Cependant, lorsqu’une communauté d’esprit extraterrestre comme celle qui comprend -X3 interagit avec une population exploiteuse comme les Verdants, et lorsque cette combinaison interagit avec les humains, les mensonges, la tromperie et la propagande de bas étage (plus d’autres diversions) peuvent s’insinuer dans le comportement des extraterrestres. Ils peuvent essayer de rationaliser cela en termes de contrôle de l’information, mais cela montre que certaines communautés extraterrestres avancées ont des problèmes très réels.

Comme l’a souligné plus tard l’un des -Xn, les hyperversaux comme -X3 sont clairement physiques et ont des corps à base d’eau.

-X3 lui-même a été montré comme ayant une peau gris blanchâtre et une grande tête assez arrondie. Il/elle est bipède, avec deux yeux et un corps plus robuste qu’un gris. Il semble être plus grand qu’un gris. Ses articulations des coudes et des genoux sont notablement arrondies, plus circulaires et plus robustes que celles d’un gris. Cependant, le message avait un aspect trop délibéré et prototypique.

Une citation fugace affirme que les hyperversaux de ce type peuvent vivre « 11 millions d’années », ce qui contraste avec les (seulement) 20 000 ans que vivraient les Verdants. Un hyperversal a déclaré que les hyperversaux comme -X3 devaient changer, en partie, pour une composition élémentaire plus légère afin de survivre dans un cycle universel étendu. Je ne peux pas dire si cela impliquait l’utilisation sélective de la gravitation pour simplement éliminer les éléments lourds, ou une stratégie génétique plus complexe.

Cela peut simplement faire référence à la façon dont la masse est suspendue dans un voyage plus rapide que la lumière.

Les -X3 et les -Xn s’en remettent à, et semblent interagir avec, une foule d’autres aliens hyperversaux. En effet, certains des autres hyperversaux sont si avancés qu’ils remettent en question la notion de possibilités. Par exemple, l’un (ou plusieurs) d’entre eux a démontré plus tard sa capacité à poser ce qui se passerait, ou ce qui se serait passé si un humain (moi-même, dans ce cas) avait fait un choix imprudent ou non écologique à un moment donné. Dans une démonstration impressionnante, l’hyperversal (pas -X3, soit dit en passant) s’est appuyé sur une variété d’horizons temporels pour montrer rapidement divers résultats qui me seraient arrivés si j’avais fait une variété de mauvais choix.

La partie étrange de la démonstration était qu’elle semblait plier le temps, pour atteindre à la fois en arrière et en avant dans le temps, afin de le faire – à travers une multiplicité d’horizons d’événements. Aucun Verdant n’a démontré une telle capacité, à ma connaissance.

Plus important encore, les autres populations plus avancées (que -X3) semblent être plus capables que -X3 et sont plus finement, plus profondément intégrées dans le continuum. Certaines de leurs existences et de leurs actions semblent avoir une dimension à travers nous et notre environnement parce que les cycles de l’univers extra semblent soit résonner à travers le nôtre via différentes orientations dans le temps, soit coexister avec nous – avec des implications beaucoup plus grandes.

Certains lecteurs ont peut-être été témoins de manifestations de conscience hyperversale communiquant sur le bien et le mal, la bonne écologie et l’analyse contre le mal.

La raison pour laquelle les lecteurs ont pu être témoins de telles manifestations est que les hyperversaux peuvent observer et voir à travers les activités des extraterrestres récemment évolués. Ils peuvent le faire sans laisser beaucoup de traces. Leurs capacités suggèrent que l’ancienne notion de limites physiques est une prétention des plus spécieuses. Nous sommes tous interdimensionnels, apparemment, et donc certaines de nos vieilles conventions du 20ème siècle sont inadéquates.

Revenons à cette première interaction du 6 mai 2004 avec les hyperversaux : Conscient de mes préoccupations concernant les récentes manipulations de l’IFSP dans l’histoire américaine, -X3 a posé que les présidents Kennedy et Johnson étaient simplement (dans le contexte du génocide indonésien de 1965 et des assassinats américains) des outils de l’indifférence élitiste, une stratégie violente ratée.

J’ai rétorqué que les Biderman-DuPonts liés à Verdant étaient parmi les pires de ces derniers, pour commencer (ceci est largement, spécifiquement connu hors du monde, donc je ne lâchais pas une nouvelle idée dans le mélange).

Plus tard, -X3 a permis que les Verdants puissent se tromper dans leur stratégie, bien sûr. À l’époque, je recherchais une diversité d’origine et de perspectives au sein du groupe de -X3 après avoir noté les critiques de divers autres hyperversaux, ce qui était encourageant (les extraterrestres hyperavancés ont tendance à nous parler en tant que groupe). -X3 a soutenu que les gris jouaient un rôle vital dans l’introduction des humains aux concepts avancés, aux considérations collectives et aux idées génétiques/non sexuelles, etc. J’ai rétorqué que nos voisins non-destructeurs, non-tueurs de planètes, peuvent mieux le faire sans s’attaquer à la situation de manière coloniale et intéressée.

J’ai soutenu que notre meilleure stratégie est de réduire la population et de travailler à une meilleure écologie que celle des Verdants. J’ai soutenu le concept de loi fondamentale et universelle (lois communes à toutes les sociétés), permettant l’évolution et la régénération dans certains cas. En réponse, -X3 a tendu vers la généralité et a fièrement remarqué que nous finirions par arriver à des comptes collectifs, de toute façon. -X3 a dit que nous n’avions pas besoin de tuer les gris (pour lesquels les associés de -X3 ont quelques responsabilités), qu’au lieu de cela, nous pouvons prévaloir par une prise de conscience informée.

Deux ou plusieurs -Xn ont critiqué -X3, que j’ai accusé de ne pas faire de distinctions de base sur les crimes de masse des Verdants contre les humains. Une critique d’-Xn de -X3, formulée avec précision, a étoffé le raisonnement de -X3 et a dit que si nous (une convention plus large, non Verdant) devions corriger les Verdants et cohérer à une plus grande échelle, nous serions « plus capables » parce que « nous serions (potentiellement) capables de retourner à » un cycle d’univers étendu.

À ce moment-là, -Xn résonnait à travers et élucidait les hypothèses de l’argument de -X3.

C’était un point important. -X3 était ainsi posé comme ayant supposé que le schéma Verdant souillerait notre convention collective à grande échelle, empêchant notre capacité à grande échelle et nous empêchant de perdurer dans un cycle universel étendu. *Cela a également suggéré une relation possible entre -X3 et -Xn’s.

Méfiant de toute hypothèse de -X3 qui pourrait condamner les humains à l’échec, j’ai suivi le sujet à intervalles réguliers. Plus tard, un alien associé à -X3 a demandé (à propos des Verdants) : « Savez-vous ce qu’ils deviennent plus tard ? » – laissant entendre que l’IFSP pourrait être chargé de tâches liées au cycle de l’univers étendu – après que les Verdants aient considérablement évolué. Ce type de réflexion suppose, de facto, que les méga-populations (comme certains hyperversaux) ont certaines caractéristiques communes. Les questions fondamentales concernant les méga-populations seront abordées dans un chapitre ultérieur.

D’autres hyperversaux qui ont assisté à l’échange ont noté qu’en utilisant un intermédiaire hybride (qui semble avoir certaines caractéristiques humaines) -X3 avait précédemment fait valoir que toute utilisation des technologies gravitiques par des extraterrestres récemment évolués réduisait la durée potentielle des associés de -X3, obscurcissant l’esprit/la vie de leur progéniture en raccourcissant la durée de leur cycle calculé.

L’individu essayait d’argumenter que l’utilisation excessive de la gravitation mettrait en danger les sensibilités des hyperversaux encore plus avancés.

Cela a été fait avec une touche mélodramatique, comme si un enfant hyperversal était en danger, éteint à un moment vulnérable. Sachant que les Verdants gaspillent de grandes quantités d’énergie aux dépens d’autres peuples, j’ai préféré attendre de meilleures preuves, plus scientifiques. Plus tard, ce qui semblait être un hyperversal moins dogmatique a admis que si les humains optaient pour une stratégie énergétique conventionnelle, couplée à une utilisation très limitée et à petite échelle de la gravitation, cette utilisation ne menacerait pas plus les hyperversals qu’une pierre tombant sur une montagne ne pourrait menacer un humain sur cette planète.

J’ai donc soulevé la question de base :

Ne pouvons-nous pas tous partager ?

Plus tard, la nuit suivante, cela a ouvert une réflexion cohérente de la communauté humaine sur le sujet, qui avait attiré une attention inhabituelle, pour ne pas dire plus. Je suis certain que les hyperversaux sont un sujet d’intérêt officiel intense, étant donné leurs implications pour le contact humain avec d’autres extraterrestres.

Pour aider à guider les humains à travers l’énigme rigidement posée des premières interactions explicites de -X3 ici, l’un des -Xn a fait valoir que -X3 ne parvient pas à dimensionner le temps comme nous le devons tous, donc -X3 fait valoir un préjugé fadement généralisé contre les formes de vie de ce cycle d’univers (cela peut avoir été une référence à la supposition de -X3 que je pensais alors que le lancement d’un « nouveau » cycle d’univers pourrait être mortel pour certaines populations). En d’autres termes, avons-nous tous été regroupés dans une catégorie indésirable ?

Une fois de plus, prenant le temps de m’éloigner de mon travail habituel, j’ai ramené la conversation à des questions d’écologie de base, de réduction de la population et de non-violence – des considérations de voisinage de base. J’avais une question persistante à propos de -X3 : si d’autres -X3 sont « capables » de régler les différends dans notre voisinage concernant la fusion de la Voie lactée et d’Andromède contre l’intrusion verdoyante ici.

À cet égard, -X3 semble être vulnérable et peut être tenu à une honnêteté de base. Nous sommes tous d’accord que la vie doit être partagée et respectée, mais les prémisses de -X3 et les liens Verdant de son groupe jettent un os cruel et calculé dans notre situation.

Je serais négligent si je ne notais pas que -X3 peut simplement être un hybride utilisé comme interface pour l’interaction humaine avec certains hyperversaux.

* Il semble y avoir une diversité réfléchie parmi les hyperviseurs.

Alors, la prémisse de X3 est-elle élitiste (bien qu’elle soit formulée en termes de communalité) ?

En réponse, X3 dit qu’il/elle est plus cohérent(e) que cela. La question est ouverte à un examen plus approfondi, mais la contre-question du rapport de l’hyperversal sur l’hypothèse « plus capable » et « retour à » persiste. En d’autres termes, parmi certains hyperversaux, y a-t-il une sorte de parti pris contre les extraterrestres récemment évolués ? -X3 et ses associés ne sont peut-être pas en mesure de voir les implications à long terme de la propagation des crimes Verdant sans les exposer de manière adéquate afin d’organiser une meilleure réponse collective.

* Environ 18 mois après que j’ai appris l’existence des hyperversaux, un hyperversal -Xn a déclaré qu’un leader apparent dans la section de sécurité hyperversale donnée est originaire d’une grande galaxie elliptique. À partir du 20 septembre 2005, il y a eu des indications – des déclarations directes par les hyperversaux, que les hyperversaux qui soutiennent l’expansion du Verdant font partie d’un groupe de trois régimes hyperversaux (spécifié plus tard comme travaillant sur un groupe de trois galaxies elliptiques).

Il peut s’agir d’une référence aux galaxies Centaurus A, notre Voie lactée-Andromède elliptique en devenir, et une autre, c’est-à-dire peut-être N5102 – une ellipse naine appelée galaxie lenticulaire dans le groupe de galaxies Centaurus A (le groupe où les Verdants seraient originaires). *N5102 n’a que 0,214 fois la taille apparente d’Andromède. À plusieurs reprises, il y a eu des indications cryptiques selon lesquelles des hyperversaux vivant dans ou affectés à la grande galaxie elliptique Centaurus A (voisine des Verdants) faisaient partie de la section de sécurité des « trois elliptiques » – j’avais remarqué le chef de file, en particulier, à de nombreuses occasions.

Un hyperversal qui s’est fait passer pour un -Xn a déclaré plus tard que l’hyperversal de la section de sécurité était essentiellement « dans son jardin de retraite » lorsqu’une perturbation a menacé la stabilité planifiée de sa galaxie (d’origine ou assignée). En d’autres termes, l’hyperversal donné « trois elliptiques » qui tend aux Verdants pourrait, de façon concevable, avoir eu des sentiments mitigés sur la façon dont les Verdants ont été plus tard dirigés vers d’autres galaxies. *Je ferai référence à cet hyperversal (probablement Centaurus A) et à sa section de sécurité dans les pages suivantes. Au fil du temps, nous avons constaté qu’il existe des liens entre les hyperversales susmentionnées qui ont échappé à ma première évaluation.

Cette première représentation graphique d’un projet de trois elliptiques (avec des images d’extraterrestres hybrides créés par l’hyperversal posés au-dessus des vortex de trous noirs centraux étendus, opposés en haut et en bas de trois vagues galaxies) était destinée à nous informer des implications sociales et écologiques de la fusion des galaxies.

Le graphique présente des aspects manifestement prototypiques, comme si nous étions considérés comme un cas d’école dans un contexte plus complexe de mégapopulations plus importantes. Les hybrides représentés dans le graphique ressemblent à un croisement entre les extraterrestres du triangle de Bentwaters rapportés par Larry Warren et la prétendue photo de Billy Meier d’un extraterrestre casqué visitant Mars (extraterrestres à l’allure très extraterrestre).

Les commentaires des hyperversaux qui critiquent l’interaction des « trois elliptiques » avec les Verdants suggèrent que ces hyperversaux peuvent voir une logique dans le fait de rejeter le plan de l’IFSP ici, qui a un soutien limité, sinon conditionnel, au mieux. La « section de sécurité » hyperversale censée travailler sur trois elliptiques pourrait être l’équivalent cosmique d’une équipe d’égouts contenant certains délinquants qui, dans une autre torsion de l’écologie universelle, doivent être regroupés à l’écart d’autres délinquants plus doux et constructifs.

Vu d’en haut, on comprend que les éléments les plus dangereux ne peuvent pas être laissés libres de se promener où bon leur semble. Aussi laid que cela puisse paraître, d’une certaine manière, ils font tous partie de la même tendance de fond.

La faction hyperversale des « trois elliptiques » supervise clairement -X3, ce qui suggère que -X3 est une dépendance moindre, sinon un prototype conçu, des hyperversales des « trois elliptiques ». Dans un sens, -X3 semble être un accessoire génétiquement conçu.

Le nombre disproportionné de Verdants et leur abus des peuples vulnérables suggère que -X3 et la faction des « trois elliptiques » n’ont pas réussi à freiner un délinquant épique, si tant est qu’ils aient jamais eu l’intention de le faire en premier lieu, bien qu’ils puissent avoir une politique à multiples facettes concernant les Verdants.

À l’heure actuelle, les Verdants semblent avoir atteint ou dépassé leur limite durable, mais ils continuent à se reproduire sexuellement et à empiéter sur les ressources des populations moins importantes, puis à les en priver. Le cas des Verdants, couplé à la position compromise de -X3, suggère que le long de ce bord du superamas de la Vierge, les associés de -X3 peuvent ne pas être aussi efficaces que les hyperversaux plus matures le sont ailleurs.

Cette déduction est due aux habitudes prédatrices des Verdants et à leur avidité démesurée.

La question demeure de savoir si une sorte d’accord a été conclu avec les Verdants qui pourrait être considéré comme ayant compromis nos populations voisines. Les Verdants et la faction des « trois elliptiques » (y compris -X3) peuvent faire un commerce limité entre eux. Pire encore, parfois -X3 semble considérer les populations récemment évoluées en termes fondamentalement prototypiques parce que -X3 tombe parfois dans un oubli froidement distancié de sa propre « nature » essentiellement animale et de ses origines. Parfois, cela semble infantile.

D’un autre côté, la capacité opportune du -Xn à contrer certaines hypothèses de -X3 offre un certain espoir, bien que certains -Xn semblent être simplement des hyperversales connexes et contre-posées. Cependant, cet espoir ne vaut que ce que vaut la capacité humaine à transcender et à geler le schéma Verdant, qui, pour le moment, a pris des proportions épiques. En d’autres termes, les humains sont pris dans une sorte de dualité à sécurité intégrée : soit nous surmontons les tendances animales de nos élites les plus corrompues et destructrices de la planète (dont les pires sont des agents « directs » de l’IFSP), soit nous pouvons facilement périr.

Apparemment, les populations les plus avancées ne laissent pas beaucoup de place aux primitifs pour se propager vers l’extérieur.

En infiltrant les élites humaines avec des « agents directs » corrompus de l’IFSP, comme les appelle un alien hyperversal, la faction des « trois elliptiques » a faussé toute l’équation. Un alien contre-posé a déclaré que -X3 et ses contrôleurs considèrent tous les aliens récemment évolués comme primitifs, voire dangereusement indésirables, d’où leur traitement prototypique des humains en tant que peuple.

* En mars 2007, un hyperversal « trois ellipses » a déclaré que la perspective déterminante parmi ses pairs est que la planète grise originelle est morte lorsque (ou après) les gris ont tenté d’utiliser les technologies de cycle négatif comme armes. Cette remarque a été faite longtemps après que les humains aient commencé à se demander si la faction des « trois elliptiques » était présente sur les lieux lors de l’intervention de l’IFSP sur la planète grise. En 2007, un hyperversal plus ancien, peut-être indépendant, a suggéré que certains des hyper-versaux des « trois elliptiques », maintenant présents dans notre voisinage, ont été témoins de la mort de l’ancienne planète grise. La question est de savoir s’ils ont orchestré cette intervention, également, et si, compte tenu de leur expérience, le même équipage a simplement suivi les gris jusqu’à notre emplacement. Si tel est le cas, ils pourraient être endurcis et dangereux.

Compte tenu de ce qui précède, nous devons cultiver une meilleure conscience humaine de l’histoire et des implications réelles d’un univers profondément habité.

Par exemple, étant donné l’attitude distante et l’état d’esprit prototypique de la faction des « trois elliptiques », nous pourrions avoir besoin de mettre en place une réponse collective plus légaliste et mieux communiquée à l’encontre des Verdants qui abusent de l’écologie locale. D’un autre côté, la simple existence de communautés hyperversales sécurisées a des implications qui transcendent les prédations alarmistes des Verdants.

Tout compte fait, cette preuve et d’autres preuves de l’existence d’extraterrestres hyperavancés suggèrent que nous vivons dans un univers plus intelligent que ce qui semblait possible jusqu’à présent.

En ce qui me concerne, je ne suis qu’une petite partie d’une communauté de personnes partageant les mêmes idées qui étudient de près de telles situations. Je suis impressionné par l’humilité douce et attentive des nombreux humains qui ont été témoins de ce qui précède, par la manière claire et nette dont le raisonnement humain collectif s’est développé à cet égard. Note : à l’automne 2005, une hyperversale contre-jacente a déclaré qu’en raison de la nature des interactions auxquelles je participe, au moins « 30 000 » humains et autres « doivent » suivre les interactions, dans une certaine mesure.

Étant donné que de telles interactions se distinguent par leur profil semi-public en raison des apports extraterrestres continus, je ne suis pas surpris d’entendre un tel chiffre. Dans les années passées, si j’avais prévu ce qui se passe maintenant ici et ailleurs sur ce globe, j’aurais été émerveillé par la clarté ordonnée et humble avec laquelle ces événements se sont produits, l’absence d’interlocuteurs humains bizarrement arriérés.

La curiosité semble avoir eu raison d’eux.

Même avant que les extraterrestres hyperversaux ne se manifestent ouvertement ici, j’avais suggéré qu’il était inutile pour les humains de réinventer la pierre, pour ainsi dire. Au lieu de cela, j’ai encouragé les gens à reprendre les termes du meilleur et du plus avancé de tous les extraterrestres contemporains (où que ce soit) et à essayer du mieux que nous pouvons de ne pas revenir en arrière, par la suite. Apparemment, les leçons d’autres types ne sont pas perdues pour nous.

Je dois noter que les informations contenues dans ce livre ne me sont pas venues facilement. Au lieu de cela, elle a suivi après des années de lutte – des tromperies et des déformations directes de l’IFSP. Dans le processus, j’ai enduré des prises de bec, à la fois avec les aliens de l’IFSP et avec un contingent d’autres personnes liées aux -X3 (c’est-à-dire des intermédiaires hybridés, et la faction des  » trois elliptiques « ) qui essaient parfois de diriger les humains vers le bercail des Verdants.

La raison principale et déclarée du contingent lié à -X3 pour le faire ? Effectuer un changement humain de la reproduction sexuelle à la reproduction non-sexuelle afin de mettre les humains sur une base plus écologique.

Au cours de diverses discussions, de partage d’informations politiques et scientifiques, et plus encore, on m’a montré que les gris ont utilisé ce que Bearden appelle des « armes électromagnétiques scalaires » utilisant une certaine combinaison de fluctuations d’énergie négative pour tuer des dizaines de soldats américains qui ont tenté d’empêcher certains gris de s’échapper de leur captivité dans une base souterraine américaine il y a quelques années.

Cela a été démontré par une légère amplification d’un champ d’électrogravité/magnétogravité à l’intérieur de ma propre tête, tandis qu’un extraterrestre amical non-IFSP a commenté le processus, disant que les gris se sont échappés en coordonnant psychotroniquement une arme énergétique activée de l’extérieur, et non pas en utilisant simplement leurs ondes de pensée (le cas est largement connu).

J’ai ressenti une douleur aiguë due à une pression soudaine poussant vers l’extérieur à partir de toute la structure de mon cerveau. A une autre occasion, ce qui semblait être un hybride travaillant pour les hyperversaux « trois elliptiques » a utilisé l’électrogravité pour mettre une sorte de gel Dt sur ma fonction hépatique, y causant une légère douleur pendant des jours après que j’ai mentionné que la stratégie des Verdants envers la Terre ressemblait à « une tactique de guerre ».

On m’a conseillé d’arrêter de sonder à distance le vaisseau principal des Verdants alors qu’une utilisation « potentiellement mortelle » de l’énergie était dirigée vers moi. Je me suis abstenu pendant environ 10 jours. Je dois noter qu’à l’époque, j’étais en plein milieu de dénonciations directes et sévères des agissements des Verdants ici, ce qui s’est avéré extrêmement embarrassant pour eux – dénonciations en partie informées par des extraterrestres non-IFSP.

Deux ans plus tard, un hyperversal des « trois elliptiques » a utilisé un champ d’énergie à effet technologique circulaire ciblant mon oreille gauche pour provoquer une désorientation auditive et de l’équilibre (un hyperversal a même fait un commentaire à ce sujet) après que j’ai montré à d’autres humains comment les bons humains dépassent les contraintes marginalement corrompues de la faction des « trois elliptiques ». Cela a peut-être été fait pour m’intimider et me décourager (cela n’a pas marché).

En avril 2007, après des années d’interactions avec divers hyperversaux, il est apparu que -X3 est un dépendant de la faction hyperversale des « trois elliptiques ».

-X3 est peut-être l’un des relativement rares hybrides spécialement conçus pour travailler dans le contexte humain-gris. J’ai été déçu de voir que -X3 ne semble pas avoir une perspective indépendante et mature, dans un sens plus large.

Au lieu de cela, il semble être à la fois contrôlé et chargé par la faction des « trois elliptiques ». On l’a vu recevoir des ordres et il ne semble pas être responsable de la structure et de la prise de décision du groupe hyperversal dont il dépend. -X3 semble manquer d’esprit critique, comme c’est parfois le cas dans les grandes méga-populations qui exercent des contrôles psychotroniques et génétiques sur leurs membres les moins importants. De tels groupes peuvent être lourds en propagande et parfois incapables de comprendre de bonnes critiques externes. Je discute de ce sujet dans les pages suivantes.

-Le premier contact d’X3 ici semble avoir été accessoire à l’initiative d’un plus grand groupe, et peut même être leur tentative soit de devancer l’initiative d’un autre groupe extraterrestre, soit d’offrir au moins un contexte marginalement apologétique pour les humains à considérer, étant donné les tentatives des Verdants d’exploiter l’humanité comme les Verdants l’ont fait avec les gris, des milliers d’années auparavant. -Les associés d’X3 ne sont pas innocents dans de tels agissements.

La relation entre la faction des « trois elliptiques » et les hyperversaux contre-posés comme ceux que j’appelle provisoirement les -Xn’s doit être explorée davantage. Ils sont certainement familiers les uns avec les autres, ce qui suggère que la stratégie des extraterrestres hyperversaux donnés ici n’est pas aussi simple et évidente que les humains pourraient le supposer, initialement.

Maintenant que je peux distinguer les communications liées à -X3 de celles des autres extraterrestres, j’en suis venu à voir que la faction des « trois elliptiques » (comprend-X3) peut être hautement manipulatrice. Ils préfèrent donner l’impression de surveiller à distance les Verdants, en partie pour donner aux humains un aperçu direct et sans équivoque de ce qu’est le collectif Verdant et de ce qu’il pourrait faire si les humains devaient capituler.

En partie, les associés de -X3 voient un besoin de s’occuper de la situation ici et peuvent même voir les Verdants comme utiles pour la stratégie de ressources énergétiques des « trois ellipses ». Sans aucun doute, -X3 et les autres hyperversaux considèrent les Verdants comme étant moins évolués que les hyperversaux. Les hyperversals ont tendance à agir comme si les Verdants ne représentaient pas un risque majeur pour eux.

Néanmoins, certains hyperversals insistent sur le fait que les humains ne devraient pas agir de manière à permettre aux Verdants d’accéder à distance, et donc de copier, des technologies hyperversales dont les Verdants ne sont peut-être pas responsables. Les conséquences pourraient être fatales, à la fois pour l’humanité et pour d’autres populations, étant donné les précédents délits des Verdants. Les Verdants ne sont pas devenus si nombreux par humilité et modération.

Plus important encore, les hyperversaux semblent vivre dans ou près de chaque galaxie majeure de cet univers. Cela a été dit et répété par les hyperversaux. Ainsi, les hyperversaux commercent probablement avec des empires/collectifs moins importants comme celui des Verdants.

Cela pose un risque pour les humains car, si nous échouons, notre système pourrait être cannibalisé à la fois par les Verdants et les hyperversaux, c’est-à-dire que les Verdants s’empareraient de certains systèmes stellaires voisins où ils auraient stationné leurs enclaves à titre provisoire, ou la faction des « trois elliptiques » utiliserait d’autres reliques de notre système. Pour certains, cette affirmation peut sembler farfelue, mais les extraterrestres ont déclaré à plusieurs reprises qu’une beauté biologique comme la Terre était rare et convoitée.

Étant donné que les hyperversaux semblent habiter et influencer des galaxies comme la nôtre, d’autres questions se posent. Par exemple,

Les hyperversaux « à trois ellipses » s’éloignent-ils des populations évolutives comme la nôtre afin de se protéger des crimes de Verdant à notre encontre ?

Prennent-ils leurs distances pour éviter qu’on leur demande une aide directe en cas de conflit ?

Si tel était le cas, ils n’auraient pas à se préoccuper de poser une aide physique réelle aux populations récemment évoluées.

Les Hyperversals seraient réticents à le faire, ce qui est cohérent avec leur plan pour cultiver la responsabilité parmi les populations plus jeunes, plus leur besoin de voiler leur technologie et leurs capacités des mains avides des aliens comme les Verdants. D’un autre côté, l’affiliation de la faction des « trois elliptiques » à la stratégie IFSP suggère que certains hyperversaux cherchent un contrôle hiérarchique sur les populations émergentes et leurs ressources.

Tous les hyperversaux suggèrent fermement que les conflits armés entre mondes doivent être évités.

Parfois, j’ai détecté un soupçon d’élitisme génétique parmi les associés de -X3. Parfois, il semble presque que leur technologie hyper-avancée leur permette d’avancer en pilote automatique. En d’autres occasions, j’ai remarqué que -X3 et ses superviseurs des « trois elliptiques » agissent avec une sorte de présomption de « facteur de remplissage » : la notion erronée qu’ils peuvent scanner toutes les implications intelligentes dans l’espace-temps entourant une situation comme celle de la Terre.

Cela peut amener un hyperversal à tomber dans une fausse conception égocentrique et singulière, comme s’il occupait ou était égal à tout ce à quoi il peut accéder. En d’autres termes, un hyper-versal peut confondre sa conscience de l’univers (intrinsèquement limitée) avec le grand univers lui-même. C’est une erreur facile à commettre. Il y a une qualité illusoire du temps que nous commençons seulement à comprendre, des questions fondamentales sur les limites d’un type plus large de conscience hors du corps.

Il existe de subtils horizons événementiels qui peuvent facilement nous tromper.

Comme l’a fait remarquer un critique de l’hyperversion contre-posée, certains des défauts les plus affligeants des associés de -X3 peuvent être attribués à leur « biologie » de base, à leurs origines animales.

La faction des « trois elliptiques » est parfois si proche de la routine Verdant que je dois réexaminer une interaction donnée pour déterminer quel groupe essayait d’embrouiller les humains et de les faire tomber dans des notions de vie concrètes de bas niveau :

la section « trois elliptiques », ou les Verdants ?

* Habituellement, c’est la section des « trois elliptiques » qui essaie de devancer les Verdants.

A suivre…

Voir tous les chapitres : Alien Mind – La pensée et le comportement des extraterrestres


Que pensez-vous de cet article ? Inscrivez-vous et rejoignez la conversation


Merci à tous pour votre soutien.

Beaucoup d'entre vous sont avec moi, par le coeur et la pensée, et je vous transmet ma gratitude... Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières... En partageant les articles que vous avez aimé... En achetant vos livres et vos produits préférés sur Amazon via ce site... En faisant un don sécurisé sur Paypal... Ou les trois en même temps... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...


Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci








Elishean777 : Communauté pour un Nouveau Monde © elishean/2009-2021

Tags:

0 Commentaires

Laisser une réponse

Imaginer un Nouveau Monde © Elishean 2009 - 2021

CONTACT

Vous pouvez nous envoyer un e-mail et nous vous répondrons dès que possible.

En cours d’envoi
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

%d blogueurs aiment cette page :